Les Chiliens sont nerveux : 300 tremblements de terre en une semaine

Sur la côte nord du Chili, 300 secousses sismiques ont été enregistrées la semaine passée, dont la plus importante a atteint 6,7 sur l’échelle de Richter.

C’est pourquoi 100.000 personnes ont été évacuées le 16 mars, mais il n’y a pas eu de tsunamis ni de gros dommages matériels. Selon les scientifiques, il est impossible de dire si cette série de séismes annonce une catastrophe de plus grande ampleur. Cependant, il y a 130 ans que la région n’avait pas connu une telle série de secousses successives.

tsunami_warning_sign

« La situation est exceptionnelle, car de petites et de fortes secousses se succèdent à un rythme rapide ce qui rend compliqué leur évaluation », dit Mario Pardo de l’Institut Sismologique de l’Université du Chili dans le journal La Tercera.

Le Chili se situe sur une faille. En 2010, plus de 500 personnes sont mortes et 220.000 maisons ont été détruites après qu’un tremblement de force 8,8 sur l’échelle de Richter a touché le pays.

Le plus grand séisme au Chili a eu lieu en 1960, lorsqu’un tremblement de terre d’une force de 9,5 sur l’échelle de Richter a coûté la vie à plus de 5.000 personnes.

Le journal local chilien, El Diario de Antofagasta, propose quatre séquences vidéo de simulation de tsunamis en cas de séisme important. Un tremblement de terre de 8,5 sur l’échelle de Richter, le long des villes chiliennes du nord Arica, Iquique, Tocopilla et Antofagasta, d’une durée d’environ 3 à 5 minutes, engendrerait des vagues de plus de 20 mètres. Dans le cas d’Antofagasta, selon la simulation, l’inondation atteindrait 5 mètres de hauteur.

Source+vidéo: Express.be

2 commentaires

  • Eaglefeather Eaglefeather

    Hello,

    Je ne sais pas qui, mais quelqu’un exagère, et pas que un peu, avec 300 séismes en une semaine, or l’article initial de La Tercera, ci-après ne parle que d’une 50taine ce qui est plus juste puisqu’à aujourd’hui j’en recense 60 pour Tarapaca et 79 pour l’ensemble de la région Pérou et Antofagasta.

    La Tercera (http://www.latercera.com/noticia/nacional/2014/03/680-570973-9-sismologia-u-de-chile-la-situacion-no-es-parte-de-la-normalidad-en-zona-norte.shtml)(Traduction)

    Sismologie U. de Chile : «La situation ne fait pas partie de la normale  » au nord
    Selon La Tercera a déclaré le directeur adjoint de l’entité , les tremblements de terre qui ont été reçus ces derniers jours sont également répliques de dimanche 16 Mars . Mario Pardo , a également ajouté que  » on ne peut pas exclure la possibilité qu’un séisme plus à venir.  »

    par Claudia I. Soto – 24/03/2014 – 13:29

    CONNEXES

    Nouveau séisme de 5,5 degrés Richter a frappé la région de Tarapacá

    Le directeur adjoint du Centre national de sismologie de l’Université du Chili , Mario Pardo , fait référence à la chaîne de tremblements de terre qui ont touché d’une semaine dans la région de Tarapaca il ya et ont été bien reçues dans la région d’Arica et Parinacota .

    Le sismologue dit, en parlant de La Tercera , la situation qui prévaut dans le nord du pays  » ne fait pas partie de la normale .  »

    «La situation ne fait pas partie de la normale , fuit un peu normal, ont mélangé une série de tremblements de terre et les répliques qui rend les choses un peu plus complexe , » dit-il .

    Pardo a également déclaré que dans les tremblements de terre sont une nouvelle , mais aussi des répliques poursuivies de 6,5 sur l’échelle de Richter , qui a été vu le dimanche 16 Mars .

    Au cours d’hier après-midi , un tremblement de terre de magnitude 6,1 sur l’échelle de Richter a été ressenti , et à partir de là plus de 50 tremblements de terre ont frappé la région.

    Un séisme majeur
    Pardo a également dit que  » vous ne pouvez pas exclure la possibilité qu’un plus grand tremblement de terre vient .  » Il s’agit, comme expliqué aucune preuve où une situation similaire , qui a finalement pris fin avec plus de mouvement , comme le tremblement de terre de 1985 a été signalé .

    Mais il a dit que dans d’autres situations , telles que le tremblement de terre du 27 Février 2010, il n’y avait pas de mouvement avant , donc il n’y a aucune garantie qu’un tremblement de terre se produira dans la première région .

     » Il est très difficile de cuatificar ce qui se passe , mais pour ces fins nous envisageons d’installer des éléments portables Regio  » at-il ajouté .

    Université de sismologie du Chili
    Centre Sismologique
    tremblements
    Iquique
    nord
    Onemi