Thaïlande: l’affrontement politique tourne à la violence (Mise à jour)

L’affrontement politique entre partisans et adversaires du gouvernement thaïlandais a tourné à la violence samedi. Une personne a été tuée par balles dans des circonstances troubles à Bangkok, à la veille d’un assaut annoncé du siège du gouvernement par l’opposition.

Les violences se sont produites dans le quartier de Ramkamhaeng à proximité d’un stade dans lequel s’étaient rassemblés quelque 70’000 « chemises rouges », partisans de la cheffe du gouvernement Yingluck Shinawatra, a indiqué la police thaïlandaise.

Un homme de 21 ans a été tué de deux balles non loin de l’enceinte sportive dans des circonstances encore floues, a-t-elle précisé. Au moins cinq autres personnes ont été blessées par les coups de feu et cinq autres à l’arme blanche ou par des jets de pierres, ont indiqué un responsable local et un médecin de l’hôpital général de Bangkok.

Appel à l’aide de la police

Dans le courant de la journée, environ 2000 manifestants avaient tenté de passer les barricades protégeant Government House en empilant des sacs de sable, a expliqué le porte-parole de la police nationale, Piya Utay, mettant en garde contre « une tentative d’escalade de la violence ».

Les manifestants se sont dispersés après des discussions avec les autorités, appelant à revenir dimanche, jour de la « victoire » annoncée par les meneurs des manifestants.

Dans ce contexte tendu, la police a demandé le renfort de l’armée pour protéger le Parlement et le siège du gouvernement.

Assaut annoncé dimanche

Les protestataires, qui ont brièvement occupé le QG de l’armée vendredi, ont donné jusqu’à dimanche à Yingluck Shinawatra pour qu’elle quitte ses fonctions. Ils dénoncent l’influence que continue d’exercer le milliardaire Thaksin Shinawatra, frère de la première ministre et lui-même ancien chef du gouvernement qui avait été renversé par l’armée en 2006.

« Le 1er décembre sera le jour de la victoire », a assuré l’ancien vice-Premier ministre Suthep Thaugsuban, une des figures de proue du mouvement de contestation, qui a rejeté les appels au dialogue du pouvoir.

« Demain, notre groupe entrera dans la zone de Government House », a-t-il ajouté. « A 10h45, nous contrôlerons la zone des ministères des Affaires étrangères, de l’Intérieur, de l’Education et du Commerce ».

Source: Agence de presse via Romandie

Les manifestants se sont emparé de la télévision nationale:

Après un samedi marqué par de nombreux affrontements, des manifestants antigouvernement ont pris le contrôle dimanche du siège de la télévision nationale PBS à Bangkok. Ils avaient donné jusqu’à ce jour au chef du gouvernement pour démissionner.

La crise politique s’est accentuée ces dernières heures en Thaïlande, où les contestataires avaient fixé jusqu’à ce dimanche à la chef du gouvernement, Yingluck Shinawatra, pour démissionner. Ils ont réussi à s’emparer dimanche du siège de la télévision nationale PBS à Bangkok. Plusieurs centaines de manifestants ont également attaqué une caserne de la police dans laquelle Yingluck Shinawatra se trouvait dans la matinée et dont elle a pu être évacuée pour être conduite vers une destination secrète. La police a procédé à des tirs de gaz lacrymogènes près du siège du gouvernement dans la capitale alors que des affrontements entre partisans et opposants ont fait deux morts et 45 blessés au cours de la nuit dans d’autres quartiers de la ville.

Plusieurs milliers de personnes, vêtues de noir, brandissant des drapeaux et munies de sifflets, ont commencé à se rassembler pour ce que les dirigeants de l’opposition qualifient déjà de  »jour de la victoire » en vue de renverser le gouvernement. La mobilisation dure depuis un mois contre Yingluck Shinawatra et son frère Thaksin, ancien Premier ministre renversé par un coup d’Etat en 2006, qui reste au coeur de la politique du royaume malgré son exil. Plus de 10.000 manifestants antigouvernement, selon la police, étaient éparpillés samedi dans divers lieux de la mégalopole de 12 millions d’habitants. Mais après un pic à plus de 150.000 personnes dimanche dernier, leur nombre pourrait grossir au cours du week-end, les leaders du mouvement ayant appelé à un dernier effort avant l’anniversaire du roi Bhumibol le 5 décembre, célébrations traditionnellement entourées de respect et qui pourraient marquer une pause dans la mobilisation.

Source: lci.tf1.fr

8 commentaires

  • walter kurtz walter kurtz

    Tiens petite piqûre de rappel du pourquoi comment ça se passe comme ça dans des pays ou on ne comprends pas ce qu’il s’y passe , tout simplement des intérêts financiers occultes.
    Dans le cas de l’asie ça va péter tôt ou tard …
    la video de manuel de la vallée http://dai.ly/xll1s0
    pas mal , celle là et celle de « tout de même  » et on a un mecton programmé comme oblabla…
    La thailande n’est qu’une case sur l’échiquier…

    • ConscienceU12 ConscienceU12

      Avec ça on comprend mieux la politique de destruction dont la France est la cible de 1er choix, pour l’instauration d’un Nouvel Ordre Mondial ; …cette politique de destruction est réalisée à travers la Gouvernance Européenne par l’outil Etats-unien.
      C’est pourtant simple tu détruit la France et toutes les Nations d’Europe et d’Amérique du nord, et le monde s’effondre, ensuite tu instaures sur cette ruine un Nouvel Ordre Mondial :

      « La présente fenêtre d’opportunité, durant laquelle un Ordre Mondial pacifique et interdépendant peut-être construit, ne sera pas ouverte pour très longtemps.
      Nous sommes à l’orée d’une transformation globale.
      Tout ce dont nous avons besoin est une crise majeure appropriée, et les nations accepteront le Nouvel Ordre Mondial. » David ROCKEFELLER, 23 septembre 1994

  • Natacha Natacha

    Il semble bien difficile d’appliquer les principes du bouddhisme à une société matérialiste. Le bouddhisme propose le renoncement et s’oppose alors à l’atomisation sociale et au consumérisme débridé de l’expansion sociale.
    Ces « valeurs » peuvent-elles être conciliables ?

    • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

      la thailande se partage entre les bouddhistes au nord et musulmans au sud. Mais bien au delà de la religion c’est leur mode de vie qui est remis en cause tout comme une grande partie de l’asie qui s’occidentalise au sens navrant du terme.
      Et bien au delà c’est aussi une médecine ancestrale qui risque de disparaitre sans parler des maladies qui vont avec notre société de consommation
      Le bouddhisme est une des seul religion (qui n’en est pas vraiment une ) qui ne place pas l’homme au dessus de tout et qui brise les échelles de valeurs donc forcément ça ne va pas avec la société occidentale

      • Lilith Lilith

        l’enclave musulmane est vraiment très petite elle est située près de la frontière avec la Malaysie dans la province de Patani et près de frontière avec le cambodge près de la ville de Trat la popoulation musulmane reprèsente de 5 à 8% de la population Thai dont la majorité sont sunnites et sont d’origine malaise et Indonesienne il est d’ailleur fortement dèconseiller de ce rendre dans la provinece de Patani ou les heurts avec les forces de l’ordre sont très frèquents mais également les enlèvements.et dans le nord il existe une population musulmane chinoise beaucoup plus pacifique.le reste la population est boudhiste et pratiquante.

        ce qui m’étonne c’est que les émmeutes on lieu si tard dans l’année faut savoir que ce genre d’évenement est fréquent (environs tous les 3 à 4 ans) a bangkok et dans tous le sud est asiatique, il se passent généralement vers le mois de mai/juin juste avant la mousson « il appellent cela la saison du diable » car il y fait une chaleur………

        il est vrai que le choc entre les grandes villes et le monde rurale est très marquer mais mème au sein d’une ville comme Bangkok qui est le royaume du système D et de l’hyper modernité généralement cela se passe dans la bonne humeur.
        c’est dernière année faut bien le reconnaitre le pays a fort changé la culture de l’argent et l’hyper matérialisme deviennent des valeurs de plus en plus répendue mème dans des endroit ou on s’y attend le moin…