Soigner la polyarthrite rhumatoïde alors que les médicaments échouent, une méthode expliquée par une scientifique, spécialiste de microbiologie et immunologie

Au nom des protocoles, de la médecine officielle, du lobbyisme pro-médicaments, certaines manières de soigner sont plus ou moins « oubliées », pourtant, il existe une méthode de soigner ce mal, et comble de chance, elle nous est expliquée au travers d’un livre par une scientifique qui justement, à réussi à se soigner avec un simple régime d’éviction.

m_jacqueline_lagaceScientifique, souffrant de polyarthrite rhumatoïde, Jacqueline Lagacé explique dans un livre comment et pourquoi un simple régime d’éviction peut réussir là où les médicaments échouent.

Jacqueline Lagacé est une scientifique québecoise, spécialiste de microbiologie et immunologie. Elle a dirigé un laboratoire de recherche à la faculté de médecine de l’université de Montréal pendant 17 ans, tout en enseignant dans ces deux disciplines. Elle a pris sa retraite en 2004, à la suite de problèmes de santé. En 2006, la polyarthrite rhumatoïde lui avait fait perdre l’usage de ses deux mains et elle souffrait terriblement. Les traitements classiques étant en échec, elle se tourne vers d’autres approches. Elle découvre les travaux du Dr Jean Seignalet alors qu’elle suit les recommandations alimentaires du ministère de la santé canadien (guère éloignées des françaises). Or le régime Seignalet exclut deux groupes d’aliments pourtant conseillés par les autorités : les céréales à gluten et les laitages. D’abord sceptique, elle essaie ce régime hypotoxique en juin 2007. Les résultats dépassent ses attentes. De cette expérience, elle a tiré un livre : Comment j’ai vaincu la douleur et l’inflammation chronique par l’alimentation. Un best-seller qui s’est vendu à ce jour à plus de 80 000 exemplaires au Québec. Elle espère maintenant convaincre le corps médical du bien-fondé de cette diète alimentaire pour aider véritablement ceux qui souffrent de maladie auto-immune et d’inflammation chronique.

LaNutrition.fr : Quels résultats avez-vous obtenus avec le régime Seignalet ?

Jacqueline Lagacé : Après 10 jours, je n’éprouvais plus d’élancements dans les mains. Ça m’a donné confiance, mais mes attentes demeuraient modestes. Dans le meilleur des cas, j’espérais une diminution de mes douleurs. Après 16 mois, j’ai retrouvé complètement l’usage de mes doigts, sans avoir fait un exercice quelconque. De plus, et ce fut un autre élément de surprise, j’ai vu disparaître mes douleurs à la colonne vertébrale, affectée par de l’arthrose symptomatique depuis 20 ans, ainsi qu’à un genou, où je souffrais d’un kyste de Baker. Aujourd’hui, je calcule que mes mains et mon genou sont rétablis à 100 % et ma colonne à 90 %, et je peux maintenant faire du ski sans genouillères élastiques.

Peut-on dire que le régime Seignalet vous a guéri ?

Le régime ne guérit pas, il met fin aux symptômes et permet de maîtriser la maladie tant qu’on le suit. On parle de rémission, pas de guérison. Si l’inflammation n’a pas détruit certains tissus, on peut retrouver l’usage de ses articulations. Si la destruction est trop importante, la souffrance inflammatoire disparaîtra, mais il pourrait rester une douleur mécanique.

Sur quoi reposent les théories du Dr Seignalet ?

Une de ses hypothèses est qu’il y a un conflit entre nos vieux gènes et l’alimentation moderne. Des études anthropologiques ont démontré que les gènes d’Homo sapiens apparu il y a 200 000 ans, sont identiques à nos gènes actuels. Les pre­miers hommes étaient des chasseurs-cueilleurs. Ils se nourrissaient de la chasse et de la cueillette des végétaux et des petits fruits. Il y a 10 000 ans, les hommes se sont sédentarisés.

Quelles ont été les conséquences de cette sédentarisation sur leur régime alimentaire, et le nôtre ?

L’homme a commencé à cultiver les cé­réales et à élever des animaux. L’alimentation moderne repose sur la consommation de céréales et de produits laitiers, et sur la cuisson des aliments. Étant donné la lenteur de l’évolution, les changements liés à l’agriculture et à l’industrialisation ont été trop rapides pour que le génome ait le temps de s’adapter. Selon Seignalet, nos enzymes sont mal adaptées à la digestion complète du blé et autres céréales apparentées, ainsi qu’aux protéinesdu lait de vache. Le pain complet serait pire que le pain blanc, car il serait plus riche en produits de Maillard, des composés néo-formés lors de la cuisson à haute température, qui peuvent altérer les fonctions de l’organisme et favoriser l’inflammation.

Lire : Qu’est-ce que la glycation ?

Comment ce mode alimentaire favorise-t-il l’inflammation chronique ?

L’accumulation de grosses molécules mal digérées dans l’intestin grêle affecterait le fonctionnement de notre flore bactérienne. Il se forme de la putréfaction, ce qui favorise les bactéries pathogènes au détriment des bonnes bactéries et affecterait les parois de l’intestin grêle. Les protéines traversent la muqueuse intestinale, alors qu’elles ne devraient pas entrer dans la circulation sanguine, et vont se déposer dans différents tissus, causant des pathologies auto-immunes, d’encrassage ou d’élimination. Par exemple dans l’arthrose ces dépôts encrassent lentement les tissus articulaires et la maladie symptomatique met généralement entre 10 à 30 ans à se manifester selon les individus.

Pourquoi le régime promu par Jean Seignalet n’est-il pas plus prescrit par les médecins ?

Ce régime exclut produits laitiers et céréales à gluten qui sont conseillés par les autorités sanitaires pour être en bonne santé. Cela peut expliquer pourquoi il a fait l’objet de critiques en France dès son apparition. En plus, il n’y avait pas d’études scientifiques pour soutenir ses hypothèses. Quand Jean Seignalet a voulu publier ses résultats, il y a eu une levée de boucliers contre lui, si bien qu’il n’a jamais pu les faire paraître dans des revues scientifiques établies, c’est la raison pour laquelle il s’est mis à écrire des livres, dont L’alimentation ou la troisième médecine.

Et aujourd’hui, avons-nous des preuves scientifiques ?

Une partie de mon livre est consacrée à rapporter les études scientifiques reconnues qui viennent étayer ses points de vue. Il faut notamment relancer le débat sur la consommation de lait de vache. Les études montrent que dans les pays où l’on boit le plus de lait, le taux de diabète de type 1 est très élevé.

Quels sont les malades qui ont le plus de chances d’être améliorés par le régime Seignalet ?

Selon les témoignages reçus sur mon blogue : en fait toutes les maladies auto-immunes citées page 46 de mon livre, ainsi que la maladie cœliaque, donnent de bons résultats; Parmi les maladies d’encrassage, plusieurs témoignages positifs concernent l’arthrose, la fibromyalgie, les migraines, le diabète de type 2, les tendinites, certaines formes de dépression, l’hypercholestérolémie, le surpoids, le parkinson, la dyspepsie ; Parmi les maladies d’élimination, les témoignages les plus fréquents concernent : les colites, l’eczéma constitutionnel, l’asthme, les sinusites chroniques, la maladie de Crohn, le psoriasis, la bronchite chronique, les conjonctivites, les otites chroniques, le reflux gastro-œsophagien. La liste de ces maladies n’est pas restrictive.

Combien de temps faut-il essayer le régime pour voir une amélioration ?

Cela varie beaucoup d’une personne à l’autre. Certains affirment que quelques jours ont suffi. Habituellement, c’est une question de quelques mois. Chez d’autres, environ une année a été nécessaire. Il y a également un petit pourcentage pour lequel le régime ne fonctionne pas. Pour ces derniers, j’ai écrit sur mon blogue un article intitulé : « Le régime ne fonctionne pas pour vous ? ». Suite à cet article, certaines personnes ont affirmé que ces conseils leur avaient permis d’obtenir une réponse positive.

Depuis la parution de votre livre, voyez-vous l’opinion du corps médical évoluer ?

Effectivement, plusieurs témoignants affirment que c’est leur médecin qui leur a conseillé la lecture de mon livre. À date, plusieurs médecins ont communiqué avec moi pour discuter de façon positive du sujet. J’ai été invitée à deux reprises à donner une conférence à l’Institut de cardiologie de Montréal ainsi que par des rhumatologues de l’Hopital Sacré-Cœur de Montréal. Je sais qu’un groupe de médecins chercheurs travaillent présentement à élaborer un protocole de recherche visant à vérifier l’influence du régime hypotoxique sur une maladie d’inflammation chronique.

Source: lanutrition.fr via Sott.net

http://fr.sott.net/article/17032-Jacqueline-Lagace-mes-mains-et-mon-genou-sont-retablis-a-100

22 commentaires

  • Natacha Natacha

    « L’alimentation est notre première médecine » disait Hippocrate avant Seignalet.
    Ce régime , notamment inspiré de Kousmine et du crudisme n’est pas facile à suivre à la lettre et peut paraître raide à certains.
    On peut avoir une alimentation hypotoxique moins draconienne et efficace également.

    • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

      Kousmine a tout dit dans son livre paru en 1980 « soyer bien dans votre assiette jusqu’à 80 ans et plus »,comment nous empoisonnons notre aquarium ambulant .Notre usine chimique qu’est le système digestif, comment le transfert se fait depuis les intestins dans le sang grâce aux mono et poly insaturés que l’on trouve dans l’huile(Carthame c’est celle qui a plus 95% de mono poly insaturés acides linoliques et linoléiques) , cela ne peut pas être plus clair.

      L’ayurvéda dit pratiquement la même chose, il va un peu plus loin en traquant les Amadoshas(toxines) car s’il n’est pas possible de les éviter, il y a des solutions pour les évacuer.
      Les moyens :
      le grand nettoyage Shank Prakshalana pour avoir un système digestif tout neuf comme un nouveau né.
      Les saunas Finlandais
      Le jeune régénérateur 4 jours ou 3 semaines sous contrôle médical
      Etc…
      A savoir que 80% des cancer ont pour origine les coudes et la partie terminale des intestins ainsi que les maladies dégénératives expliquées en détails par la docteur kousmine
      Un foie malade est vos jours sont comptés.

      Alors aujourd’hui quand je vois tout c’est nouveaux livres et ces recherches, cela me fait bien rigoler, comme si nous venons de découvrir le fil à couper le beurre,cela existe depuis belle lurette ,mais ils faut aussi qu’ils justifient leurs travaillent.

      Tout ceci existe depuis bien longtemps et il ne fait pas de doute, qu’en inventant de nouveaux mots, de ce qui est ponctionné ou copié dans les médecines anciennes, nous avons l’impression de faire une découverte …illusion!

      Je me demande, c’est une question, s’ils ne viennent pas pour faire marcher leurs bisness ,le site des moutons serait un bon moyen de promotion.
      La rigolo thérapie ça existe aussi ^_^

      PRATIQUEZ,PRATIQUEZ,PRATIQUEZ,répétez Sivananda Sarasvati
      si seulement les gens faisaient 10% de ce qu’ils racontent, les choses seraient bien différentes,une once de pratique vaut 10 tonnes de théorie, ajoutait t’il

  • Fenrir

    « Mens sana in corpore sano »
    C’est pas nouveau…
    Je reprend un coup de merlot, tiens.
    A la tienne !

    • vanvoght

      gaffe aux phtalates dans le merlot …. hahahahah
      m’en bas les c…..s . c’est ce que je bois a tous mes repas . par contre il y as longtemps que j’ais laissé tombé le pain et toutes formes de céréales . ( et plus de lait ) .
      résultat , mine de rien ; plus de problèmes d’arthrite et autre . les anti inflammatoires , il y as longtemps que je n’en prend plus .
      je pense donc que cette femme a raison .

      • Fenrir

        Mouais, il est vrai que je suis un mangeur de pain, et un viandard limité par ses moyens financiers.
        Mais le régime alimentaire ne suffit pas à compenser les troubles musculo-squelettiques (TMS) liés à l’emploi de matériel vibrant (débroussailleuses, tondeuses, tronçonneuses, taille-haies, souffleur, etc…)
        Aie ! Ouille !
        Bon, ben ! je ne vais pas tarder à y retourner…

    • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

      Un petit merlo pourquoi pas.
      Un petit saint Jo ou Juliénas avec une tome de chèvre bien faite,c’est bien aussi ,direct de la cave du producteur bien sur.
      Voir un crèment de bourgogne ou une clairette de Die ,ça me va aussi .
      Rien que du bon ,il n’y a pas de problème
      l’un n’empêche pas l’autre

  • Lutine

    Pourquoi les Indous qui cuisinent beaucoup avec le lait de vaches (qui sont là-bas sacrées) n’ont pas l’air d’avoir ce genre de problèmes ? J’ai essayé une alimentation sans gluten et sans lait, sans résultat probant. Ce qui fonctionne chez l’un ne fonctionne pas sur tous les autres. Questions complexes…

    • rouletabille rouletabille

      il s’agit d’une hérédité venant des conditions de vie dans les régions ou l’élevage bovin était en harmonie avec les ressources du climat,je dirais l’Europe du Nord ou les gens avaient l’habitude des prairies comme support aux bovidés,ils ont l’habitude d’assimiler le lait de générations à générations et s’en portent bien..

  • do39

    GONFLE tout de même, ce SEIGNALET pourrait tout de même citer sa source : Jean-Claude BURGER !
    Ce Seignalet est certes toubib, mais un disciple de BURGER dont il a suivi l’enseignement et a tiré profit des résultats de sa recherche. Il pourrait au moins citer BURGER !
    Tout le barratin théorique sur le chasseur-cueilleur, sur les molécules (et non les produits) de Maillard, l’alchimie antinaturelle au fond des casserolles, la maladie symptôme, le desencrassage par le retour à une alimentation naturelle basée sur les fruits, légumes, protéines crues (eh oui !), tout cela est le fruit des recherches et de l’enseignement de Jean-Claude BURGER qui avait animé des séminaires au Château de Montramé à Soisy-Bouy près de Provins, auteur de la « Guerre du Cru, Instinctothérapie »… je ne parle bien que de ses recherches sur l’alimentation crudivore, des conséquences sur le retour à un état de santé, et surtout pas de ses autres écrits et recherches sur la méta-psychanalyse (je tiens à bien préciser ce dont je parle !).
    J’ai expérimenté l’enseignement et la pratique alimentaire au Château de Montramé, je n’ai eu qu’à me féliciter des conséquences à long terme de cet enseignement.
    Seignalet n’est qu’un copieur qui ne cite pas le travail de recherche de BURGER dont il pille les résultats, c’est un IMPOSTEUR !
    Mais bien entendu vu tout ce qui se raconte sur le personnage… je me suis rendu sur place plusieurs fois, j’ai suivi les conférences, j’ai pratiqué pendant des années, je sais de quoi je parle !
    Pour le reste (les dérives autres que le plan de l’alimentation), je n’en parle pas, ça ne m’intéresse pas, ce n’est pas du tout le sujet de cet article, je ne prendrai parti ni pour, ni contre… bien des chercheurs qui ont trouvé des solutions réelles se sont faits flingués… ou maudits… donc un de plus !

    • do39

      Erratum : Guy-Claude BURGER (et non Jean-Claude) !

    • ciray

      Un Imposteur qui signe la préface du livre de G-C BURGER
      c’est bizarre tout de mème !

      http://joyeux-bio.pagesperso-orange.fr/seignalet-burger.htm

    • ciray

      Lors du procès contre G-c BURGER voici ce qu’ à dit le docteur Seignalet qui fut le dernier à témoigner .
      « J’ai étudié les travaux de Guy-Claude Burger à travers ses écrits uniquement. Je l’ai rencontré une seule fois, il y a treize ans lors d’une conférence qu’il donnait à Montpellier. C’est la deuxième fois que je le vois aujourd’hui. Ses théories m’ont paru dès le premier abord très solides, conformes à tout ce que l’on sait en biochimie et en immunologie. Ensuite, j’ai passé trois ans à essayer de trouver une faille, mais je n’en ai trouvé aucune. J’ai alors commencé des expériences sur des patients atteints de maladies de dégénérescence telle la polyarthrite rhumatoïde, avec des résultats plus que probants qui m’encouragent à continuer et à élargir ces expériences sur d’autres maladies. J’ai pu mettre ainsi en évidence l’incidence de l’alimentation sur les maladies de dégénérescence. »
      ALORS !

  • ciray

    Je confirme ! ayant acheté par hasard le livre du Dr Seignelet j’ai appliqué à la lettre ses conseils . Exit l’ Arthrose du genou et de la cheville , Exit également quelques années plus tard la Spondylarhtrite sévère de ma fille de 15 ans qui la vouait parait il d’après les médecins au fauteuil roulant à vie .
    Arrèt complet des produits laitiers et du pain c’est tout .

  • do39

    Merci de votre contribution par laquelle vous attestez bel et bien que Seignalet est un disciple de Guy-Claude BURGER dont il a repris tout le travail de recherche préalable.
    Que justice soit rendu à celui qui a redécouvert en premier l’alimentation crudivore et en a remis en importance la portée thérapeutique.
    Pour ce qui est du commentaire précédent sur ‘l’auto-discréditation’, c’est un point de vue très particulier… pour ma part, je considère que l’apport de Guy-Claude BURGER en matière de santé est fondamental… pour la méta-psychanalyse c’est un autre domaine, ne mélangeons pas tout, SVP !
    ça permettra au moins de rester clair sur le sujet.

  • do39

    IMPORTANT pour celles/ceux tentés par l’aventure du retour à une alimentation saine, respectueuse de votre organisme, voici un site à découvrir, attention c’est du très sérieux !
    http://vivrecru.org/

  • ladebrouille

    Après les souffrances que j’ai pu enduré pendant de longues années, arthrose dans la colonne vertébrale, poignée droit souvent bloquer, j’ai décider d’aller voir un toubib appliquant la méthode de René Quinton .Ce n’était nullement le bon protocole qu’il ma fais subir, mais un jour il me demandas d’arrêter de boire du vin, seul alcool que je buvais régulièrement, cela m’a procurer une grande amélioration, puis je l’ai abandonner car sa méthode étais tout sauf orthodoxe .Ce début février je décide d’arrêter de manger du pain et des produits laitier, résultat après 8 mois plus d’arthrose ni dans la colonne ni dans mon poignée droit.
    Dorénavant je mange des produits de magasins bio ,descente au enfer pour mon porte monnaie, et je bois du vin bio.
    Mais ne dit on pas que la bonne alimentation est selon la formule la pharmacie du pauvre .

  • do39

    Merci de ton témoignage.
    Manger ‘bio’ coûte-t-il vraiment beaucoup plus cher ?, n’est-ce pas avant tout un changement profond de choix de ce qu’on achête et consomme… déjà voir tout ce qui peut être produit par soi-même, ensuite privilégier les petits producteurs locaux sur des marchés de quartier, puis on ne consomme plus du tout les mêmes produits, je reste pour ma part (consommateur ‘bio’ depuis 1980) persuadé que c’est tout à fait faisable avec un budget restreint.
    C’est avant tout un changement majeur dans la façon de voir sa nourriture, et donc le choix des produits en découle.
    A-t-on besoin de vin, d’alcool, de viande, de charcuterie, de produits élaborés industriellement, sous barquette, de jus et produits sucrés, tous ces machins qui coûtent une fortune ?
    Les céréales et légumineuses (que l’on peut acheter en vrac dans une Biocoop) nourrissent profondément à long terme avec peu de volume… de même pour les oléagineux et fruits secs…
    Sans oublier tous les produits alimentaires que l’on peut trouver en pleine nature, légumes vivaces, plantes sauvages, baies, fruits divers… là c’est de la qualité, selon l’endroit de cueillette, et c’est gratis, mais faut y aller et se baisser pour ramasser… ça coûte un effort physique, eh oui, mais on a pas rien sans effort !
    A réfléchir… et surtout à mettre en pratique.

  • Franoise3 Franoise3

    J’ ajoute un 13ième <3 !
    Ce "régime alimentaire" me réussit tout à fait ... tant que j'arrive à m' y tenir ( = 1 jour , ou 1 repas .... ce qui n'est pas grand' chose mais je ressens un mieux-être immédiat ... stomacal , pour commencer !)
    Donc , on peut ......
    mais pour 1 "gourmand(e) " , qui n'aime que les "petits gâteaux" et les viennoiseries .... C vraiment très dur ! :-(
    En plus , les " pâtes "riz/quinoa .... C vraiment de la colle ( = ou alors , je sais vraiment pas les cuire .. )
    Quoi qu 'il en soit , je vais re-commencer , en plus persévérent !
    Si quelqu'un peut conseiller des recettes , des Sites dédiés ... Je suis + + + intéressées !

    • do39

      En règle générale, on pourrait considérer que tes ‘envies’ de gourmandise correspondent pour ton organisme à un appel fort d’un aliment qui lui manque, ou d’un produit dont il a besoin et qu’un aliment peut lui apporter, maintenant il faut découvrir ce que c’est… cherche plutôt du côté des fruits et légumes crus, sans oublier les oléagineux, ni même les protéines, comme les produits de la mer, plutôt que du côté de tout ce qui est trafiqué, fabriqué industriellement avec sucre, sel, matière grasse (choses qui seraient toutes à éviter)… as-tu pratiqué une période (même restreinte de jeûne ?), peut-être aussi serais-tu surchargée ou encrassée par un excédent d’un aliment trop privilégié… ton organisme te signale un manque de quelque chose d’important pour lui.. à toi de te mettre à son écoute, de le respecter, et de découvrir ce qu’il te réclame… bon courage.
      PS : je ne suis pas médecin, cet avis est juste informatif… sans aucune prétention.
      Les pâtisseries sont un bel exemple de chose à éviter : cuit, sucré, salé, gras… de même les mélanges de céréales sont à proscrire… car très lourd à digérer… l’organisme ne s’y retrouve pas.
      Je te recommanderai plutôt de chercher du côté des choses les plus simples… tel que mère nature les met à disposition.

    • furet

      Il faut persévérer, ce régime n’est pas si terrible si on utilise d’autres farines que la farine de blé : farine de riz,de chataignes, de quinoa, de pois-chiche etc… il suffit de s’habituer. Je connais une amie qui a la polyarthrite et qui a retrouvé goût à la vie grâce à ce régime. Il y a 10 ans j’allais me promener avec elle , mais elle circulait en fauteuil roulant , tant ses douleurs étaient insupportables. Aujourd’hui nous allons marcher 5 km sans problèmes !
      Quelle importance : qui a commencé à s’interresser à cette alimentation ? il y a toujours un pionnier et les autres reprennent le flambeau.
      Merci à Mr Seignalet qui a du lutter dans sa profession de médecin, et qui n’est pas encore toujours reconnu.