Pénurie de déchets à Oslo

© thinkstock.

Près de la moitié de la ville d’Oslo, dont la plupart de ses écoles, est chauffée grâce à la combustion des déchets. Seulement, les Norvégiens pratiquent aussi le tri des déchets et ceux-ci sont à ce point disciplinés que la capitale – qui compte pourtant 1,4 million d’habitants – doit faire face à une pénurie de détritus!

Les pays d’Europe du Nord ont adopté depuis plusieurs décennies cette pratique de combustion des ordures pour produire de la chaleur et de l’électricité, mais c’est la première fois que la demande dépasse largement l’offre. C’est que l’éco-consommation est une institution dans le pays. Les Norvégiens, tout comme leurs voisins Suédois et Finlandais, sont soucieux de limiter leurs déchets, au point que la population norvégienne ne produit qu’environ 150 millions de tonnes de déchets par an, beaucoup trop peu pour fournir suffisamment les usines.

Il faut dire que la « guerre » des déchets fait rage et chacun veut grappiller les ordures des autres. Ainsi, Stockholm est devenu un concurrent de taille puisque la ville suédoise a réussi à convaincre certaines municipalités norvégiennes de déposer leurs déchets chez elle. Par bateau et par camion, d’innombrables tonnes de déchets font donc leur chemin de l’autre côté de la frontière.


« Il y a un marché européen des déchets qui sont désormais considérés comme une véritable marchandise et c’est un marché en pleine croissance », explique Hege Rooth Olbergsveen, conseiller du programme de valorisation des déchets d’Oslo. L’Europe envoie donc ses déchets vers les pays nordiques.

Respectueux de l’environnement, vraiment?
Si la Norvège se classe parmi les 10 plus grands exportateurs mondiaux de pétrole et de gaz, possède des réserves abondantes de charbon et un réseau de plus de 1.100 centrales hydroélectriques, le brûlage des déchets fait partie des énergies renouvelables et permet de réduire l’utilisation des combustibles fossiles. Un choix sur lequel le pays ne souhaite pas revenir.

Pourtant, tous ne sont pas du même avis. « D’un point de vue environnemental, c’est un énorme problème », considère Lars Haltbrekken, président du plus ancien groupe de protection de l’environnement de Norvège, qui ajoute: « Il y a une pression pour produire toujours plus de déchets ». Pour lui, produire moins de déchets devrait être la priorité, « mais nous importons des déchets de Leeds et d’autres régions d’Europe. Nous avons même accepté d’aider les Napolitains, mais ce n’est pas une bonne stratégie à long terme ».

Article complet sur 7sur7.be

7 commentaires

  • supermouton supermouton

    Si seulement nous pouvions en être arrivés a ce niveau de problème a régler :-)

  • Analogique Analogique

    Les pays nordique sont en effet reconnus pour leur propreté.
    Je trouve que c’est une très bonne chose qu’il recycle à leur façon leur déchets.
    De là à vouloir en produire d’avantage, n’abusons pas non plus, enfin les verts verront toujours du mal partout.

  • Le Gaulois libre

    S’ils le veulent, nous avons une énorme cargaison de pourritures politiques que nous serions heureux de leur offrir gratos…

    Claude Guéant serait même prêt à payer les frais de transport, en liquide, ou en tableaux de maître… :-)))

    • Thierry92 Thierry92

      Je viens de me connecter et je constate que vous me l’avez retiré du clavier. En attendant on pourrait en stocker quelques uns chez le fils fabius.

  • delaney

    j’ai vu un reportage là dessus il n’y a pas longtemps, et j’ai littéralement halluciné !! j’ai trouvé ça génia !
    faire disparaitre nos déchets + les eaux usés pour en faire de l’énergie c’est tout simplement génial !
    ça permettrait de réduire considérablement le production d’énergie nucléaire (meme si cela ne réduit pas le problème, ça permet déjà de moins consommer de nucléaire)

  • N-Lord N-Lord

    Ils ne font pas que cela, ils ont aussi
    des bus qui roule au pet
    (ben du gaz issus de la fermentation de lisier,
    je m’excuse, mais c’est de la proute)