Les services secrets prédisent l’enfer pour 2030

Surpopulation, guerre de l’eau, manque de nourriture et épuisement des ressources de la planète, un rapport du National Intelligence Council dresse un constat qui fait froid dans le dos pour les années à venir.

Nous sommes de plus en plus nombreux sur la Terre ce qui provoque des conséquences alarmantes.

Nous sommes de plus en plus nombreux sur la Terre ce qui provoque des conséquences alarmantes.
Image: Keystone

A quoi ressemblera la Terre en 2030? Combien serons-nous? Y aura-t-il assez à manger pour tout le monde? Où devrons-nous vivre? Autant de questions qui peuvent être des facteurs d’instabilité dans le monde et auxquelles le National Intelligence Council (NIC) américain vient de répondre dans le rapport Global Trends 2030 publié récemment.

Crucial

La question de la démographie est cruciale pour l’avenir de la planète. Et la Terre devrait accueillir 8,3 milliards d’habitants en 2030, rappelle l’étude rapportée par Le Monde, contre 7,1 aujourd’hui. Mais surtout contre 2,5 milliards en 1950.

Autant de chiffres qui ont des conséquences pour l’état de santé de la Terre. Des conséquences d’abord alimentaires. Car la demande en nourriture devrait augmenter de 35% d’ici 2030. Or, les rendements agricoles, même s’ils continuent de s’améliorer, n’arriveront pas à répondre à la demande et nous vivons déjà sur les réserves selon le rapport du NIC, le bras analytique et prospectif des services de renseignement américains.

On consomme plus que l’on produit

«Au cours de sept des huit dernières années, le monde a consommé plus de nourriture qu’il n’en a produit. Une grande étude internationale estime qu’en 2030, les besoins annuels en eau atteindront 6900 milliards de mètres cubes, soit 40% de plus que les ressources durables actuelles», note l’étude. Pire encore: le rapport souligne que presque la moitié de la population mondiale vivra dans des régions touchées par la sécheresse, provoquant ainsi de gros risques de guerre pour l’eau. Mad Max n’est décidément pas loin…

En outre, les pays émergents sont en train de changer leur régime alimentaire et consomment de plus en plus de viande. Or, la production de viande exige beaucoup d’eau et de céréales également avides de liquides.

Le rapport souligne aussi que 60% de la population mondiale vivra en ville en 2030. Là aussi, les conséquences seront graves pour l’environnement. Car l’urbanisation croissante «a conduit à des réductions drastiques des forêts, des changements négatifs dans le contenu nutritif et la composition microbienne des sols, des altérations dans la diversité des plantes et animaux supérieurs ainsi que des changements dans la disponibilité et la qualité de l’eau douce».

Bref: l’avenir ne s’annonce pas franchement rose en terme de sécurité alimentaire. Reste à savoir comment les Américains, qui ont refusé de s’engager récemment sur la limitation des gaz à effet de serre lors des négociations de Doha, vont empoigner le problème décrit minutieusement cette fois pour leurs propres services de sécurité.

Articles en relation

Source: Lematin.ch

24 commentaires

  • joe14-40

    on ne produit pas assez de nourriture, pourtant on sait que 30% vont a la poubelle… bizarre, bizarre

    pour la surpopulation, il reste 17 hivers, donc 17 occasions de lancer une pandémie de grippe…

    et pas un mot sur les guerres, ben non c est une prévision made in usa…

    • Chegoku Chegoku

      Et pourtant nous en produisons déjà suffisamment pour nourrir toute la planète.
      Mais quand une vaste partie des végétaux est utilisée pour engraisser des animaux d’élevage dont la consommation est abusive, ça pèse dans la disponibilité. (9kg / kg de boeuf)
      Ajoutez à ça tout les végétaux utilisés dans le production de biocarburant…

      L’offre végétale serait suffisante à condition qu’elle soit mieux distribuée.

      Alors si en plus on gaspillait moins…

      Et comme toujours, il faut payer. Et là, on aura beau produire tant qu’on veut, si les pauvres n’ont pas les moyens de raquer, ils crèvent la dalle.

      Il pa

      • Nevenoe Nevenoe

        Exact, ce sont des choix fait sciemment afin de faire monter les prix donc les profits quitte à affamer une partie de la planête.

      • Chegoku Chegoku

        Il serait d’ailleurs temps de réguler le marché des matières premières alimentaires de façon drastique.
        Comment peut-on accepter que des spéculateurs se fassent du fric sur le cours de ces denrées avec comme conséquence plus de crève la faim.

        Quel bordel!

      • Nevenoe Nevenoe

        il faut réinstaurer le contrôle des prix de l’alimentation et réindexer les salaires sur l’inflation pour commencer.

      • Chegoku Chegoku

        Pour ça ici en Belgique, on a encore l’indexation des salaires qui devient une exception en Europe et envers laquelle tout les autres états nous mettent la pression.
        Ca fait mauvais genre d’autant que vu les résultats pas si mauvais de Belgique face à la crise, ça pourrait donner des idées aux autres populations. Il est évident que dans ce système absurde de croissance indispensable, maintenir le pouvoir d’achat c’est préserver la croissance. Après d’autres facteurs entrent en jeu mais l’index belge a quand même limité la casse pour l’instant.
        Mais vous savez, la sacro-sainte compétitivité créée de toute pièce par le dumping est un argument de pression pour faire sauter l’index. Il parait que nos entreprises en souffrent trop!

      • Nevenoe Nevenoe

        Ca a été supprimé par Mitterrand dès son arrivée au pouvoir : une énorme trahison vis à vis des classes moyennes et populaires et un énorme cadeau aux banques.

      • nina

        les états unis ont stoppé leur subventions pour la productions de l’éthanol … donc a moyen terme la fin de la bêtise des biocarburants.

  • Emy Emy

    l’an 2030 c’est loin on sera probablement mort avant toussas.
    il y aura une catastrophe bien avant ça.
    on ne sera pas a 8,3 milliards d’habitants en 2030 mais beaucoup moins maximum 3 milliards pas plus ou alors population zéro.

    • nina

      Je suis d’accord avec vous je pense que des décisions ont soit été prise soit sont en pour parler pour remédier a la surpopulation mondial qui ne sert plus leur économie …. si la nature ne s’en charge pas avant évidemment

    • 195402

      ah bon…j’étais pas au courant ! lol

      • tarou1

        faut juste etre un peu réaliste et voir le monde d’aujourd’hui economique et ecologique
        il y a un livre qui s’appelle « 2030 le krach ecologique » ce livre explique tous les problemes qui aurait du etre en 2030 et qu’il serait difficile de s’en sortir c’est comme un chas d’aiguille sauf que ces problemes nous sommes deja dedans nous avons donc 17 ans d’avance (bien plus car ce livre date un peu)mais si on prends 2013 ça fait plus que 17 ans alors c’est vraiment pas bon signe. je veux bien que certains ont encore de l’espoir mais ça risque d’etre de plus en plus difficile de croire a des lendemains joyeux. l’humain a besoin d’espoir sauf que la réalité va falloir y faire face.

  • nina

    les rendements agricoles ne s’améliorent absolument pas c’est tout le contraire et ce depuis quelques années déjà (nombre d’études l’ont démontré) .. nous avons trop tiré sur la corde avec l’agriculture intensive et tout ce que cela comporte (produit chimique, monoculture, non respect en tout genre des sols, mécanisation a outrance, OGM, … et j’en passe et des meilleurs).
    les réserves justement parlons en … elles ne sont estimé qu’à quelques jours seulement pour l’Europe et il n’y en a plus pour les états unis (problème climatique répétitif d’une année sur l’autre, les exploitants agricoles qui coulent les uns après les autres, sans compté les nombreuses pollutions et expropriations etc … ce qui oblige les USA à acheter en masse en amerique du sud.
    Quand a parler de l’eau … tout est dit !!!
    Sauf la qualité réelle de l’eau et les ressources disponibles bien inférieur à la quantité exploité.
    Ce rapport est bien trop optimiste par rapport a la réalité mais comme tout les rapports officiels.
    Comment expliqué aux populations sans affolé que nous sommes dans une situations non plus critique mais catastrophiques.

    • Bidule

      Comme dit Claude Bourguignon, le terme « agriculture intensive » n’est pas approprié car, par hectare, on ne récolte pas plus qu’avant, c’est par fermier que la récolte est plus importante… grâce aux machines…

  • Maverick Maverick

    Ca me rappelle une phrase de Bush, du genre « Il est difficile de faire des prévisions, surtout en ce qui concerne l’avenir ».

    En attendant, je vais aller voir si ce rapport prend en compte le « Peak Oil » … Parce que s’il y a une pénurie de pétrole, la productivité agricole va chuter … Fini les pesticides, les engrais, le gasoil pour le tracteur …

  • Bidule

    A propos de nourrir tout le monde, depuis quand a t-on l’intention de nourrir tout le monde?
    C’est nouveau ça?
    C’est l’argument que les multinationales « anti bio » emploient toujours : »avec le bio on ne pourrait pas nourrir tout le monde! »

    Si on voulait vraiment nourrir la planète, on pourrait…
    C’est comme l’eau… on laisse crever les gens de soif …pourquoi fait-on des pipelines pour amener le pétrole là où on veut et pas pour amener de l’eau??
    Avec de l’eau, les gens pourraient cultiver … et accessoirement, boire…

    • Chegoku Chegoku

      Même plus simple que ça. Regarde l’Afrique. Il suffit de creuser même dans les régions désertiques. L’Afrique à un sous-sol rempli d’eau. Donc même pas besoin de la faire transiter, elle est sur place et il suffit de la sortir. Mais une fois encore, le fric décide.

      Et question eau, vous savez que le projet de grande rivière que Kadhafi menait depuis deux décennies allait toucher à sa fin. Il devait être mis en service 3 mois après le début des hostilités. Et ceux qui en ont prix le contrôle aujourd’hui ne manqueront pas de le vendre à prix fort contrairement à ce que Kadhafi voulait en faire.
      Il est estimé que la réserve fossile source que Kadhafi est allé cherché représente une réserve en eau valorisable à hauteur de 58 mille milliards de dollars. (58.000.000.000.000$ au cours actuel)
      Finalement, il y a plus de richesse en eau qu’en gaz et pétrole en Libye. On a toujours parlé du contrôle du pétrole libyen, mais le contrôle de la grande rivière serait encore plus profitable dans le contexte régional où la désertification avance rapidement.

  • 195402

    c’est encore de la DéMAGOGIE cet article…on s’en tape de 2030…ON VIT ICI ET MAINTENANT EN 2013…donc si il y a un changement à effectuer pour améliorer mes conditions de vie , c’est maintenant qu’il faut que je bouge mon cul…DANS LA JOIE ET LA BONNE HUMEUR …et non rester dans le froid(terme générique pour rime avec joie, le froid , la misère sociale, l’isolement) et la peur…que ne manque pas d’inspirer ou de renforcer ce genre d’article AMEN

  • Sky

    Les OGM vont combler tout ça :). Il faut lire Science et Vie. Les Scientifiques ont déjà trouvé la parade, ils y travaillent actuellement. Il y aura de la viande pour tout le monde. Par contre l’eau est un autre problème. J’aimerai bien voir l’état de la planète dans 100 ans …

  • angiza

    Une étude récente montre que si l’ensemble de l’humanité actuelle se nourrissait végétarien en supprimant cependant les produits laitiers issus des bovins, mais en gardant les produits ovins et caprins la surface agricole mondiale serait de 12 fois la superficie de la France ce qui n’est rien au regard de l’ensemble des surfaces cultivées actuellement.
    Et ceci en biologie avec un système de permaculture (plus de labours, apport de biomasse en surface, réduction considérable des besoins en eau et rendements en évolution). réf les moissons du futur de Marie Noelle Robin.