Le retour de la pauvreté de masse en Europe

Tout est dit, donc pas besoin de rajout de ma part…

Presque 1 personne sur 4 dans l’Union européenne est menacée de pauvreté ou de misère sociale en 2010. C’est la conclusion d’un rapport officiel qui a été publié par la Commission européenne en décembre. Selon le rapport, 115 millions de personnes, soit 23% de la population européenne, ont été désignés comme pauvres ou socialement défavorisées. Les principales causes sont le chômage, la vieillesse et les bas salaires, avec plus de 8% de tous les employés en Europe aujourd’hui appartenant à des « travailleurs précaires ».
Les parents célibataires, les immigrants et les jeunes sont les plus touchés. Chez les jeunes, le chômage est deux fois plus élevé que chez les adultes. Quelques 21,4% des jeunes Européens n’avait pas de travail en septembre 2011. L’Espagne reste en tête des autres pays de l’UE avec un taux de chômage des jeunes de 48%, soit presque 1 jeune sur 2. En Grèce, Italie, Irlande, Lituanie, Lettonie et Slovaquie est le chômage des jeunes entre 25 et 45%.
Dans des pays comme l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Autriche, le taux de chômage des jeunes sont plus faibles seulement parce que la formation prend plus de temps et beaucoup de jeunes chômeurs sont « stockés » dans toutes sortes de régimes qui les excluent des statistiques officielles. Mais même dans ces pays la chance de trouver un emploi décent est en diminution. Environ 50% de tous les nouveaux contrats de travail dans l’UE sont des contrats de travail temporaire ou intérim. Pour les travailleurs âgés de 20 à 24 ans, la proportion est de 60%.
La croissance de la pauvreté et la précarité sociale n’est pas simplement une conséquence de la crise économique, mais plutôt le résultat d’une politique délibérée de la part des gouvernements européens et l’Union européenne. En dépit de ces statistiques alarmantes, les autorités continuent à restreindre dans les dépenses sociales, l’augmentation de l’âge de la retraite, d’éliminer les emplois du secteur public et d’élargir le secteur à bas salaires, toutes les mesures qui élargissent et aggravent la pauvreté. Avec la décision lors du dernier sommet UE à inclure un « frein à l’endettement » dans les constitutions de tous les Etats membres de l’UE, les gouvernements se sont privés de presque toute possibilité d’atténuer la crise sociale par des mesures fiscales.
Après la Seconde Guerre mondiale, lorsque le chômage et la pauvreté ont été répandues en Europe, même les gouvernements de droite se sont sentis obligés de promettre un avenir meilleur et plus prospère. Aujourd’hui, tous les gouvernements européens n’ont rien à offrir à la population qui travaille en dehors du sacrifice et de privations.
Chaque discours du Nouvel An fait écho à ce thème. Le Premier ministre grec, Lucas Papademos, a mis en garde ses compatriotes, qui ont déjà été soumis à des réductions brutales, « Nous devons poursuivre nos efforts avec détermination pour que les sacrifices que nous avons faites jusqu’à présent ne sera pas en vain. »
Le président français, Nicolas Sarkozy, a proclamé : « Cette crise exceptionnelle, sans doute la plus grave depuis la Seconde Guerre mondiale, n’est pas terminée … vous êtes plus inquiet pour vous et vos enfants à la fin de l’année. »
La chancelière allemande, Angela Merkel, a menacé : « L’année prochaine sera sans aucun doute plus difficile que 2011. » Et le président italien, Giorgio Napolitano, un ex-stalinien qui a passé des décennies dans le Parti communiste, a appelé la population italienne à faire des sacrifices afin d’équilibrer le budget national : « Personne, aucun groupe social, ne peut aujourd’hui éviter l’engagement de contribuer à l’assainissement des finances publiques afin d’éviter l’effondrement financier de l’Italie », a-t-il dit.
L’affirmation selon laquelle les mesures d’austérité sont utilisés pour étayer des trésories nationaux est un mensonge flagrant. Les finances publiques sont insolvables parce qu’ils ont été pillées par la même élite financière qui bénéficie maintenant de mesures d’austérité.  Les impôts sur les bénéfices, les biens et les revenus élevés ont été maintes fois réduits. Beaucoup de pays européens, où la pauvreté est particulièrement élevé, ont introduit un impôt forfaitaire de moins de 20%. Il ya trois ans, des milliards en fonds publics ont été transférés dans les coffres des banques pour couvrir leurs pertes spéculatives.
Le rapport de l’UE documentant la croissance de la pauvreté contient également des chiffres sur l’écart croissant entre riches et pauvres. En Allemagne, le plus riche de 1% de la population possède 23% de toutes les richesses et les dixièmes les plus riches contrôlent 60 pour cent. La moitié de la population possède seulement 2% de toutes les richesses. Le rapport dit : « Une structure où les pauvres possèdent moins de 5%, les classes moyennes possèdent 30 à 35%, et les riches détiennent plus de 60% représente un modèle typique se trouvant dans la plupart des pays européens. »
L’élite financière qui monopolise une énorme proportion des actifs sociaux a perdu toute inhibition sociale. Dans la période d’après-guerre, avec les souvenirs de crimes de guerre encore fraîches et les sentiments socialistes répandue, ils ont été forcés à faire des concessions sociales pour préserver leur domination. L’existence de l’Union soviétique a également exercé un effet modérateur. Malgré la dégénérescence stalinienne, les relations établies biens nationalisés par la révolution russe a représenté une alternative possible au soi-disant marché libre.
Au cours des 20 dernières années, l’élite financière a perdu toute retenue et déclare la guerre à la classe ouvrière. Si des élections démocratiques dressent sur son chemin, il les balaie, comme en Grèce et en Italie, où les gouvernements technocratiques ont été installés qui sont responsables uniquement envers les banques. N’est pas non plus l’oligarchie financière peur de la répression violente de la résistance sociale, comme en témoigne l’expulsion forcée de manifestants « Occupy » à travers les Etats-Unis et l’international.
Comme la fin des années du XVIIIe siècle, l’aristocratie française à la veille de la révolution, l’aristocratie financière d’aujourd’hui n’est pas prêt à céder même une petite fraction de ses privilèges ou de la richesse.
L’élite financière est appuyée par les représentants des classes aisées du milieu dans les médias, les partis politiques établis, les syndicats et le milieu ex-gauche, qui insistent qu’il n’y a pas d’alternative à l’austérité et utiliser tous les moyens pour saboter l’opposition sociale.
Un représentant typique de cette espèce est l’ancien chef du parti vert allemand, Joschka Fischer. Dans l’édition du Nouvel An de la Süddeutsche Zeitung, le ministre des Affaires étrangères allemand et dernier rancien adical a accueilli avec enthousiasme les dernières mesures d’austérité concordées par l’UE et s’est terminé avec un hymne de louange aux marchés financiers. « Et à qui devons-nous tous ces progrès européen ? » Écrit-il. « À la sagesse de nos dirigeants ? Malheureusement pas. Il était presque exclusivement due à la pression des marchés décriée ! »

Le retour de la pauvreté de masse vers l’Europe prépare le terrain pour le retour de la révolution. La classe ouvrière et la jeunesse doivent se préparer à l’inévitable confrontation avec l’élite financière en rompant avec ses représentants politiques dans la social-démocratie, les syndicats, le parti de gauche et d’autres organisations pseudo-gauche, et d’entreprendre la lutte pour un programme socialiste par le biais la construction des parties égalité socialiste et le Comité international de la Quatrième Internationale à travers l’Europe.

 

17 commentaires

  • pokefric pokefric

    J’ai une solution qui va faire de nouveau débat:
    Qu’ils achètent de l’or ou de l’argent………….

  • pokefric pokefric

    Bonne soirée les chéris (ies), à demain, je promet de resté sage et docile, et obéissant et ??? j’arrête la,ils vont me pucer….
    Sans rancunes

  • Mais on t’as déjà pucé, tu te souviens la fois où t’étais partie chez le dentiste… :doctor:
     
    (je déconne, quoique…)

    • Une puce chez le dentiste dans l’armée des douzes singes.

      Extrait:   http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=C2BSf_hZr7w

      • lol en effet ^_^
        m’en souvenais plus du tout, y’a de quoi devenir parano, idem pour les opération à l’hosto, on sait pas ce qu’il font les médecin quand on dort, si ça s’trouve on est déjà des millions à avoir une puce parce qu’on est passé un jour sur le billard, ce qui est mon cas.

      • Mustapha Meunier

        Excellent ce film
        c’est pour quand le virus ???
         
        21 décembre 2012:
        Un groupuscule révolutionnaire, dénommé « La Terre Première »
        catégorisé jusqu’alors par les agences de renseignement comme non-dangereux
        à répandu un virus mutagéne extrémement instable, nos scientifiques sont
        dépassé, impuissant, la recherche dans ce domaine n’étant qu’au stade
        embryonnaire, le virus lui, se répand et se multiplie en de multitude de variante,
        toutes plus déstructrice les unes que les autres, les morts s’ammoncellents aux
        quatre coins du monde.
        De plus des maladies que l’on croyait disparues refont surface, peste, choléra,
        rage, ébola, c’est une hécatombe à l’échelle mondiale que nous sommes en train
        de subir, aucune solution n’est envisagé, aucune solution n’est envisageable dans
        notre grande impuissance, nous nous en remettons corps et ames à Dieu tout
        puissant, créateur de toutes choses.
         
        Journal du capitaine de l’arche de noé végétal – Arctique Nord

      • Maverick Maverick

        Foutaises. Un virus « mutagène extrêment instable » a toutes les chances de devenir innoffensif et/ou peu contagieux très rapidement (justement à cause d’une mutation). Voyez le SIDA : Il a muté et il est devenu pathogène. et depuis, il a très peu muté (5, 6 souches ?). Et au contraire d’Ebola, il tue lentement, pour avoir un maximum de chances de se propager. « festina lente », « hâtes-toi lentement » disaient les Romains …

      • Mustapha Meunier

        Ou toutes les malchances, tout depend du point de vue ;)
        mais tu admettra que meme à 99,9% il reste encore 1/10 de chance :)
         
        Misérables petites créatures insignifiantes que nous sommes…

      • Maverick Maverick

        Par contre, en ce qui concerne la Peste, je vous recommande ce lien. Il y a une erreur de traduction, quand ils disent « mouche » il faut comprendre « puce » mais c’est instructif… Comme quoi les anciennes épidémies de la Peste aurait pu être déclenchées par des variations climatiques ?

        http://lesmoutonsenrages.fr/2011/12/21/le-krakatoa-lincroyable-catastrophe/

      • Mustapha Meunier

        Ou part la famille Rotschild ;)

  • pokefric pokefric

    Ce n’est pas le travail que l’on veut diminuer, c’est les salaires : Propos d’une ministre Grec,on la voit venir celle ci….
    Bonjour les p’tits loups,Oops, les motonsenragés :cat:
    Je pense que le décor est planté, ils peuvent passés à l »étape suivante….
     
     

  • Les 10 plus gros employeurs au monde

    Ce sont principalement des entreprises publiques qui se retrouvent dans le top 10 des plus grands employeurs au monde. Les numéros un et deux sont respectivement les armées des Etats-Unis et de la Chine.    

    http://www.brujitafr.fr/article-les-10-plus-gros-employeurs-au-monde-97277777.html

  • Maverick Maverick

    Hmm. C’est un peu simple de dire que l’Oligarchie a vécu au-dessus de nos moyens. Je ne dis pas que c’est faux, mais comme le disait si bien La Fontaine : « Tout flatteur vit aux dépends de celui qui l’écoute » … :sheep:

  • lafleur

    nous sommes de plus en plus nombreux sur la planête , mais surtout le nombre de précaires et de trés pauvres augmentent considérablement ;un de ces quatre , tout ces gens vont se révolter , une masse nombreuse qui se retournera contre les cupides , les obligeant à dégager pour se mettre à l’abris ; ce jour là nous reprendrons notre destin en mains, car les friqués ont tout sauf des couilles ; ce sont des rats humainsqui iront s’entérer dans leur bunker et y crèveront ;c’est tout ce qu’ils méritent ;

  • pokefric pokefric

    Je vous proposent le film « En temps » ou in time in english
    Résumé:
    L’action de En temps, dont le scénario se situe à mi-chemin entre drame et science-fiction, se déroule dans un monde où le temps vaut de l’argent. Littéralement. Pour contrer la surpopulation, tout le monde vit jusqu’à 25 ans, après quoi les humains sont programmés pour mourir dans un délai d’un an, à moins qu’ils ne puissent acheter du temps en extra.
    Le temps devient ainsi une monnaie d’échange. Les gens paient ce qu’ils achètent en minutes et en heures. Ce qui signifie que les pauvres meurent jeunes, à travailler pour tenter d’acquérir le plus d’heures possible, et ce, jusqu’au bout du temps qu’ils possèdent. Et les riches vivent éternellement.
    Voyons voir; les riches obtiennent toujours plus alors que les pauvres paient la note? La situation me semble assez familière…
    Peu importe, ce dont ce monde futuriste a besoin, c’est un Robin des Bois, bien sûr. Et sans sa chemise, en plus. Torse nu, il volera le temps des riches pour le redistribuer aux pauvres, aidant ainsi à atténuer les inégalités et à percer au grand jour l’injustice. Il va démontrer, par ses actions héroïques, à quel point les riches sont corrompus et irréfléchis et les pauvres opprimés.
    Réitérer la vieille équation : riche = mal, pauvre = bien. «À bas les riches! Le pouvoir au peuple!» Je ne sais pas s’il existe bien des manières de reformuler une telle idée, mais le film, quant à lui, arrive à la marteler encore et encore et encore et encore et encore, et ce, pendant presque deux heures.
    Vous pourrez le trouver ici
    http://www.live-medias.net/films/video.php?id=25527

  • mémé

    Peut-être que les pauvres se révolteront. A la condition qu’ils ne soient pas trop vieux ( les retraités), pas trop occupés à bosser ( les travailleurs pauvres) , pas trop malades ( ceux qui sont à la rue)…Et en plus si la révolution est récupérée par des groupes religieux comme en Tunisie, ça coupe l’envie.
    Il me semble, d’après mes souvenirs de lycée que la révolution française avait été conduite par des bourgeois.