Le Royaume-Uni se dirige vers un système de santé à l’américaine

Rien de bien étonnant, mais ce n’est pas ce qu’on peut appeler un système de santé, disons plutôt une hécatombe programmée, directement! De moins en moins de personnes peuvent se soigner, là cela va régler une partie du problème… Il y en aura encore moins comme cela!

  • Le système de santé universel gratuit, mis en avant et protégé par les travaillistes pendant treize ans, est devenu l’une des cibles privilégiées des conservateurs.
  • Les patients ressentent déjà les premières secousses des coupes budgétaires.

En mars 2010, soit deux mois avant l’élection générale qui mit fin à ses treize années de pouvoir consécutif, le Parti travailliste annonçait une réduction de l’équivalent de 4,9 milliards d’euros du budget de la santé d’ici à 2012 et de 23 milliards d’euros d’ici à 2015.

http://www.motifake.com/image/demotivational-poster/0912/bad-medicine-weird-nurse-demotivational-poster-1260499843.jpg

Cette opération devait être réalisée sans perte d’emplois mais par des « rationalisations », une promesse confirmée par le premier ministre conservateur David Cameron dès son arrivée à la tête du pays.

Un an et demi plus tard, le secteur de la santé bouillonne. Non seulement le nombre d’employés directs et indirects du secteur a chuté, mais le secrétaire d’État Andrew Lansley entend ouvrir les services de la santé à la concurrence du secteur privé et attribuer la gestion des organismes locaux à des médecins généralistes.

Coupes budgétaires

Officiellement pour faire baisser les coûts des dépenses publiques. Aux yeux de 400 médecins expérimentés et experts de la santé publique, cette réforme engendrera pourtant « un dommage irréparable au système de santé, aux patients et à la société tout entière », comme ils l’expliquent dans une lettre publique publiée début octobre.

Les premières conséquences des coupes budgétaires sont déjà visibles. Concrètement, un infirmier sur vingt a perdu ou perdra son poste d’ici à 2014, ce qui réduira leur nombre de 330 000 à 315 000.

Plusieurs hôpitaux ont prévu de disparaître, de fermer des départements (notamment les services d’urgence), voire de ne pas rester ouverts le week-end. Certains services liés à la maternité ne seront plus assurés : deux centres des naissances, qui aidaient les femmes avant leur accouchement, ont déjà fermé leurs portes.

Les patients se plaignent

Par ailleurs, de nombreuses sages-femmes (qui remplacent presque systématiquement les gynécologues lors des rendez-vous préalables à l’accouchement) ont été licenciées alors qu’une récente étude précisait la nécessité d’en embaucher plusieurs milliers.

Et le guide De la naissance à cinq ans , distribué gratuitement à plus de 700 000 familles chaque année, sera désormais uniquement disponible sur Internet, ce qui limitera son accès par les plus pauvres. Et ce bien qu’on estime qu’il a fortement contribué au recul du nombre de morts subites de nourrissons, ces vingt dernières années.

De nombreux patients se sont déjà plaints du refus par leur médecin traitant de leur attribuer gratuitement un antidouleur spécifique qu’ils utilisaient jusqu’alors.

Enfin, les budgets destinés à la lutte contre l’alcoolisme, l’obésité et la cigarette, trois programmes désignés comme primordiaux par le gouvernement, font l’objet de coupes sévères malgré leur efficacité et le coût majeur de ces maladies pour le système de santé.

Source: la-croix.com

5 commentaires

  • filibert

    Bientôt le retour à la préhistoire !
    Bienvenue dans le capitalisme ultra-libéral des loups aux dents longues !
    Pas de pitié pour les moutons même enragés !

  • Les système anglo-saxon dit libéral est une véritable plaie. D’ici peu, nous allons assister au retour aux vieilles lanternes de « Reaggan et Tatcher ». Le néo-libéralisme depuis les années 80 a détruit tout sur son passage. Résultat esclavage en Orient et Misère en Occident.

    Il y a fort à parier que dans cette tempête financière, les Etats-Unis et le Royaume-Uni vont rééquilibrer leurs variables économiques par des mesures drastiques. La reprise espérée viendra t-elle à nouveau et comme toujours des anglo-saxons?

    La France fidèle à elle-même n’a rien d ‘autre à faire que d’attendre cette reprise comme on attend le salut. Hormis quelques réformettes, ici et là, l’Etat français composé de ces 5 millions de fonctionaires continue bon an mal an sonpetit bonhomme de chemin. C’est Etat est à la fois un avantage et un inconvénient. Il agit comme une chappe de plomb, tuant l’esprit d’initiative, d’entreprise… sa lourdeur administrative charge la société en lis, décrts, ordonnaces… et d’un aurtre côté il agit comme un véritable rempart contre les flutuactions économiques assurant par la même la garantie d’un niveau de vie, services publics… comme un socle de consommation garantie. Si l’armada de fonctionnaires n’était pas là, la dépression aurait touché l’économie française encore plus durement que ce quue nous vivons à présent. Bon nombre de PME, d’artisans, de commerçants vivent des revenus et de la consommation des traitements des fonctionnaires.

    Maintenant dépendre comme toujours de l’effort des autres, d’une reprise venant d’outre atlantique ou d’outre manche, c’est véritablement angoissant… Comment ne pas comprendre la nécessité et l’utlité de la flexibilité en économie? Mais comment ne pas comprendre la nécessaire obligation d’assurer un filet de protection sociale de lart d’une société digne de ce nom? Comment optimiser l’économie tout en protégeant les individus?

    Un début de réponse ici:

    http://www.inegalites.fr/IMG/pdf/Van_Parijs-2.pdf

    • engel

      En clair, vous nous expliquez que le tertiaire étatique est source de richesse pour la nation ?

      • Le rôle regalien de l’Etat s’est étendue aussi à l’éducation et à la santé. Ce n’est pas plus mal. Cela n’empêche pas d’optimiser la gestion de ces services donc de faire des économies.

        Le modèle que je défends n’existe pas. Celui qui lui ressemblerait le plus est celui de la FLEXISECURITE.

        La notion de « flexicurité » trouve son origine en 1995 aux Pays-Bas suite à une note du ministre du travail, Ad Melkert, intitulée « Flexibility and Security ». Elle débouchera en 1999 sur la loi « flexibilité et sécurité » (« wet Flexibiliteit en Zekerheid ») dont l’objectif majeur est de réduire le dualisme du marché du travail, c’est-à-dire l’existence d’une main-d’œuvre stabilisée sur des marchés primaires et d’une main d’œuvre peu sécurisée sur des marchés secondaires beaucoup plus flexibles. Concrètement, cette loi a consisté à faciliter le recours aux contrats de travail temporaires par les entreprises, à attribuer les mêmes droits aux travailleurs en matière de sécurité sociale quel que soit le type de contrat et à soumettre les agences de travail temporaire à des règles plus strictes. Source WIKIPEDIA

        Le chemin pour y aller réside dans la mise en place d’un revenu de base alloué à la suite d’un service civil citoyen et accompagné d’une réforme fiscale.

        Pour savoir ce qu’est une revenu de base, une petite vidéo

        http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=JGfZBKO0KN0

  • Pikpuss

    Ces deux larrons que sont les USA et la GB doivent être mis hors d’état de nuire ! Leurs véritables richesses ainsi que leurs populations deviennent mineures par rapport au reste du monde qui ne veut plus se laisser faire. Nous les Français qui avons tant souffert de leur perfidie devons chercher des alliances économiques avec d’autres grands ensembles et boycotter le dollar. C’est comme cela qu’on aura la peau de la perfide Albion, non pas du peuple mais de la mafia qui règne là-bas depuis 200 ans.