De faim et d’indifférence…….

Touchée par cet article, je partage mon émotion et surtout ma réflexion. Comme beaucoup, j’ai donné pour Le Tsunami, pour Haiti, pour soulager la détresse de mes semblables…et force est de constater que rien ne change, toujours les mêmes images insoutenables de guerres, de désastres et d’agonie, de préférence aux heures de grande écoute, comme pour nous culpabiliser ou nous montrer la chance que nous avons, d’avoir de quoi remplir nos assiettes. Je ne donne plus, parce que je me demande où va mon modeste don, certainement pas aux désespérés, aux agonisants..qui sont toujours aussi squelettiques, les yeux toujours aussi interrogateurs sur le pourquoi de cette souffrance. Les priorités sont de sauver les pays victimes de l’ultra capitalisme, pas de sauver ceux qui n’ont rien, sinon on éviterait les guerres, on trouverait les quelques milliards nécessaires pour les aider….NON!! on ne peut pas, notre confort égoïste passe avant la vie de millions d’êtres. La volonté des politiques est anéantie par le sauvetage des banques, du capital, de cette course effrénée aux profits, qui malheureusement ne nous profitera en aucune façon, si ce n’est nous permettre de consommer d’avantage pour le plus grand bien des multinationales, qui ne voient que cotation, actions, spéculations, magouilles etc.. Et vous? quel est votre sentiment sur ce foutoir monumental?

Selon l’ONU, des dizaines de milliers de personnes sont mortes ces dernières semaines en Afrique de l’Est où la pire sécheresse en 60 ans touche la Somalie, mais aussi l’Éthiopie, le Kenya, Djibouti, le Soudan et l’Ouganda.
Photo: Reuters
Stéphane Laporte, collaboration spéciale
La Presse
On va souper dans le salon. Ça n’arrive pas très souvent, mais ce soir, mon frère est chez son copain Ronald, et ma soeur en répétition pour son récital de ballet. Alors lorsqu’on ne se retrouve

que tous les trois, mon père, ma mère et moi, on s’installe devant la télé.
Au menu, steak, frites et nouvelles. C’est bon! Le monsieur en cravate fronce les sourcils: «Nous allons vous montrer des images qui risquent de choquer…» Un enfant d’une maigreur comme je n’en ai jamais vu, le ventre anormalement boursoufflé, les yeux noirs comme la mort, est assis sur le sable.

Les mouches tournent autour de lui comme des vautours. Puis une femme, aux seins rachitiques, tente de nourrir un bébé qui n’a pas la force de téter. La caméra zoome arrière: des centaines et des centaines de cadavres vivants attendent la fin, mourant de faim.
Je n’arrive pas à avaler ma bouchée. Je me tourne vers mes parents: ma mère pleure et mon père hoche la tête. Le souper est terminé. On n’a plus d’appétit. L’enfant que je suis pose la question toute simple: pourquoi? Et les adultes que sont mes parents essaient d’expliquer, mais n’y parviennent pas. Ils ne savent pas.
Les images de la famine en Éthiopie, en 1973, ont foudroyé la planète en entier. Quatre ans après avoir vu l’homme marcher sur la Lune, après avoir applaudi la grandeur de l’homme, on voyait l’homme crever sur la dune, on constatait la petitesse de l’homme. Pas tant la petitesse des corps que la petitesse des coeurs de tous les autres humains, comme nous, qui laissaient une telle chose se produire.
Mon père a sorti son porte-monnaie de sa poche arrière, ma mère a fouillé dans sa sacoche, j’ai cassé mon cochon. On a tous fait des dons à Oxfam en espérant régler le problème. En espérant que tout le monde mange en paix.
On croyait avoir réussi, quand en 1984, les images sont revenues à la télé. C’était exactement les mêmes. L’enfant maigre au gros bedon, la mère épuisée berçant un bébé agonisant, le désert rempli de sacrifiés. C’est comme s’ils n’avaient pas bougé. Comme s’ils n’avaient même pas eu la force de mourir.
Ça nous a encore fait mal. Mais moins, il faut l’avouer. On s’habitue à tout, surtout au malheur des autres. Il a fallu que les stars se mobilisent et nous brassent un peu. En chantant Do They Know it’s Christmas?, We Are the World et Les yeux de la faim, ils ont réussi à nous soutirer quelques sous. Et nous donner l’illusion de sauver le monde. Une autre fois.
Des images de la famine actuelle en Somalie, je n’en ai pas vraiment vu. Ou si je les ai vues, elles sont passées très vite, avant la météo. Les médias doivent trouver que c’est du réchauffé. De toute façon, ça fait longtemps que les images ne nous impressionnent plus. Les meurtres, les guerres, les tragédies, on a vu tout ce qu’il y avait à voir sur YouTube. On est immunisés. Habitués.
Et quand bien même, que les yeux noirs comme la mort d’un petit Africain, crevant de faim, nous émeuvent encore, on est convaincu qu’on ne peut rien y faire.
Avant, on croyait que le vingt piastres qu’on envoyait aux organismes humanitaires se transformait en des centaines de verres de lait que les bons missionnaires distribuaient aux gens dans leur désert, pour le plus grand soulagement. Qu’ils pouvaient sourire à nouveau, une moustache de lait autour de la bouche, grâce à nous.
Maintenant, on pense que notre vingt piastres ne se rendra pas à ceux qui souffrent, qu’il va plutôt finir dans les poches de ceux qui font souffrir, dans les poches d’un gouvernant corrompu de ces pays maudits, qui va s’en servir pour se payer un drink. Grâce à nous.
On en devient fataliste.
C’est triste, mais c’est comme ça.
Il y a 38 ans, la faim dans le monde était notre priorité. On était si remués qu’on ne voulait plus manger tant que les petits Africains ne mangeraient pas, eux aussi.
Aujourd’hui, la priorité, c’est la dette des États-Unis. Pas la Somalie. Les économistes nous l’ont bien expliqué. Si le système capitaliste pète, tout pète. Alors si on ne veut pas perdre notre pouvoir d’achat, il faut se concentrer sur la dette américaine, européenne, canadienne et québécoise.
Pendant ce temps, ils sont des milliers à mourir de faim et d’indifférence. Surtout d’indifférence.
Il n’y a même plus d’enfants qui demandent pourquoi.
Il n’y a même plus d’adultes embarrassés de ne pas savoir.
Est-ce qu’il va falloir que James Cameron aille tourner la famine en Somalie en 3D pour que les images nous chavirent, pour que nos coeurs pleurent à nouveau sur le sort des victimes, pour que nos têtes essaient de trouver une solution?
Sur la liste de tous nos gros problèmes, 12 millions de personnes en train de mourir de faim, est-ce que ça pourrait être en haut?
Ce n’est plus mon petit cochon que je dois casser, c’est mon coeur de pierre.

Source Cyberpresse

Stéphane Laporte

 

 

 

 

Pourquoi les famines, comme celle qui frappe l’Est de l’Afrique, ne font pas – ou peu – la Une des journaux ? Installées dans la durée, sans véritables « rebondissements », elles ne réunissent pas les ingrédients de l’ « emballement médiatique », selon des experts.
Webinfos

Source l’éveil2011

31 commentaires

  • Dartag

    « Les priorités sont de sauver les pays victimes de l’ultra capitalisme »
    Foutaises, arrêtez de culpabiliser les gens,
    le but est de gaver les banques !!!  :!:

    • voltigeur voltigeur

      Je ne culpabilise personne Dartag! et c’est bien ce que je dis, on ne sauve que le Fric, quand je parle des pays victimes, c’est surtout aux citoyens que je pense, parce que chez ces vampires plein de bonnes intentions, nous représentons leurs forces. C’est nous qui les engraissons…et c’est nous qui acceptons les privations pour les «  »sauvetages » »en payant et en râlant, mais pas en refusant…Tout le monde le sait, mais peu de personne sont prêtes à renoncer aux banques, trop de contraintes pour s’affranchir du système!? :roll:

  • nocomprendo

    Allez donc la-bas pour constater l’absurdité…..de votre post.

    • voltigeur voltigeur

      Pourquoi l’absurdité?? expliques moi??

       

      • nocomprendo

        Parce que si tu écris ce que tes yeux n’ont pas vu,voila pourquoi c’est absurde…

      • candide

        Si tu es allé là-bas, décris ! c’est aussi un lieu d’échange d’informations et d’opinions.

      • voltigeur voltigeur

        Est il besoin de voir sur place? tout ceux qui ont vu ne racontent que des stupidités? les reportages, les témoignages, les appels aux dons! les cadavres squelettiques, les exodes, tout est faux?? :evil:

        Si tu es si bien renseigné, tu devrais donner des informations véridiques, dire que c’est absurde je veux bien, mais prouves moi cette absurdité.

      • candide

        He ben sinon, continue à faire chier… avec des questions absurdes. absconses et tout ce que tu veux. Tu suggères l’absence ? C’est ton choix et il est respecté.

      • N-Lord N-Lord

        @nocomprendo : J’ai du mal a comprendre ton « intervention ». Tu doit être vachement malheureux pour réagir comme ça.

  • vortex77

    quoi en penser ? :?

  • Eagleeyes

    Hello Voltigeur

    Cela fait près de 60 ans que j’entends ce sempiternelle discours, et ce qui me fait bondir de rage, c’est 1° depuis lors et bien avant cela, le problème de la sécheresse et de la famine dans la région, était bien connu, certes elle s’est aggravée, mais depuis tout ce temps les aides humanitaires et autres financements, n’ont eu cure. Qu’a-t-on fait pour limité le sur-enfantement et qui plus est on tente d’éradiquer des maladies, prolongeant ainsi leur espérance de vie, mais quelle vie ? Une vie faite de famine ! 2° quant à dire que c’est la pire sécheresse depuis 60 ans, c’est faux et archi faux, elle est pareille depuis plusieurs millénaires, on ne sait pour quelle raison, cette région, très flamboyante, verdurée est devenue en deux siècles, une région aussi chaude, atteignant allègrement par endroit, les 50° et parfois plus. Encore pour le moment de l’Arabie Saoudite à l’Iran les t° sont de l’ordre de 45°. 

    Non arrêtons de nous sentir coupable, nous n’y sommes pour rien dans ce désastre, les vrais coupable sont à la tête de ces pays.

    • voltigeur voltigeur

      Bien d’accord avec toi! et je ne me sent pas coupable, ce que je reproche c’est qu’on fait tout pour nous culpabiliser, alors que les vrais coupables on les connait.

      Mais ça ne me rassure pas pour autant, es tu sur que la campagne de vaccination va prolonger la vie de ces populations ou les *aider* à trouver enfin la paix dans un autre monde?

      On ne peut tout de même pas être devenu à ce point insensibles à cette misère non? Il faudrait quoi faire d’après toi? les stériliser? ça éviterait des zéros aux statistiques c’est tout. Le problème resterait entier et sans solution, parce que si solution il y a, ceux qui décident n’ont pas la volonté que ça change!! Alors à quoi servent toutes ces ONG?

    • Critical Time

      Je me permets de m’insurger devant tant de stupidité. Tout d’abord si la situation est si catastrophique là bas c’est avant tout du à la politique du FMI et de la banque mondiale consistant au réajustement structurel. Grossomodo cela consiste à piller les populations de leurs terres et cultures vivrières afin de les capitaliser à certains taux, bref du mercantiilsme adapté à la Somalie. La conséquence est que le pays se retrouve déstabilisé et ainsi des guerres civiles éclatent. Alors les vautours incarnés par des grands groupes pétrolier américains arrivent en catimini et s’emparent des riches (très riches) ressources que ce pays contient dans son sol. Donc à votre suggestion concernant la limitation du sur enfantement elle est si déplacée que vous devriez en rougir de honte. S’il est bien là un miracle de Dieu qu’Il a bien voulu accordé à ce peuple c’est bien celui d’être vaillant et stoïque, malgré toutes les injustices dont ils sont victimes. Pour finir avant de se prononcer sur un sujet de la sorte il est préférable de le maîtriser ne serait ce qu’un minimum…

    • Alex

      « Non arrêtons de nous sentir coupable, nous n’y sommes pour rien dans ce désastre, les vrais coupable sont à la tête de ces pays »
      Tout à fait, tout est orchestré pour qu’on se sente coupable et les dirigeants des pays y arrivent très bien.
      Heureusement que j’ai ouvert les yeux depuis longtemps par rapport à tout cela, je ne marche plus. J’ai beaucoup de coeur mais il y a des limites!

  • Asaliah

    La guerre dans la région n’arrange rien, il faudrait déjà commencer par pacifier ces environs. Quelle nation aurait le cran d’aller à l’Onu, l’Otan et tutti quanti argumenter sur la nécessité de le faire puisqu’ils n’ont rien à y ramasser si ce n’est des cadavres?? :cry:

  • WeAreAnimals

    Contrairement à certains je ne trouve pas ton post ridicule mais très personnel.
    Tu as l’air d’avoir une grande sensibilité voltigeur mais il ne faut pas oublier qu’avant que les médias ne nous en informe, il y a quelques dizaines d’années, nous étions au courant dans les grandes lignes de ce qui se passait en Afrique sans pour autant  sans pour autant céder aux larmes.
     
    A partir du moment ou de toi même tu fais un dons à une association (sérieuse et pas voleuse :evil: ) pour les aider à se nourrir, tu as fais ce que tu peux avec ton statut de simple citoyens européen.
     
    Ne nous prenons pas pour les pseudo probables sauveurs de ces civilisations meurtries par la famine. Ce n’est pas nous qui retirons l’eau des nappes phréatiques de la Corne et j’entends bien que si nous avions la possibilité de faire (et moi la première) de l’Afrique un Eden, nous le ferions. Mais ce n’est pas le cas, alors pas de culpabilité.
     
    Ensuite je rejoins un autre commentaire qui n’est que statistique. Si leur population ne grandissait pas comme une fourmilière, il y aurait moins de décès, de la nourriture pour plus de monde et pareil pour l’eau.
     
    Et l’aide apportée due à la sècheresse se ferait bien plus ressentir et serait bien plus efficace.
     
    Je suis très triste de ce qu’il leur arrive, sincèrement, mais je ne me sens pas coupable. Je crois que pour limiter les dégâts à l’avenir, il doit y avoir une prise de conscience de leur part aussi. Arrêté de faire des enfants !!! Et cela vaut pour le monde entier ! Nous étouffons et nous marchons dessus, la tension est palpable et ce n’est pas bon, et cela pour l’humanité tout entière !
     
     

  • « Si tu veux aider quelqu’un qui a faim ne lui offre pas un poisson mais apprend lui à pecher » Le problème est que l’on ne veut pas ou très difficille de leur apprendre. Notre système est construit sur des inégalités pour l’intérêt d’un petit nombre. C’est pour cela qu’on nous rend aussi de plus en plus dépendant en occident. L’émancipation des êtres est mauvais pour le pouvoir. Il faut quand même être conscient que se sont les pays du nord qui affame les pays du sud. Nous ne sommes pas tous coupables certainement mais combien de personnes sont encore vraiment sensibles à ces sujets, de plus le peuple est tout et nos gouvernants sont le reflet de la population… Le bien pensant verra un appel au don, donnera 10€, aura bonne conscience et continuera son mode de vie effrenné. Ne cautionnons pas l’hypocrisie du système. « Vivons simplement pour que tous puissent simplement vivre »

  • Eagleeyes

    @Raza

     »  Il faut quand même être conscient que se sont les pays du nord qui affame les pays du sud »
    Là je ne suis pas d’accord avec toi, ce fut vrai, il y a des décennies, mais plus maintenant.
    Quand je vois les milliards de dollars d’aide en tous genres émanant des pays du nord, qui partent pour ces pays, et qui malgré tout ils n’y arrivent pas.
    Quant à la sensibilité des peuples du nord, il va de soi que lorsqu’on voit que les budgets alloués aux postes essentiels des états (justice, enseignement, sécurité social) sont constamment rabotés et que les salaires n’augmentent que de 2 % alors que le coût de la vie, fait poussée de fièvre de 17%, excuse-moi du peu, mais on fini par la trouver saumâtre, de voir cet argent partir ailleurs alors que tu douilles tes impôts.

  • candide

    C’est un sujet difficile à traiter. WeAreAnimals déplore la surnatalité, quand sur ce site des campagnes de stérilisation de population sont dénoncées. Les ONG sont ici suspectées de ne pas avoir fait leur travail d’information sur la contraception, mais ces ONG rencontrent aussi une forte opposition de la part de l’Islam. Opposition qui concerne tous les champs d’activités des ONG, y compris le port du préservatif pour lutter contre le SIDA. Les ONG y sont suspectées de vouloir éradiquer les noirs d’Afrique par stérilité. Je suis horrifiée par les photos de la région. Effectivement, nous en avions déjà vu et nous pensions que plus jamais, l’Afrique pourrait être confrontée à nouveau à une telle famine. Je pense que si les Etats étaient disposés à apporter de la nourriture, ce serait fait sans grande difficulté. Le mil et le riz ne sont pas si chers. Quelques bandes de racailles peuvent interdire l’accès des convois, mais je ne pense pas que ces bandes armées soient en mesure d’interdire tout accès, devant de réelles volontés étrangères de parvenir à ces régions. Que peut on faire ensuite, pour que celà ne se reproduise pas (sans jeu de mot).
    J’ai arrêté de donner au moment du tsunami. J’en ai un peu raz-le-bol de la charité business. Je suis sincèrement affectée de ces catastrophes, mais aussi écœurée devant certaines attitudes, populaires, on va dire. Comme le dit le groupe tryo, il faut faire chanter la république. Des chanteurs, des acteurs, font leur bonnes actions en servant de porte parole – parcequ’ils ont accès aux médias– Et le peuple, d’un coup se sent élevé, dans une grande spiritualité. C’est la grand messe. Le miracle ! C’est ridicule. Alors Voltigeur, je me répète, mais encore une fois, Bravo ! Merci de donner l’information. Les journalistes sont tellement « cons » (excusez-moi) qu’ils ont besoin de recevoir le mécénat d’artistes, pour s’autoriser à faire leur travail, c’est à dire, dire la vérité.  Et de toute façon, un bon nombre est tellement intellectuellement limité, qu’ils ne comprennent même pas ce qu’est l’information. Certains sont très fâchés après les journalistes, parce que leurs propos ont été déformés. Mais parfois, ces déformations ne sont pas volontaires. Les journalistes sont cons.  Des milliers de gens meurent en Somalie et si les deux glandus étaient encore chez les Afghans, ça ferait toujours l’ouverture et la fermeture des journaux. Pfft ! ET puis je donne plus non plus, parce que comme le disait Coluche, on peut s’occuper de la misère chez nous, qui ne manque pas non plus. Je ne me ferme pas aux actions, mais je modère la mienne de toujours donner. ET puis, encore une fois, (excusez-moi de répéter) je me suis occupée de Droits de L’enfant. Nous avions toute l’équipe de caméra café pour parler de notre action et des situations. Ça a fait un barouf du tonnerre du Diable et subitement tous les politiques se sont sentis concernés. Pas mal de choses ont été dépotées, mais ce qui m’a écœurée, est que ce sont ceux qui avaient le plus besoin de cette action associative qui l’ont flinguée pour pouvoir bouffer avec les vedettes. Alors Raza, il y a des gens qui n’apprendront jamais à pêcher. Ils trouvent plus simple pour calmer leur faim de voler le poisson. Tu changeras jamais ça. Et même s’ils n’ont pas faim, ils le voleront quand même, au cas où. Alors je ne sais pas jusqu’où il faut assister les gens… et les situations ?

    • candide

      Ça ressemble à la description faite par le livre d’Amos. La Sainte Bible rabâche depuis Mathusalem les mêmes choses. Et ça ne change pas grand chose. N’étant pas très versée dans le spirituel, je ne sais toujours pas ce qu’il faut en penser.

  • Frank

    Cela risque de s’empirer pour les temps à venir.
    La crise mondiale, les riches deviendrons encore plus riches et les pauvres encore plus pauvres.
    En général, il y a plus de pauvres qui donnent que de riches qui donnent.
    Un ptit souvenir de 1994 en Afrique :
    http://monblog75.blogspot.com/search/label/Photos%3A%20Kevin%20Carter

    • candide

      Ton blog est très, émouvant. De toute façon les riches sont riches parcequ’ils ne donnent rien. Ne pas s’apitoyer est une politique financière. On le voit dans les banques et aussi dans les services sociaux. J’ai la conviction que des cours et des formations sont offertes par les directions, à ce sujet.

  • Fred

    J’ai honte d’être Terrien !

    • N-Lord N-Lord

      Beaucoup de réactions émotives, me semble-t-il.

      La pitié face à un tel désastre est bien naturelle, mais pourrions-nous la surpasser deux secondes et faire preuve d’un peu d’empathie?

      Mettons nous à leur place et le problème devient étonnant. En effet j’ai du mal à comprendre ces gens :
      placés dans une situation de telle précarité ne réagiriez-vous pas autrement?

      Regarderiez-vous mourir vos enfants et rester là, comme ça, assis dans le sable?

      Ce n’est pas comme si cela venait de leur tomber dessus et qu’ils ne savent pas comment réagir, cela fait des décennies que ça dure. Et ils restent là, assis dans le sable. 

      Pourquoi? 

      Il me serai plus aisé de comprendre que depuis le temps, plus personne n’habite ces lieux, que tous soient parti vers des contrées plus vertes, voir plus civilisée. Enfin vers une région du monde capable de les nourrir eux et leurs mioches quoi.

      Sérieux, vous ne partiriez pas de là vous? Envers et contre tout?

      Et si au lieu de donner du fric avec lequel de toute façon ils ne peuvent rien s’acheter (y a que du sable, pas un Mc-Do, pas un Carrefour, rien) ou du riz qui de toute façon ne poussera pas s’ils tentent de le cultiver, si au lieu de tout ça on les poussait un peu aux culs? Genre vous avez deux pieds, c’est par-là. 

      Enfin, voilà, c’tait juste pour dire qu’il me semble que le problème est plus large et ne se résume pas à notre culpabilité. 

      • candide

        En fait, il semblerait que tous les africains, pratiquement tentent de quitter l’Afrique, quitte à y laisser leur peau lors du voyage, où au pire aller dans les pays voisins. Ils sont très mal accueillis. En Afrique aussi. Ca peut se comprendre. Il n’y a pas de place pour tout le monde. Ici non plus d’ailleurs. J’ai entendu une émission tout à l’heure sur un pays africain, le Ghana. Les pétroliers s’y sont installés l’an dernier. Paraît que ça commence à poser des problèmes à la population. Un africain interrogé a dit que ce n’était pas grave. On va leur construire des dispensaires, des écoles et surtout des routes. Oui pleins de routes, bien belles… Comme ça ils seront heureux… Ils commencent à les pousser au cul vers la sortie. Le problème et de savoir où les installer.

      • N-Lord N-Lord

        Ben je trouve ça plus digne de risquer sa peau dans une traversée que assis dans le sable. (je ne les blâme pas, je me demande pourquoi, tout comme je me demande pourquoi il y a des clochards, des résignés quoi.Qu’est-ce qui peut bien leur couper la motivation???)

        Quant-au problème que tu soulignes avec le Ghana, il est le même que partout ailleurs dans le monde, le fric des multinationales. Et là, Ghanéen ou pas, on est tous faits aux pattes.

      • candide

        Dans certains villages, il n’y a pas la TV. Pas l’électricité. le reste du monde, ils ne savent même pas ce que c’est. Il y a un film amusant à ce sujet : « les dieux sont tombés sur la tête ». Je ne connais pas l’histoire de la Somalie, mais on sait qu’autrefois, le Sahara était verdoyant et habité. Il ne l’est pas resté. Je suppose qu’à une autre époque, tous ces gens partiraient ailleurs. Pourquoi ici ne prend t on pas d’assaut AREVA, TEPCO, etc… alors que nous savons pertinemment que ça va nous pêter à la g… Moi non plus, je ne comprends pas la résignation. Mais je pense aussi que parfois, certains arrivent à un tel niveau de désespoir et d’angoisse, qu’ils ne savent plus quoi faire. La dépression nerveuse te coupe tout moyen d’agir, par exemple…