Pour le procureur de Dunkerke, il faut stopper les incarcérations jusqu’au 5 septembre! (MàJ)

Sympa la France actuellement! Amis de Dunkerque, dormez tranquille, la prison ferme ses portes, hop, en vacance! Mais ce n’est pas pour autant que vous allez être en danger… Y’a peut être de la place ailleurs…

http://www.dailymotion.com/video/xk7rji_le-procureur-de-dunkerque-suspend-les-incarcerations_news#from=embed&start=3

Petite mise à jour: La décision a été annulée, les personnes condamnées à quelques jours de prisons pourront donc aller en prison, pendant ce temps, les vrais criminels peuvent quand à eux continuer à voler, dépouiller, escroquer… (Quelque chose me dit qu’on va leur faire quitter leurs petits bureaux dorés un de ces 4……)

Sa décision, inédite, de freiner les incarcérations, à cause du manque de places en prison, a irrité la Chancellerie. Et hier, le procureur de Dunkerque l’a annulée, sur ordre de sa hiérarchie.

Sur ordre direct de sa hiérarchie, et au grand dam des syndicats pénitentiaires, le procureur de la République de Dunkerque, Philippe Muller, a annulé, hier, sa décision, inédite, de freiner les incarcérations dans sa juridiction du fait de la surpopulation carcérale.
«Les instructions du garde (des Sceaux), je les exécute. Ma décision initiale était très factuelle (…) et liée à une situation locale particulière. Il ne s’agissait pas du tout d’empêcher une exécution de peine ou de ne pas respecter les instructions du ministère», a-t-il expliqué.
Dans une note aux services enquêteurs de son ressort, datée du 25 juillet, Philippe Muller avait demandé la suspension «de l’exécution des écrous» jusqu’au 5 septembre, sauf pour les infractions les plus graves. «Sur Dunkerque, on doit être à 150 personnes détenuespour 100 places. Quand vous faites coucher des gens sur des matelas, vous vous heurtez aux obligations liées au respect de la vie humaine, aux problèmes d’hygiène, au risque de violences…», avait avancé le magistrat.

Un acte «courageux»
Saluées par les syndicats des personnels pénitentiaires comme un acte «courageux», «une première dans l’histoire judiciaire», et par le Syndicat de la magistrature, ces consignes, en revanche, n’ont pas plu au ministère de la Justice qui a demandé, hier, au procureur de «revenir» dessus, estimant qu’elles allaient à l’encontre de directives ministérielles visant à une meilleure exécution des peines.

Un coup de projecteur
Ancien délégué régional FO Magistrature, Philippe Muller a affirmé que son initiative n’était en aucun cas un acte militant. Reste que celle-ci a mis en lumière une surpopulation carcérale déplorée depuis des mois par syndicats et ONG, qui crient à la situation explosive.
Il y avait en début d’année 100.000 peines prononcées non exécutées, 80.000, cinq mois plus tard, ce dont s’est félicité le garde des Sceaux, Michel Mercier.
Parallèlement, le nombre de détenus augmentait, pour atteindre un record historique de plus de 64.500 en mai. Au 1er juillet, il y avait 64.726 détenus (pour 56.081 places) en France, en hausse de 4,2 % par rapport à juillet 2010. Le taux de surpopulation carcérale est de 115 % au niveau national. Tandis que les prisons les plus vétustes doivent être progressivement fermées, un programme de construction et de rénovation est en cours, avec un objectif de 70.000 places d’ici à 2018.

Source: letelegramme.com

3 commentaires