Oslo: les évolutions et les questions en suspend…

On va commencer par une question posée par le journal anglais le Dailymail:

Pourquoi des terroristes qui veulent tuer le plus de personnes possibles (80 tuées dans le camp de vacances) ont choisi un congé férié pour faire exploser leur bombe en ville ? Les édifices gouvernementaux étaient pratiquement vides. De plus, c’est la période de l’été où les norvégiens prennent leur vacances.

48 heures avant les attentats, il y a eu des exercices anti-terroristes. Ce qui est étonnant, c’est que de tels exercices dans un pays pacifique se font très rarement, voire jamais, mais il a suffit d’une fois pour que justement il y ait un attentat, c’est pas de chance, vraiment!

Il est possible de traduire la vidéo en français directement sur youtube. Le site infowars.com a consacré un article à cet entrainement, vous avez pu en avoir un aperçu sur la vidéo d’Alex Jones:

Un autre exemple de la façon dont presque tous les événements de terrorisme majeurs sont accompagnés par un exercice de sécurité centrés sur le même scénario, la police d’Oslo s’est entrainée pendant un exercice de bombardement à un endroit proche de l’ « Oslo opera house »  juste 48 heures avant qu’une explosion terroriste ait frappé un bâtiment du gouvernement dans la capitale norvégienne.Selon la version traduite d’un rapport d’Aftenposten , la brigade anti-terroriste de la police a tiré des charges explosives dans un centre de formation d’Oslo, à deux cents mètres de l’Opéra, mais il a oublié d’informer le public.

L’exercice a eu lieu le mercredi et se demandait aux unités anti-terroristes d’attaquer un bâtiment désaffecté au bord du quai Bjørvika avec des bombes et des armes à feu.

« Les hommes eux-mêmes sont descendus du toit et sont passés à travers la fenêtre qui venait d’être soufflée, alors ils ont dégainé », indique le rapport, notant que l’exercice était « dramatique », a produit des « bangs violents », et a été regardées par des spectateurs qui étaient à proximité de l’Opéra.

sic…

La police a dû s’excuser publiquement aujourd’hui pour ne pas avoir informé le public au sujet de l’exercice.

Source et suite en anglais: infowars.com

L’article précise également qu’il y a des précédents, un entrainement anti-terroriste d’organisé suivit d’un attentat réel, le 11 septembre 2001 et les attentats de Londres. Maintenant, ne tombons pas dans la paranoïa, prenons juste en compte les informations relayées par Alex Jones ou le site Infowars qui sont réputés pour le sérieux de leurs informations… False-flag alors?

Quand à Obama, il appelle à lutter contre le terrorisme sur la planète, étonnant?

WASHINGTON – Le président des Etats-Unis Barack Obama a présenté vendredi ses condoléances à la Norvège, touchée par des attentats meurtriers, et a appelé à une coopération du monde entier pour lutter contre le terrorisme.

Je veux présenter mes condoléances personnelles aux Norvégiens, a déclaré M. Obama dans le Bureau ovale où il recevait le Premier ministre néo-zélandais John Key. Ces attaques viennent rappeler à toute la communauté internationale l’enjeu d’empêcher de tels actes de terrorisme et la nécessité de coopérer dans le domaine du renseignement, a-t-il ajouté.

Source: romandie.com

Nous aurions donc un terroriste blanc, blond, d’extrême-droite opposé au multiculturalisme, le raciste de base en plus con et plus dangereux pour résumer.

 La capitale norvégienne a été frappée par un attentat avant qu'une fusillade éclate sur une île.La capitale norvégienne a été frappée par un attentat avant qu’une fusillade éclate sur une île. © Impression écran Youtube

Le bilan de la fusillade et de l’attentat à la bombe à Oslo vendredi s’élève à au moins 92 morts.

C’est la stupeur en Norvège après les deux drames qui se sont joués coup sur coup dans la journée de vendredi. Le coeur de la capitale, Oslo, a d’abord été frappé par un attentat, à proximité de plusieurs ministères. Puis une fusillade a éclaté sur une île, où se tenait un rassemblement de jeunes.

La fusillade a fait « au moins 85 morts »

Le bilan de la double attaque s’élève pour l’instant à au moins 92 morts. L’explosion près du siège du gouvernement norvégien a fait sept morts et neuf blessés graves, d’après le commissaire par intérim de la police d’Oslo, Sveinung Sponheim. « Au moins 85 personnes sont mortes au cours de la seule fusillade » sur l’île d’Utoeya », près d’Oslo, a déclaré de son côté un porte-parole de la police, Are Frykholm.

Le suspect arrêté vendredi soir a été inculpé pour la fusillade, mais aussi pour l’attentat à la bombe a annoncé samedi la police norvégienne. Dépeint par la police comme un « fondamentaliste chrétien » de droite, le suspect a été membre du parti du Progrès (FrP), la droite populiste.

« Des personnes qui couraient, couvertes de sang »

Bâtiments officiels défigurés, victimes qui reçoivent les premiers soins sur des trottoirs jonchés de débris de verre… c’est un spectacle de désolation qu’offrait le centre d’Oslo en fin d’après-midi vendredi. Le coeur de la capitale norvégienne venait d’être frappé par un attentat à la bombe.

Entendue à des kilomètres à la ronde, l’explosion a soufflé les fenêtres des ministères alentours, dont celles du bureau du Premier ministre Jens Stoltenberg, qui ne s’y trouvait pas à ce moment-là. Un journaliste du principal tabloïd norvégien Verdens Gang, dont la rédaction était aux premières loges de l’attaque, a décrit « l’enfer ».

« Ce que j’ai vu, c’était des dizaines de personnes qui couraient partout, criant et pleurant, blessées, couvertes de sang », a déclaré le reporter, Jon Magnus. « J’ai vu des personnes allongées sans vie sur les trottoirs de la rue », a encore raconté le journaliste. Selon un bilan encore provisoire, l’explosion a fait sept morts et deux blessés graves.

Quelques heures plus tard, une fusillade a éclaté sur la petite île d’Utoeya, à une trentaine de kilomètre au nord-ouest d’Oslo. Un homme déguisé en policier a ouvert le feu alors que près de 600 jeunes gens étaient rassemblés pour une université d’été de la jeunesse travailliste, à laquelle devait d’ailleurs participer le Premier ministre. Un premier bilan a fait état de dix morts, alors que des jeunes avaient tenté de fuir à la nage. Des explosifs qui n’ont pas détoné ont également été retrouvés sur l’île d’Utoeya.

Il s’était fait passer pour un policier

Concernant la fusillade sur l’île d’Utoeya, l’homme a prétendu venir examiner le dispositif de sécurité, et a expliqué aux gardes qu’il s’agissait d’une mesure de simple routine avant de montrer ses papiers et de prendre le bateau. Selon la presse locale, le suspect aurait réuni les jeunes militants dans la salle de conférence, leur disant qu’il était policier et qu’il voulait leur parler de l’explosion qui venait d’avoir lieu dans le centre d’Oslo. L’homme est alors entré dans la salle, a sorti ses armes et leur a tiré dessus, sans raison.

Des opinions hostiles à l’islam

Le tireur a été rapidement arrêté par la police et son interrogatoire a commencé. Selon le ministre de la Justice, le suspect est un Norvégien « de souche » de 32 ans. La police a indiqué que cet homme était vraisemblablement également lié à l’attentat commis dans le centre d’Oslo plus tôt dans la journée.

L’homme de 32 ans avait des opinions hostiles à l’islam, a annoncé samedi la police norvégienne, sans toutefois révéler ses mobiles. Sur la foi des informations qu’il a postées sur Internet, l’homme inculpé samedi, un Norvégien « de souche » âgé de 32 ans, est un « fondamentaliste chrétien », a dit un responsable de la police.

Il s’agit par ailleurs d’un ancien membre de la formation de la droite populiste, le parti du Progrès (FrP), et de son mouvement pour la jeunesse, a annoncé le parti samedi. « Cela m’attriste encore plus d’apprendre que cette personne a été parmi nous », a déclaré la présidente du FrP, Siv Jensen, dans un communiqué. La formation a précisé que le suspect, identifié comme Anders Behring Breivik par les médias norvégiens, a rejoint ses rangs en 1999 et qu’il a été radié du parti en 2006.

Le suspect a par ailleurs a acheté six tonnes d’engrais agricoles qui lui ont été livrés le 4 mai dernier, a annoncé samedi un détaillant de produits agricoles. Certains engrais peuvent servir à la fabrication d’engins explosifs artisanaux. Identifié par les médias norvégiens sous le nom d’Anders Behring Breivik, le suspect a passé commande par le biais de son entreprise, précise le détaillant.

Condoléances et condamnation

Le Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg a qualifié samedi de « tragédie nationale » la double attaque. « Jamais depuis la Seconde guerre mondiale, notre pays n’avait été frappé par un crime de cette ampleur ».

Les condoléances ont afflué du monde entier. Nicolas Sarkozy a condamné un « acte odieux et inacceptable ». La candidate verte à la présidentielle, Eva Joly, qui a la double nationalité française et norvégienne, a adressé à « tous les citoyens de Norvège un message de solidarité ».

Barack Obama a, de son côté, appelé à lutter contre le terrorisme. Quant à la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, elle a assuré que « l’Union européenne est disposée à apporter son soutien à la Norvège en ces temps difficiles ».

L’organisation européenne de coopération policière Europol a mis en place une cellule de crise qui alimente en informations les autorités norvégiennes et celles des pays voisins. La cellule de crise « vérifie actuellement si le nom du suspect figure dans les importantes bases de données » d’Europol et « offre tout le soutien opérationnel possible aux autorités norvégiennes », a annoncé son directeur.

Source: Europe1.fr

Quand au journal leparisien.fr, il pointe du doigt les points communs entre cet attentat et celui d’Oklahoma city en 1995.

Perry, Oklahoma (Etats-Unis), le 21 avril 1995. Timothy McVeign est escorté à la sortie du tribunal, deux jours après l'attentat qui a tué 168 personnes à Oklahoma City.

Perry, Oklahoma (Etats-Unis), le 21 avril 1995. Timothy McVeign est escorté à la sortie du tribunal, deux jours après l’attentat qui a tué 168 personnes à Oklahoma City. | AFP PHOTO/BOB DAEMMERICH

Un suspect lié à l’extrême-droite, un attentat à l’explosif, une cible administrative en plein centre-ville : le drame d’Oslo, vendredi, fait évidemment penser à celui d’Oklahoma City. Le 19 avril 1995, un jeune blanc proche des milieux néo-nazis, Timothy McVeigh, 26 ans, avait fait sauter une camionnette remplie d’explosifs au pied d’un grand immeuble de l’administration fédérale, le Murrah Federal Building.

L’attentat avait fait 168 victimes, dont 19 enfants, et plus de 500 blessés tandis que le bâtiment était en grande partie détruit. Il avait été le plus meurtrier jamais commis sur le sol américain avant ceux du 11 septembre 2001, causant un choc énorme aux Etats-Unis.

Arrêté peu après les faits, McVeigh, ex-soldat de la guerre du Golfe, proche des milieux néo-nazis, affirmat avoir agi pour «le bien commun des Américains» en frappant l’Etat, qu’il exécrait et surnommait «la Bête». Il a été exécuté le 11 juin 2001. Il prétendait aussi n’avoir pas supporté les conditions de l’assaut de la police fédérale contre la secte de Waco (Texas), qui avait fait 86 morts le 19 avril 1993. Son complice Terry Nichols, qui avait acheté les explosifs, dont 80 sacs de nitrate d’ammonium, un engrais fréquemment utilisé pour la fabrication d’engins explosifs artisanaux, a été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération.

L’attentat d’Oklahoma City avait attiré l’attention sur les milices d’extrême-droite aux Etats-Unis. Selon des données réunies par le Southern Poverty Law Center (SPLC), une association qui fait autorité en la matière, le nombre de groupuscules racistes a augmenté de plusde 60% depuis 2000, passant de 602 à plus d’un millier l’an dernier. Le SPLC avait estimé en 2009 que ces mouvements, rendus furieux par l’arrivée d’un Noir à la Maison Blanche, connaissaient un nouvel essor depuis l’élection de Barack Obama en novembre 2008.

Dans le cas des attentats d’Oslo – une explosion dans le quartier des ministères, suivie d’une fudillade lors d’une université d’été politique – la police interroge un Norvégien de 32 ans, présenté comme un « fondamentaliste chrétien », proche de l’extrême-droite et identifié sous le nom d’Anders Behring Breivik. Sur Facebook, l’homme se présente comme directeur d’une ferme biologique qui lui a donné accès à des produits chimiques entrant dans la composition d’explosifs. Une centrale d’achats agricole a indiqué qu’il avait acheté six tonnes d’engrais chimiques début mai.

Enfin, pour terminer, citons un article rapporté par mecanopolis.org qui explique que l’attentat serait politique et viserait le Premier Ministre Jens Stoltenberg et le Parti Travailliste – Arbeiderpartiet.

Tant le modus operandi que les cibles et le timing laissent penser que l’attentat commis hier à Oslo ne relève pas de l’attentat terroriste sui generis mais bien de l’attentat politique et même de l’assassinat politique – de tentative – avec pour cibles le Premier Ministre Jens Stoltenberg et le Parti Travailliste – Arbeiderpartiet.

Cet attentat a été commis avec la volonté évidente de minimiser les dégâts collatéraux à ces deux cibles, en particulier en choisissant une période de la semaine ou l’espace urbain autour des bâtiments gouvernementaux était quasi-désert tandis que la fusillade sur l’île d’Utøya ne pouvait que frapper des militants du Parti Travailliste ou des sympathisants puisque celle-ci est la propriété d’une association de jeunes travailleurs lié au Parti Travailliste. On est en effet bien loin de la stratégie du « terrorisme international » [ Islamiste ] qui vise à frapper de manière anonyme les foules afin que celles-ci se retournent contre leurs chefs politiques. Les moyens déployés lors de cet attentat politique, la simultanéité des attaques montrent que qu’il n’ a pas pu être commis par un groupe inexpérimenté – et à fortiori par un marginal ou un loup solitaire – mais par des personnes au fait des techniques des explosifs et des actions de commandos. Ces attentats ont bénéficié d’une sérieuse préparation tant sur le plan du renseignement – Jens Stoltenbeg se trouvait bien a proximité de l’explosion et son bureau a été détruit – que de la logistique.

En partant de l’hypothèse de l’attentat politique dans un état Scandinave, on pense immédiatement à celui qui a visé Olof Palme le 18 février 1986. À la fois pragmatique et homme de conviction, Olof Palme mena une politique internationale courageuse pour certains ,risquée pour d’autres [ notamment contre la guerre du Viet-Nam, l’apartheid et la prolifération des armes nucléaires ] . Il provoqua la rupture des relations diplomatiques entre la Suède et les États-Unis pour avoir participé personnellement, en tant que ministre, à une manifestation d’opposants à la guerre du Viêt-Nam. Durant la crise des missiles, il prit fermement position contre le déploiement des missiles Pershing américains en Europe, ce qui le rapprochait de l’URSS .

Or, si l’on prend tant les prises de position en matière de politique internationale que les personnalités, Olof Palme et Jens Stoltenberg, le Parti Travailliste et le Parti Social Démocrate présentent des similarités beaucoup plus grandes qu’il n’ y paraît . Bien sûr, la principale différence entre la Norvège et la Suède est que la première est un des piliers de l’OTAN tandis que la seconde ne fait pas partie de l’ Alliance. Mais une politique étrangère pro-active et indépendante sur plusieurs dossiers semble avoir provoqué des irritations du côté de la diplomatie Etasunienne et Atlantiste.

Source et suite de l’article: mecanopolis.org

Voilà donc quelques compléments d’information qui pourront vous aider à y voir plus clair, bien sur je suis les évolutions sur le sujet, mais on peut redouter le fait que les médias ne nous disent pas tout… Certaines question sont justifiées et méritent d’être posées, ne trouvez-vous pas?

2 commentaires

  • Je pense que vous vous trompez le dessus, mais bon pas grave…. et voligeur ??? ca va ?? l’article que je lui ai envoyé avance ,?? c est le plus important, il faut le faire vite… ca vous eviterai de vous poser des questions sur chaque evenement… je vous ai deja dit de m ajouter, sur facebook ou sur msn, on est une équipe de passionnés, et on a compris quasiment toute l histoire, des origines annunakis etc, jusqu a Elenin (nibiru) en passant par la crise économique… maintenant il faudrait peut etre prevenir les gens une bonne fois, au lieu de le filer des infos isolées, c est normal que les gens ne reagissent pas.
    Quand on prend un info isolé, au lieu de la considéré dans tout le contexte (cad toutes la actualités avec quelques bases historiques) et bien fatalement, on ne comprend pas ce qui se passe… je dis pas ca pour faire le malin, je suis anonyme donc je m en fous.

    • voltigeur voltigeur

      Je t’ai répondu et t’ai donnée des pistes pour parfaire tes sources, mais tu devrais être plus prudent dans tes affirmations. Bien sur qu’il y a des évènements qui se passent, mais laisses au moins le choix :wink: Tu peux avoir raison, mais aussi te tromper, tirer la sonnette d’alarme sous-entend être en possession d’éléments, qui ne souffrent pas la contestation parce qu’ils sont vérifiés et approuvés…. *par ceux qui savent*, la peur rend aveugle, s’il y a lieu de prévoir, ça doit être fait dans le calme, donc ne t’emballes pas :D :D :wink: