Aux citoyens indignés de Grèce et d'Europe

A l’heure ou la Grèce est en passe de sortir de la zone euro, peut être le seul espoir pour ce pays de ne pas couler totalement, les indignés lancent des appels à les soutenir, que le mouvement ne soit plus isolé mas total. Le message est assez clair et se doit d’être relayé, n’hésitez pas, éveillez les conscience, faite monter la colère, le système doit changer, l’euro est un échec l’Europe est une arnaque! La révolution, s’il doit y en avoir une, passera d’abord par l’information, garder les moutons dans l’ignorance et même la naïveté ne fera que rendre service aux élites qui prennent des décisions aussi stupides et dangereuses pour nous!

Source de l’image: mouvementdesindignes.wordpress.com

« Nous saluons les dizaines de milliers, voire les centaines de milliers de nos concitoyens, jeunes pour la plupart, qui se sont rassemblés sur les places de toutes les grandes villes pour manifester leur indignation à l’occasion de la commémoration du mémorandum (accord cadre signe entre le gouvernement grec, l’UE, le FMI et la BCE, en Mai 2010 et renouvelé depuis régulièrement), demandant le départ du gouvernement de la Honte et de tout le personnel politique qui a géré le bien public, détruisant, pillant et asservissant la Grèce. La place de tous ces individus n’est pas au Parlement, mais en prison.

Nous saluons les premières Assemblées générales qui se déroulent dans les centres de nos villes et la démocratie immédiate que s’efforce de découvrir le mouvement inédit de notre jeunesse. Nous saluons les travailleurs de la fonction publique qui ont entrepris manifestations, grèves et occupations pour défendre un Etat qui, plutôt que le démantèlement prévu par le FMI, a désespérément besoin d’une amélioration et d’une réforme radicales. Par leurs mobilisations, les travailleurs de l’Hellenic Postbank, de la Régie nationale d’électricité et de la Société publique de loterie et de paris sportifs défendent le patrimoine du peuple grec qu’entendent piller les banques étrangères, par le truchement de leur gouvernement fantoche à Athènes.

Le pacifisme exemplaire de ces manifestations a démontré que lorsque la police et les agents provocateurs ne reçoivent pas l’ordre d’intervenir, le sang ne coule pas. Nous appelons les policiers grecs à ne pas être les instruments des forces obscures qui tenteront certainement, à un moment donné, de réprimer dans le sang les jeunes et les travailleurs. Leur place, leur devoir et leur intérêt est d’être aux côtés du peuple grec, des protestations et des revendications pacifiques de celui-ci, aux côtés de la Grèce et non des forces obscures qui dictent leur politique au gouvernement actuel.

Un an après le vote du mémorandum, tout semble attester son échec. Après cette expérience, on ne peut plus s’autoriser la moindre illusion. La voie qu’a emprunté et continue de suivre le gouvernement, sous la tutelle des banques et des instances étrangères, de Goldman Sachs et de ses employés européens, mènent la Grèce à la catastrophe. Il est impératif que cela cesse immédiatement, il est impératif qu’ils partent immédiatement. Jour après jour, leurs pratiques révèlent leur dangerosité pour le pays. Il est étonnant que le procureur général ne soit pas encore intervenu contre le Ministre de l’Economie et des Finances, après les récentes déclarations tenues par ce dernier sur l’imminence de la faillite et l’absence de ressources budgétaires.

Pourquoi n’est-il pas intervenu suite aux déclarations du président de la Fédération des patrons de l’industrie et de la commissaire européenne grecque Mari Damanaki sur une sortie de l’euro ? Pourquoi n’est-il pas intervenu contre le terrorisme de masse avec lequel un gouvernement en faillite, sous le diktat de la Troïka [UE – FMI – BCE], tente une nouvelle de fois d’extorquer le peuple grec ? Par leur catastrophisme, leurs allusions tragiques et tout ce qu’ils inventent et déblatèrent pour effrayer les Grecs, ils ont réussi à humilier le pays dans le monde entier et à le mener réellement au bord de la faillite. Si un chef d’entreprise s’exprimait de la même façon que le fait le Premier ministre et ses ministres lorsqu’ils parlent de la Grèce, il se retrouverait immédiatement derrière les barreaux pour malversation grave.

Nous nous adressons aussi aux peuples européens. Notre combat n’est pas seulement celui de la Grèce, il aspire à une Europe libre, indépendante et démocratique. Ne croyez pas vos gouvernements lorsqu’ils prétendent que votre argent sert à aider la Grèce. Ne croyez-pas les mensonges grossiers et absurdes de journaux compromis qui veulent vous convaincre que le problème est dû soi-disant à la paresse des Grecs alors que, d’après les données de l’Institut statistique européen, ceux-ci travaillent plus que tous les autres Européens ! Les travailleurs ne sont pas responsables de la crise ; le capitalisme financier et les politiciens à sa botte sont ceux qui l’ont provoquée et qui l’exploitent. Leurs programmes de « sauvetage de la Grèce » aident seulement les banques étrangères, celles précisément qui, par l’intermédiaire des politiciens et des gouvernements à leur solde, ont imposé le modèle politique qui a mené à la crise actuelle.

Il n’y a pas d’autre solution qu’une restructuration radicale de la dette, en Grèce, mais aussi dans toute l’Europe. Il est impensable que les banques et les détenteurs de capitaux responsables de la crise actuelle ne déboursent pas un centime pour réparer les dommages qu’ils ont causés. Il ne faut pas que les banquiers constituent la seule profession sécurisée de la planète !

Il n’y pas d’autre solution que de remplacer l’actuel modèle économique européen, conçu pour générer des dettes, et revenir à une politique de stimulation de la demande et du développement, à un protectionnisme doté d’un contrôle drastique de la Finance. Si les Etats ne s’imposent pas sur les marchés, ces derniers les engloutiront, en même temps que la démocratie et tous les acquis de la civilisation européenne. La démocratie est née à Athènes quand Solon a annulé les dettes des pauvres envers les riches.Il ne faut pas autoriser aujourd’hui les banques à détruire la démocratie européenne, à extorquer les sommes gigantesques qu’elles ont elle-même générées sous forme de dettes.

Comment peut-on proposer un ancien collaborateur de la Goldman Sachs pour diriger la Banque centrale européenne ? De quelle sorte de gouvernements, de quelle sorte de politiciens disposons-nous en Europe ? Nous ne vous demandons pas de soutenir notre combat par solidarité, ni parce que notre territoire a été le berceau de Platon et Aristote, Périclès et Protagoras, des concepts de démocratie, de liberté et d’Europe. Nous ne vous demandons pas un traitement de faveur parce que nous avons subi, en tant que pays, l’une des pires catastrophes européennes aux années 1940 et nous avons lutté de façon exemplaire pour que le fascisme ne s’installe pas sur le continent.

Nous vous demandons de le faire dans votre propre intérêt. Si vous autorisez aujourd’hui le sacrifice des sociétés grecque, irlandaise, portugaise et espagnole sur l’autel de la dette et des banques, ce sera bientôt votre tour. Vous ne prospérerez pas au milieu des ruines des sociétés européennes. Nous avons tardé de notre côté, mais nous nous sommes réveillés. Bâtissons ensemble une Europe nouvelle ; une Europe démocratique, prospère, pacifique, digne de son histoire, de ses luttes et de son esprit. Résistez au totalitarisme des marchés qui menace de démanteler l’Europe en la transformant en tiers-monde, qui monte les peuples européens les uns contre les autres, qui détruit notre continent en suscitant le retour du fascisme. »

Le Comite Consultative du Mouvement de Citoyens Indépendants. « L’ Etincel » (*)

(*) Créé à l’initiative de Mikis Theodorakis
De : Mikis Theodorakis
dimanche 12 juin 2011

Source: bellaciao.org

  • Lecteur

    Il y a autant de gens qui oublient la Grèce, que de gens qui ont regardé le mariage princier et les éditions spéciales DSK, faites le calcul, on est mal barré!

  • Le mouvement des indignés mérite de la publicité, bravo!!!

  • il faut absolument sortir de l’euro meme si on doit se serrer encore la ceinture le plus vite possible, refuser ces dettes de ces mafieux je suis tout de coeur avec les indignés

  • Pic et Puce

    Ce n’est pas l’Euro qui est un problème c’est ce que l’on en fait….L’idée d’une monnaie unique est excellente au contraire. Qui voudrait encore être piégés par les spéculateurs anglo-saxons qui parient sur les monnaies. Il faut supprimer les bourses, les paradis fiscaux, reprendre le droit régalien de créer de la monnaie et du crédit productif aux banquiers qui nous les ont volés ! Et bien sûr annuler les dettes qui ont déjà été honorées plusieurs fois. C’est cela la solution. Chasser les marchands du temples et les joueurs de poker qui exigent qu’on épongent leurs dettes de jeu. Non mais ! Et créer un tribunal qui jugera tous ces escrocs et leurs complices politiques.

  • Pic et Puce

    Donc si une action devait être d’intérêt publique ce serait d’assiéger tous les parlements d’Europe y compris celui de Bruxelles et de Strasbourg et de demander des comptes aux élus…puisque, après tout, ce sont les élus de la nation. Je pense que deux millions de personnes depuis la place de la Concorde et autour de l’Assemblée nationale, deux millions autour du Bundestag, Un million de Wallons et de Flamands autour de la Commission de Bruxelles, etc, etc…c’est cela uniquement qui fera bouger la noblesse financière…Tous en même temps dans les 27 pays d’Europe…en espérant que cela réveillerait les citoyens des 50 états des USA….Et bien si nous ne le faisons pas, ils nous mettront tous en guerre très bientôt…

  • Pic et Puce

    Sans compter l’encerclement de la BCE, de la FED, de Wallstreet….par des foules bien décidées à demander des comptes et à obtenir l’annulation des dettes de jeux des joeurs de poker…

  • sylval

    si quelqu’un est intéressé, il existe plein de petits groupes qui ont démarré des cyber-révolutions et qui commencent à bouger dans la vie réelle . ils ont tous à peu prêt les mêmes buts, le pouvoir au peuple, défendre la démocratie et en finir avec une société dans laquelle seule l’élite s’en sort, les mêmes combats mais ils traitent les choses de façon différente . « Réelle démocratie » semble être de ceux qui sont les plus actifs et les plus accessibles .
    sinon, il y a 8th wonderland , zeitgeist , anonymous, quoique pour les derniers leurs buts restent obscurs et s’éloignent un peu du combat des deux autres .
    il en existe surement d’autres
    je pense que les consciences se réveillent doucement mais restent encore sous l’emprise de la consommation et de la quette du pouvoir. je crois que beaucoup de jeunes qui sortent des études et qui se retrouvent à la rue ou encore chez « papa,maman » ont conscience que notre société, telle qu’elle est aujourd’hui, n’a plus rien a leur offrir à part peut être de s’endetter pour surconsommer.
    il faut donc encourager les jeunes à descendre dans la rue pour se « battre » pour leur avenir et nous, leurs parents les soutenir dans leur « combat  » puisque c’est un peu nous,leurs parents, qui sommes responsables d’avoir laisser faire et de n’avoir pas réagis plus tôt .

    • sylval

      Je suis indignée , indiguez vous ,vous aussi….

      • sylval

        le manifeste des indignés espagnols en version originale (faites tourner !)

        Publié le 25 mai 2011 par werdna01

        Les echos de la gauchosphere – 24 mai 2011

        Manifeste de « Democracia Real Ya ! »

        Nous sommes des personnes simples et ordinaires. Nous sommes comme toi. Des gens qui se lèvent chaque matin pour étudier, pour travailler ou pour chercher du boulot ; des gens qui ont une famille et des amis. Des gens qui travaillent dur tous les jours pour vivre et offrir un meilleur futur à ceux qui les entourent.

        Parmi nous, cer­tains se consi­dè­rent pro­gres­sis­tes, d’autres plutôt conser­va­teurs. Certains sont croyants, d’autres pas. Certains ont des idéo­lo­gies affirmées, d’autres sont apo­li­ti­ques. Mais nous sommes tous préoc­cupés et indi­gnés par la situa­tion poli­ti­que, économique et sociale actuelle. Par la cor­rup­tion des poli­ti­ciens, des patrons, des ban­quiers… qui nous laissent impuissants et sans voix.

        Cette situa­tion nous fait souffrir au quotidien ; mais si nous nous unissons nous pouvons la modifier. C’est le moment de nous mettre en marche pour bâtir ensemble une société meilleure. Pour ce faire, nous sou­te­nons fermement que :

        Les priorités de toute société développée doivent être l’égalité, le progrès, la solidarité, le libre accès à la culture, le développement durable et le bien-être des personnes.

        Il existe des droits fondamentaux que la société a le devoir de garantir : le droit au logement, au travail, à la culture, à la santé, à l’éducation, à l’engagement politique, à l’épanouissement personnel et le droit à l’accès aux biens nécessaires à une vie saine et heureuse.

        Le fonctionnement actuel de notre système politique et gouvernemental ne répond pas à ces priorités et il devient un obstacle pour le progrès de l’humanité.

        La démocratie, par essence, émane et appartient au peuple, mais, dans ce pays, la majorité de la classe politique ne lui prête pas attention. Le rôle des politiciens devrait être de faire entendre nos voix aux institutions, en facilitant la participation politique des citoyens grâce à des voies de démocratie directe pour le bénéfice de l’ensemble de la société. Et non celle de s’enrichir et prospérer à nos dépens, en se pliant aux exigences des pouvoirs économiques et s’accrochant au pouvoir par la dictature partitocratique du PPSOE[2].

        La soif de pouvoir et son accumulation entre les mains de quelques-uns créent inégalités, tensions et injustices, ce qui mène à la violence et que nous refusons. Le modèle économique en vigueur, obsolète et antinaturel, coince le système social dans une spirale qui se consomme par elle-même en enrichissant une minorité et en plongeant les autres dans la pauvreté. Jusqu’à l’effondrement.

        L’accumulation d’argent est la finalité du système, sans prendre en considération le bien-être de la société et de ceux qui la composent ; gaspillant nos ressources, détruisant la planète, générant du chômage et des consommateurs frustrés.

        Nous sommes les rouages d’une machine destinée à enrichir une minorité qui ne sait plus reconnaître nos besoins. Nous sommes des citoyens anonymes, mais sans nous rien ne serait possible car nous faisons tourner le monde.

        Nous ne devons plus placer notre confiance en une économie qui ne tourne jamais à notre avantage. Il nous faut éliminer les abus et les carences que nous endurons tous.

        Nous avons besoin d’une révolution éthique. L’argent ne doit plus être au dessus tout, mais simplement à notre service. Nous sommes des êtres humains, pas des marchandises. Je ne suis pas le produit de ce que j’achète, pourquoi je l’achète et à qui je l’achète.

        Pour toutes ces raisons, je suis indigné(e).

        Je crois que je peux changer les choses.

        Je crois que je peux aider.

        Je sais que tous ensemble nous le pouvons.

        Il ne tient qu’à toi de nous rejoindre.

  • Il est nécessaire de prendre acte de « Démocratia Real Ya » pour faire des propositions:

    1° « Allocation universelle», « revenu social garanti », « revenu universel », « revenu d’existence », « dividende universel », « revenu citoyen », « revenu de base »,

    2° « Taxe Tobin», « ATTAC », « taxe bancaire », « revenu universel », « co-branding », « fiscalité numérique »…

    3° « Service civique », « service civil », « service citoyen », « service volontaire européen», « emplois jeunes »…

    Afin de comprendre l’articulation de ces trois propositions pourun projet politique cohérent, je vous invite à visionner ce film http://revenudebase.wordpress.com/2011/04/13/le-revenu-de-base/

  • sylval

    ce film est intéressant en effet, mais si je me souviens bien, il fait aussi ressortir les incohérences et les difficultés à mettre en place un tel projet .

  • @sylval, un mouvement quel qu’il soit se doit d’être une force de proposition, sinon il est voué à la contestation et meurt dans l’instant d’après. Sur les difficultés, le premier handicap est l’opinion publique qui au travers des idées reçues reproduit un système économique qui les asservi. Grâce aux réseaux sociaux, cette idée pourrait être débattue sérieusement afin que cette utopie devienne une réalité.
    Voici une vidéo de quinze minutes seulement pour la comprendre:
    http://www.youtube.com/user/obioxoido?feature=mhsn#p/a/u/1/JGfZBKO0KN0
    Et une charte concise:
    http://bien-ch.ch/sites/bien/files/pdf/BIEN-CH_Charte_francais.pdf

  • sylval

    ObïOxOïdO, tout à fait d’accord avec ton point de vue.
    c’est le premier des obstacles, c’est pour ça que chaque jour, il faut s’efforce à semer les « graines  » au travers de nos dires et de nos différents moyens de communication . et même si parfois je fatigue je crois toujours que nos utopies n’en sont pas …

  • Dr.um

    Je suis en accord avec une grande partie de ce qui à été dit plus haut cependant une remarque pour pic et puce :

    Si tu veut garder une monnaie unique et reprendre le droit de crée de l’argent pour les états.
    De par les choix économiques de ces différents états la monnaie vaudra plus ou moins en fonction des pays donc à ce compte la autant avoir chacun sa monnaie…

    • Pic et Puce

      Le problème de toutes ces monnaies c’est qu’elles sont la proie des spéculateurs qui parient à la hausse et à la baisse…Comment font les USA avec leurs 50 états qui incluent aussi bien une Californie qui est la 8ème économie du monde et l’Alabama qui est aussi pauvre que l’Albanie ?