Le nucléaire est mort. Vive Jeremy Rifkin !

Voilà une interview plutôt intéressante, quand à l’article en lui-même, peut être un peu long pour les amateurs d’infos-sandwich, d’infos qui se lisent en quelques secondes voire quelques minutes, mais il apporte son lot de précisions.

Jeremy Rifkin explique que l’industrie nucléaire était morte après Three Mile Island et Tchernobyl (elle survivait relativement bien dans un pays : La France…). Sa renaissance est arrivée grâce au changement climatique. Le lobby nucléaire en ayant profité pour rebondir en prétendant être la solution, avec une technologie propre, non émettrice de CO2… Mais pour Jeremy Rifkin cette renaissance est éphémère et la mort de l’industrie nucléaire civile est bel et bien programmée.

« Il y a 443 centrales nucléaires dans le monde aujourd’hui. Elles sont vieilles et ne représentent que 6% de l’énergie que nous produisons. Pour avoir ne serait-ce qu’un impact minime sur le changement climatique, selon le groupe d’experts de l’ONU, 20% de notre énergie aurait dû être nucléaire. Ce qui est irrationnel pour la renaissance de ce secteur. Cela voudrait dire que nous devrions remplacer 443 anciennes centrales, en construire un millier d’autres et avoir environ 1500 centrales en service les 25 prochaines années. Ce qui coûterait des milliards de dollars. Est-ce que quelqu’un peut vraiment penser que ceci arrivera ?

Deuxièmement, on ne sait toujours pas quoi faire des déchets nucléaires. 60 ans que l’on se sert de cette technologie et pendant 60 ans l’industrie nucléaire a déclaré qu’elle trouverait un moyen de stocker les déchets nucléaires. On ne sait toujours pas quoi en faire… Dans mon pays, on dépense 8 milliards de taxes. 18 ans pour construire une voûte dans une montagne appelée la montagne de Yucca, pour stocker ces déchets nocifs et ce serait sans danger au bout de 10 000 ans. Mais, voilà le problème : on a terminé la construction de la voûte et avant même d’y déposer des déchets nucléaires, on a eu des problèmes de construction au niveau des fondations. Car la planète est en perpétuel mouvement à cause des plaques tectoniques. On ne peut les stocker nulle part. Quand Fukushima a explosé -et je sais que la France n’a pas beaucoup parlé de Fukushima- ça dérange, les journaux n’en ont même pas parlé. Le véritable problème était en fait les barres nucléaires qui ont causé les fuites radioactives. Elles sont exposées, pas les coeurs des réacteurs. Dans la France entière et dans le monde entier, il y a des barres de combustibles nucléaires dans les sites nucléaires qui sont totalement exposées. Le moindre petit accident peut provoquer un nouveau Fukushima.

Troisièmement, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a déclaré que nous manquerons d’uranium entre 2025 et 2035, juste pour les 400 centrales que nous possédons. Et le prix de l’uranium va encore augmenter, il ne baissera plus jamais.

Et quatrièmement, La France a une nouvelle génération de centrales nucléaires qui peuvent recycler l’uranium en plutonium. Voulons-nous du plutonium sur toute la planète, ainsi que des centaines et des centaines de centrales nucléaires, à l’heure du terrorisme ? C’est de la folie. Pour finir, et je veux que toute la France l’entende. 40% de toute l’eau douce consommée en France est utilisée par le secteur nucléaire pour refroidir les réacteurs nucléaires. J’espère que tout le monde entendra cela. Et quand cette eau est rejetée, elle est chaude et elle déshydrate les écosystèmes nécessaires à un secteur agricole vivant et durable. Il y a aussi des centrales nucléaires à base d’eau salée, malheureusement elles sont sur les côtes, où l’on retrouve les plaques tectoniques, les tsunamis et où les populations urbaines sont en grand nombre. Il n’y a pas suffisamment d’eau pour faire tout cela. L’industrie nucléaire est intéressante car elle est le reflet d’une pensée du 20ème siècle centralisée. Je vais faire une analogie, et dire pourquoi c’est si vieux et dépassé et n’aura plus aucun rôle, même en France. Ce n’est pas comme si demain il n’y avait plus d’énergie nucléaire. Mais vous n’allez plus construire de centrales nucléaires. Et voilà pourquoi : l’industrie musicale n’a pas compris le partage de fichiers musicaux. Des millions d’ados ont commencé à créer des logiciels de façon latérale afin de partager la musique. Les maisons de disque ont rigolé, puis se sont inquiétées, puis ont fait des démarches judiciaires pour régler ce problème, et en 5 ans tout s’est effondré. Les journaux n’ont pas compris la blogosphère. des millions de personnes créaient leurs propres informations et les partageaient de façon latérale. Et maintenant les journaux se retirent des affaires ou créent des blogs… L’Encyclopaedia Britannica se moquait de Wikipedia, des millions de personnes qui partageaient leur savoir, avec la même précision que l’Encyclopaedia Britannica. Maintenant, l’Encyclopaedia Britannica est quasiment en train de faire faillite. Bill Gates n’avait pas compris Linux. Des milliers de personnes qui s’aident pour produire du code (des logiciels), des millions de personnes qui s’entraident. Linux est un acteur mondial.

Ce que je veux dire, c’est que c’est la même chose avec l’énergie. Quand des millions et des millions d’immeubles collectent leur propre énergie, la stocke (hydrogène) et la partage sur tous les continents. Le pouvoir latéral de millions et de millions de petits acteurs qui partagent cette énergie latéralement, cela écrase tout ce que vous pouviez faire avec le nucléaire. Tout comme des millions de personne qui ont une bonne connaissance de la technologie, qui se connectent sur des ordinateurs personnels, l’énergie distribuée dépasse tout ce qu’un ordinateur centralisé peut faire. Maintenant, ce que les jeunes devraient imaginer en France, c’est l’année 2050. Quatre générations qui grandissent avec internet, capables de créer leurs propres informations et de les partager dans des lieux ouverts et communs. Vous pensez vraiment qu’ils vont être entourés par des centrales nucléaires démodées, peu sûres, du 20ème siècle, centralisées, hiérarchisées. C’est une blague ! Vous souriez, moi aussi. Les politiciens doivent se rendre compte de ce que la nouvelle génération est en train de faire. »

Las, les laquais du lobby nucléaire (propagandistes et autres porte-paroles dévoyés) ont la larme à l’oeil. L’amour de l’atome à ses limites : recyclez-vous dans le lobby de La Tomme (de Savoie) !

 

Jeremy Rifkin (né à Denver dans le Colorado le 26 janvier 1945) est un essayiste américain, spécialiste de prospective économique et scientifique. Il est également fondateur et président de la Fondation pour les tendances économiques (Foundation on Economic Trends ou FOET) basée à Washington.

Source: Agoravox.tv