La fuite des cerveaux a coûté à l'Algérie 40 milliards de dollars de pertes en quatre ans !

Voici un article qui rejoint bien celui scandaleux sur les hôpitaux algériens. Pas d’avenir professionnel en Algérie pour qu’ils fuient tous? Un salaire trop bas? Le gouvernement algérien ne doit pas se plaindre de cette perte mais trouver des solutions pour justement retenir les « cerveaux » qui aideraient à un rétablissement économique du pays…

 La fuite des cerveaux a occasionné à l4Algérie, entre 1992 et 1996, des pertes estimées à près de 40 milliards de dollars. 

La fuite des cerveaux a occasionné à l4Algérie,…

La fuite des cerveaux a occasionné à l4Algérie, entre 1992 et 1996, des pertes estimées à près de 40 milliards de dollars.

L’Algérie a subi un énorme préjudice financier à cause de la fuite des cerveaux. Selon le chercheur Ahmed Guessoum, enseignant à l’université des sciences et des technologies Houari Boumediene de Bab-Ezzouar (Alger), rien qu’entre 1992 et 1996, la fuite des cerveaux a occasionné à l’Algérie « des pertes estimées à près de 40 milliards de dollars » !

Le chercheur Ahmed Guessoum a révélé également, lors d’une conférence organisée samedi à Médéa sur le thème de la fuite des cerveaux, que selon un décompte établi par le Conseil national économique et social (CNES), pas moins de 71.500 diplômés universitaires ont quitté l’Algérie entre 1994 et 2006.

Plus de 10.000 médecins, toutes spécialités confondues, se sont installés également durant cette période en France. Quant aux universités d’Amérique du nord, elles ont accueilli, depuis le début des années 90, pas moins de 18.000 universitaires algériens et cadres  de haut niveau, parmi lesquels on dénombre plus de 3.000 chercheurs.

A cet effet, Ahmed Guessoum n’a pas hésité à souligner que les conséquences néfastes de l’un des plus grand mouvements migratoires de l’élite nationale vers l’étranger qu’a connu l’Algérie depuis l’indépendance, se font toujours sentir dans tous les secteurs névralgiques du pays.

Et si les pouvoirs publics ne vont pas vers une meilleure  prise en charge socio-professionnelle des universitaires Algériens, les cadres et les  diplômés continueront de fuir le pays à la recherche d’une plus grande liberté d’initiatives.

Source: elwatan.com

  • Pikpuss

    Avec 400 milliards de dollars de revenus ces 8 dernières années, la mafia étatique algérienne avait largement de quoi payer les cerveaux du pays….Mais l’on sait bien
    que les hauts gradés du FLN préfèrent se faire soigner en France…C’est plus sûr…
    pour leur sécurité…

  • barjabul

    Non seulement ils préfèrent se soigner en France mais ils y investissent en masse. Je ne parlerais pas de mafia, même si le terme est juste mais plutot d’oligarchie algérienne, le vrai « taulier » de l’Algérie est le Général Toufik des service de renseignement militaire, il se dit que même l’Elysée le craint.
    Pays riche de son sous sol qui fait le malheur de son peuple

  • Et nous dans nos pays riches on nous somme d’être humaniste en défendant l’immigration massive alors que celle-ci ne sert qu’à baisser nos standards sociaux et affaiblir ces pays. Le gauchisme aura fait beaucoup de mal à nos sociétés bien-pensantes.

  • Droite ou gauche tu vois une différence??
    En partant de ce principe, quand un pays demande l’indépendance, c’est qu’il est assez « mûr » pour s’occuper de ses affaires et de ses habitants tout seul, auquel cas on refuse tout les ressortissants de ce pays et on se calfeutre dans notre égo, sans un regard ailleurs!
    Et qu’est ce qu’il deviendrait notre pays refermé sur lui même?
    S’il y a des choix à faire ce n’est pas en rejetant, mais en mettant des conditions, et au plus haut niveau de ces états.
    Au lieu de fournir du fric qui va dans les poches des dirigeants corrompus, on agit directement pour les populations, on leur apprend à pécher, on ne leur donne pas le poisson.
    Tout travail mérite salaire, et compter sur le bon saint Rémy (RMI) n’a jamais rien résolu, sauf à faire des populations d’assistés.
    Ce sont ceux qui profitent des immigrés en les payant au lance pierre qui sont responsables de la baisse des standards sociaux. Bien sur qu’un Français refusera un travail sous-payé, à quoi ça aurait servit toutes les grèves et les revendications depuis toutes ces années, pour avoir des acquits qui sont bafoués par des patrons qui ne voient que par la fraude en dissimulant, pour payer moins de taxes ??
    Un immigré coûte bien moins cher qu’un Français, parce qu’en plus il n’a pas le choix, nous oui!!
    Nous en parlons avec notre sens de la logique, sans tenir compte de la diplomatie et des projets à longue vue et à perte de vue de nos dirigeants, faut pas se leurrer, il y a des intérêts pour lesquels on nous tient dans l’ignorance, on paie et on n’a pas à savoir pourquoi.
    Dur-dur de s’y retrouver en faisant la part des choses…. ;)

  • djenouri

    je suis completement raison avec monsieur guessoum , en effet il faut penser à une nouvelle stratégie pour conservé les chercheurs algeriens