La France continue à livrer du mox au Japon

Dingue, tout simplement dingue, la France qui livre (ou souhaitait livrer) du mox au Japon malgré les problèmes actuels! Ils ne sont pas assez irradiés, faut en rajouter une couche? C’est ça? Chapeau Areva! Quand à la raison pour laquelle le convoi a été annulé, on tombe dans le pathétique, comme explication, peut mieux faire! La raison serait un défaut de sécurité du convoi, pas même l’apocalypse nucléaire nippon du moment avec toutes les conséquences que cela entraine! Dingue!

http://www.memoclic.com/14-3705-600x450/fond-ecran-radioactif.jpg

Il devait quitter le site nucléaire de La Hague dans la semainedu 4 avril. Les clients japonais repoussent sa livraison.

En avril 2010, Areva avait envoyé un convoi de Mox – un combustible mélange d’uranium et de plutonium – au Japon. Avant le tsunami et l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima, il avait été décidé qu’un autre convoi quitte le site industriel de La Hague, dans le Cotentin. Le 15 mars, après la catastrophe, Areva avait cependant annoncé qu’elle suspendait ses expéditions.

Avant-hier, Greenpeace annonçait qu’au contraire, le transport était maintenu dans la semaine du 4 avril. Le groupe nucléaire français avait alors refusé d’infirmer ou de confirmer cette nouvelle. Cependant, les opérateurs japonais Kensaï electric power et Shubu electric power, clients du Mox, ont annoncé hier qu’« en raison d’un défaut de sécurité sur ce convoi », ils repoussaient la livraison du Mox « au moins jusqu’en 2013 ».

« C’est incroyable qu’Areva et les autorités françaises aient même pu penser à effectuer ce transport alors que Fukushima est encore en train de contaminer massivement le Japon et ce notamment à cause de ce fameux Mox présent dans le réacteur n° 3, commente Sophia Majnoni, de Greenpeace. L’industrie nucléaire française est irresponsable face à cette catastrophe. Avec cette annulation venant des électriciens, les Japonais mettent en lumière l’attitude arrogante des Français. »

Source: ouest-france.fr

3 commentaires

  • Eric

    La visite de la patronne d’AREVA au Japon n’aurait t’elle pas un but commercial après de report de livraison de MOX par Kensaï electric power et Shubu electric power ???

    Malgré son poste, je ne vois pas en quoi elle est experte mise à part les convaincre d’acheter nos déchets d’uranium. Le MOX étant fait à partir du Plutonium, lui même déchet de l’Uranium de nos centrales !

    Les ingénieurs Japonnais ont certainement les mêmes compétences que nos spécialistes, mais aussi les mêmes contraintes auprès des actionnaires pour qui le coure de l’action est bien plus important que le taux de contamination que vont subir les dix générations et plus qui vont nous suivre !!!!!

  • Jean MOLINS

    Pour des citoyens normaux, en regardant avec effroi la catastrophe atomique de Fukushima et la souffrance du peuple Japonais, le fait qu’Areva veuille toujours livrer du MOX au Japon révèle l’irresponsabilité de ces marchands de la mort invisible.
    Que pouvons faire, nous Français ,devant une attitude qui dépasse l’entendement?.
    Si Areva est aveugle, sourde, dirigée par des êtres robotisés dépourvus du moindre sentiment de respect et de douleur devant ces victimes actuelles et à venir, que peut-on attendre de son comportement en France?. Des trains chargés du Mox, donc, du plutonium, circulent et traversent la France pendant la nuit pour éviter une quelconque manifestation. Il était difficile d’imaginer un tremblement de terre au Japon, suivi d’un tsunami et de la catastrophe atomique. Il est bien plus probable qu’il y ait un déraillement d’un train chargé de déchets nucléaires… Par change, il y a encore la possibilité de faire marche arrière…C’est une grande chance qui s’offre à l’Europe et au monde en général… Pourquoi ne pas la saisir avant que ce ne soit pas trop tard?.
    Si jamais arrive l’horreur, tous ces gens formant partie du lobby nucléaire, devront être jugés comme responsables des crimes contre l’humanité, même si cela ne suffirait pas à calmer la douleur des milliers, voire des millions de victimes.