Arabie Saoudite: émeutes et coups de feu

Les émeutes prendraient-elles de l’importance en Arabie Saoudite? Cela serait assurément une très mauvaise nouvelle, le prix du baril montant inlassablement depuis les premières émeutes au Maghreb, risquant d’exploser avec la situation libyenne, une dégénérescence de la situation en Arabie Saoudite, principal producteur de pétrole au monde, signifierait une crise pétrolière sans précédent!

Peu d’informations sont disponibles actuellement avec cette vidéo filmée à Qatif en Arabie Saoudite, mais elle n’augure rien de bon! Les manifestations de la colères étaient prévues pour demain, pas de chance pour les autorités, la population a prit de l’avance dirait-on…

Trois manifestants ont été blessés jeudi à Al-Qatif, dans l'est de l'Arabie saoudite, par des tirs de la police qui tentait de disperser un rassemblement demandant la libération de prisonniers chiites.  (AFP)

Des dizaines de voitures de police ont pris position dans la capitale, alors qu’une manifestation doit avoir lieu malgré l’interdiction des autorités.

Trois manifestants ont été blessés jeudi à Al-Qatif, dans l’est de l’Arabie saoudite, par des tirs de la police qui tentait de disperser un rassemblement demandant la libération de prisonniers chiites. (AFP)

La police s’est déployée vendredi 11 mars à Ryad, en prévision d’une manifestation prévue dans le quartier nord de la capitale saoudienne après la grande prière. Un appel à une « journée de la colère » a été lancé sur les réseaux sociaux Internet, afin d’obtenir des réformes politiques dans le pays.

Mais à l’exception d’un petit rassemblement dans l’est, aucune manifestation n’a été signalée et les dignitaires religieux ont affirmé dans leurs prêches que l’agitation publique était contraire aux principes islamiques et ne ferait que répandre le chaos.

Trois manifestants blessés par la police

La situation est toutefois tendue, alors que jeudi soir trois manifestants chiites ont été blessés par des tirs de police dans l’est de l’Arabie Saoudite, d’après un témoin. Entre 600 et 800 personnes avaient manifesté à Al-Qalif pour demander la libération de neuf détenus chiites.

Les militants qui appellent à manifester vendredi réclament le respect de la liberté d’expression dans le royaume. Ils exigent aussi la mise en place d’institutions élues pour remplacer la Choura, conseil dont les membres sont nommés par le roi, et le gouvernement, lui aussi laissé à la discrétion du souverain.

Barrages de police

Vendredi matin, des dizaines de voitures de police avaient pris position  à Olaya, dans le nord de Ryad. Au moins un barrage a été mis en place pour contrôler l’identité des passagers des véhicules sur l’artère principale de ce district. Les autorités saoudiennes ont également rappelé à plusieurs reprises ces derniers jours que les manifestations étaient interdites dans le royaume, sous peine d’intervention policière.

Un point de vue que leur allié américain ne partage pas : « Ce que nous avons dit aux Saoudiens et à tout le monde dans la région (du Moyen-Orient), c’est que nous allons soutenir un ensemble de valeurs universelles », a déclaré jeudi un conseiller du président Barack Obama. Parmi ces valeurs figurent « le droit à se rassembler pacifiquement, à la liberté d’expression », a-t-il souligné.

Nouvelobs.com, avec AFP

Source: tempsreel.nouvelobs.com

  • fati

    les wahabites se déchaine quelle islam c des ***** c fils ****** de diable et chien

  • quand le changement dans les pays arabe depuis plusieurs années les même tête dans le pouvoir ,aucun changement quelques soit les secteurs éducatif sociologique ….ils remplissent les pochent avec l’argent des pétrole ils n’était ni le porte parole des changement ni les portes parole de l’islam ni la démocratie et les droits de l’homme .sauf les garent des occidentaux et leurs intérêts