Le parti politique "presque" idéal…..

N’avez-vous pas l’impression que nous avons un parti à la tête du pays qui nous promet la vie aux Maldives et qui nous propose juste la zone industrielle d’un coin perdu en France dans la réalité? La métaphore est peut être un peu exagérée, mais ce parti ressemble en fait beaucoup je trouve à ce texte ci-dessous, tellement excellent que je ne peut que le partager! Ben oui, sur ce blog on sait aussi se détendre un peu et mettre autre chose que de l’actu tragique!


Tout un programme: À lire attentivement…

Dans notre parti politique, nous accomplissons ce que nous promettons.
Seuls les imbéciles peuvent croire que
nous ne lutterons pas contre la corruption.
Parce que, il y a quelque chose de certain pour nous:
L’honnêteté et la transparence sont fondamentales pour atteindre nos idéaux.
Nous démontrons que c’est une grande stupidité de croire que

les mafias continueront à faire partie du gouvernement comme par le passé.
Nous assurons, sans l’ombre d’un doute, que
la justice sociale sera le but principal de notre mandat.
Malgré cela, il y a encore des gens stupides qui s’imaginent que
l’on puisse continuer à gouverner
avec les ruses de la vieille politique.
Quand nous assumerons le pouvoir, nous ferons tout pour que
soit mis fin aux situations privilégiées et au trafic d’influences
nous ne permettrons d’aucune façon que
nos enfants meurent de faim
nous accomplirons nos desseins même si
les réserves économiques se vident complètement
nous exercerons le pouvoir jusqu’à ce que
vous aurez compris qu’à partir de maintenant
nous sommes le parti libéral fédéral, la « nouvelle politique ».

Et maintenant, lisez le texte en commençant par la dernière ligne et en remontant ligne par ligne jusqu’au début…. C’est surprenant!!!

Source: Anmia via ses blagues du matin

Sinon si vous préférez, il y a ce petit texte, je vous laisse seuls juges:

” Que peut-il ? Tout. Qu’a-t-il fait ? Rien.

Avec cette pleine puissance, en huit mois un homme de génie eût changé la face de la France, de l’Europe peut-être.

Seulement voilà, il a pris la France et n’en sait rien faire. Dieu sait pourtant que le Président se démène : il fait rage, il touche à tout, il court après les projets ; ne pouvant créer, il décrète ; il cherche à donner le change sur sa nullité ; c’est le mouvement perpétuel ; mais, hélas ! cette roue tourne à vide.

L’homme qui, après sa prise du pouvoir a épousé une princesse étrangère est un carriériste avantageux.

Il aime la gloriole, les paillettes, les grands mots, ce qui sonne, ce qui brille, toutes les verroteries du pouvoir.

Il a pour lui l’argent, l’agio, la banque, la Bourse, le coffre-fort. Il a des caprices, il faut qu’il les satisfasse.

Quand on mesure l’homme et qu’on le trouve si petit et qu’ensuite on mesure le succès et qu’on le trouve énorme, il est impossible que l’esprit n’éprouve pas quelque surprise.

On y ajoutera le cynisme car, la France, il la foule aux pieds, lui rit au nez, la brave, la nie, l’insulte et la bafoue ! Triste spectacle que celui du galop, à travers l’absurde, d’un homme médiocre échappé “.

Victor HUGO, dans “Napoléon, le petit”
Réédité chez Actes Sud

Source: kamizole.blog.lemonde.fr

Ben oui! A quoi vous attendiez-vous au travers de cette description? ;)