Lève toi et parle, c’est maintenant ou jamais…..

Un appel du site l’Irrespirable.

Nous les asphyxiés, nous les pollueurs, les dominés, les dominants, nous tous, où en sommes-nous ? Nous qui, dimanche 7 mai 2017, ne saurons pas quoi faire parce que nous voyons bien que les élections présidentielles sont aujourd’hui une parodie de politique : pourquoi voter ?

Ces élections sont un piège. Nous sommes une majorité à sentir que nous n’avons aucun choix, que la démocratie, le pouvoir du peuple, est un leurre. Après ce dernier débat des présidentielles en France, il est temps de prendre acte que nous sommes prisonniers d’une impasse politique, économique, écologique et sociale. L’asphyxie est autant psychique que physique. L’empoisonnement médiatique est partout. L’empoisonnement de l’air, de l’eau et de la terre est planétaire.

Sœurs et frères humains, ne sommes-nous pas à bout ? Après des millénaires de culture et de progrès, quoi ? Nos institutions, nos constitutions, nos révolutions, nos civilisations n’ont pas empêché que rien ne change. Nos vies restent soumises au diktat des puissants qui disposent comme jamais d’un pouvoir de coercition monstrueux. À travers l’industrie de la propagande, les aristocrates de la domination donnent le spectacle de notre misère collective. Même la survie de l’humanité n’est pas rentable ! Et vous, amis banquiers, industriels, politiciens, patrons de presse et des médias, comme vous devez souffrir de conduire votre espèce au suicide !

Nous sommes en peine, nous sommes dans la grande peine que cette fracture maîtres/esclaves génère la même guerre à perpétuité. L’ennemi n’est pas dehors. Le pire n’est l’étranger de personne. La mondialisation, dictature de la marchandise, nous force à réaliser que nous sommes le monde.

Il est si étonnant qu’à l’heure de son ultime péril, l’humanité ne se convoque pas à méditer  les mobiles qui l’ont menée à cette inimaginable machination contre elle-même. Ce mutisme est terroriste.

Le drapeau de la politique est le bâillon mis sur la bouche de l’intelligence et de l’action des peuples.

Source L’Irrespirable

10 commentaires

  • bonjour

    Merci pour ce message qui me conforte dans mes positions.

  • Ayus-Ved

    Pas ça !

    La psychanalyse parlerait de différence entre l’œil et le regard. Il avait indiqué que les objets régulièrement vus, le sont par un dispositif de reconnaissance et que, de fait, ils ne sont pas entièrement perçus. Pour lui, afin de libérer la perception de l’automatisme, la vision doit être construite de manière à ce que « la perception s’arrête sur elle et arrive au maximum de sa force et de sa durée». Au contraire du « procédé de l’art » mis en avant par Chklovski, les images du 11/9 et le paradiscours construit par les médias sur l’élection présidentielle, par leur répétition organisée, enferment la vision dans un automatisme, annulant toute perception et ainsi toute possibilité de s’étonner, de saisir ce qui est nouveau.

    La psychanalyse distingue le regard de la vision.

    L’affaire Macron à travers le déroulement d’élections présidentielles sans véritable affrontement, nous permet de réactiver le questionnement du psychanalyste Jean-Paul Hiltenbrand : « Comment se fait-il et pour quelle raison le regard est venu progressivement à se substituer au politique ? » . L’interrogation a aussi une perspective historique liant passé et avenir : « Si l’on sait avec la majorité des historiens, que le régime fasciste, nazi, s’est installé et maintenu au pouvoir grâce à la représentation imagée et la voix, à quel nouvel ordre de fer nous préparons nous sous le règne du regard ?

    Que nous prépare l’ère Macron ? L’omniprésence, de la pulsion invocante et de son objet la voix, a exercé, dans les régimes fasciste et nazi, un effet mobilisateur sur les populations en les transformant en troupeaux. Le règne actuel de la pulsion scopique a un effet démobilisateur, d’enfermement de l’individu dans son intériorité en le séparant des autres. Elle a un effet désintégrateur de tout rapport social. Cette domination correspond ainsi à une société monadique dans laquelle l’individu n’a plus d’autre et devient son propre référent. Nous entrons dans un capitalisme pur, tel que Leibniz l’avait anticipé.

    par Jean-Claude Paye Réseau Voltaire | Bruxelles

    • Musashi Musashi

      Certains avaient vu ce processus que d’autres appellent « société de la norme et du contrôle » appuyé par l’évolution constante des droits subjectifs ce qui peut être aussi vu en tant que modification des définitions du concept de société tel que l’intérêt général.

  • Ayus-Ved

    Un débat très révélateur

    Lors des débats précédents pour le second tour de l’élection présidentielle, les deux candidats abandonnaient la rhétorique de leur campagne et se posaient en possible présidents. Ils ne devaient pas tant expliquer une nouvelle fois leur conception de la France que montrer leurs capacités personnelles à former une équipe, à garder leur sang-froid et à défendre l’Intérêt général.

    Ce ne fut pas du tout le cas le 3 mai 2017. Marine Le Pen et Emmanuel Macron se sont empoignés comme des charretiers, poursuivant le combat de leur campagne.

    Cette violence verbale incontrôlable atteste, de mémoire d’électeur, une fracture sans précédent du pays. Ce dialogue de sourds entre ses leaders ne peut que conduire leurs électeurs aux mains. À l’évidence, la France sera dans les prochaines années le théâtre d’un vaste affrontement de rue, d’une révolution, voire d’une guerre civile.

    Quoi qu’il en soit —que le président Macron préside seul ou qu’il gouverne en associant ce qui reste de l’UMP et du PS—, le gouffre qui sépare les deux France va continuer à se creuser et à s’élargir. Les citoyens qui souhaitent défendre l’Intérêt général, c’est-à-dire la République, n’ont d’autre choix que de s’organiser pour résister, derrière la cheffe élue de l’opposition, Marine Le Pen, et de se préparer à exercer le pouvoir. Ils doivent admettre que le temps de la courtoisie est fini et que la colère gronde.

    Le 05 05 2017 par Thierry Meyssan Réseau Voltaire | Damas

  • Musashi Musashi

    « Ces élections sont un piège », non, elles sont un processus.
    Gardez confiance en l’avenir (en vous)
    Le monde de la quantité ne prendra pas fin demain et ne peut pas se modifier en quelques années.
    Les solutions ne sont pas dans des réponses simples qui en appellent à la logique quantitative.

  • Bonjour les moutons. Qu’on ouvre les portes, qu’on ferme les fenêtres, qu’on colmate le tout, ça pue toujours aussi fort. Quelle blague ! Le bon weekenge à toutes et à tous.
    Caillasse du jour : Identifiant

  • Quand ils font une soirée électorale – Palmashow

    http://www.youtube.com/watch?v=QlDicOK0jl8

    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

  • Jean Xana

    Bonjour.
    C’est mon premier commentaire chez les Moutons. Merci de votre indulgence !

    Je réagis sur une des premières phrases de l’article :
    « Ces élections sont un piège. Nous sommes une majorité à sentir que nous n’avons aucun choix, que la démocratie, le pouvoir du peuple, est un leurre. »

    Oui, ces élections sont un piège. Comme celles qui ont précédé. Elles sont truquées dans le sens que nous n’avons le choix qu’entre les deux marionnettes agitées par le même maître : La finance.

    Mais la Démocratie n’est pas un leurre. Simplement notre république actuelle (ripoublique convient mieux encore) N’EST PAS UNE DEMOCRATIE, quoiqu’on nous ait raconté. La vraie démocratie n’est pas un leurre, mais elle est encore à inventer. Et c’est possible. Le plus dur c’est de se débarrasser de la ripoublique sans qu’un petit malin en profite pour faire son petit Bonaparte. Mais en 200 ans nous avons vu beaucoup de choses et beaucoup appris.
    Le plus urgent est cependant de réfléchir à une organisation réaliste et solide, basée sur une nouvelle constitution à laquelle nous pouvons tous travailler. Ce que font les copains de Chouard dont je salue le travail, même si je ne suis pas vraiment d’accord avec nombre de leurs propositions. En particulier je ne comprends pas pourquoi ils acceptent encore des représentants ou un président, alors que nous savons tous que peu d’hommes ont la force de résister à la corruption ou au chantage.

    • Emy Emy

      mais alors c’est quoi donc UNE DEMOCRATIE ?
      on n’est pas dedans depuis longtemps ? https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

      dans 100 ans changement climatique, 3 eme guerre mondiale etc…
      on est mort .

  • Bonsoir et Bienvenue Jean Xana https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

    Nous sommes de plus en plus nombreux à prendre conscience de l’escroquerie du système électif qui transforme les Citoyens en simples Zélecteurs.

    Il nous faut effectivement une Nouvelle Constitution, mais c’est à des Citoyennes et Citoyens tirés au sort de l’écrire, et de nous la soumettre par un référendum.

    Il est vrai que les nouvelles technologies liées à internet, devraient permettre à toutes et tous de participer aux travaux avant la ratification (style Wikiconstitution), mais nous n’en sommes pas encore là.

    Je t’invite très cordialement à venir t’inscrire sur le Forum et à participer aux différents sujets que je viens de relancer :

    Débat sur le Tirage au sort :

    https://lesmoutonsenrages.fr/forum/viewtopic.php?f=25&t=7148

    Appel à la Mobilisation Générale :

    https://lesmoutonsenrages.fr/forum/viewtopic.php?f=25&t=9260

    Campagne pour la Grève de l’élection présidentielle :

    https://lesmoutonsenrages.fr/forum/viewtopic.php?f=25&t=10255

    Bien à toi, et au plaisir de te lire, Citoyen. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif