Coup bas dans la guerre idéologique, le gouvernement s’apprête à supprimer l’étude des mécanismes de « l’économie de marché » au lycée

L’information était discrète, elle est même passée inaperçue pour beaucoup, et pourtant… Argument sorti par Najat Vallaud-Belkacem: « 10% seulement des enseignants parvenaient à étudier l’ensemble du programme« . Argument personnel: « Moins de 5% de nos politiques à Paris sont réellement honnêtes ou efficaces« , alors on devrait les supprimer du programme aussi non? Nous les remplacerions par d’autres qui veulent réellement faire quelque chose pour le pays…

Un décret préparé par le ministère de ecole-dangerl’Education nationale va supprimer des programmes d’enseignement d’économie en seconde des lycées, l’étude obligatoire des mécanismes de l’économie de marché.


Madame Najat Vallaud-Belkacem précise que 10% seulement des enseignants parvenaient à étudier l’ensemble du programme.

Tout arrive, sans débat, sans discussion. Les syndicats de professeurs d’économie des lycées et collège ont obtenu gain de cause : le gouvernement supprime « l’étude du marché » de l’enseignement d’économie en seconde des lycées. Cette étude va devenir facultative, autant dire que les profs et les élèves la passeront à la trappe.

Trop long, trop compliqué. Trop subversif aussi pour des enseignants qui sont majoritairement accrochés à une idéologie de l’économie centralisée. Du coup, pour les élèves des lycées, l’économie sera très simple.

L’économie se résumera au rôle de l’Etat ou presque. Les entreprises n’existent plus.

C’est Luc Chatel quand il était ministre de l’Education nationale qui avait rendu obligatoire l’initiation aux sciences économiques et sociales en seconde.

Cet enseignement comportait cinq chapitres :

1. les ménages et la consommation

2. la production et les entreprises

3. la formation et l’emploi

4. les individus et les cultures

5. les mécanismes de marché.

Sur ce programme, on a donc décidé d’éliminer le chapitre 5. Comme par hasard.

L’étude des mécanismes de marché était essentielle parce qu’elle porte sur la connaissance du système d’économie de marché qui s’est imposé partout dans le monde à l’exception de la Corée du Nord.

L’économie de marché, c’est la connaissance de la formation des prix, de l’offre et de la demande, de la concurrence, des ressorts de cette concurrence, de son histoire et de ses limites. C’était sans doute le chapitre obligatoire le plus important pour comprendre l’époque dans laquelle nous sommes immergés.

Alors pourquoi ? Au ministère de l’Education nationale, on explique que les programmes étaient trop lourds, et que les professeurs de sciences économiques et sociales étaient débordés. Que les élèves ne s’y intéressaient plus. Madame Najat Vallaud-Belkacem précise même que 10% seulement des enseignants parvenaient à étudier l’ensemble du programme.

Ce qui est curieux, c’est qu’on soit tombé d’accord au ministère de l’Education nationale pour supprimer l’enseignement du fonctionnement de l’entreprise, là où se créent la valeur, les emplois, les progrès technologiques. Ce qui est curieux c’est qu’on ait justement et comme par hasard, zappé l’étude de la formation des prix, de la concurrence.

Inutile de préciser que les chefs d’entreprise sont furieux. Comment s’étonner dans ces conditions que les Français n’aiment pas leurs entreprises, déjà que la majorité du corps enseignant n’a jamais mis les pieds dans une entreprise,  comment s’étonner que le débat à l’intérieur de l’entreprise soit idéologique et si loin des contraintes pratiques ? Comment s’étonner que la majorité des jeunes Français souhaitent devenir fonctionnaires, comment s’étonner que ceux qui veulent créer une entreprise (des fous bien sûr !!!) soient le plus souvent obligés de partir à l’étranger. Comment s étonner que les patrons soient considérés le plus souvent comme des voyous ?

La décision prise pour limiter l’enseignement de l’économie est ahurissante. Tous les économistes qui ont passé leur vie à faire de l’économie « une vraie matière scientifique » vont se retourner dans leur tombe. Et pour une fois, seront d’accord. Ricardo le libéral, Keynes le social-démocrate, Schumpeter, le chantre de l’entrepreneur et même Karl Marx. De là où ils sont, ils vont crier. Ils savent bien qu’en France tout est possible mais là sur ce point, « ils sont devenus fous !!! »

Source: Antlantico.fr

 

14 commentaires

  • Grand marabout Grand marabout

    « C’est bien que les gens de la nation ne comprennent pas notre système bancaire et monétaire, car si tel était le cas je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin ».
    – H Ford

    Apprendre sans réfléchir est vain. Réfléchir sans apprendre est dangereux.

    – Confucius
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

    http://lesmoutonsenrages.fr/forum/viewtopic.php?f=22&t=9876
    Le système Law et le krach de 1720

    Le 2 mai 1716, en dépit de l’hostilité des financiers tels Samuel Bernard et les frères Pâris, un édit autorise John Law à créer la Banque générale avec un capital de six millions de livres réparties en 1 200 actions de 5 000 livres.

    Cette banque privée pratique de façon classique des opérations de change et d’escompte. Mais elle émet aussi des billets que le financier s’engage à rembourser en or et en argent à qui le souhaite à son taux nominal. Cette garantie rend le papier préférable au métal dont le cours varie en permanence. Elle vaut à la Banque générale, avec le soutien actif du Régent, un vif succès

  • engel

    C’est parfait…
    Pourquoi vouloir défendre un enseignement de propagande ?

    Désapprendre est infiniment plus dur qu’apprendre, voir impossible pour beaucoup !

    Le « marché libre », « l’économie de marché » est une fumisterie sans nom, un conte à l’eau de rose pour ignorants ou simplets instruits formatés.

    « Qui tient (secrètementhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif) la monnaie tient le monde… et TOUS ses prix ».

    Le reste… C’est de la poudre aux yeux afin d’éviter la révolte des benêts à viande.

    Bien à vous.

    • engel

      Universelle, dans les tous les rapports humains, économie comprise :

      – « La loi du plus fort est celle qui s’applique. »
      Et
      – « Un beau mensonge a toujours primauté sur une dure vérité crue »

      …N’en déplaise à tous les « distortionneurs » bisounours, pacifististes, optimistes béas et autres « creuseurs » de tombes à leur insu.

  • Déjà que le programme était très orienté, maintenant c’est plus clair !

    Par contre faut pas exagérer, il ne me semble pas qu’il y a de quoi se retourner dans sa tombe pour Ricardo.

    Car ne pas enseigner le libéralisme, n’est pas forcément un problème pour un libéral. Étant donné que, selon eux, le tout est naturel.

  • Maverick Maverick

    Furieux, les patrons ? Je ne vois pas en quoi apprendre quelques vagues notions d’économie peut faire « aimer l’entreprise »; au lieu de leur donner quelques vagues notions de macro-économie, il eût été plus judicieux de leur faire apprendre la gestion et les règles comptables, et pratiquer des « jeux d’entreprise ». C’est aussi idiot qu’un premier ministre qui dit aimer l’entreprise alors qu’il n’y a jamais foutu les pieds http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

    • JBL1960 JBL1960

      @ConscienceU12 = On touche le fond là, non ? Comme quoi, même Philippot arrive à dire 1 truc intelligent… Et le Fillon il est où au fait ? Remarque le Ciotti, Estrosi et autre peigne-zizi feraient bien de réfléchir avant de la ramener…

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif Ils vont y arriver à nous donner envie d’allez vivre en Corée-du-Nord ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

Laisser un commentaire