Fukushima: Échec de Tepco à bloquer les eaux des tranchées, même au ciment…

Fukushima,  combat de TEPCO pour contenir l’eau ultra-radioactive qui continue de polluer l’Océan. On en est plus à une mauvaise nouvelle près, puisqu’on vous dit que le nucléaire est sûr!…

Titre original: Échec de Tepco à bloquer les eaux des tranchées, même au ciment : Tout est revenu en seulement 2,5 heures.

Injection de ciment et de coulis dans la tranchée souterraine, du 25 novembre 2014. Img/Fukushima-Diary.com

Tepco rapporte le 27 novembre 2014 que même le ciment n’arrive pas à obturer la tranchée souterraine.

Il existe une tranchée souterraine reliée à chaque bâtiment de réacteur dévasté. Chacune contient des eaux extrêmement radioactives qui doivent fuir ensuite dans le sol vers la mer. Par exemple, selon les rapports de Tepco, la tranchée souterraine du réacteur 2 contient 5 000 T d’eau radioactive, celle du réacteur 3, 6 000 T. Pour pomper ces eaux radioactives, il faut isoler ces tranchées de leur bâtiment.
Après avoir reconnu l’échec du mur congelé souterrain, Tepco a essayé de combler les tranchées souterraines avec du ciment et du coulis de ciment.

Ils ont terminé le 6 novembre 2014 le comblement d’une des parties reliant le bâtiment de la turbine (T/B) du réacteur 2 avec sa tranchée et pompé le 17 novembre 2014 les eaux bloquées dans cette tranchée.
Ils ont fait descendre le niveau de ces eaux de 20 cm au bout de 6 heures de pompage mais après l’arrêt des pompes il est revenu à sa position initiale en seulement 2,5 heures.
En outre, la température de l’eau est montée, laissant ainsi supposer que l’eau arrivant du (T/B) du réacteur 2 est chauffée par “quelque chose”. Le plus grand écart de température constaté a été d’environ 35 ℃ en 4 jours (-27℃ → 8℃).

Il devient clair que même s’ils comblent totalement les tranchées au ciment, les eaux extrêmement radioactives qui contiennent les fuites directes du liquide de refroidissement vont continuer à s’écouler. Le remplissage de ciment va simplement rendre les pompages plus difficiles. Pour l’instant, Tepco n’a pas fait de déclaration annonçant qu’ils revoyaient leurs plans.

Auteur

Source Fukushima-Diary

http://www.tepco.co.jp/nu/fukushima-np/roadmap/images/d141127_07-j.pdf
http://photo.tepco.co.jp/date/2014/201411-j/141125-01j.html

Article lié : La température des eaux souterraines retenues près du réacteur 2 est montée de 10℃ / Tepco : “On cherche encore pourquoi”

moutonsenrages3

23 commentaires

  • ça suffit , il faut que la communauté internationale intervienne au plus vite .
    Les japonnais sont de toute évidence incapables de faire face seuls à ce désastre .
    Il est presque trop tard mais les nations semblent s’en ficher …. c’est dingue quand même !
    vite !

    • voltigeur

      C’est trop tard non? Depuis la catastrophe, j’ai posé
      la question de l’inaction des autres pays…La vérité
      c’est que personne ne sait gérer cette calamité, donc
      on attend…Tchernobyl et son sarcophage est d’actu aussi,
      il manque des millions pour sécuriser le site..

      • Une évidence,
        Le curatif n’existe pas dans le nucléaire.

        A Fuck-you-shima, plus personne ne peut quelque chose et n’a jamais pu!

        Tout ceci n’est que diversions mensongères et mortels. Ils achètent du temps, mais le monstre se renforce de jours en jours.

        Fuck-you-shima, c’est un peu comme l’économie.
        D’abord un gros boum accompagné d’un effondrement, puis des experts rassurants nous sauvent en achetant du temps.
        Puis un jour, grande surprise, nous sommes tous mourants!
        … des conséquences qui n’existent pas!

        • Ah c’est japonais…

          après la culture des champignons, voilà pas qu’ils se lancent dans celle des thyroïdes.
          Y a pas à dire, le partenariat yankee produit de multiples retombées (i)radieuses.

    • Ca fait bientôt 4 ans mais certains n’ont pas l’air d’avoir compris la situation.

      Mais la communauté internationale est impuissante !

      On ne cesse de le dire : cette technologie n’est pas maîtrisée ni maîtrisable pour le moment. Si la communauté internationale avait ne serait-ce qu’un élément de réponse, il y a longtemps qu’il l’aurait dit. Personne n’a intérêt à ce que cette catastrophe continue. Mais nous n’avons aucune solution. l’AIEA est allé au Japon puis est reparti les bras ballant. Ils ne peuvent RIEN faire.

      Je l’ai annoncé le jour de la catastrophe : « Ce qui vient d’arriver et sans précédent et tôt ou tard, les gens finiront par comprendre que cette catastrophe restera sans solution à court ou à long terme. L’homme, après avoir cru à la suprématie du nucléaire devra admettre que Fukishimu est pire que Tchernobyl et que nous n’auront jamais de solution pour régler les problèmes de radioactivité. »

      Dire que les Japonais sont de toute évidence incapables de faire face seuls à ce problème, ça sous entend que d’autres peuvent les aider à le faire. Mais ça, c’est le résultat d’une médiatisation à outrance qui a duré des dizaines d’années : « le nucléaire n’est pas dangereux, c’est une technologie que nous maîtrisons, il n’y a pas de risque, nous sommes préparé à faire face à n’importe quel problème ». Le discourt est encore le même à l’heure actuelle, hypocrisie perpétuelle…

      Regarde les moyens technologiques derniers cris pour palier au problème des eaux contaminées qui fuient de tous les côtés : on bétonne ! Pas besoin d’un expert en énergie nucléaire pour en arriver à ce résultat : un ingénieur béton, 2 portugais et hop ! Problème réglé (ouais je caricature). Que vient faire AIEA ici ?

      Avant la solution « on bétonne » (qu’on a déjà testé à Tchernobyl et on voit le résultat de cette haute technologie hyper hi-tech post-néo-moderne aujourd’hui), on a quand même tenté de geler les milliers de tonnes d’eau dans les puits d’évacuations. Résultat de la glaciation hyper hi-tech post-néo-moderne ? Nada ! Bon, alors on bétonne ! … Tchernobyl.

      L’Ukraine, c’était en 86, bientôt 30 ans qu’a eu lieu cette catastrophe, qu’on a toujours pas réglé, et on applique les mêmes méthodes inefficaces encore aujourd’hui. Non, la technologie n’a pas évolué dans ce contexte là, et je ne crois pas qu’elle évoluera beaucoup dans les 30 prochaines années non plus. A quoi bon puisqu' »on gère » comme disent nos média.

      « Il est presque trop tard mais les nations semblent s’en ficher …. c’est dingue quand même ! » Non c’est pas dingue, elles, elles ont compris.

      Commençons par une question simple, ne parlons pas de technologie, de moyens, de solutions ou de coût… Une simple question, à 2 francs, que l’on peut poser à toute la communauté internationale à tous les experts mondiaux du nucléaire :

      « Où sont les coriums ? ».

      Voilà, quand on aura réussi à répondre à cette simple question, on ne sera toujours pas plus compétent pour gérer la catastrophe mais… Woua ! On aura enfin réussi à répondre à 1 question sur cette catastrophe.

      On parle de produits dont la demi-durée de vie se chiffre en dizaines ou en centaines de milliers d’années…Bonne chance pour le futur.

      • Quels coriums? ;( .( (

        • Bah… Les Coriums !

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Corium

          De sales petites bêtes qui se nourrissent du béton des enceintes de confinement et les traversent sur plusieurs mètres d’épaisseur (les enceintes japonaises sont (oups étaient) 2 à 3 fois plus épaisses qu’en France). Les récupérer avec un robot est impossible (terrain exigu, profond et encombré) et les instruments chargés de mesurer la radioactivité affichent « MAX » quand ils approchent… de la parois de confinement.

          Donc, on ne sait pas où sont les coriums, leur profondeur, leur radio-activité, … En fait on sait rien là-dessus. C’est le genre de matière que l’homme n’avait jamais pris le risque de fabriquer tellement ça sentait mauvais. La nature nous a (encore) rattrapé.

          Et pendant ce temps là, d’autres attendent des solutions de la Communauté Internationale… Je me marre ! Ou pas…

        • Planete bleu

          Bonjour engel,

          Voici un article qui t’expliquera ce que sait qu’un corium et ses dangers.

          http://dailynuts-news.over-blog.com/article-le-corium-de-fukushima-effets-et-dangers-81752982.html

          Extrait:

          C’est la matière la plus dangereuse créer par l’homme, une sorte de magma incontrôlable et ingérable, aux conséquences incommensurable. C’est la bête noir de l’atome.

          A Tchernobyl il y en avait qu’un, ils ont réussi à l’époque à empêcher le corium d’atteindre une source d’eau, s’il ne l’avait pas fait ou pas réussi, il y aurait eu une énorme explosion et il est probable que l’Europe n’aurait plus été habitable aujourd’hui, celà à put se faire grâce aux sacrifices de plusieurs hommes

          http://tempsreel.nouvelobs.com/planete/20110907.OBS9891/vingt-ans-apres-retour-a-tchernobyl.html

          Extrait:

          « Je m’appelle Piotr Mikhaïlovitch Gumenoï. J’ai 64 ans. J’ai travaillé toute l’année 1986 à la centrale comme chauffeur pour la construction du tunnel de refroidissement que l’on a creusé sous le réacteur. Je suis invalide de 2e catégorie [sur trois catégories]. J’ai une maladie cardiaque, des maux de tête, des problèmes d’articulations. Je ne sais pas quelle dose j’ai reçue. Beaucoup de mes amis sont morts. »

          Mais à Fukushima il y en à 3 et ont ne sait pas où ils sont
          passés et qu’elle sera les conséquences

          http://www.fukushima-blog.com/article-le-corium-de-fukushima-2-effets-et-dangers-81400782.html

  • Iori Mochizuki
    Merci à toi,Iori
    pour ce travail EXCEPTIONNEL que tu fais depuis l’accident de Fukushima
    Tous les lecteurs doivent savoir que ce travail inlassable ,tu le fais dans des conditions épouvantables
    Après la Roumanie où ta Résistance au lobbye nucléaire a commencé,,ton passage au Svalbard où tu as failli mourir,seul ,loin des tiens,et toujours combattu par les « Nucléaires » tu continues à transmettre
    Alors ENCOURAGEZ-LE
    en le visitant sur Facebook
    Il est pourtant bien jeune,mais se voue entièrement à cette cause pour aider son peuple,qui est privé,au Japon,d’informations…(CENSURE)
    Iori,au nom de tous ceux qui te suivent,
    Tu es un Grand Monsieur
    qui fait Honneur au Monde
    Merci et nous avons beaucoup d’affection pour toi,pour ton courage.
    Soyez nombreux à parler de LUI
    c’est le moyen de le protéger
    et il en a besoin
    car c’est pour NOUS TOUS qu’il prend tous ces risques
    Il est représentatif de
    LA CONSCIENCE DU JAPON

  • Thierry92

    A refuser l’aide proposée par la Russie lors de la catastrophe, voila ou l’on en arrive.
    Les russes ont réussi a geler le sol du réacteur et arrêté la fusion du corium.
    Mais en dehors de certaines personnes de la CRIRAD, personne n’en parles.

    • Je ne savait pas qu’il était possible de stopper la fusion, ceci dit, les informations sont contradictoires. Tu as des liens.

      Perso, j’ai trouvé ça (mais j’ai pas cherché autre chose) :

      « A tchernobyl ils avaient balancé du sable au bore et du plomb dans le corium, ça l’a bien ralenti et même stoppé car il s’est vitrifié. »

      ou encore qu’il y aurait 257T de coriums au Japon contre 60 à 80T à l’époque en Ukraine.

      • Thierry92

        http://rim951.fr/?p=1692

        Des émissions avec des responsables de la CRIIRAD.

        Recherche ‘ici et maintenant ‘+ ‘criirad’+’tchernobyl’

      • Ils ont utilisé du bore mais le bore ne fait que ralentir le processus!

        A Tchernobyl, il n’y avait qu’un réacteur en phase critique ils ont sacrifié 5OO.000 personnes pour diluer et empêcher la formation d’un corium hyperactif »!

        …Alors, au Japon la partie était perdue dés le départ, vu le nombre de réacteurs en souffrance et la qualité du kamikaze version manga.

        « Faut pas laisser les enfants dans la raffinerie jouer avec les allumettes… »

        • A Tchernobyl, le réacteur explosé était à l’air libre. Les hélicoptères ont ainsi pu verser du bore et du sable dans le coeur endommagé en restant à une distance « moins mortelle dans l’immédiat ».
          A Fukushima, les réacteurs ne sont pas explosés , les coeurs fondus étaient dans leurs cuves et à l’intérieur de bâtiments fermés en béton. Après quelques heures, les coeurs fondus ont percé le fond des cuves, laissant échapper le corium.
          Inutile de dire que personne ne peut approcher les réacteurs sous peine de mourir dans les minutes qui suivent. Pour aller injecter quoi que ce soit dans le corium, il aurait fallu pénétrer dans les bâtiments béton fermés, ce qui aurait été mortel dans la minute pour les intervenants. Donc mission impossible.

  • Mata Hari

    Coucou les ME,

    Pensez aussi à envoyer une carte pour continuer le combat, à la Maison Asako, pour soutenir le travail, et à la mémoire de celle qui comme Mochizuki ( mon ami FB, le fait depuis la catastrophe de Fukushima )s’est battue contre ce fléau et ennemi invisible et dévastateur qu’est le nucléaire !

    http://www.asakohouse.com/FR/index.php

    Pour les envois cliquez sur AGENDA ( l’adresse a été mise a jour )

    Bon courage et de gros bisous à Mochizuki http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_heart.gif, et merci à vous les ME pour ce que vous ferez !

  • En avril 2013 l’APRI (association pionnière dans l’information sur les dangers de l’atome civil et militaire, fondée en 1962) dénonçait les risques de fuite d’eau radioactive à Fukushima Daiichi
    « Des tonnes d’eau radioactive « pourraient » s’être échappées d’un réservoir de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi entraînant une contamination des sols environnants, selon un communiqué de Tokyo Electric Power (TEPCO), un autre communiqué émanant lui de l’agence de presse KYODO a précisé que : « cette eau ne devrait pas s’écouler dans la mer, située à 800 mètres du réservoir »…(sic)…

    « L’origine de la fuite « n’a pas encore été déterminée »… elle provient officieusement de l’un des 7 réservoirs stockant l’eau utilisée pour refroidir les réacteurs endommagés gravement lors du séisme et de son tsunami, compte tenu de l’importance de cette « fuite » il est probable tout autant que plusieurs réservoirs aient une étanchéité fortement relative…la surveillance du niveau d’eau contaminé des réservoirs ne semble pas de mise, étonnant…détonnant… Une bonne nouvelle toutefois : TEPCO prévoit de transvaser les 13 tonnes d’eau radioactive (restante) vers d’autres cuves cette opération est en cours…(le niveau de radiation relevé est de 6000 Bq/ cm ³)…

    En sachant que ces réservoirs sont constitués théoriquement de panneaux censés empêcher l’eau contaminée de s’écouler dans la terre on est en droit de se poser bien des questions aussi sur la fiabilité dans le temps de ces susdits réservoirs (théoriquement étanches).

    Autre chose : TEPCO a annoncé vendredi que de nombreux problèmes ont été rencontrés pour faire fonctionner le système de refroidissement (mis en place dans l’urgence après la catastrophe pour tenter de maîtriser les réacteurs), le système de refroidissement de la piscine d’entreposage des barres de combustible s’est arrêté pendant environ 3 heures (pour le réacteur n°3). C’est la deuxième panne en trois semaines dans ce système de circulation de l’eau (eau de la mer)…utilisée pour refroidir le combustible usagé…on nage dans le bonheur…

    En conclusion entre la théorie et la pratique il semble que des interrogations persistent au niveau de la sécurité réelle de l’entreposage des eaux radioactives, il est vrai que les moyens mis en œuvre ont été faits dans l’urgence mais au bout de deux années nous ne devrions plus avoir à supporter de telles pollutions radioactives, de près comme de loin nous sommes tous concernés et pour des générations. »

    Gérard Pierrot (APRI)

    Effectivement plus le temps passe, et plus nous nous apercevons que le nucléaire cette « énergie propre » (selon en plus certains verreux qui mettent en avant les dangers des particules fines et qui veulent éliminer de la planète les moteurs diesels au profit bien évidemment des voitures électriques…) oui nous nous apercevons que l’énergie nucléaire quant un accident survient, il devient une menace pour toute vie sur notre planète.
    Etonnant que les particules radioactives qui se promènent dans l’air ne soient pas prises sérieusement en considération dans les risques sanitaires…il est vrai que l’U238 utilisé par les USA notamment au Kosovo (l’ U238 a une période de plus 4 400 000 d’années) et dont les isotopes sont éparpillés ne sont pas à sous estimer…mais qui en parle vraiment ?…
    La pollution radioactive est de loin la plus grave pour l’humanité toute entière, et chaque jour qui passe démontre que nous ne maîtrisons réellement pas les risques et dangers de cette « énergie propre »…
    Le Plutonium (Pu) quant à lui se promène au grè des vents tout autant, et il peut générer un cancer des voies respiratoires seulement avec l’ingestion de 2 nanogrammes…
    Avec les conflits de part et d’autres nous risquons de précipiter la fin de notre civilisation si nous continuons dans la course aux armements notamment.
    Le récent incident dans une grande centrale nucléaire d’Ukraine devrait faire réfléchir ceux qui profittent de ces guerres…à moment donné il n’y aura ni vainqueurs…ni vaincus…

    Sans autre commentaire.