Pourquoi le Pentagone et le CDC créent-ils des vaccins et de nouvelles souches brevetées d’Ebola ? [William Engdahl]

La panique croissante concernant l’épidémie d’Ebola, délibérément entretenue par le Dr Margaret Chan, la directrice générale « pandémie de grippe porcine » de l’OMS à Genève, et les représentants officiels et irresponsables du CDC (Governement Center for Disease Control) américain, devient de plus en plus absurde et destructrice jour après jour.

Pas seulement à cause de la liste officielle des symptômes d’Ebola, de la grippe commune ou des rhumes sévères. Pas seulement à cause du seul test de laboratoire reconnu pour Ebola, le Kary PCR test, identifié par son inventeur, le prix Nobel Kary Mullis, comme totalement inopérant pour détecter la présence d’Ebola dans un corps humain. Dans une interview, Mullis a déclaré : « le PCR quantitatif est une oxymore. » Le PCR a été conçu pour identifier des substances qualitatives et par sa nature même est inadapté pour des estimations quantitatives. Le test peut détecter des séquences génétiques des virus, mais pas les virus eux-mêmes.

Nous avons appris récemment qu’une nouvelle entreprise avait établit un partenariat avec le Pentagone pour mettre au point un « anti-virus Ebola à ARN thérapeutique ». Le 4 août, la chaîne TV Fox, a relayé cette dépêche énigmatique :

« Le médicament expérimental utilisé pour traiter deux coopérants américains qui avaient été infectés par le virus Ebola n’avait jamais été testé sur des humains auparavant et a été identifié cette année comme faisant partie d’un programme de recherche militaire expérimental… Le département de la défense mène depuis longtemps des recherches sur les maladies infectieuses, incluant Ebola. »

Le département de la défense et Ebola

D’autres recherches ont depuis mis au jour les faits suivants, hautement fascinants et suspects, à propos du programme de recherches du département de la défense concernant Ebola.

Apparemment, le département de la défense a noué un partenariat avec une société de biotechnologies, Tekmira Pharmaceuticals Corporation. Son action est cotée au Nasdaq sous le nom TKMR. Tekmira se présente elle même comme un leader dans le développement des interférences thérapeutiques de l’ARN (ndt : l’ ARN, constitue la transcription cellulaire « opérative » de l’ADN).

Depuis la panique déclenchée par Ebola, le cours des actions de l’entreprise a crevé le plafond, comme le firent les actions Gilead Sciences de Donald Rumsfeld, qui étaient les inventeurs du Tamiflu. Les cours s’étaient envolés après que le secrétaire à la défense Donald Rumsfeld ait commandé pour 1 milliards de dollars de Tamiflu, sans valeur pour ses soldats, après le déclenchement de la fausse pandémie de grippe aviaire.

Le site web de Tekmira dit :

« TKM-Ebola et l’anti-virus à ARN thérapeutique sont développés dans le cadre d’un contrat de 140 millions de dollars avec une unité du département de la défense américain spécialisée dans les contre mesures médicales et les systèmes de biodéfense thérapeutiques (MCS-BDTX). »

Depuis 2010, ils déclarent en outre :

« Tekmira a signé un contrat de 140 milliards de dollars avec le département de la défense pour mettre au point un anti-virus à ARN thérapeutique qui utilise notre technologie LNP (ndt : LNP : Lipid Nanoparticle, littéralement, nanoparticules lipides), pour traiter l’infection par le virus Ebola. En 2013, la collaboration a été étendue afin d’inclure des avancées significatives dans la technologie LNP, incluant une nouvelle formulation LNP plus puissante, la capacité à lyophiliser la formulation LNP, et une formulation rendant possible l’administration intra-veineuse. »

Toujours selon le site web de Tekmira :

« En 2014, Tekmira a signé une option d’agrément avec Monsanto, permettant à Monsanto d’obtenir une licence pour exploiter la technologie Tekmira. »

Et maintenant Tekmira a reçu l’autorisation (de qui?) d’effectuer des tests sur des cobayes humains. Où ça ? Tekmira nous le dit:

« Tekmira a rejoint un consortium international dirigé par l’OMS pour développer un vaccin expérimental basé sur l’ARN et destiné à mener des études cliniques accélérées en Afrique de l’ouest. Le consortium inclus des représentants du Consortium International des Affections Respiratoires Sévères et des Infections Emergentes (ISARIC) à l’université d’Oxford au Royaume-Uni, le centre américain pour le contrôle des maladies (CDC), Médecins Sans Frontières, la fondation Mérieux, et quelques autres. »

Maintenant que le monde entier est complètement hystérique au sujet d’Ebola, qui va regretter la disparition de quelques centaines d’africains de l’ouest des suites des complications causées par les expérimentations du Pentagone et de TKM ? Tous les acteurs du crime sont regroupés dans le consortium mettant en place les tests humains de Tekmira en Afrique de l’ouest, l’OMS, le centre américain pour le contrôle des maladies (CDC), et Médecins Sans Frontières.

Est-ce qu’Ebola et la campagne mondiale de l’OMS et du CDC ont été créés par ses sponsors pour créer un état de panique afin de tester des vaccins expérimentaux ou des injections de TKM-Ebola conçus pour éliminer une partie significative de la population d’Afrique de l’ouest ?

Ebola et l’eugénisme ?

Il est intéressant de noter qu’avant sa mort dans un curieux accident d’avion, le président jusqu’à 2010 de Médecins Sans Frontières pour les états-unis était Richard Rockfeller, le fils de David Rockfeller. Et jusqu’à il y a quelques mois, un autre Rockfeller siégeait au conseil d’administration de Monsanto quand il est mort. La famille Rockfeller, depuis plus d’un siècle depuis la création de sa Fondation Rockfeller, a été la plus généreuse source de financement des recherches sur l’eugénisme, incluant les recherches menées par les nazis à l’institut Kaiser Wilhem à Berlin et Munich dans les années 30. Il y a quelques familles très riches et influentes qui se considèrent comme des dieux planant au dessus des simples mortels. C’est ce que dit l’histoire des Rockfeller. Dans son livre de 1933 « La vision moléculaire de la vie » le Docteur Lily E Kay, décrite comme « l’une des plus extraordinaires historiennes de la biologie de sa génération » affirme que la « nouvelle biologie » a largement été crée par la Fondation Rockfeller et son programme à l’institut de technologie de Californie à travers un consensus entre une élite scientifique et une élite capitaliste dont les objectifs étaient centrés sur l’eugénisme et le besoin de créer un mécanisme de contrôle social et d’engineering humain.

Le terme de « biologie moléculaire » a été inventé en 1938 par Warren Weaver, directeur de la division des sciences naturelles à la Fondation Rockfeller. L’argent pour financer le développement de la discipline réductionniste de la biologie moléculaire venait des Rockfeller. Beaucoup des scientifiques impliqués n’étaient pas des eugénistes mais étaient simplement à la recherche de financements. Kay note que beaucoup d’entre eux, même au niveau de l’élite, étaient avant tout intéressés par la recherche scientifique fondamentale, même lorsqu’ils étaient informés des buts de la Fondation Rockfeller. Comme Kay le remarque, « le résultat final a été que la « nouvelle biologie » ne fut pas une recherche ouverte des « sources de la vie » mais plutôt une investigation pour répondre à des questions spécifiques destinées à servir les buts de l’eugénisme et du contrôle social. »

Le CDC a t-il breveté une souche d’Ebola ?

Toutes les preuves disponibles suggèrent que l’hystérie à propos d’Ebola entretenue par le CDC et l’OMS constituent une partie d’un agenda eugéniste plus vaste qui a conduit la Fondation Rockfeller a créer les variété OGM de Monsanto de manière à contaminer la chaîne alimentaire.

Comme si le lien entre le Pentagone et Tekmira n’était pas assez alarmant, le CDC a obtenu un brevet en 2010 sur une souche particulière du virus connue sous le nom « EboBun ». Il s’agit du brevet Numéro CA2741523A1. Ils sont également autorisés à percevoir des droits de propriété pour son utilisation. Pourquoi est-ce que la principale agence de santé gouvernementale dépose un brevet sur une souche du virus Ebola ? Pour breveter un virus ? Comment est-ce qu’une telle monstruosité est possible ? Selon le spécialiste du droit de la propriété David Schwartz « vous ne pouvez pas breveter un état pathologique en soi, comme le cancer ou la grippe. Mais si vous parlez de brevter une forme de vie comme une bactérie ou un virus, altérée par l’homme, la réponse est oui. »

Bienvenue dans le monde de l’ombre de l’OMS, du Pentagone et du CDC…

F William Engdahl pour le New Eastern Outlook

Traduction Ender pour les moutons enragés

10 commentaires