Défense : la France a exporté pour 6,3 milliards d’euros d’armes en 2013

Après une année difficile en 2012 en matière d’exportations (4,8 milliards d’euros), les industriels de la défense tricolores ont réussi à augmenter de 31 % leurs prises de commandes en 2013. Ils ont exporté l’année dernière au moins 6,3 milliards d’euros de ventes de systèmes d’armes.

Bateau de guerre

© Inconnu
C’est l’Arabie Saoudite qui a été le meilleur client de la France en 2013 avec 1,8 milliard d’euros de commandes, soit plus du quart du montant des contrats engrangés (6,3 milliards d’euros)

C’est une bonne nouvelle pour les industriels de l’armement tricolores. Après une année difficile en 2012 en matière d’exportations (4,8 milliards d’euros), ils ont réussi à augmenter de 31 % leurs prises de commandes en 2013 pour atteindre au moins 6,3 milliards d’euros de systèmes d’armes. Un chiffre qui reste encore à affiner mais il serait fiable à 95 %, assure-t-on au ministère de la Défense. Avec ce chiffre, la France réalise plutôt un bon cru, proche de celui de 2011 (6,5 milliards), et reste encore bien calé à la quatrième place devant Israël, le rival le plus dangereux pour la France… mais derrière les Etats-Unis, la Russie et la Grande-Bretagne. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, doit annoncer ce chiffre ce jeudi à Brest lors de la cérémonie de la remise de la frégate multimissions (FREMM) Mohammed VI au Maroc.

Un niveau d’exportations rassurant, estime le ministère de la Défense, car les industriels ont réussi à signer en 2013 huit contrats supérieurs à 200 millions d’euros (contre trois en 2012). « C’est un retour significatif de grands contrats comme le contrat LEX signé en Arabie Saoudite », explique-t-on à l’Hôtel de Brienne.

Mais pas encore de mégacontrat ou de « jumbo deal » signé, qui donnerait une réelle bouffée d’oxygène à l’industrie d’armement tricolore, notamment à la filière aéronautique avec le Rafale. Toutefois, le socle des exportations françaises – les contrats de moins de 200 millions d’euros – est en croissance de 7 %. « Un total significatif », estime le ministère. En tête des industriels tricolores à l’export, MBDA et Thales, qui ont glané respectivement chacun 1,5 milliard de prises de commandes.

L’Arabie Saoudite à nouveau bon client de la France

Comme au bon vieux temps – mais pas si lointain finalement après la parenthèse du quinquennat Sarkozy -, c’est l’Arabie Saoudite qui a été le meilleur client de la France avec 1,8 milliard d’euros de commandes. Soit plus du quart du montant des contrats engrangés en 2013 (28 %) même si la France pouvait espérer plus avec le programme Mark 3 (4 milliards d’euros pour Thales). C’est évidemment le programme LEX (Life Extension) portant sur la modernisation des frégates saoudiennes Sawari I qui pèse lourd dans la balance (570 millions d’euros de parts françaises pour un contrat évalué à 1,15 milliard).

Par ailleurs, les missiliers MBDA, Sagem (groupe Safran) et Thales ont engrangé toute une série de contrats portant sur l’équipement des différentes forces saoudiennes. MBDA fournira à l’armée de l’air saoudienne un lot supplémentaire de missiles de croisière Storm Shadow, dont la fabrication est en partie en France. Il va va équiper de missiles sol-air VL Mica la Garde nationale, l’armée privée du roi commandée par le prince Mitaeb bin Abdullah. Ce contrat, qui s’élève à un peu plus de 150 millions d’euros, va permettre de remplacer le parc de missiles Mistral, dont le fournisseur était déjà MBDA. A terme, le missilier table sur plus de 500 millions d’euros de commandes au total.

Le missilier participe aussi au contrat LEX et va équiper les pétroliers de son nouveau système surface-air à très courte portée Simbad-RC (un peu plus de 40 millions d’euros). Par aileurs, Sagem a placé sa bombe AASM sous les Tornado saoudiens et Thales avait signé en début d’année un nouveau contrat de support (OASIS 8) des missiles de défense aérienne Crotale (de l’ordre de 140 millions d’euros).

Singapour deuxième client de la France

En dépit de l’échec de DCNS à Singapour qui a choisi le rival allemand ThyssenKrupp Marine System pour l’achat de deux deux sous-marins (1,8 milliard d’euros), l’Ile-Etat se classe au deuxième rang des clients des industriels français. Deux contrats ont été signés, l’un portant sur la vente de six avions ravitailleurs MRTT (la part française s’élève à un tiers du contrat sur ce type d’appareils), l’autre sur des missiles Aster 30 (MBDA).

Article complet sur La tribune via Sott.net

2 commentaires

  • engel

    « Faut bien vivre ma p’tit dame! »

    Et puis, « la mort c’est la vie ».

    Car, ne l’oublier jamais: « la guerre c’est la paix »

    • engel

      Mauvaise langue!

      Faut voir ce chiffre comme la capacité de la glorieuse France à exporter « sa » démocratie et le concept universel des « droits de l’homme ».