Syrie: L’ONU exclut l’Iran de la conférence de Genève 2

On en attendait pas moins à ce niveau là. Il n’y a qu’à regarder qui finance les « gentils » dans l’histoire, c’est à dire ceux qui sont contre Assad, qui à des intérêts pour que le président actuel syrien qui le pouvoir, pour bien comprendre où est le mensonge (une simple recherche sur ce blog suffira à répondre à toutes les questions…). L’Iran ne pouvait de toute manière pas participer puisqu’il ne serait pas allé dans le sens de ceux « qui veulent absolument imposer la démocratie » au peuple syrien…

« Profondément déçu par les déclarations publiques » de Téhéran aujourd’hui, Ban Ki-moon a retiré son invitation pour la conférence de paix qui s’ouvre mercredi en Suisse.

Moins de 24 heures après l’avoir invité, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a décidé lundi 20 janvier d’exclure l’Iran de la conférence de paix en Syrie qui s’ouvre mercredi en Suisse.

Selon son porte-parole Martin Nesirky, Ban Ki-moon « a décidé que la réunion d’un jour à Montreux (Suisse) aura lieu sans la participation de l’Iran ».

Il a justifié cette décision par le refus iranien de soutenir un gouvernement de transition en Syrie comme le prévoit le « communiqué de Genève » signé par les grandes puissances le 30 juin 2012.

« De hauts responsables iraniens avaient affirmé au secrétaire général que l’Iran comprenait et soutenait la base des discussions et l’objectif de la conférence », c’est-à-dire « l’instauration d’un gouvernement de transition en Syrie ayant les pleins pouvoirs exécutifs », a expliqué Martin Nesirky.

Mais le gouvernement iranien, soutien sans faille du président Bachar al-Assad, avait ensuite affirmé lundi que sa participation à la conférence n’impliquait aucune condition. L’opposition syrienne avait alors menacé de ne pas participer à la conférence, dite de « Genève 2 ». Celle-ci s’ouvre mercredi à Montreux et se poursuivra à partir de vendredi à Genève, mais uniquement entre les délégations du pouvoir et de l’opposition.

Ban Ki-moon « profondément déçu »

Toujours selon son porte-parole, Ban Ki-moon, qui devait s’envoler lundi soir pour la Suisse, a été « profondément déçu par les déclarations publiques de l’Iran aujourd’hui qui ne correspondent pas du tout à l’engagement » pris par les responsables iraniens dans leurs contacts avec lui.

« Il continue d’exhorter l’Iran à se joindre au consensus international de soutien au communiqué de Genève ». « Etant donné que (l’Iran) a choisi de rester en dehors de cet accord de fond, il a décidé que la réunion d’un jour à Montreux aura lieu sans la participation de l’Iran ».

Les Etats-Unis, le Royaume uni et la France avaient tous trois fait d’un soutien iranien au communiqué de Genève une condition sine qua non de sa présence à Montreux, où près de 40 pays sont conviés. Un responsable du département d’Etat s’exprimant anonymement avait même enjoint l’ONU de « retirer » son invitation, annoncée à la presse par Ban Ki-moon lui-même dimanche soir.

De son côté, la Russie, autre fidèle allié de Damas, a toujours été favorable à la participation iranienne. Le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov avait estimé lundi qu’exclure l’Iran serait « une erreur impardonnable ».

Suite de l’article sur Tempsreel.nouvelobs.com

6 commentaires

  • Ce qui est bien la preuve que l’onu est une escroquerie manipulée par l’axe sionisto-américain !

  • criminalita

    la délégation syrienne à été bloquée en Grèce pendant + de 3 heures. Visas pas en ordre soit disant, ils voulaient pas leur remplir de kérosène l’avion…ha ha ha…les grecs veulent du fric quoi ? Faut les comprendre.
    Ils se réunissent tout près de chez moi, à peine 10km. La Zone est bunkérisée, je peux même pas accueillir les syriens avec une banderole en guise d’encouragement.
    Je pense qu’ils ont dû envoyer des délégués naturistes pour qu’ils ne puissent cacher des fioles chimiques…hiiii en + il fait pas très chaud.

  • kalon kalon

    La plupart des 40 « invités » à ce cirque ne savent même pas ou se trouve la Syrie et, encore moins, la raison pour laquelle ils ont été invités !
    Par contre, Poutine a de quoi négocier !
    L’Ukraine, l’Iran, et même l’Allemagne qui aimerait changer de camp, et tout cà pour larguer en douceur un pays complétement démoli par les alliés de l’OTAN !
    Comme disait Brel: « chez ces gens là, Monsieur, on n’aime pas, on compte » :-)