Mort de JFK : les théories du complot, toujours en vogue aux États-unis (et autres petits complots…)

L’anniversaire de l’assassinat de JFK dont l’aura ne s’est jamais vraiment éteinte est fêté ces jours-ci aux Etats-Unis, mais ce qu’il en ressort réellement, c’est que les « théories du complot » ont la vie dure, et que suivant les journalistes, il y en a toujours pour remettre en doute les versions officielles, des « doux illuminés » refusant toujours d’admettre que des vérités puissent l’être. Mais nous y reviendrons dans la suite de l’article…

John-F-Kennedy-2807455

Cinquante ans après l’assassinat du président américain John Fitzgerald Kennedy, le 22 novembre 1963, les réflexions autour des circonstances de sa mort sont toujours d’actualité et les théories du complot vont bon train aux États-Unis.

Immuable. Dealey Plaza, place de Dallas où le président américain John Fitzgerald Kennedy a été assassiné le 22 novembre 1963, est, un demi-siècle plus tard, quasiment identique. Ce jour-là, depuis le sixième étage du Texas Schoolbook Depository, l’immeuble qui se trouve toujours au nord de la place, Lee Harvey Oswald a tiré sur le président, bouleversant l’Amérique et le cours de l’Histoire.

Moins de deux heures après les coups de feu, Oswald était arrêté, puis rapidement accusé du meurtre de Kennedy. Deux jours plus tard, le jeune homme de 24 ans était lui-même abattu par Jack Ruby, propriétaire d’un nightclub de Dallas, alors que la police s’apprêtait à le transférer vers la prison du comté. C’est du moins la version officielle. Cinquante ans après, ceux qui contestent cette version des faits attendent toujours des réponses. D’après un sondage mené en avril dernier par Associated Press-GfK, 59 % des Américains sont convaincus qu’Oswald n’a pas agi seul.

Deborah Conway en fait partie. Habitante de Dallas, elle est toujours aussi engagée dans ce qu’elle estime être « la recherche de la vérité » sur l’assassinat de JFK. « Je crois fermement qu’il y avait plus d’un tireur ; je pense aussi qu’il y avait une conspiration derrière cet assassinat », a-t-elle affirmé à FRANCE 24. « Ils voulaient changer le gouvernement américain, ils n’aimaient pas la manière de diriger du président Kennedy. Peut-être pensaient-ils aussi qu’il était trop jeune, trop naïf, trop inexpérimenté…Je pense qu’ils ont voulu l’éliminer », poursuit-elle. Sans en dire plus sur l’identité de ces « ils ».

« Nous avons oublié qui était Kennedy »

Pour d’autres, l’affaire est close depuis la parution, en 1964, du rapport de la Commission Warren, commandité par l’État. « Nous avons été tellement pollués par toutes les théories conspirationnistes, les légendes sur l’origine des tirs, sur le nombre de tueurs, la CIA, le FBI, les Russes, les Cubains, la prétendue implication de [l’ancien président] Lyndon Johnson ou des producteurs de pétrole du Texas, que nous en avons oublié qui était Kennedy », estime l’historien américain James Swanson, interrogé par FRANCE24.

« Nous devons nous souvenir que le 22 novembre 1963, une femme a perdu son mari, deux enfants ont perdu leur père et l’Amérique a perdu son président », poursuit l’historien. « Kennedy était un héros de guerre, un vétéran. Il avait sacrifié sa vie pour le pays. Il croyait en une Amérique exceptionnelle, en la grandeur de notre pays ».

Patty Rhule, responsable au Newseum de Washington, va dans le même sens que James Swanson : « Le président Kennedy laisse un héritage qui va bien au-delà du fait qu’il ait été assassiné. Il a été le premier président américain né au XXe siècle, le plus jeune président élu. Et il a apporté un idéalisme plein de fraîcheur à son pays, il nous a mis au défi de marcher sur la lune », dit-elle.

Article complet sur France24

Et puisque nous parlons de complot et de théories, voici un article intéressant sur le sujet, puisque si les journalistes n’ont pas le courage d’aller très loin sur ce sentier, il faut bien que d’autres l’aient:

« Israël ne doit pas s’excuser pour l’assassinat de ceux qui cherchent à la détruire. Le premier ordre du jour pour tous les pays est la protection de son peuple.  » Washington Jewish Week, October 9, 1997 !

En Mars 1992, le Représentant de l’Illinois Paul Findley disait dans le rapport de Washington sur les affaires du Moyen-Orient, « Il est intéressant – mais pas surprenant – de noter que dans tout ce qui fut écrit et prononcé au sujet de l’assassinat de Kennedy, l’agence de renseignement israélien, le Mossad, n’a jamais été mentionnée. »

Considérant que le Mossad est sans doute l’agence de renseignement la plus efficace et cruelle dans le monde, il est plutôt singulier qu’il n’ait jamais été investigué en relation avec l’assassinat de Kennedy, surtout quand pratiquement toutes les autres entités dans le monde (à court d’imitateurs d’Elvis) ont été mis en cause.

Mais tout cela a changé en Janvier 1994 avec la sortie du livre de Michael Collins Piper: Final Judgment. Dans ce livre, Piper dit, « le Mossad israélien a été un joueur de première importance (et critique) dans les coulisses de la conspiration d’assassinat de JFK. Grâce à ses ressources très vastes et à ses contacts internationaux dans la communauté du renseignement et du crime organisé, Israël avait les moyens, il avait l’opportunité, et il avait le motif de jouer un rôle de premier plan dans l’un des plus grands crimes du siècle – et il l’a fait « .

Leur motivation? Le renommé Premier ministre israélien David Ben-Gourion, qui a gouverné ce pays depuis sa création en 1948 jusqu’à sa démission le 16 Juin 1963, était tellement furieux que John F. Kennedy n’ait pas permis à Israël de devenir une puissance nucléaire que dans ses derniers jours au pouvoir, affirme Piper, il a commandé le Mossad d’élaborer un complot pour assassiner le président américain

Ben Gourion était tellement convaincu que la survie même d’Israël était menacée qu’il a dit que dans une de ses dernières lettres à JFK: « Monsieur le Président, mon peuple a le droit d’exister, et cette existence est en danger. »

Dans les jours qui ont précédé la démission de Ben-Gourion, lui et JFK s’étaient embarqués dans un discret mais controversé débat sur la possibilité d’Israel d’obtenir des capacités nucléaires. Leur désaccord a finalement dégénéré en une véritable guerre de mots qui a été pratiquement ignorée par la presse. Ethan Bronner a écrit sur cette bataille secrète entre JFK et Ben Gourion des années plus tard, dans un article du New York Times du 31 octobre 1998, le qualifiant de « secret farouchement gardé ». En fait, les conversations entre Kennedy / Ben Gourion sont toujours classées par le Gouvernement des États-Unis. Peut-être que c’est le cas parce la rage et la frustration de Ben Gourion est devenue si intense – et sa puissance si grande en Israël – que Piper soutient qu’il a été au centre de la conspiration pour tuer John Kennedy. Cette position est soutenue par banquier newyorkais Abe Feinberg, qui décrit la situation ainsi: « Ben-Gourion pouvait être vicieux, et il avait une telle haine du vieux [Joe Kennedy, Sr., le père de JFK]. Ben Gourion méprisait Joe Kennedy parce qu’il sentait qu’il était non seulement un antisémite, mais qu’il avait également favorisé Hitler dans les années 1930 et 40. [Nous allons aborder cet aspect de l’histoire dans un prochain article intitulé La CIA et le crime organisé: les deux faces de la même médaille].

Quoi qu’il en soit, Ben Gourion était convaincu qu’Israël avait besoin d’armes nucléaires pour assurer sa survie, alors que Kennedy était résolument contre. Cette incapacité à parvenir à un accord a entraîné des problèmes évidents. L’un de ces problèmes a découlé de la décision de Kennedy de faire de l’Amérique sa priorité en matière de politique étrangère, et non pas Israël! Kennedy prévoyait honorer la Déclaration tripartite de 1950 qui dit que les États-Unis useraient de représailles contre tout pays au Moyen-Orient qui en attaquerait un autre. Ben Gourion, d’autre part, voulait que l’administration Kennedy leur vende des armes offensives, en particulier des missiles Hawk.

Les deux dirigeants se sont ainsi engagés dans un échange épistolaire brutale, mais Kennedy ne voulait pas bouger. Ben-Gourion, obsédé par cette question, a glissé dans la paranoïa totale, pressentant que l’obstination de Kennedy était une menace flagrante à l’existence même d’Israël en tant que nation. Piper écrit: « Ben-Gourion avait consacré toute sa vie la création d’un Etat juif et à le guider dans l’arène mondiale. Et, dans les yeux de Ben Gourion, John F. Kennedy était un ennemi du peuple juif et de son Etat d’Israël bien-aimé. Il poursuit: « L’option nucléaire » était non seulement au cœur même de la vision personnelle du monde de Ben-Gourion, mais le fondement même de la politique de sécurité nationale d’Israël. »

Ben Gourion était tellement préoccupé par l’obtention d’armes nucléaires que le 27 juin 1963, onze jours après avoir démissionné de ses fonctions, il a annoncé: «Je ne connais aucune autre nation dont les voisins déclarent qu’ils souhaitent la détruire, et ne le déclarent pas seulement, mais s’y préparent par tous les moyens à leur disposition. Nous devons avoir aucune illusion que ce qui est déclaré tous les jours au Caire, à Damas, et l’Irak sont que des mots. C’est la pensée qui guide les dirigeants arabes … Je suis convaincu que la science … est en mesure de nous fournir les armes qui serviront la paix et dissuaderont nos ennemis.  »

Avner Cohen, dans son livre Israel and the Bomb (Israël et la bombe), publié par Columbia University Press, renforce ce sentiment d’urgence en écrivant: «Imprégné des leçons de l’Holocauste, Ben Gourion était consumé par des craintes pour la sécurité … L’angoisse de l’Holocauste a dépassé Ben Gourion pour insuffler la pensée militaire d’Israël. » Il ajoute de la substance à ce point en soulignant, « Ben-Gourion n’a aucun scrupule quant à la nécessité pour Israël d’obtenir des armes de destruction massive », et « la vision du monde de Ben-Gourion et son style de gouvernance est ce qui a donné forme à son rôle crucial dans le déclenchement nucléaires de progression Israël. »

Kennedy, d’autre part, a été catégorique dans son refus de promouvoir l’accession d’Israël sur la scène nucléaire. Avner Cohen souligne, dans « Israel and the Bomb: «Aucun président américain n’a été plus préoccupé par le danger de la prolifération nucléaire que John Fitzgerald Kennedy. Il était convaincu que la prolifération des armes nucléaire rend le monde plus dangereux et mine les intérêts des États-Unis ». Cohen continue à la fin de ce passage, « Le seul exemple que Kennedy a invoqué sur ce point était Israël. »

Réalisant que Kennedy ne changerait pas d’avis, Ben Gourion a décidé de joindre ses forces avec la Chine communiste. Les deux pays se sont montrés très intéressés dans la création d’un programme nucléaire, et c’est ainsi que commencèrent leur relations secrètes conjointes. Travaillant à l’unisson par l’intermédiaire de Shaul Eisenberg, qui a été partenaire du trafiquant d’armes et comptable du Mossad Tibor Rosenbaum, Israël et la Chine procédèrent donc à développer leurs propres capacités nucléaires à l’insu des États-Unis.

Si vous trouvez ce scénario improbable, je vous encourage vivement à lire l’excellent livre de Thomas Gordon, Seeds of Fire (Graines de feu), dans lequel il expose comment le Mossad et le CSIS (les services secrets chinois) ont conspiré à de multiples occasions, non seulement pour voler des secrets militaires américains, mais également pour espionner le programmes de renseignement américains par le biais du logiciel PROMIS du Département de la Justice. Cet exemple, j’en ai bien peur, n’est qu’un premier exemple dans lequel l’écho de l’assassinat de JFK résonne encore aujourd’hui dans notre monde post- 11 septembre. Le danger que représentait la course d’Israël et la Chine en vue d’obtenir la Bombe est devenue une situation très volatile, et a été étroitement surveillé par la CIA.

Dans l’intention de poursuivre sur cette voie, les Israéliens ont construit l’installation nucléaire de Dimona. Quand Kennedy a demandé que les États-Unis inspectent ces installations, Ben Gourion était si furieux qu’il a construit un autre FAUX établissement qui ne présentait aucune preuve de recherche et de développement nucléaire. (Ce scénario ne sonne-t-il pas étrangement familier dans le contexte de ce qui se passe actuellement concernant l’Irak de Saddam Hussein?) Pleinement conscients de leurs manigances, JFK a dit à Charles Bartlett, « Les fils de pute me mentaient constamment sur leurs capacités nucléaires.  »

Article complet sur Alterinfo

À chacun de se faire sa propre opinion sur le sujet. J’insiste pourtant pour mettre en avant le véritable sens des mots complot et conspiration:

Une conspiration est une entente secrète entre plusieurs personnes, en vue de renverser un pouvoir établi, ou une organisation en vue d’attenter à la vie d’une personne d’autorité. Le terme « conspiration » et ses quasi-synonymes, notamment « complot » et « conjuration », ont fait l’objet de distinctions sémantiques par plusieurs spécialistes de la langue.

Source: Wikipedia

Donc, initialement, le complot existe pour renverser une personne très influente, mais cela a évolué pour maintenant justifier telle ou telle décision, ou pour protéger qui de droit. À écouter les médias, toute affirmation allant à l’encontre des vérités officielles tiennent de la théorie du complot, une version ridicule de la réalité par ceux qui ne se contentent pas des faits établis et des faits officiels. Pourtant, si on regarde un peu, on pourrait presque penser, en s’appuyant sur la définition du dessus, que tout n’est plus que complot à l’heure actuelle, par exemple:

  • La création de la FED pour mettre entre les mains d’une société privée la création de l’argent aux USA, quitte à trahir les « pères fondateurs » qui fuirent l’Angleterre pour échapper à une banque centralisée.
  • La loi de Pompidou-Rotschild de 1973 remplacée par le traité de Maastrich pour endetter la France tout en confiant les rennes du pays à des investisseurs privés
  • Le suicide de deux balles dans la tête de Bérégovoy ou du gendarme Jabert
  • L’histoire des armes de destruction massives qui n’ont jamais existé
  • Le fait que de très mauvais pilotes d’avions sortis de leur cambrousse afghane aient réussi à crasher des avions contre des bâtiments américains, avec un avion ayant fondu, et une tour qui s’est effondrée sans jamais avoir été percutée
  • la seconde élection de Georges W. Bush avec des votes truqués
  • l’affaire Dutroux avec les réseaux pédophiles inexistants
  • les différentes pressions sur la France par les agences de notation pour la contraindre à prendre certaines décisions alors que le pays abritant ces mêmes agences possède encore une note fantastique

Ceci entre autres sujets pouvant y être rattachés… Vous l’avez bien compris, toute remise en cause d’une version officielle est conspirationniste, donc tient de la théorie du complot. Bien sur, vous êtes invités à compléter cette liste, à donner votre opinion sur le sujet, mais je trouve impensable qu’à l’heure actuelle, la grande majorité des journalistes n’aient en aucun cas le courage de remettre officiellement en cause certaines « vérités » qui nous ont été servies, dont la théorie de la balla magique de JFK!

 

 

18 commentaires