Fukushima : Le retrait des barres de combustible a commencé

La compagnie Tepco de la centrale accidentée de Fukushima a commencé comme prévu le retrait du combustible de la piscine du réacteur 4, une opération très délicate qui prendra au total plus d’un an, si tout va bien.

Opération de retrait du combustible de la piscine du réacteur 4 de la centrale de Fukushima, le 1...

 ( TEPCO / AFP )

Opération de retrait du combustible de la piscine du réacteur 4 de la centrale de Fukushima, le 18 novembre.

C’est la première fois qu’une telle opération est réalisée dans un environnement accidenté. Ce retrait marque le début du démantèlement qui doit durer 40 ans.

La compagnie Tepco de la centrale de Fukushima a commencé le retrait du combustible nucléaire de la piscine du réacteur 4. Il s’agit de retirer l’oxyde d’uranium usé situé au cœur du réacteur n° 4 de la centrale de Daichi Fukushima, sous l’eau d’une piscine. « Une opération a priori peu différente de ce qui se passe régulièrement au moment où l’on retire du combustible usé dans une centrale en exploitation normale », précise Thierry Charles, directeur général adjoint de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

Un nouveau bâtiment et un nouveau pont roulant ont été construits par-dessus l’ancienne construction fortement fragilisée suite à l’explosion d’hydrogène en 2011. Ce qui permet de descendre un caisson cylindrique, une espèce d’énorme seau métallique (5,5 m de haut et 2,1 m de diamètre), dans la piscine et d’y transférer, en restant toujours dans l’eau, les assemblages de crayons de combustible constitués d’empilement de pastilles d’oxyde d’uranium. Le métal du seau comme l’eau de la piscine empêche toute irradiation (rayonnement gamma) vers l’extérieur. Une fois le seau rempli, il est extrait de l’eau et bouchonné avant d’être descendu au rez-de-chaussée, car la piscine se trouve au premier étage, à peu près 30 m plus haut.

 

Une opération presque identique à celle du changement de combustible dans un réacteur normal

Le caisson de protection et son chargement de combustible usé sont comparables aux caissons utilisés en France pour transporter, par train puis par camion, le combustible usé depuis les centrales nucléaires jusqu’au centre de retraitement de La Hague (Manche). Le tout sera acheminé sur une piscine d’entreposage situé à quelques centaines de mètres où le matériau radioactif peut rester plusieurs années.

Ingénieurs et techniciens se donnent 2 jours pour retirer 22 assemblages de combustible, une opération réalisée par le nouveau pont roulant capable de soulever environ 100 tonnes et télécommandé. La piscine n° 4 contient environ 1 300 assemblages de combustible usé et 200 assemblages de combustible neuf.

 

Des risques potentiels

« La sécurité est la priorité », a déclaré le patron de Tepco, Naomi Hirose, en début de semaine dernière. En effet, à la différence d’un réacteur en exploitation ordinaire, la présence de débris de béton ou métalliques venant du toit ou du mur suite à l’explosion peut bloquer ou du moins retarder l’opération. Des débris qui pourraient bloquer la sortie des 22 assemblages de combustible de leur gaine. La sortie doit se faire à raison d’un centimètre par seconde ! En cas de blocage, l’opération s’arrêtera automatiquement. Des répétitions ont eu lieu et les équipes sont désormais jugées bien formées par Tepco et l’expert nucléaire américain Lake Barrett, invité à suivre les préparatifs.

 

Une première étape vers le long démantèlement total de la centrale de Fukushima

C’est la première fois qu’une telle opération est réalisée dans un environnement accidenté où les techniciens doivent œuvrer en combinaisons de protection et porter des masques intégraux pour se protéger de la radioactivité.

En outre, il s’agit de la plus délicate opération depuis la stabilisation du site en décembre 2011. « Ce retrait ouvre un nouvel important chapitre dans notre tâche de démantèlement » qui doit durer 40 ans, a commenté le PDG Naomi Hirose dans un message vidéo diffusé par Tepco.

Source: La croix via leschroniquesderorschach

25 commentaires