Petite pub pour le parlement européen…

Si on se contente de la vidéo: mais c’est que du bonheur ce parlement européen! Mais il y a quelques annotations qui y ont été rajoutées, défaitistes les annotations? Le plus tragique en fait, c’est que certains seraient tentés de croire le contenu de la vidéo…

Voici le clip délirant du Parlement européen pour promouvoir leur Europe ultralibérale. Les sous-titres, ajoutés par nos soins, illustrent en quelques #Hashtags les conséquences pour les peuples européens de ce cauchemar Bruxellois.

Source: youtube, merci à Zwanga

7 commentaires

  • « Ce spot publicitaire a été commandé et payé par la Direction générale de l’administration de la Commission européenne pour « promouvoir l’élargissement de l’Union Européenne auprès des jeunes ». Il a été retiré 24 heures après sa diffusion le 6 mars 2012, suite au tollé qu’il a provoqué. Quels enseignements pourraient tirer nos jeunes à la vue de ce spot ? Une idée d’égalité entre les peuples ? De fraternité ou de solidarité ? Pas du tout, ce clip veut montrer la supériorité de l’Europe face aux autres nations (chinoise, indienne et brésilienne, en l’occurrence). Une jeune femme symbolisant l’Europe est agressée par trois hommes pratiquant les arts martiaux de leur pays : un Chinois, un Indien et un Brésilien. Ils sont montrés comme des peuples agressifs face une Europe sage et forte (d’un seul geste, elle neutralise ses ennemis), et unie (les 12 étoiles n’en font qu’une) ! Tout le contraire de la réalité… L’Europe est affaiblie et son comportement interne face à la crise économique nous a montré que le mot « union » avait peu de signification (cf. traitement de la Grèce). La Chine, l’Inde et le Brésil, dont les croissances économiques sont bien supérieures à celle de l’Europe, n’ont rien à envier à l’Europe… »

    http://www.youtube.com/watch?v=Lk-8sKNasxo

    • Maverick Maverick

      Affligeant. Le simple fait qu’ils aient osé pondre une daube pareille ET commencer à la diffuser (sans parler de ceux qui ont approuvé et payé), c’est consternant.

  • benux4 benux4

    moi ce qui me fait peur c’est à la fin à 1 mn 27 s leur slogant
    AGIR . CONTRE LES NATIONS
    REAGIR . CONTRE LES PLEUPLES
    ACOMPLIR . LA MONDIALISATION

    heureusement que c’est un spot européen sinon on pourrais croire une prise de pouvoir d’un dictateur (hihi)

    Soyons Betes , Vulgaires , Incultes et bientot Radioactif

  • Nevenoe Nevenoe

    Bonnets rouges : des dérives autonomistes derrière les revendications sociales.

    Pour les patrons de l’agroalimentaire qui appellent à manifester, la liberté a un sens bien précis. Pour les élus à l’origine de cette énorme opération de propagande, il a un sens non moins précis. Ce qui les rassemble se résume en un mot : autonomie.

    Les premiers sont fédérés en un lobby qui réclame le droit d’en finir avec la République et ses lois contraignantes : c’est ce qui s’appelle en attendant mieux « droit à l’expérimentation ». Les seconds appuient ce projet en vue de faire de la Bretagne une nation tenant sa place dans une Europe des peuples et ethnies solidaires.

    A la tête des premiers, Alain Glon, ex-président de l’entreprise Glon-Sanders et président de l’Institut de Locarn. A la tête des seconds, Christian Troadec, maire de Carhaix, fondateur du parti autonomiste Nous te ferons Bretagne, soutenu par le Parti breton, indépendantiste, relais de l’idéologie de Locarn.

    UNE STRATÉGIE DE L’ENTRISME

    Electoralement, ils ne représentent rien (aux élections régionales, la liste de Troadec n’a pas obtenu 5 % des voix). Politiquement, ils mènent le jeu face à un pouvoir incapable de leur tenir tête, faute d’avoir su faire pièce, dès l’origine, à une stratégie de l’entrisme menée depuis tous les points d’accès possible : gauche ou droite, écologie ou développement sans contrôle de l’agroalimentaire, appels aux droits de l’homme pour défendre l’homme breton exclusivement, apologie de la Résistance bretonne et assimilation de la Résistance au combat breton mené par les nationalistes alliés aux nazis, et, pour finir, appel des ouvriers à défiler au nom de la Bretagne derrière les patrons qui les licencient.

    Les ouvriers défilent : la démonstration est faite, ils sont bretons. Leur identité les amène à se révolter : ils se mettent des bonnets rouges sur la tête. Ils se révoltent au nom de leur nation niée, le drapeau le prouve : ils brandissent des drapeaux noir et blanc.

    Personne ne rappelle que le sinistre drapeau noir et blanc a été inventé par un druide raciste comme symbole antirépublicain, à partir d’hermines représentant les évêchés de la Bretagne féodale, la Bretagne d’avant la Révolution française tant honnie par les autonomistes dont il était l’un des chefs. Personne ne rappelle que la sanglante jacquerie dite des « bonnets rouges » était dirigée contre la noblesse et le clergé bretons autant et plus que contre les fermiers du roi.

    Et surtout, personne ne se demande qui sont ces patrons qui sonnent le tocsin contre l’écotaxe et distribuent des bonnets au peuple pour l’enrôler dans une croisade identitaire. Produit en Bretagne (300 entreprises, un phare bleu sur fond jaune garantissant la qualité du « made in Breizh »), bon label, bons patrons – ils font plier Paris : c’est une victoire.

    Seuls sont interrogés à ce sujet les autonomistes, Alain Glon, pour l’Institut de Locarn, Jakez Bernard, pour Produit en Bretagne, Romain Pasquier, Ronan Le Coadic, Christian Troadec… La « misère armorique » fait le beurre du séparatisme.

    LA PREMIÈRE D’UNE LONGUE SÉRIE

    Présentée comme née spontanément d’une révolte atavique des Bretons contre l’impôt, écotaxe ou gabelle, cette opération médiatique a été soigneusement orchestrée et d’ailleurs présentée dès l’origine comme la première d’une longue série. On ne peut la comprendre qu’en la prenant pour ce qu’elle est, à savoir une phase particulièrement voyante de la réalisation du projet politique poursuivi par le lobby patronal breton.

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/11/13/bretagne-des-derives-autonomistes-derriere-les-revendications-sociales_3513215_3232.html

    Bien entendu Le Monde condamne, c’est le contraire qui m’aurait étonné et surtout inquiété.

    On défend les désirs de liberté chez les autres et on les écrase chez soi, voici un comportement typiquement Jacobin.