‘Un Espagnol sur trois mourra dans une ‘douleur intense’ par manque de soins palliatifs’

L’article nous parle de l’Espagne, mais il pourrait tout autant faire référence à d’autres pays comme la Grèce ou le Portugal, ou les autres pays du sud de l’Europe touchés par la crise simplement par ce qu’il a fallu sauver des banques, encore et encore… Nous risquons tous confrontés un jour à de tels problèmes, malheureusement…

Old women gathering

C’est le terrible constat que dresse le journal espagnol Publico.es. Dans le cadre de la Journée mondiale des soins palliatifs du 11 octobre dernier, les médecins et les parents de malades en phase terminale exigent que les coupures budgétaires n’affectent pas ces prestations de santé.

Un Espagnol sur trois mourra dans une « douleur intense » car il ne bénéficiera pas des soins palliatifs qui pourraient calmer sa souffrance dans la majorité des cas, constate l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). En outre, les parents et professionnels du secteur de la santé espagnols demandent qu’une formation spécifique accréditant les experts soit régulée.

En Espagne, chaque année, 250.000 personnes ont besoin de cette prestation médicale, signale le docteur Javier Rocafort, directeur médical de la Fondation Vianorte-Laguna et ex-président de la Société espagnole de Soins Palliatifs. Plus de la moitié de ces malades nécessitent par ailleurs des équipements spécialisés. Près de 60% des malades en phase terminale souffrent de douleurs intenses et dans 30 à 35% de ces cas, des complications sévères peuvent survenir.

30% des patients en phase terminale peuvent ressentir du découragement et 43% d’entre eux peuvent  ressentir des « niveaux élevés d’angoisse » qui implique l’assistance de professionnels. En outre, les familles ont aussi besoin de cette assistance psychologique et thérapeutique.

« En Espagne, seule la moitié des patients atteints d’une maladie terminale en phase avancée reçoit les soins palliatifs nécessaires », affirme l’expert, qui souligne le manque flagrant de soins spécifiques pour les enfants. Seulement 20% des 1.000 à 2.000 mineurs qui ont besoin de ces soins, en bénéficient.

Actuellement, il manque 1.500 médecins experts en soins palliatifs qualifiés en Espagne, et il n’existe pas, dans le pays, de modèles spécifiques d’accréditation qui garantissent leur préparation. Seule la moitié des 43 facultés de médecine espagnoles proposent des cours relatifs aux soins palliatifs et il n’y a que six programmes de formation obligatoire.

Source: Express.be

4 commentaires

  • fotoulaver fotoulaver

    Les pauvres, les malades et les vieux sont comme les indiens pendant la conquête de l’amérique.

  • aloamars

    ça ressemble bien aux type d’info bidon de gauche avec un chantage morale pour un changement maintenant et on est syndicaliste et on veut plein de subventions tout ça tout ça…
    ils mentionnent l’oms sans sourcer exactement, c’est douteux

  • Freija Freija

    Les anciens mourraient « paisiblement » sans besoin de ces « soins » palliatifs.

    Comment sommes nous arrivés à une telle dépendance?