Expulsions à Notre Dame des Landes : Nous avons besoin de vous !..

Un coup de main pour que l’info circule, ça ne se refuse pas!

Des militants attendent leur expulsion

Aujourd’hui, les médias ne relayent pas ou peu ce qui se passe sur la zone.

Près de Nantes, à Notre Dame des Landes, un projet d’aéroport gigantesque menace 2000 ha de terres agricoles bocagères d’une biodiversité exceptionnelle.

De plus en plus de voix s’élèvent contre ce scandale écologique et économique.

Malgré une forte opposition et les démonstrations de l’aberration de ce projet, les études environnementales, archéologiques, etc, avancent avec un important déploiement de forces de l’ordre et une violence policière croissante. (source : acipa.free.fr)

En effet, Depuis mardi 16 octobre au matin la ZAD (Zone d’Aménagement Différée ou Zone A Défendre !) est envahie et occupée par des centaines de policiers en tout genre. Ils s’attaquent petit à petit aux maisons et cabanes occupées qu’ils détruisent et emportent minutieusement pièces par pièces hors de la zone pour ne rien laisser qui puisse servir à reconstruire ou résister.

Les lieux et jardins encore occupés sont régulièrement harcelés, couverts de lacrymos, piétinés… La police essaie de rendre impossibles les moments de rassemblement ou de réunion. Depuis mardi dernier, les occupant.e.s et les personnes arrivées sur place ont répondu par des barricades, des blocages des axes utilisés par les forces de l’ordre, par des réoccupations… Depuis maintenant une semaine, quelques centaines de personnes tiennent la zone coûte que coûte face à la police et comptent bien y rester. Des manifestations, des actions ont lieu tous les soirs à Nantes et dans d’autres villes et ce n’est pas fini.

A ce jour, l’occupation militaire de la zone et la destruction des maisons déjà expulsées continue. Il est très probable par ailleurs qu’une seconde grande offensive ait lieu après le 28 octobre, puisque 3 nouvelles maisons seront expulsables.

Quoi qu’il en soit, nous appelons dès aujourd’hui et pour les semaines à venir à l’arrivée de relais et renforts créatifs et déterminés par ici, pour reconstruire et tenir, ainsi qu’à la poursuite d’actions de pression ailleurs. Face aux possibilités de durcissement, en termes d’interpellations notamment, il faut tout faire pour que les occupant-e-s ne se retrouvent pas isolé-e-s.

Extrait d’un message envoyé depuis la ZAD le samedi 20 octobre 2012

Aujourd’hui, les médias ne relayent pas ou peu ce qui se passe sur la zone.

Dans ce contexte, nous avons besoin de votre soutien, de votre mobilisation pour que l’information arrive aux oreilles du plus grand nombre (citoyens, médias, politiques…) afin de faire pression sur le gouvernement qui refuse tout dialogue avec les opposants au projet d’aéroport.

En soutien aux opprimés de la ZAD de Notre Dame des Landes et pour que sur nos terres poussent des légumes et non des aéroports et/ou du bitume : AFFICHONS NOTRE VOLONTE DE DEFENDRE LES TERRES et de STOPPER CE PROJET DESTRUCTEUR à nos BALCONS, à nos FENETRES. Que notre détermination soit visible partout sur la terre. Lorsque que la loi et le pouvoir s’opposent à la vie, va à l’encontre du bien commun et qu’ils deviennent oppresseurs, la résistance est légitime.

Merci d’avance pour votre solidarité,

Des citoyen-nes habitant non loin de la ZAD, atterré-es par ce qui se passe.

Pour ceux qui ne peuvent se rendre sur place, suivez ces actions sur les sites suivants :

Flash Info sur les expulsions des habitants : http://zad.nadir.org/spip.php?article353
Site du CEDPA : http://aeroportnddl.fr/
Vous trouverez de plus de très nombreux liens sur :
http://www.facebook.com/pages/ACIPA/345153846717 Facebook de l’ACIPA
https://twitter.com/ACIPA_NDL Twitter de l’ACIPA
http://www.scoop.it/t/acipa Pour la revue de presse et les vidéos
Et une nouvelle pétition sur le site de Cyberacteurs : http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/dame-landes-oui-debat-expulsions-522.html
Les vidéos sont regroupées ici : http://www.scoop.it/t/videos-ndl

Un communiqué de Laurence Vezin, reçu par BAL

Lien vers cet article

Autre article : NOTRE-DAME-DES-LANDES : RÉSISTANCE AU PROJET D’AÉROPORT

Auteur : Laurence Vezin

Source : acipa.free.fr

Article relayé par : mich

8 commentaires

  • fotoulaver fotoulaver

    fric, béton et compagnie.

  • gnafron

    super…ça marche! merci Benji! (une sombre affaire de cookies)…tout ça pour dire à Volti que c’est chouette d’en parler ♥♥

  • mass79

    Bonjour,
    Étant un lecteur régulier de vos articles, je me permet d’ouvrir un débat.
    J’habite à une trentaine de km du site, je travail comme simple ouvrier dans le Btp mais pas pour Vinci mais pour un artisant.
    Plusieurs chose commence à m’exciter durement.
    Je trouve l’idee de l’aéroport vital pour l’économie local (3000 emploi pendant au moins 3ans et environ 1000 après pour le fonctionnement. Je ne parle pas bien sur des retombé énorme pour les commerce de NDDL et ces environs) plutôt pas mal en cette période difficile.. Il est en ce moment très dure de choper un taf, donc vu que j’ai une petite famille à nourrir je suis contant pour les année à venir.La situation la bas c’est qu’il y a une poignée d’alter qui au lieu d’aller bosser préfère squatter des maisons qui ne sont pas à eux, qu’ils ne payes pas de loyer. Je ne peut pas dire mais je mettrais ma main au feu que la majorité de c’est occupants ne sont même pas du coin. Il faut pas oublié que les agriculteur des terres(je suis issu d’une famille d’agriculteur) qui était au nombres d environ 50 on vendu leur terre sans trop de souci il y a plus de 20 à 30 ans et que juste 5 font un peu chier. Pendant tout le temps du projets ces agriculteur on eu l’autorisation de cultiver ces terres gratuitement jusqu’à aujourd’hui. Ces agriculteur ce sont bien gavé tous ce temps là. Ils ont la mémoire courte. Ce qui me scandalise aussi c’est que à cause de ces trou du cul d’alter pas du coin,, 500000 à 1000000 d’euro vont être pioché dans nos impôt pour payé les crs qui déloge ces personnes qui pourrais trouver aussi un jolie bocage biodiversité dans les Deux-Sévres. Sans enmerdé personnes et vivre comme bon leur semble. Même si je ne causionne pas les multinational comme Vinci, il faut bien des chantier pour vivre convenablement. Et aussi grâce à ce nouvelle aéroport la zone de l ancien deviendra exclusivement industrielle et fret. La encore beaucoup d emploie à la clé. La piste d’atterrissage sera pendant quelque temps en travaux pour accueil l’un des plus gros’avion (le Belouga) de fret pour poste et entreprise Airbus. On pourras aussi ce déplacer en avion pour moins cher sur Nantes car des nouvelles ligne (low cost)s’ouvriront.
    Une dernière chose, je suis un fan de votre site et majoritairement d’accord et ouvert à vos articles mais là mouton je suis et enragé énormément. Le monde en ce moment c’est de la merde et dans les deux camps.

    • Neodarkside

      Merci pour cet éclairage de terrain ! En ce qui concerne les alter qui squattent la bas cela fait un moment qu’on est au courant…au courant surtout qu’ils squattent plus qu’ils ne manifestent ! Aujourd’hui (ce sont les locaux qui le disent) ces squatteurs défendent avant tout un emplacement qui ne leur coûte rien et le font au nom de la bio diversité du bocage….Pleins d’alters sont venus dans le coin au fur et à mesure que les maisons se vidaient ! Voilà maintenant plusieurs années qu’ils squattent gratis et c certainement pas pour s’opposer à l’aéroport ! Aujourd’hui on les déloge c malheureux mais c comme ça… En même temps ils sont pas là pour de bonnes raisons et surtout pas l’as raison essentielle !
      Pour finir je dirais que ceux qui n’ont pas envie de bosser ne devraient pas empêcher ceux qui veulent bosser ! Et la construction d’un aéroport et une aubaine en terme d’emploi en ces temps économiquement sombres…

  • ThePowerOfLove888

    Onze organisations nationales dont Greenpeace, Les Amis de la Terre, Réseau action climat, la Condéfération paysanne ou Attac ont interpellé jeudi Jean-Marc Ayrault au sujet du projet d’un nouvel aéroport à Nantes et dénoncé la « brutalité » des expulsions en cours.
    « Nous appelons le Premier ministre à remettre en cause ce projet d’aéroport qui aura une incidence significative sur le budget de l’Etat, un impact irréversible sur plus de 2.000 hectares de zones humides et terres agricoles et sur nos émissions de gaz à effet de serre », ont déclaré les 11 organisations lors d’une conférence de presse à Paris.
    Elles apportent « un soutien plein et entier » aux opposants au projet de nouvel aéroport, qui doit voir le jour en 2017 et remplacer l’actuel aéroport, et veulent en faire « un enjeu national ».
    « Nous appelons avec la plus grande fermeté le gouvernement à cesser les expulsions des opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes », ont-elles poursuivi, ajoutant que « le déploiement de force auquel nous assistons actuellement à Notre-Dame-des-Landes ne fait que renforcer notre détermination à contester ce projet d’infrastructure ».
    Depuis une semaine, les forces de l’ordre procèdent sur le terrain destiné au futur aéroport à des expulsions de maisons illégalement occupées et à des destructions de ces habitations.
    Une lettre ouverte a été adressée jeudi au Premier ministre Jean-Marc Ayrault par les onze organisations (Agir pour l’environnement, Attac, Réseau action climat, Générations futures, Les Amis de la Terre, Confédération paysanne, Greenpeace, Solidaires, Fnaut, Paysages de France, Droit au logement).
    M. Ayrault, ex-maire de Nantes, a soutenu ce projet de nouvel aéroport qui est poussé par les dirigeants locaux socialistes et UMP.
    Au niveau local et national, EELV, le Parti de Gauche et le MoDem y sont opposés.
    Pour Jean-François Julliard, directeur de Greenpeace, « ce qui se passe à Notre-Dame-des-Landes, c’est un nouveau signal négatif envoyé par le gouvernement à la veille d’un grand débat sur la transition énergétique ».
    « Après la reprise des forages en Guyane, le départ précipité de Nicole Bricq (ex-ministre de l’Ecologie), les provocations d’Arnaud Montebourg sur le nucléaire et les gaz de schiste et la conférence environnementale qui n’a pas répondu à l’urgence, le débat semble mal parti avant même d’avoir débuté », a estimé le responsable de Greenpeace France.
    Pour Stéphen Kerckhove, délégué général d’Agir pour l’environnement, « participer à un débat avec parallèlement des interventions policières et des expulsions, ça devient compliqué ».
    Philippe Colin, porte-parole de la Confédération paysanne, a dénoncé « une contradiction entre les beaux discours sur la volonté de ralentir l’artificialisation des sols et la volonté de prendre possession de ces terres ».

    VOIR AUSSI LA VIDEO.

    http://reunion.orange.fr/news/metropole/onze-organisations-nationales-interpellent-ayrault-sur-l-aeroport-nantais,634658.html