L’Allemagne divisée face à la misère de ses retraités

Et après on nous dit que c’est le pays de la zone euro dont les finances sont les plus solides…

Copyright Reuters

Copyright Reuters
En Allemagne, un nombre croissant de retraités tombent dans la pauvreté. Nombre d’entre eux retournent donc travailler, majoritairement en mini-job, les contrats les plus précaires.
Sur le même sujet.
Mis en place par Bismarck en 1883, le système de retraites le plus ancien du monde a survécu à deux guerres et réussi l’intégration de l’ex-RDA. Aujourd’hui pourtant, il est l’objet de nombreuses critiques dont celle d’avoir paupérisé les retraités. Près de 4 millions de retraités seraient en effet menacés de pauvreté outre-Rhin. Il y a un mois, Ursula von der Leyen, ministre fédérale des Affaires sociales a évoqué plusieurs exemples de ce qui attendait la jeune génération si sa réforme n’aboutissait pas. En 2030, un travailleur indépendant ayant exercé 35 années et gagné 2500 euros brut par mois ne gagnera pas plus que le minimum vieillesse allemand, soit 688 euro par mois. Un salarié ayant cotisé 40 années pour un salaire brut de 2200 euros percevra aussi l’équivalent du minimum vieillesse. Pour la ministre des Affaires sociales, «la légitimité du système de retraites est aujourd’hui en jeu».

Les retraités retournent travailler…

En 2012, 2,5% des retraités, soit 400.000 personnes, touchent le minimum vieillesse. Un nombre qui qui ne compte que les retraités les plus démunis. Beaucoup pourraient prétendre à cette allocation au regard de petites leurs retraites, mais les conditions pour en bénéficier sont draconiennes: le bénéficiaire ne peut pas être propriétaire ou disposer d’épargne. Nombreux retournent donc travailler. «Depuis 2000, le nombre de minijobs a progressé de 60% chez les plus de 65 ans, soit 761.000 retraités en minijob en Allemagne. Les minijobs sont les contrats les plus répandus chez les retraités, étant les moins chers pour l’employeur (pas de charges sociales, ndlr)», explique à La Tribune Benedikt Dederichs, porte-parole de l’Association d’aide sociale en Allemagne (SoVD). Parmi ces retraités titulaires de minijobs, 120.000 auraient plus de 75 ans.

… ou ramassent les bouteilles

A ceux-là, il faut rajouter les retraités embauchés sous d’autres formes de contrat. Il y a également les retraités que l’on voit au quotidien ramasser les bouteilles dans la rue ou faire les poubelles pour récupérer les consignes, un phénomène à l’ampleur grandissante. Parmi ces retraités qui travaillent, certains sont volontaires, d’autres non. «D’après notre expérience, il y a évidemment des personnes qui n’ont pas besoin de continuer le travail et souhaitent augmenter leur pouvoir d’achat ou avoir une activité mais pour la très grande majorité c’est une nécessité financière. L’augmentation récente des bénéficiaires du minimum vieillesse en atteste», constate Benedikt Dederichs.

Un minimum de 850 euros sous conditions?

Pour remédier au problème, la ministre des Affaires sociales Ursula von der Leyen a proposé une subvention de l’Etat qui assurerait une retraite minimum de 850 euros à quiconque aurait cotisé 35 années. A partir de 2018, le salarié devra également cotiser au moins une année à une retraite privée. Pour Benedikt Dederich, le financement de la subvention par l’augmentation des cotisations et l’obligation pour ses bénéficiaires d’avoir cotisé auprès de caisses privées limitera sensiblement le nombre de bénéficiaires. Thomas Desray, conseiller financier à Munich et Berlin, conteste également le financement de la subvention. «Nous allons retrouver un problème qui existe déjà en Allemagne dans le système de santé: on exige du bénéficiaire qu’il passe par un tiers privé, tout en assurant des droits minimums à ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas payer les cotisations. Un financement par l’impôt serait plus réaliste», juge Thomas Desray. Aujourd’hui, la ministre n’a pas réussi à dégager un consensus et la classe politique reste très divisée sur cette question fondamentale.

Source: La tribune

9 commentaires

  • Antinukciv

    Bonjour,

    Où peut t’on trouver les chiffres de volumes de ventes en Europe.

    Je suis dans une société qui vend à l’export (si, si, ca existe encore…) et les pays du sud achêtent plus que ceux du nord !

    C’est pas habituel. Alors soit c’est il se sont mis d’accord pour « assecher les pays du sud » soit leur économie plonge. Voir les deux !

  • Pikpuss

    S’il existe bien un pays où cela ne devrait pas exister c’est bien l’Allemagne ! Un trésor de guerre de 1 000 milliards d’Euros et des créances à l’extérieur de 6 000 milliards. Le problème c’est que les gros capitalistes se sont tout accaparés et comme il n’existe plus de bloc communiste en face d’eux ni d’armée rouge…et bien ils peuvent tondre la population sans état d’âme. Rappelons que les Allemands ont accepté le gel de leurs salaires pendant 10 ans… et que leur sacrifice n’a servi qu’à engraisser les GROSS compagnies !

    • TigreS

      C’est comme le verre à moitié vide et à moitié plein : y’a du vrai dans ce que tu écris et du n’importe quoi ! Le communisme était un rempart à la voracité capitaliste ? T’es pas au courant qu’il y aurait plus de morts sous le régime stalinien que durant la Shoha, qu’il y a avait même du cannibalisme tellement les gens crevaient la dalle (comme en Corée du Nord et ailleurs peut-être…), que cette histoire d’opposition, de tous les partis politiques, ethnies, religions, etc… a été fabriquée de toute pièce selon la logique « diviser pour mieux régner » ou comme Patton le disait si gaiement « on ne gagne pas une guerre en se faisant crever pour son pays mais en faisant en sorte que le connard d’en face soit prêt à se faire crever pour son pays » , tu devrais regarder « Stalingrad » de j-j annaud aussi, ça reste divertissant même si on comprend pas ce qui se passe…

  • silex

    c’est le système qui existe en GB depuis des décennies. Les Anglais touchent à peu près cette somme qu’ils aient travaillé 2 ans ou 40, qu’elle que soit leur qualification et ceux qui veulent plus sont obligés de cotiser à des fonds de pension privés, assurances notamment qui spéculent et en cas de faillite, bonjour les dégats !!!! Tout l’argent est pommé et pas de complément de retraite. Du vol qualifié. Anglos et Saxons = idem