Scandale : même le Coran est l’objet de pots-de-vin !

Être « un fidèle » ne signifie pas pour autant être honnête, c’est que nous apprend cette petite histoire qui se déroule en Indonésie. Et qui sont les responsables d’un tel problème de corruption? Les haut-fonctionnaires eux-même du ministère de la religion… Vraiment tous pourris, quel que soit le pays, tous pourris!

Manifestation de groupes islamistes accusant la chanteur Lady Gaga de venir corrompre la morale de la jeunesse indonésienne, Jakarta le 25 mai 2012.

© AFP

Manifestation de groupes islamistes accusant la chanteur Lady Gaga de venir corrompre la morale de la jeunesse indonésienne, Jakarta le 25 mai 2012.

Des fonctionnaires du ministère des Religions se sont rempli les poches lors de l’acquisition d’exemplaires du livre saint destinés à être distribués aux plus pauvres.

Quelle affaire de corruption pourrait encore nous surprendre après l’annonce par la commission pour l’éradication de la corruption [KPK] de la découverte du versement de pots-de-vin dans l’acquisition de corans par le ministère des Religions ! Plusieurs milliards de roupies [plusieurs millions d’euros] sont en jeu. Aux yeux des corrupteurs, le Coran n’est plus sacré. Il s’est métamorphosé en une marchandise génératrice de profits juteux. L’ironie, c’est que ceux qui désacralisent le livre saint sont précisément des hauts fonctionnaires du ministère.

Cette affaire de corruption se serait produite en 2010 à la direction générale de l’Education musulmane, qui relève du ministère des Religions. A cette époque, Nassaruddin Umar – aujourd’hui vice-ministre des Religions – était le directeur de ce département. Le KPK a déjà nommé deux suspects : Zulkarnaen, membre du Golkar [ancien parti de la dictature Suharto, qui a dirigé le pays de 1965 à 1998 ], et son fils.

Périodiquement, le ministère des Religions lance un appel d’offres pour acquérir des corans destinés à être distribués gratuitement dans tout le pays aux plus pauvres et aux écoles musulmanes. Il en faut deux millions par an. Or l’imprimerie du ministère des Religions dans la région de Cisarua, à Java-Ouest, ne peut en éditer que 60 000 exemplaires. Un ancien membre du Parlement raconte que depuis 2009 l’appel d’offres a toujours été remporté par l’entreprise représentée par Zulkarnaen. Ce Zulkarnaen est membre du conseil budgétaire de la commission religieuse au Parlement, position stratégique pour décider des contrats. « Les accords sont vite réglés parce que tous les membres de la commission touchent », précise l’ancien parlementaire.

Alors que les symboles religieux dominent aujourd’hui notre vie quotidienne, on aimerait comprendre l' »audace » qui pousse ces hauts fonctionnaires à un tel comportement. Comment, dans un pays où des foules participent à des lectures publiques du Coran et où les banques rivalisent d’imagination pour offrir l’image la plus religieuse possible en proposant des « comptes islamiques » [qui respectent les principes de la charia], certains habitants peuvent avoir peur qu’une Lady Gaga corrompe la morale des jeunes ?! [Le concert de Lady Gaga a été interdit il y a un mois à Jakarta sur la pression de groupes islamistes l’accusant de venir corrompre la jeunesse indonésienne.]

La volonté de placer la religion au cœur de notre société connaît ces dernières années un véritable regain. Et nous nous retrouvons bien souvent aveuglés par des phénomènes qui n’ont de religieux que l’apparence, jusqu’à oublier d’intégrer les valeurs religieuses. Ainsi, un haut fonctionnaire n’éprouve aucun complexe à commettre des actes qui vont à l’encontre de ses croyances.

Cette « audace » n’est que l’exemple le plus récent d’une série de conduites immorales qui ternit l’image du ministère des Religions. Il entretient l’opacité dans la gestion des fonds provenant des intérêts des sommes déposées plusieurs années à l’avance sur un compte public par les musulmans candidats au pèlerinage. En 2003 déjà, le Conseil de surveillance des finances et du développement a eu du mal à contrôler l’utilisation de ces sommes qui s’élèvent à plus de 5 trillions de roupies [400 millions d’euros]. Nous sommes aujourd’hui ébahis d’apprendre que la corruption touche le livre saint. Et, en toute logique, nous sommes en droit de nous demander : si ce qui est sacré est corrompu, que penser de ce qui est profane !

Source: courrierinternational.com

6 commentaires

  • En haut de l’échelle, ils n’ont plus le même dieu ^_^

  • delphine

    depuis quand le fait d’être religieux
    quelle que soit la religion,
    est garant de l’honnêteté d’un quidam?

    un homme est honnête de part sa qualité personnelle.
    pas à cause de sa religion ou de son appartenance à une quelconque idéologie.

  • Eagleeyes Eagleeyes

    Que voulez-vous, il n’y a plus de respect de rien !

    N’y même de soi !!!

  • vanvoght

    mort de rire . quant je vivais en afrique je frequantais des amis musulman tres sympas . ils m’ont avoués gagner beaucoup d’argent en organisant chaque année les pelerinages a la meck .
    TOUTES les religions sont pouries . l’argent est partout et corompt tout .
    tiens au fait , qu’en est il des histoires des magouilles des banques vaticanes ???? bien sur ont en parle plus .
    allez les moutons engagés , croyez en vous ce seras dejas pas mal .

  • Jeff

    Délectable…LOL J’en suis ravi et espérons que quelques-uns ces pauvres gens en tirent une leçon! La religion c’est le DIABLE!