L’armée syrienne utilise des enfants comme boucliers humains, selon l’ONU

Propagande, quand tu nous tiens… Dans le cochon tout est bon, et c’est comme la Syrie, pour la charger, tout est bon aussi! Donc l’armée utiliserait des enfants pour combattre les rebelles, si cela est avéré, c’est une horreur, un enfant devrait pouvoir vivre sa vie d’enfant, mais j’ai des doutes personnellement… L’ONU va-t-elle attaquer pour ce motif? Ok, mais l’ONU devrait également attaquer tous les pays qui utilisent des enfants-soldats alors, le nombre d’enfants combattant actuellement est estimé à 300 000 dont en Ouganda, au Congo ou au Tchad, sans que cela n’émeuve le moins du monde… D’ailleurs, il n’y a pas que ces trois pays

NEW YORK – Des soldats syriens ont torturé et exécuté sommairement des enfants, et se sont servis de certains d’entre eux âgés d’à peine huit ans comme de boucliers humains au cours de leurs opérations contre les rebelles, a accusé un rapport de l’ONU publié mardi.

Les Nations unies y dénoncent le gouvernement syrien comme l’un des pires sur sa liste annuelle de la honte où figurent les protagonistes des pays en conflit où les enfants sont tués, torturés et forcés à combattre.

J’ai rarement vu autant de brutalités contre les enfants qu’en Syrie, où les filles et les garçons sont emprisonnés, torturés, exécutés et utilisés comme boucliers humains, a déclaré à l’AFP Radhika Coomaraswamy, représentante spéciale de l’ONU pour les enfants dans les conflits armés, avant la sortie du rapport.

Le rapport sur les enfants dans les conflits armés cite à l’appui les circonstances d’une opération de quatre jours déclenchée le 9 mars par les forces loyalistes — armée, services de renseignement et milice Shabiha — contre le village d’Ayn l’Arouz (province d’Idlib – nord-ouest).

Les troupes gouvernementales ont raflé des dizaines de garçons âgés de huit à 13 ans avant d’attaquer le village, selon le rapport.

Ces enfants ont été ensuite utilisés par des soldats et des miliciens comme boucliers humains, placés devant les vitres des autocars transportant les militaires pour pénétrer dans le village lors de l’assaut.

Parmi les 11 morts du premier jour de combats ont figuré trois garçons de 15 à 17 ans. Trente-quatre autres personnes, dont deux garçons de 14 et 16 ans et une fillette de neuf ans, ont été capturés.

Le village fut finalement incendié et quatre des 34 prisonniers ont été abattus par balles et brûlé, notamment les deux garçons, précise le document de l’ONU.

Le gouvernement syrien et les milices à son service sont au nombre des quatre nouveaux entrants sur la liste de la honte de l’ONU, aux côtés de partis politiques et d’organisations du Yémen et du Soudan.

Cette liste comprend au total 52 protagonistes de 11 pays, allant de la police afghane au réseau Haqqani, l’un des groupes d’insurgés islamistes afghans les plus durs, en passant par l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) d’Afrique centrale et des groupes armés soudanais et du Darfour.

En ce qui concerne la Syrie, le rapport affirme que des enfants, à partir de neuf ans, ont été victimes d’assassinat, de mutilations, d’arrestations arbitraires, d’emprisonnement, de torture et mauvais traitements, y compris des violences sexuelles et ont servi de boucliers humains.

Les opérations contre des écoles sont monnaie courante, ces établissements servant ensuite de bases militaires et de centres de détention, poursuit le rapport, rédigé avant le massacre perpétré le 25 mai à Houla, où 49 des 108 personnes tuées étaient des enfants, dont certains âgés de deux à trois ans, selon des témoins.

La plupart des enfants victimes de tortures témoignent qu’ils ont été battus, qu’ils ont eu les yeux bandés, contraints à des positions incommodes stressantes, fouettés avec des câbles électriques, menacés de brûlures de cigarettes, et dans un cas, soumis à des chocs électriques sur les parties génitales, ajoute le rapport.

Un témoin cité par les enquêteurs de l’ONU assure avoir vu un enfant de 15 ans succomber sous les coups.

Selon Human Rights Watch (HRW), reprenant les chiffres d’un Centre de documentation des violations commises en Syrie, au moins 1.176 enfants ont été tués depuis le début des événements en février 2011.

L’ONG new-yorkaise a également indiqué que d’après des affirmations crédibles, des groupes d’opposants armés, dont l’Armée syrienne libre (ASL), recrutent des enfants soldats.

Source: Agence de presse

35 commentaires

  • fotoulavé fotoulavé

    Des millions d’enfants sont en esclavage pour nous produire des tas de choses à forte valeur ajouté. 35000 personnes meurent de faim chaque jour et personne ne s’en préocupe !
    Ils nous racontent ce qu’ils veulent pour justifier encore une guerre que personne ne veux.

  • Vanileh

    Je sais pas comment font ses personnes pour se regarder dans un miroir.

  • hopix

    C’est pour nous dire qui sont les méchants et qui sont les gentils.
    Après on nous dit : « faut faire kek’chose »
    Alors là, il nous incombe de penser : « Pfff encore une guerre, c’est pas bien ça, et ça coûtera la peau du cul.
    Mais d’un autre côté, hein ! Pov’gosses ! On peut pas laisser faire ça : le type qui a ordonné ça est un monstre.
    Et puis la re-construction après guerre, c’est-y des bons contrats pour nos entreprises, hein ? ça gaze oui »

  • dupontg

    dans le meme style on avait aussi les soldats irakiens qui debranchaient les couveuses koweitiennes…
    Tout est bon pour faire reagir le troupeau de gnous..
    Au fait on ne sait toujours pas combien d’enfants libyens ont malencontreusement rencontré un missile de l’OTAN

  • dupontg

    Et puis quelques enfants morts ce n’est pas bien grave…………..enfin c’est ce que disait mme Allbright au sujet des 500 000 enfants irakiens victimes de la politique US.

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=FbIX1CP9qr4

  • silex

    La propagande des cochons on s’en tape. Qui peut encore croire les mensonges de l’ONU ? Franchement ?

  • Frane

    Non mais franchement vous croyez réellement que les militaires syriens vont massacrer leurs enfants ? Les enfants sont l’avenir d’un pays. Cela dit, quand on est au courant de ce qui ce passe et encore on ne sait pas tout mais, dirigeons nous en Belgique aussi; les belges ( j’ose espérer pas tous )
    qui vendent leurs enfants aux pédophiles, je me doute bien qu’ils n’en ont cure des enfants de Syrie !
    Mais bon sang, cela va t-il prendre fin un jour ???????
    Chaque élites est en minorité face aux peuples et les militaires ne seront pas toujours là pour sauver leurs culs.
    Militaires et gens d’armes de tout bord, faites désobéissance aux soi-disant puissant! ils le sont grâce à vous; si vous croyez que vous allez bien vivre avec l’argent récolté, quand y’aura plus rien pour le dépenser vous serez bien malin !! Et n’allez pas croire l’élite vous adore; en dernier recours elle utilisera votre corps comme bouclier humain car l’élite n’en a rien à foutre des militaires et des gens d’armes. Gardez cela à l’esprit; vous avez eu de nombreux exemples. J’ose croire que nombreux militaires et gens d’armes ne sont pas décérébrés, pitié, qu’ils entendent le bon sens !

    • Simsi

      Faudrait voir a te calmer avec les belges duchnol.
      Merci de présenter les belges comme il ne sont pas.
      Les pédophiles, heureusement, sont contenu à quelques individus nauséabonds.
      Tu ne peux te permettre de mettre tous les belges dans un pot avec Pédophile comme étiquette.
      Je suis poli mais crois moi bien que j’ai vraiment envie de te mettre une tambouille vivante sur la troche.

      • Envoie lui en virtuel, c’est très efficace parfois… ;)
        Pas d’amalgame inutile ni idiots svp, merci! Surtout que sur certains points, les belges sont laaaaaaargement moins cons que les français!

  • kalliia

    Alors là l’ONU est une officine comique ! Parce qu’elle ne s’émeut pas du tout des enfants soldats dans bons nombres de pays pas plus des enfants utilisés par les terroristes palestiniens….ni des enfants qui travaillent pour fabirquer des objets uniquement pour les occidentaux….
    Décidemment l’ONU est un machin qui ne sert strictement à rien

  • Maverick Maverick

    Je vais avoir l’air un peu froid et inhumain, mais lisez-moi calmement avant de me flinguer moi aussi :(
    Je cite le billet :
    « Le rapport sur les enfants dans les conflits armés cite à l’appui les circonstances d’une opération de quatre jours déclenchée le 9 mars par les forces loyalistes — armée, services de renseignement et milice Shabiha — contre le village d’Ayn l’Arouz (province d’Idlib – nord-ouest).

    Les troupes gouvernementales ont raflé des dizaines de garçons âgés de huit à 13 ans avant d’attaquer le village, selon le rapport.

    Ces enfants ont été ensuite utilisés par des soldats et des miliciens comme boucliers humains, placés devant les vitres des autocars transportant les militaires pour pénétrer dans le village lors de l’assaut.

    Parmi les 11 morts du premier jour de combats ont figuré trois garçons de 15 à 17 ans. Trente-quatre autres personnes, dont deux garçons de 14 et 16 ans et une fillette de neuf ans, ont été capturés.

    Le village fut finalement incendié et quatre des 34 prisonniers ont été abattus par balles et brûlé, notamment les deux garçons, précise le document de l’ONU. »

    Résumons :
    1 )Ils ont commencé par rentrer dans le village pour enlever « des dizaines » (combien?) de jeunes garçons. En général, dans un village où il y a des dizaines de garçons, il y a aussi des dizaines de filles, et il y en a de tous les âges. Pourquoi seulement des garçons entre 8 et 13 ans ? Pédophiles les gars, en plus ?
    2 ) Ensuite ils sont revenus dans le village en se servant des enfants comme boucliers humains (si c’était si dangereux d’entrer dans le village et qu’ils sont si lâches, comment et pourquoi sont-ils entrés dans le village une première fois pour rafler les otages ?)
    2 bis ) Ils sont revenus en AUTOCAR ? Tout le monde sait qu’avec ses deux portes étroites et son exiguïté, l’autocar est le véhicule d’assaut par excellence, nettement mieux que le transport blindé BMP ou le classique camion à plateau où on peut mettre une vingtaine de bidasses qui débarquent en un clin d’oeil.
    3 ) Aucune indication sur la taille du village : Si c’est 45 ou 50 personnes, on a effectivement eu 13 morts et 32 prisonniers survivants, et le village a été rasé. Si c’est un bled entre 500 et 1000 âmes, on change un peu de proportions (même si ça reste une tuerie, on est plus dans « Apocalypse Now »). Si il y a eu des dizaines de jeunes garçons entre 8 et 13 ans pris en otages, c’est probablement un village de 1000 habitants ou plus : En comptant deux jeunes garçons par famille, on multiplie par l’effectif moyen d’une famille rurale syrienne, ça commence à faire du monde.
    4 ) Aucune indication n’est donnée sur la présence éventuelle de rebelles, ni sur ce qui a motivé une opération COMBINEE de l’armée, des renseignements et de la milice.
    5 ) Pourquoi ne tuer que deux adolescents (14 et 17 ans) après des combats qui ont fait onze morts (Villageois ? Rebelles ? Combattants ?) et relâcher les prisonniers ? Ils étaient à court de balles, de Viagra et de cocaïne ?

    Bref ; cette description des évènements est beaucoup trop sommaire, et laisse le mougeon en proie aux images apocalyptiques que le cinéma et la télé lui enfoncent sous le crâne à grands coups d’effets spéciaux. Voilà comment on veut nous faire adhérér à l’idée d’une guerre en Syrie, que nous pourrons voir au vingt heures (un peu tard pour l’apéro, c’est embêtant …)

    • fotoulavé fotoulavé

      Mav. Ta cohérence est inversement proportionnelle à la description des faits par ces services de renseignements.
      A tel point qu’on ce demande qui, peut avaler et croire une telle histoire.
      Ils me semble qu’ils savent à qui ils s’adressent. Le français moyen abruti par tf1, le con bien de chez nous innocent par ignorance entretenue.
      Ca regonfle un peu mon égo, nous sommes bien au dessus !

      J’apprend plein de choses car je ne sais rien !
      Je suis un puit de science car j’appuis sur mes sens.

    • Là, rien à dire, c’est une très bonne analyse de l’article que j’ai lu avec plaisir puisque à la Adrien Monk, tu a trouvé les détails qui font mouche! À force de trop vouloir nous prendre pour des imbéciles, ils commettent des erreurs, et cela de plus en plus je trouve…

  • WeAreAnimals

    Il est clair que cet article est une propagande pour la haine raciale.

    Une fois que les occidentaux « auront compris » que les Musulmans sont des méchants, ils auront l’approbation du peuple pour agir, c’est ce qu’ils recherchent.

    Et vice et Versa bien sure. Il faut que les Musulmans haïssent les occidentaux. C’est bien leur but. ..

    ShariaForBelgium est conditionné pour donner une image terrifiante de la religion musulmane.

    Mais encore une fois, dans les deux cas nous pouvons dire :

    « César n’aurait pas été un Loup si les Romains n’avaient pas été des Brebis ».

  • Dans quelques jours, peut-être dès vendredi 15 juin à midi, les Syriens qui voudront regarder les chaînes nationales verront celles-ci remplacées sur leurs écrans par des télévisions créées par la CIA. Des images réalisées en studio montreront des massacres imputés au gouvernement, des manifestations populaires, des ministres et des généraux donnant leur démission, le président el-Assad prenant la fuite, les rebelles se rassemblant au cœur des grandes villes, et un nouveau gouvernement s’installant au palais présidentiel.

    Cette opération, directement pilotée depuis Washington par Ben Rhodes, conseiller adjoint de sécurité nationale des États-Unis, vise à démoraliser les Syriens et à permettre un coup d’État. L’OTAN, qui se heurte au double veto de la Russie et de la Chine, parviendrait ainsi à conquérir la Syrie sans avoir à l’attaquer illégalement. Quel que soit le jugement que l’on porte sur les événements actuels en Syrie, un coup d’État mettrait fin à tout espoir de démocratisation.

    Très officiellement, la Ligue arabe a demandé aux opérateurs satellitaires Arabsat et Nilesat de cesser la retransmission des médias syriens, publics et privés (Syria TV, Al-Ekbariya, Ad-Dounia, Cham TV etc.). Il existe un précédent, puisque la Ligue avait déjà œuvré à la censure de la télévision libyenne pour empêcher les dirigeants de la Jamahiriya de communiquer avec leur peuple. Il n’y a pas de réseau hertzien en Syrie où les télévisions sont exclusivement captées par satellite. Mais cette coupure ne laissera pas les écrans noirs.

    En effet, cette décision publique n’est que la partie émergée de l’iceberg. Selon nos informations plusieurs réunions internationales ont été organisées cette semaine pour coordonner l’opération d’intoxication. Les deux premières, d’ordre technique, se sont tenues à Doha (Qatar), la troisième, politique, s’est tenue à Riyad (Arabie saoudite).

    Une première réunion a rassemblé les officiers de guerre psychologique « embedded » dans quelques chaînes satellitaires, dont Al-Arabiya, Al-Jazeera, BBC, CNN, Fox, France 24, Future TV, MTV — On sait que depuis 1998 des officiers de l’United States Army’s Psychological Operations Unit (PSYOP) ont été incorporés dans la rédaction de CNN ; depuis, cette pratique a été étendue par l’OTAN à d’autres stations stratégiques—. Ils ont rédigé à l’avance de fausses informations, selon un « storytelling » élaboré par l’équipe de Ben Rhodes à la Maison-Blanche. Une procédure de validation réciproque a été mise au point, chaque média devant citer les mensonges des autres pour les rendre crédibles aux yeux des téléspectateurs. Les participants ont également décidé de ne pas uniquement réquisitionner les chaînes de la CIA pour la Syrie et le Liban (Barada, Future TV, MTV, Orient News, Syria Chaab, Syria Alghad), mais aussi une quarantaine de chaînes religieuses wahhabites qui appelleront au massacre confessionnel au cri de « Les chrétiens à Beyrouth, les alaouites au tombeau ! »

    Le second meeting réunissait des ingénieurs et des réalisateurs pour planifier la fabrication d’images de fiction, mêlant une partie en studio à ciel ouvert et une partie d’images de synthèse. Des studios ont été aménagés durant les dernières semaines en Arabie saoudite pour reconstituer les deux palais présidentiels syriens et les principales places de Damas, Alep et Homs. Il existait déjà des studios de ce type à Doha, mais ils étaient insuffisants.

    La troisième réunion regroupait le général James B. Smith, ambassadeur des États-Unis, un représentant du Royaume-Uni, et le prince Bandar Bin Sultan (que le président George Bush père désignait comme son fils adoptif, au point que la presse états-unienne l’a surnommé « Bandar Bush »). Il s’agissait de coordonner l’action des médias et celle de « l’Armée syrienne libre » dont les mercenaires du prince Bandar forment le gros des effectifs.

    L’opération qui était en gestation depuis des mois a été précipitée par le Conseil de sécurité nationale des États-Unis après que le président Poutine ait notifié à la Maison-Blanche que la Russie s’opposerait par la force à toute intervention militaire illégale de l’OTAN en Syrie.

    Cette opération comprend deux volets simultanés : d’une part déverser de fausses informations et d’autre part censurer toute possibilité d’y répondre.

    Le fait d’interdire des TV satellitaires pour conduire une guerre n’est pas nouveau. Ainsi, sous la pression d’Israël, les États-Unis et l’Union européenne ont successivement interdit des chaînes libanaise, palestiniennes, irakiennes, libyennes, et iraniennes. Aucune censure n’a été effectuée envers des chaînes satellitaires provenant d’autres régions du monde.

    La diffusion de fausses nouvelles, n’est pas non plus une première. Cependant, quatre pas significatifs ont été franchis dans l’art de la propagande au cours de la dernière décennie.
    • En 1994, une station de musique pop, la Radio libre des Mille Collines (RTML) a donné le signal du génocide rwandais en appelant à « Tuer les cafards ! ».
    • En 2001, l’OTAN a utilisé des médias pour imposer une interprétation des attentats du 11-Septembre et justifier les attaques de l’Afghanistan et de l’Irak. À l’époque déjà, c’est Ben Rhodes qui avait été chargé par l’administration Bush de rédiger le rapport de la Commission Kean/Hamilton sur les attentats.
    • En 2002, la CIA a utilisé cinq chaînes, Televen, Globovision, Meridiano, ValeTV et CMT, pour faire accroire que des manifestations monstres avaient contraint le président élu du Venezuela, Hugo Chavez, à démissionner, alors qu’il venait d’être victime d’un coup d’État militaire.
    • En 2011, France 24 faisait de facto office de ministère de l’Information du Conseil national libyen, avec qui il était lié par contrat. Lors de la bataille de Tripoli, l’OTAN a fait réaliser en studio et diffuser par Al-Jazeera et Al-Arabiya des images des rebelles libyens entrant sur la place centrale de la capitale, alors qu’ils étaient encore loin de la ville, de sorte que les habitants, persuadés que la guerre était perdue, cessèrent toute résistance.

    Désormais, des médias ne se contentent plus de soutenir la guerre, ils la font.

    Ce dispositif viole des principes de base du droit international, à commencer par l’article 19 de la Déclaration universelle des Droits de l’homme relatif au fait « de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit ». Surtout, il viole les résolutions de l’Assemblée générale des Nations-Unies, adoptées au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour prévenir les guerres. Les résolutions 110, 381 et 819 interdisent « les obstacles au libre-échange des informations et des idées » (en l’occurrence la coupures des chaînes syriennes) et « la propagande de nature à provoquer ou encourager toute menace à la paix, rupture de la paix, ou tout acte d’agression ». En droit, la propagande de guerre est un crime contre la paix, le plus grave des crimes, puisqu’il rend possible les crimes de guerre et les génocides.

  • Arlette

    Mardi, 12 JUIN 2012 – ISABELLE : QUEBEC –
    http://www.conscience-du-peuple.blogspot.com/
    Les ÉTATS-UNIS seraient prêts pour une frappe Aérienne en SYRIE.
    Le Président OBAMA a ordonné à la Marine et la Défense Aérienne d’accéler les préparations pour une Offensive Aérienne limitée contre le Régime ASSAD.
    La Mission serait de détruire le Régime ASSAD et les Centres de Commandement Militaires pour réduire la Force de l’Armée Syrienne.
    Selon Debkafile, un média Militaire Israélien, le Président Américain aurait accéléré ses PLANS pour une Offensive contre la SYRIE après que des Officiels RUSSES auraient déclaré que MOSCOU pourrait supporter le départ du Président Basha Al-ASSAD.
    Source :
    http://www.debka.com/article/22073/Obama-speeds-up-limited-air-strike-no-fly-zones-preparations-for-Syria
    – 1 commentaire : Anonyme – 12 Juin 2012
    JAMAIS, les Russes n’abandonneront cette région-CLEF (crédibilitée envers tout le Caucase, et les Pays Arabes).
    De plus, cela entraînerait un risque de contagion sur tous ses anciens satellites. Poutant, avec ses deux tirs de missiles indétectables BOULAVA-R30 tirés au-dessus d’Israël, LE MESSAGE EST CLAIR ! La question est :
    – Mais que cherche l’AMERIQUE ruinée ?

  • Pikpuss

    C’est de la propagande anglo-saxonne comme celle qui disait en 14-18 que les Allemands mangeaient des petits enfants…
    Les vrais salauds ce sont ceux qui répandent de fausses nouvelles grâce aux médias qu’ils contrôlent pour perpétuer leur pouvoir criminel…

  • nico

    (le grand soir) Syrie : Journalistes envoyés à la mort par les rebelles. Dans la guerre de propagande qui bat son plein sur la Syrie, la mort de journalistes peut-être une bonne affaire et les opposants armés au gouvernement syrien l’ont bien compris qui n’hésitent pas à conduire des journalistes européens vers ce qui aurait dû être leur mort assurée. C’est la mésaventure qui est effectivement arrivée à Alex Thomson, un journaliste de la chaîne de télévision anglaise Channel 4 et qu’il relate dans son blog: 9JUIN 2012 – Debout devant l’hôtel Safir à Homs pendant que les 4X4 blancs de l’ONU attendaient, l’officier irlandais responsable est arrivé et nous a dit : « Les règles habituelles Alex, OK ? Nous ne sommes pas responsables de vous, les gars. Si vous êtes dans les problèmes, on vous laissera, OK ? Vous êtes autonomes. »

    « Ouais – pas de problème Mark. C’est compris. »

    Je dis toujours ça, façon de croire qu’on ne se trouvera jamais devant une telle éventualité.

    Avec seulement deux véhicules de l’ONU plus la voiture blanche de la police locale marquée « Protocole » comme escorte, nous allons vers le sud à travers des quartiers paisibles de Homs non touchés par la guerre.

    Dix minutes à peine après avoir quitté la ville par le sud, et on dit adieu au protocole. Le dernier point de contrôle de l’armée syrienne est tout droit sur l’autoroute du sud vers Damas.

    Nous allons vers l’ouest – il n’y a qu’à suivre la direction vers laquelle pointe la tourelle du blindé à côté duquel est garée la voiture du protocole pour se faire une idée.

    Il y a toujours cette petite boule dans l’estomac quand on circule dans les no man’s lands désertés, mais c’est la rase campagne, sans signes de combats.

    Maintenant, les premières motocyclettes nous approchent et nous arrivons au premier checkpoint de l’Armée Syrienne Libre.

    Après une longue demi-heure de pistes à travers des oliveraies, nous arrivons à al-Qusayr et la prévisible scène de foule.

    L’ONU s’installe pour une longue réunion avec les chefs civils et militaires locaux. A mes yeux, ça ressemble beaucoup à une « chouhra » afghane. Tout le monde est sur des coussins autour de la salle, les jambes croisées, sauf qu’on sert du café turc au lieu du thé.

    Nous nous mettons en place pour filmer à l’extérieur. Il fait chaud, des femmes et des garçons nous apportent des oranges et des chaises. Des fragments d’obus nous sont montrés pour que nous les filmions. Ils nous expliquent que les bombardements reprendront dès notre départ – une affirmation qui par nature restera non vérifiée, quoiqu’il y ait certainement d’importants dégâts causés par des obus dans certaines parties de la ville.

    Nous passons donc le temps, en attendant que l’ONU se déplace – ils sont bien sûr notre seul moyen de franchir les lignes avec un minimum de sécurité.

    Mais le temps se traîne. Le délai qui nous est imparti tire à sa fin. Et il y a ce type vraiment casse pieds qui prétend être des « services de renseignements rebelles » et qui n’arrive pas à accepter que nous ayons un visa du gouvernement.

    Dans son esprit, les journalistes étrangers sont des gens passés clandestinement et illégalement par le Liban et point final. On ne correspond pas à son profil.

    Lui est ses camarades rendent aussi les choses difficiles à notre chauffeur et à notre traducteur – leurs pièces d’identité établies à Damas et notre camionnette immatriculée à Damas n’arrangent pas nos affaires.

    C’est nouveau [pour nous]. Hostile. Ce n’est pas comme à Homs ou à Houla et pourtant la réunion avec l’ONU se traîne dans la chaleur de l’après-midi.

    Nous décidons de demander une escorte pour prendre le chemin sûr par lequel nous sommes venus. Les deux camps, les deux checkpoints se souviendront de notre véhicule.

    Envoyés à la mort ?

    Soudain, quatre hommes dans une voiture noire nous invitent à les suivre. Nous partons derrière eux.

    On nous emmène par une autre route. Emmenés en fait dans une zone où on tire à vue. Invités par l’Armée Syrienne Libre à suivre une route qui est bloquée au milieu d’un no man’s land.

    À ce moment, il a eu le sifflement d’un projectile et un des plus lents demi-tours que j’ai jamais connus pour foncer vers l’accotement le plus proche pour nous couvrir.

    Une autre impasse.

    Il n’y avait pas d’autre choix que de rebrousser chemin sur le champ de tir et de le traverser pour reprendre la route par laquelle on nous avait emmenés.

    Comme on s’y attendait, la voiture noire qui nous avait conduits dans le piège était là. Ils ont démarré dès que nous sommes réapparus.

    Je dis tout net que les rebelles ont fait en sorte que nous soyons tués par l’armée syrienne. La mort de journalistes est mauvaise pour Damas.

    Ma conviction n’a fait que se renforcer une demi-heure plus tard quand nos quatre « amis » dans la même voiture cabossée ont fait soudain irruption depuis une rue latérale pour nous empêcher de rejoindre les véhicules de l’ONU à l’avant.

    Les observateurs de l’ONU sont revenus vers nous pour constater que nous étions entourés de miliciens hurlant et ils ont quitté la ville.

    Finalement, nous parvînmes à nous extraire aussi, et sur la bonne route, de retour vers Damas.

    S’il vous plait, n’allez pas penser une seule seconde que mon expérience avec les rebelles d’AlQusair est exceptionnelle.

    Ce matin, j’ai reçu le tweet suivant :

    « @alextomo J’ai lu votre témoignage « Prêt à nous faire descendre dans le no man’s land », et je peux confirmer, car j’ai vécu la même expérience à Al Zabadani pendant notre visite. »

    Cela venait de Nawaf al Thani, qui est avocat et défenseur des droits de l’homme, et membre de la mission d’observation de la ligue arabe en Syrie qui fut déployée début 2012.

    Cela doit vous faire réfléchir, sur qui d’autre a pu être confronté à une telle situation, lorsqu’il a tenté de déterminer ce qui se passe dans la Syrie tenue par les rebelles.

  • Pikpuss

    Précision : une grande partie des rebelles est en fait composée de mercenaires étrangers payés par l’Arabie Saoudite, le Qatar, les USA, la GB et la France… On ne peut donc appeler  » rebelles  » des gens qui n’ont pas la nationalité syrienne et qui sont là pour détruire le pouvoir légal. Ce sont des soldats mercenaires qui travaillent pour le compte de puissances étrangères. Bien sûr comme il est plus facile de gagner de l’argent à ne rien faire ou à jouer au petit soldat, des Syriens se sont joints aux mercenaires.

  • Thur

    Ils utilisent toujours les mêmes propagandes, les mêmes mensonges,c’est ridicule. Il faut vraiment avoir des idées venues tout droit de l’enfer à vouloir se servir de massacre d’enfants pour convaincre des abrutis de médias alignées. Ces puissants belliqueux continuent leurs crimes en toute impunité et qu’ils mettent en plus sur le dos des autres, ça ça me met en colère.

  • neohamsa

    Et les enfants qui se prostituent en France et ailleurs ?Dans les rues de Paris, de Bombay…., L’ONU s’en préoccupe t’elle ? Propagande pour Faire pleurer dans les chaumières la ménagère de 50 ans abonnée a télé achat.

  • Arlette

    Plusieurs vidéos : cadavres de bébés et d’enfants… tueries en SYRIE pour s’approprier du GAZ SYRIEN :

    LIEN WikiStrike : http://0z.fr/kq9Kk

  • quelqun

    Dans cette vidéo on voit bien que ce sont les rebelles qui utilisent des enfants
    http://www.youtube.com/watch?v=Ty3j6b6asgI&feature=youtu.be

  • brujitafr

    Selon un analyste américain, la CIA et le MI6 dirigent les massacres en Syrie

    http://www.brujitafr.fr/article-selon-un-analyste-americain-la-cia-et-le-mi6-dirigent-les-massacres-en-syrie-106938950.html

    c’est exactement ce qui s’est passé en Libye l’année dernière