Espagne: Fitch dégrade 18 autres banques après BBVA et Santander (MàJ avec la Chypre)

« Prenez un cercle, caressez-le il deviendra vicieux » disait le poète, cela illustre la situation espagnole avec les agences d’escroquerie de notation! En clair, vous prenez un pays, vous baissez les notes, l’économie du pays s’affaiblit, et comme elle s’affaiblit les agences de notation la considère moins fiable et donc dégrade de nouveau, et ainsi de suite jusqu’à ce que les toreros dansent le sirtaki! Maintenant, soit ils prennent le taureau par les cornes et font une corrida avec les financiers, soit ils envoient un petit bonjour à Zorba, ça lui fera toujours plaisir..

L’agence d’évaluation financière Fitch a dégradé mardi 18 banques espagnoles, après l’abaissement la veille des deux plus grandes, Santander et BBVA, et de la note de l’Espagne la semaine dernière de trois crans, à BBB.

Cette décision a été prise en raison de portefeuilles de crédits de certaines banques qui pourraient encore se dégrader, précise l’agence dans un communiqué.

Cela est particulièrment vrai pour les banques dont les crédits accordés sont très exposés au secteur de la construction ou qui ont une base peu solide, ajoute le communiqué.

Parmi les 18 banques concernées, figure CaixaBank, troisième banque du pays en termes de capitalisation, qui perd deux crans, à BBB.

Banco Popular, quatrième banque par capitalisation, perd un cran, à BBB-.

Quant à Bankia, qui fait l’objet d’un sauvetage public de 23,5 milliards d’euros, est elle également dégradée d’un cran, à BBB.

Lundi, Fitch avait annoncé la dégradation de Santander et BBVA, soulignant qu’il était exceptionnel pour des banques d’être notées au-dessus de la note de leur pays d’origine.

Cette dégradation des banques répond à la baisse de trois crans de la note souveraine de l’Espagne, prononcée le 7 juin.

Elle ne fait pas suite au plan d’aide européen en faveur des banques espagnoles, annoncé samedi et qui pourra s’élever jusqu’à 100 milliards d’euros.

Afp

Et pour le petit hommage…

Mise à jour avec la Chypre qui voit deux de ses banques dégradées par Moody’s, et comme pourrait le dire le sinistre de l’économie du coin: « chypre’sque en récession, encore un petit effort… »

Moody’s abaisse d’un cran les notes de deux banques de ChypreL’agence d’évaluation financière Moody’s a abaissé mardi les notes de deux banques chypriotes, invoquant le risque accru de sortie de la Grèce de la zone euro.

Ces notes ont toutes deux été abaissées d’un cran, à B2 pour Bank of Cyprus et à B1 pour Hellenic Bank.

La note d’une troisième banque, Cyprus Popular Bank (actuellement à B3) a été mise sous surveillance en vue d’un éventuel abaissement.

Toutes ces notes sont dans la catégorie spéculative, et correspondent à des emprunteurs peu fiables.

Ces trois banques ont pour point commun des activités importantes en Grèce, où BoC a 34% de ses prêts, Hellenic 17%, et CPB 42%.

Même si une sortie de la Grèce n’est pas l’hypothèse centrale de Moody’s, l’agence considère ce risque comme substantiel et reconnaît que la probabilité d’une telle issue pourrait encore s’accroître à la suite des élections législatives du 17 juin.

Or, le risque accru d’une sortie de la zone euro pourrait provoquer une accélération des retraits de dépôts depuis les succursales grecques des banques chypriotes, mettant la pression sur les liquidités de ces trois banques, a ajouté Moody’s dans un communiqué.

En quinze mois, a rappelé l’agence, les dépôts en Grèce des banques chypriotes notées par Moody’s ont fondu de 27%, à peu près au même rythme que les autres banques présentes dans le pays, grecques ou étrangères.

Selon l’agence, si la Grèce devait abandonner l’euro, cela induirait une redéfinition de la monnaie de référence, un probable défaut de paiement de l’Etat et de vastes tensions économiques qui affaibliraient sensiblement la solvabilité de ces banques.

Afp

Via Realinfos

5 commentaires