Rififi chez les cathos: les prêtres appellent à la désobéissance!

Il n’y a pas que les indignés, une autre révolte grandit, complètement justifiée diront certains, les prêtres demandent à avoir la possibilité de se marier entre autres revendications, et bien sur l’église considère qu’il s’agit d’un problème internet, qui ne nous regarde pas donc! Ce phénomène à commencé en Autriche et fait donc des émules, aujourd’hui la France, et demain? La religion catholique doit elle évoluer ou se doit-elle de respecter les traditions ancestrales?

Paul Flament a signé l'appel à la désobéissance.

Paul Flament a signé l’appel à la désobéissance.

Dix-sept prêtres qui demandent notamment la possibilité aux prêtres de se marier.

Un mouvement de désobéissance né en Autriche et qui a trouvé écho à Rouen. Dix-sept prêtres du diocèse de Rouen ont signé « L’appel à la désobéissance« . Des prêtres qui estiment que l’Eglise catholique doit évoluer avec la société.

Ils demandent donc l’ordination d’hommes et de femmes mariés, la possibilité  d’accorder la communion aux divorcés remariés. Ils souhaitent également que les laïcs soient plus intégrés dans les communautés catholiques.

Un mouvement qui reste minoritaire dans le diocèse. Une majorité de prêtres y sont opposés. Quand à l’évêché, il estime qu’il s’agit dune question « interne à l’Eglise. »

Source+vidéo: haute-normandie.france3.fr

 

22 commentaires

  • engel

    Traditions pas si ancestrale que ça !

    Cette obligation date du 12°siècle.

    Elle fait suite au concile du Latran.
    Avant les prêtres pouvaient niquer et avoir plein de jolis petit gosses.
    Mais voilà vint le droit de succession et là le pape pris peur.
    Il allait devoir partager !!!

    Et tout le monde sait qu’un pape aime le partage à condition qu’il soit à sens unique.
    Alors il déclara le mariage des prêtres hors la loi canonique et leurs fils devinrent des « batards » sans possibilité de succession et toutes les richesses revinrent à l’église.

    Pauvre Jésus, toi qui prêchas la pauvreté, que de conneries ne fait-on pas en ton nom. 
     

    • Voilà aussi pourquoi certaines prophéties chrétiennes parlaient de maisons d’Asmodée (un démon partouzeur) pour faire référence aux couvents. Combien de bébés ont été avortés et tués au fil des siècles dans les couvents? Des centaines ou des milliers, ce qui revient au même de toute façon…

    • Talion

      Merci pour l’info, je ne connaissais pas !  :-)

  • c’est toujours ceux qui ne sont ni catho et pour la plupart anticléricaux qui s’interressent le plus aux affaires de l’église!!! fascination ? ça vous démange d’entrer en religion? ceci dit les mécréants sont toujours les bienvenus. nous avons une tradition d’accueil chez les cathos.  en quoi le mariage des prêtres vous regarde ? étonnant, c’est un peu comme si je me préoccupait du régime alimentaire des bonzes, en quoi ça me regarde? ils font comme ils veulent et comme le chauve réincarné leur dit de faire! étrange que votre attitude et vos réflexions…allez, Dieu vous bénisse mes frères

    • Je ne peux pas non plus ne parler QUE de l’Islam! De plus, étant ados j’aimais beaucoup la religion et trouvais sympathique l’idée d’être prêtre, s’il n’y avait pas ce célibat imposé….. Le mariage des prêtres? Mais c’est une très très bonne chose, s’il avait plus de prêtres qui pouvaient s’unir alors il y aurait surement moins de cas de pédophilie, me trompe-je? Maintenant, je crois encore en l’existence de Dieu mais surement pas en ses représentants!

      • gabuzo

        Je suis pour le mariage des prêtres, mais je ne crois pas que cela résoude le problème de la pédophilie.
        Quel est le pourcentage de pédophiles dans les familles? Surment plus grand que parmis les prêtres, mais on n’en parle pas parce que cela fait moins scandale.
         

      • Babou

        Je suis « catho » mais je suis entièrement pour le mariage des prêtres. C’est totalement ridicule et c’est une hypocrisie de plus. Avec tout le respect que je dois aux prêtres il faut reconnaître que, bon, c’est pas toujours ça…..(pour la petite histoire, j’avais une vielle tante veuve, et quel était son fantasme….. chose faite le curé du village est passé par là) ! Alors il faut reconnaître que la religion catholique est numéro un pour cultiver la naïveté et la culpabilité, et pourtant si riche en enseignement. OUI au mariage double OUI.

      • Bien sûr que « c’est pas toujours ça » : des histoires de vieilles tantes et de curés, il en existe sûrement des tonnes. Ce qui évite à nombre de romanciers l’angoisse de la page blanche !… Maintenant, est-ce parce que l’on connaît ici ou là quelque cas particulier manifestement hors-rail qu’on l’aurait évité en plaidant « pour le mariage des prêtres » ? C’est comme pour les pédophiles, finalement : on s’imagine résoudre un problème en le généralisant, et en le banalisant ! Allons bon : il y a une fissure dans la coque ? Prenons une hache, et sabordons partout ailleurs ! Sûr qu’au fond de l’eau, il n’y a plus d' »hypocrisie », plus de « naïveté » et plus de « culpabilité »… et beaucoup plus de noyés : gloups ! :duck:
        La religion catholique est SURTOUT numéro un pour cultiver une notion délicieusement ringarde qu’elle nomme le péché : en d’autres termes, la fissure dans la coque. Alors, ce serait quoi ne pas « cultiver la naïveté et la culpabilité »… ou être moins « hypocrite » ? Dire que finalement la fissure n’en est plus une ? Moi je veux bien : mais ce n’est pas cela qui va colmater la brèche.
        Questions « naïveté », « hypocrisie » et autre « culpabilité », alors « il faut reconnaître que bon », la secte psychocrate n’est pas mal non plus dans son genre : à force de nous seriner depuis des décennies qu’il ne faut surtout « culpabiliser » quiconque sous aucun prétexte, de fait on en arrive à ce que plus personne ne soit « coupable » de rien, et que tout le monde soit aussi « innocent » que l’agneau venant de naître : dans un pré de bisounours, il y a du boulot pour que ça devienne un mouton enragé ! Et quand il l’est un peu trop au goût de certains, crac ! c’est un « psychopathe »© ou assimilé. (N’est-ce pas, benji ?…->[1] [2]) Ce ne serait pas un peu naïf et hypocrite, par hasard ?
        Entendons-nous bien, d’ailleurs : en quoi est-il « mal » de cultiver la « culpabilité » ? La religion catholique est riche en enseignement ? Précisément, en enseignant la « culpabilité », il ne s’agit pas tant de stigmatiser (encore moins d’accuser, de juger ou de condamner) : elle ne fait jamais que rappeler -à temps et à contre-temps- qu’il est infiniment moins hypocrite de dire qui est coupable s’il l’est pour de bon. (Désigner la fissure dans la coque, ce n’est pas nécessairement -et heureusement- décréter que la barque est pourrie !…) Ce qui évite la tentation de traiter celui qui ne l’est pas… exactement comme s’il l’était.
        Mais on pourrait disserter là-dessus à l’infini !…

  • Les Apotres de Jesus étaient Mariés et avaient des Enfants !!

    Pape = Dictateur de la Religion

  • Texcaltex

    Je pense que le célibat des prêtres est vraiment un problème mineur pour les cathos!
    Ils feraient mieux de mobiliser leurs troupes et de les orienter ailleurs! Il y a plus urgent!


  • Toujours aussi enragés, ces sacrés moutons ! (Attention : ici, l’adjectif « sacré » est désacralisé !… :-? )
    « Il n’y a pas que les indignés, une autre révolte grandit… » CQFD : donc, si on entend bien ce discours (et en raccourcissant à peine), on assimile une poignée de prêtres ruant dans les brancards à la foule défilant à Wall Street, c’est bien cela ? Donc, histoire de simplifier : les gentils pauvres contre les méchants riches. (Je caricature à outrance, bien sûr : c’est sans doute un peu plus compliqué que cela !…) Or, d’où nous vient le dit « mouvement de désobéissance » cléricale ? C’est marqué : il est « né en Autriche ». Et avant même de trouver un écho à Rouen, il l’a trouvé largement en Allemagne. C’est-à-dire, là même où le « Dictateur de la Religion »  :quiet: (Darwin_kayser) a tenu très récemment ces propos auprès des siens : « En Allemagne, l’Église est organisée de manière excellente. (…) Sincèrement nous devons dire qu’il y un excédent de structures par rapport à l’Esprit. J’ajoute : la vraie crise de l’Église dans le monde occidental est une crise de la foi. Si nous n’arrivons pas à un véritable renouvellement de la foi, toute la réforme structurelle demeurera inefficace » Derrière la « réforme structurelle », « l’excellence » de l’organisation, entendons (toujours pour faire court) les riches. Or, ce sont ceux-là qui fournissent le gros des troupes des «  indignés » cléricaux… des deux côtés du Rhin, d’ailleurs : pas exactement le profil de ceux de Wall Street et autres lieux emblématiques. (Sans parler de ce qu’il ajoute un peu plus tard : « Le préjudice pour l’Église ne vient pas de ses adversaires, mais des chrétiens attiédis…» ; ce qui, ici, dépasse encore plus évidemment les questions de porte-monnaie…)
    Bref, « les prêtres demandent à avoir la possibilité de se marier entre autres revendications… » celles-ci n’étant pas salariales, c’est déjà ça de gagné : sinon nous friserions la confusion avec des indignés lambda... voire des chrétiens attiédis si l’on voulait faire du mauvais esprit. Alors, « la religion catholique doit elle évoluer ou se doit-elle de respecter les traditions ancestrales ? » demande Benji. Disons qu’en deux mille ans, si elle n’avait pas déjà un peu « évolué », plus personne n’en parlerait depuis longtemps : ni Benji ni votre serviteur. Idem s’il s’agissait de respecter des traditions ancestrales pour le seul plaisir de se raccrocher à des traditions ancestrales. À cet égard, je salue l’intervention de engel qui nous fait remarquer à juste titre que cette obligation date du 12° siècle,
    faisant suite au concile du Latran. (Ce qui est justement l’objet précis d’un concile :  faire évoluer la religion dans la société de son temps… et non « évoluer avec la société »; sinon ce ne serait plus une religion, mais une idéologie ou un parti politique « béni »…). Je salue un peu moins la suite de l’intervention de engel  :cry: : le pape qui « prend peur »  :tremble: pour des questions de « droit de succession » et autres considérations, relevant effectivement d’une idéologie ou d’intérêts moins célestes que terrestres. Un concile, ce n’est décidément pas vraiment une réunion syndicale ! Concernant la dite obligation, il serait plus judicieux de se référer à Matthieu : « Ce n’est pas tout le monde qui peut comprendre cette parole, mais ceux à qui Dieu l’a révélée. Il y a des gens qui ne se marient pas car, de naissance, ils en sont incapables ; il y en a qui ne peuvent pas se marier car ils ont été mutilés par les hommes ; il y en a qui ont choisi de ne pas se marier à cause du Royaume des cieux. Celui qui peut comprendre, qu’il comprenne ! » (Mt 19, 3-12) Ici aussi, c’est marqué noir sur blanc ! Attendu que tout le monde ne peut pas piger, on pige ou on ne pige pas, OK. Mais comme l’indique leblogdelhommelibre, il n’appartient pas à ceux qui ne pigent pas de s’exprimer comme s’ils pigeaient ! Et comme il ne l’indique pas, cela ne s’arrête nullement aux « mécréants », loin s’en faut. À qui s’adressait-il le pape en Allemagne, il y a seulement quelques jours ? À des « mécréants » ? Point du tout : à la fine fleur de croyants revendiqués. Pas tendre avec eux, le « Dictateur de la Religion » ! (il faut bien « rentabiliser » cette sombre étiquette, non ?…)
    Maintenant, ils sortent d’où, ces dix-sept prêtres du diocèse de Rouen ? D’une autre planète ? Quelqu’un les a pris en traîtres, les a embrigadés de force au séminaire, ordonnés sous la menace des baïonnettes puis leur a dit : « Coucou ! Méga-surprise !  À présent, pas question de niquer et avoir plein de jolis petit gosses : on vous a bien eus, hein ? » Soyons sérieux : ils connaissent mieux que personne la « règle du jeu ». S’ils ne veulent pas « jouer » (notamment parce qu’ils ne pigent pas Mt 19, 3-12), c’est là LEUR problème, pas celui de la société : personne ne les a obligés à « jouer ». Même Benji connaît la règle : « j’aimais beaucoup la religion et trouvais sympathique l’idée d’être prêtre, s’il n’y avait pas ce célibat imposé… » Eh bien il n’a pas voulu « jouer », et je dis bravo : il vaut mille fois mieux un laïc bien dans ses pompes qu’un curé frustré qui, sur le tard, va nous signer un « appel à la désobéissance ». Sans parler, bien sûr, de toutes les dérives possibles dont on fait aujourd’hui des choux gras : la pédophilie, évidemment (que, encore une fois, la possibilité de se marier ne résoudrait en rien sur le fond) -scandale pour tout le monde, quel que soit son bord-, ou encore ces « maisons d’Asmodée » que nous rappelle Benji. Simplement, faut-il raser les églises, les séminaires ou les couvents sous prétexte qu’une poignée de renégats en trahit gravement leur fonction première ? Dans ce cas -et dans la même logique-, rasons l’Elysée, la Maison Blanche, le Bundenstag, la Knesset et compagnie ! (Rangez vos pioches et vos bulldozers : c’était une métaphore…) Ou bien encore, signons un « appel à la désobéissance » en faisant « évoluer » ces établissements « avec la société »: ce qui devrait nous donner grosso modo des maisons closes d’excellente facture…
    _______________________________________
    Récapitulons :
    1-) : « Dix-sept prêtres du diocèse de Rouen ont signé « L’appel à la désobéissance« . Des prêtres qui estiment que l’Eglise catholique doit évoluer avec la société. »
    2-) : « Je ne peux pas non plus ne parler QUE de l’Islam ! », ajoute Benji dans son dernier commentaire.
    Eh bien, parlons des DEUX. À cet effet, préconisons un charter pour « dix-sept prêtres du diocèse de Rouen ». Destination ? L’Égypte. Là-bas, les chrétiens attiédis ont autre chose à penser qu’à « revendiquer » et à signer des « appels à la désobéissance » : au quotidien, c’est pour leur PEAU qu’ils luttent. Ça vous relativise tout de suite nombre de poncifs occidentaux d’arrière-garde. De même que dans un certain couvent sis à Tibhirine, je ne crois pas qu’on aie beaucoup pratiqué « des centaines ou des milliers bébés avortés et tués » : pour s’en assurer, il faudrait poser la question aux moines. Ah zut, trop tard : à ce qu’il paraît, ce sont EUX qui ont été tués. Il n’y a pas si longtemps, même un laïc -ministre de surcroît- avait également autre chose à penser qu’à « revendiquer » et à signer des « appels à la désobéissance » : il s’appelait Shahbaz Bhatti. Estimant, lui que la société devait évoluer avec l’Église catholique (très exactement l’inverse de nos rouennais, comme on peut le remarquer…), il a été littéralement mitraillé de 25 balles : je n’ose préconiser un charter pour le Pakistan…
    Des exemples comme ceux-là, il en existe à la pelle depuis la nuit des temps : mais ça fait plutôt moins de bruit que « dix-sept prêtres » un brin revendicatifs… ou pédophiles. Comme le rappelait mère Teresa en son temps, « le bien ne fait pas de bruit, et le bruit ne fait pas de bien. »
    « Pauvre Jésus, toi qui prêchas la pauvreté, que de conneries ne fait-on pas en ton nom. » (engel) N’est-ce pas ? Mais finalement, tout ce petit monde n’est pas si difficile à départager : combien de signataires de  « l’appel à la désobéissance » seraient-ils prêts à y laisser leur peau afin de se faire entendre ? En prolongement de leblogdelhommelibre …allez, Dieu vous bénisse mes frères ! O:-)

  • mémé

    Moi, je les soutiens, ces prêtres. C’est aussi pour ce genre de diktats que les religions sont des fabriques à ‘hypocrites.
    Si on pouvait  avoir davantage de prêtres mariés ou non, cela serait mieux pour l’ensemble des paroissiens.
    J’ai pitié quand je vois des prêtres âgés obligés de courir d’une église à l’autre et de couvrir je ne sais combien de paroisses, d’expédier baptèmes, mariages car d’autres attendent à la paroisse suivante.

    je pense contrairement à Texcaltex qu’ily aurait moins de crise des vocations en autorisant les prêtres à avoir une famille.

    • Gaffe à Alzheimer, mémé ! :X-P: Encore une fois, où voit-on un « diktat » ? Il y a une règle : on est d’accord ou on n’est pas d’accord avec cette règle. Mais si on n’est pas d’accord, on passe son chemin : point barre. Bon : pour tout dire, je ne voue pas une passion effrénée pour le foot. Que dirait-on si, en dépit de cela, je descendais sur le terrain, que toutes les cinq minutes je pousse ma gueulante sur l’arbitre en exigeant de lui qu’il change les règles ? (Il le voudrait, d’ailleurs, qu’il ne le pourrait pas : c’est pareil dans d’autres institutions…) En admettant néanmoins qu’il cède à mes caprices (et en admettant parallèlement que dans les tribunes, le public n’y voie aucun inconvénient !…), que se passe-t-il ? Il se passe qu’on sombre dans l’anarchie… ou, à tout le moins, que l’on marche sur la tête. « Sociétalement » parlant, pas brillant…
      Ce qui n’empêche pas, par ailleurs, d’avoir effectivement « pitié de tous ces prêtres âgés obligés de courir d’une église à l’autre et de couvrir » un champ paroissial toujours plus large. (Un peu tard pour les marier, ceux-là ! :brokenheart:) Résultat direct de la crise des vocations, dit-on. Vocations ? Qui dit vocation dit étymologiquement appel. Il y a ensuite réponse à cet appel… ou non-réponse : à cet égard, chacun est libre… et sacré nom d’une pipe, IL N’Y A PAS DE DIKTAT. :reallyangry: (est-il utile de rappeler que cet appel vient plutôt de « l’étage au-dessus » ? pas vraiment de son voisin de palier…)
      Entre les deux, on va dire qu’il y a des distractions.. beaucoup de distractions ! Ça n’aide pas forcément à y voir plus clair en matière de réponse. D’autant que même si celle-ci finit par remporter le pompon en étant positive, cela n’élimine pas les distractions (comme, par exemple, la vieille tante de Babou qui va distraire le curé du village !) Dans cet esprit, le mariage interviendrait en quelque sorte comme une distraction permanente à la maison (pardon Mesdames !). « Celui qui peut comprendre, qu’il comprenne ! », comme je le citais plus haut. (Mais je ne faisais que citer : ce n’est pas moi qui l’ai dit !) Cela pour préciser qu’à mon sens, c’est moins une crise des vocations que l’on observe qu’une crise de réponses à ces vocations : à partir de là, si on « autorise » plus de distractions à ces réponses, n’est-ce pas jeter de l’huile sur le feu ?…
      Ce qui transparaît, du reste, dans un aspect ô combien visible : être « obligés de courir d’une église à l’autre et de couvrir je ne sais combien de paroisses, d’expédier baptêmes, mariages car d’autres attendent à la paroisse suivante », n’est-ce pas une symptomatologie criante de… distraction ?

    • Texcaltex

      « je pense contrairement à Texcaltex qu’ily aurait moins de crise des vocations en autorisant les prêtres à avoir une famille. » 


      Je n’ai jamais dit ça !!! J’ai dit que certaines autres choses me semblent plus urgentes à régler!!! Faute de quoi, ce problème-ci ne se posera même plus!

      • mémé

        OK, j’ai mal compris. Mais si on s’en tient au microcosme catho, le célibat des prêtres est un gros problème.

        Pour répondre à Michel, je pense que les religions fonctionnent toutes sur des diktats, c’est leur manière de tenir les gens.
        Je trouve votre comparaison avec le foot un peu limite. le célibat est le choix d’une vie, qui est capable de dire s’il peut obéir à une règle toute une vie ?, le foot c’est 90 min.
        Je vous rappelle que les pasteurs peuvent se marier et que les femmes peuvent être pasteurs; je n’ai pas l’impression que les protestants sombrent dans l’anarchie la plus totale.

  • Jean Neymard

    Ya pas les diacres pour ceux qui veulent ni ké.

  • Cathy

    Pourquoi réduire la revolte des prêtres autrichiens et français à une question de mariage ? Cette question est une petite question parmi d’autres, comme celle des femmes qui sont écartées de plus en plus de l’autel et des fonctions de coordiantion, celle du langage et de la liturgie qui n’évoluent pas, celle d’une Eglise qui s’enferme de plus en plus sur elle-même et devient une secte, celle d’une forme de gouvernement monarchique qui frise une forme de didacture sur les consciences…

  • Je trouve ça complètement absurde de trouver « moderne », approprié à notre époque, « progressiste » ce qui consiste juste à se coucher devant les préjugés de notre époque, à lui céder en tout, à vouloir ne faire aucun effort, à brader tout l’héritage du passé. On croirait que certains, tout en se croyant encore catholiques, veulent la démocratie dans l’Église… Ils vont bientôt refaire le dogme, la liturgie et la morale selon leur bon plaisir, sans aucune formation, sans aucune réflexion, juste en retenant ce qui leur est agréable et en jetant ce qui ne convient pas à leurs petits égos narcissiques et hypersensibles… Si (hypothèse ridicule et contradictoire) le Christ avait été comme ces « modernistes », il aurait servi celui qu’il a appelé le Prince de ce Monde et il n’aurait évidemment pas été crucifié. Mais Église n’eût été qu’une fausse religion parmi les autres. Voilà ce que veulent les signataires de cet appel autrichien qui, je vous prie de m’excuser, me rappelle le Manifeste des 343 salopes » en faveur de l’avortement en 1971 ! Pour plus de développement, j’ai mis un petit article sur mon blog sur cette histoire : c’est ici.