L'Europe et les Etats-Unis vont aider les rebelles libyens à court d'argent

Mais c’est magnifique, la France et les États-Unis ne sont pas assez endettés, il faut en plus aider financièrement des rebelles pour qu’ils puissent continuer à tirer sur tout et n’importe quoi! Madame, Monsieur, vous ne trouvez pas de travail, les allocations ont été réduites, vos factures augmentent? Souriez quand même, vous avez la chance de vivre dans un pays riche qui finance la guerre des autres!

http://www.cyberpresse.ca/images/bizphotos/435x290/201103/05/296994-combattants-rebelles-libyens-celebrent-prise.jpg

L’Europe et les Etats-Unis vont aider les rebelles libyens après avoir été convaincus de la bonne foi de leurs aspirations démocratiques, ont indiqué jeudi des sources impliquées dans des discussions avec eux.

Mais ces sources ont souligné qu’aucune arme ne leur serait fournie, en application des résolutions de l’ONU imposant des sanctions contre la Libye et permettant l’usage de la force pour protéger les civils.

Les alliés occidentaux sont en train d’établir un système de communication entre le commandement militaire des rebelles et l’Otan, qui coordonne les raids aériens contre les forces du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, ont indiqué ces sources s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.

Ils étudient également les moyens d’aider l’opposition libyenne à surmonter ses problèmes de liquidité et lui fournir «une aide politique importante en coulisse», ont-elles dit.

L’un d’elles a souligné que la contribution des Occidentaux n’était qu’un «engagement» et n’était «en aucun cas une manière d’imposer» une solution au Conseil national de transition (CNT), organe politique représentant les rebelles qui est basé à Benghazi (est).

Trois envoyés occidentaux se sont entretenus ces derniers jours avec les rebelles: Antoine Sivan, diplomate français ayant servi en Irak et au Qatar, Christopher Prentice, ambassadeur de la Grande-Bretagne en Italie et qui a travaillé en Irak, Jordanie et au Soudan, ainsi que Chris Stevens, diplomate américain qui a travaillé à l’ambassade des Etats-Unis à Tripoli.

Aucun de ces diplomates n’a évoqué publiquement les conclusions des discussions avec les rebelles mais leurs délégations et le porte-parole du CNT ont indiqué que les puissances occidentales étaient satisfaites des aspirations démocratiques des insurgés.

Les inquiétudes relatives à des infiltrations d’Al-Qaïda dans le mouvement rebelle, exprimées notamment par Washington, ont également été écartées durant les pourparlers, selon les sources.

Ces assurances ont renforcé la tentative du CNT d’être reconnu sur le plan international comme seul représentant du peuple libyen, comme l’ont déjà fait la France, le Qatar et l’Italie.

Source: bienpublic.com

  • Jean MOLINS

    L’attitude de certains hommes politiques ferait croire qui sont atteins du mal de la rage.
    L’Afghanistan, La Côte d’Ivoire, La Lybie… Nous imposer l’énergie mortuaire du nucléaire. Supprimer 17.000 postes dans l’Education Nationale, en créer 4.000 pour les centres pénitenciers… Et nous, moutons d’un troupeau malmené, devons subir le prix et les foudres des victimes d’une politique propre d’un certain Bush de triste mémoire.
    Tiens, celui qui en 2007 a accueilli dans sa résidence privée, notre glorieux Président de la République, récemment élu. Comme quoi, la nature crée et les hommes se trouvent comme par hasard.

  • http://fr.sott.net

    FRANCE-ROYAUME-UNI / « Aube de l’Odyssée » – c’est rebaptisé, à présent… !
    Ils vont aider la LIBYE en plaçant les MARINES sur leur sol. Les RUSSES n’apprécieront pas – les CHINOIS à l’arrière !
    ———————————————————————————-
    Manlio DINUCCI – Il Manifesto – Traduit par Marie-Ange PATRIZIO pour Mondialisation.ca

    Depuis que l’OTAN, le 31 Mars 2011, a pris le Commandement de la Guerre en LIBYE, rebaptisée :
    – « Opération Protecteur Unifié »,
    sa Task force conjointe, dont le quartier général est à Naples, a effectué plus de
    1.500 raids aériens, c’est-à-dire : plus de 150 par jour.
    Y participent – avec les chasseurs bombardiers anglais Typhoon,
    les français Mirage et Rafale,
    et d’autres avions- des avions étasuniens passés de l’US Air Force à l’OTAN.
    Parmi ceux-ci les A-10 Thunderbolt et AC-130 Specter, dotés de canons qui tirent jusqu’à 6.000 projectiles à la minute, en majorité à l’uranium appauvri.
    Participe aussi à l’opération, avec le bombardier stratégique B-2 Spirit d’attaque nucléaire qui a frappé Tripoli avec des bombes non-nucléaires d’une tonne chacune, le sous-marin Uss Florida de la classe Ohio : doté de 24 rampes de lancement pour missiles nucléaires Trident, il est maintenant armé de 154 missiles Tomahawk non-nucléaires (mais avec une tête à l’uranium appauvri) et transporte 100 commandos qui effectuent des incursions en mini-sub.
    Tout cela pourtant ne suffit pas.
    Le contre-amiral britannique Russell Harding, commandant-adjoint de l’opération, a déclaré dans une conférence de presse à Naples que les bombardements aériens et navals ont réduit de 30% la capacité militaire libyenne, rendant l’aviation inopérante, et réduisant fortement les défenses anti-aériennes.
    Mais il a ajouté que les forces gouvernementales ont recours à des « tactiques non conventionnelles », en se mêlant au trafic routier.
    Les accusant ainsi d’être eux-mêmes les responsables du fait que les avions OTAN ont touché des forces rebelles, en les prenant pour ennemies.
    Dans une audition au Sénat, à Washington, le général Carter Ham, chef du Commandement Africa qui a conduit l’opération avant que le Pentagone ne la passe à l’OTAN, a confirmé que les USA ont mis à disposition de l’Alliance des avions de combat, comme les puissantes canonnières volantes AC-130 : mais malgré tout cela, la situation sur le terrain reste bloquée.
    Les attaques aériennes et navales OTAN en soutien aux forces rebelles n’arrivent pas à permettre à celles-ci d’avoir le dessus sur les forces gouvernementales, car elles sont numériquement et militairement inférieures.
    En même temps, les préoccupations vont croissant quant à la fourniture d’armes aux rebelles, étant donnée la présence de groupes d’Al Qaeda dans leurs rangs.
    Le général Ham retient ainsi que :
    – « l’utilisation d’une force terrestre internationale constitue un plan possible pour soutenir les rebelles libyens ».
    Mais, prévient le général Ham, les conditions ne sont pas idéales pour envoyer des troupes étasunienes sur le sol libyen : le président Obama a exclu à plusieurs reprises cette possibilité, et cet envoi susciterait des réactions dans le monde arabe.
    Il convient, en outre, de considérer que, si des forces étasuniennes étaient employées trop longtemps en Libye, cela aurait des effets négatifs à long terme pour d’autres Missions.
    Nombre de ces troupes se préparent à partir en AFGHANISTAN, ou en sont à peine revenues.
    Le Général HAM conclut donc :
    – « Il est important que les U.S.A. donnent cette charge à l’OTAN ».
    Nous sommes donc avertis : sous peu l’APPEL aux ARMES pourrait arriver AUSSI aux troupes ITALIENNES.
    Fassent nos « Volontaires » à Nous, ceux qui soutiennent la Guerre, que les troupes ITALIENNES débarquent à TRIPOLI le 5 Octobre : elles pourront ainsi célébrer le Centenaire de l’Entreprise Coloniale ITALIENNE en LIBYE.