Le sarcophage en béton de Tchernobyl est sur le point de s’effondrer [Vidéos]

Pas de quoi paniquer quand on sait que c’est le premier sarcophage construit dans l’urgence, qui a été recouvert depuis, par « l’Arche de Tchernobyl ». Il n’en demeure pas moins que sous ces « couvercles », c’est toujours l’enfer. On peut dire merci aux dizaines de milliers de « liquidateurs », qui ont donné leurs vies pour sauver les nôtres. Il nous reste Fukushima mais, c’est une autre histoire qui durera elle aussi, des centaines de milliers d’années, en attendant « la plage de Fukushima ré-ouverte 8 ans après la catastrophe !« . On comprend les autorités qui nous vantent les mérites de l’électricité la moins chère (ça se discute s’il faut renflouer EDF et ses déboires à coups de milliards avec l’EPR) grâce aux 19 centrales et aux 58 réacteurs qui sont disséminés sur notre sol, et leurs « incidents » divers et variés qui devraient nous garder en alerte, mais comme nous sommes les « meilleurs », rien à craindre… Jusqu’au jour où… Partagez ! Volti

******

Auteur Jonathan Paiano pour TrustMyScience enrichit par Aphadolie

La centrale de Tchernobyl et sa structure de confinement externe. | Solar Chernobyl (Facebook)
Un démantèlement est prévu

L’accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl n’est désormais plus à présenter. La catastrophe nucléaire est considérée comme la pire de l’histoire de l’humanité, faisant des dizaines de milliers de morts et provoquant autant de cancers et de maladies liées à l’exposition aux radiations. Aujourd’hui, le sarcophage en béton couvrant les restes du réacteur 4 doit être démantelé, car il est sur le point de s’effondrer.

Le 26 avril 1986, le cœur du réacteur nucléaire 4 de la centrale de Tchernobyl a explosé lors d’un essai de sécurité de routine, envoyant des panaches de matière radioactive dans l’atmosphère. L’explosion et les incendies ont provoqué, aidés par le vent, une contamination généralisée dans toute l’Europe.

Moins de deux mois après la catastrophe, des dizaines de milliers de travailleurs soviétiques sont entrés en action pour construire un “sarcophage” autour du réacteur — un revêtement massif en béton, afin d’y contenir les matières radioactives comme le corium, l’uranium et le plutonium.

Le processus a exposé de nombreux employés à des niveaux dangereux de rayonnement, et au moins 31 membres des équipes sont morts d’une maladie aiguë due aux radiations.

Bien entendu, le revêtement avait été conçu pour être robuste et durable. Il repose sur 400’000 mètres cubes de béton et environ 7300 tonnes d’acier. Cependant, en raison de l’urgence de la situation et des niveaux de radioactivité élevés, la construction a été légèrement précipitée. Pendant que les travailleurs se démenaient pour contenir les dégâts sans se blesser, ils n’ont pas réussi à sceller correctement les joints de la structure.

Ils n’ont également pas eu le temps de fermer les trous des plafonds, ce qui a permis à l’eau d’entrer et à la corrosion de s’installer. Aujourd’hui, le démantèlement complet du sarcophage est devenu indispensable, avant qu’il ne s’écroule.

La société ukrainienne qui gère la centrale nucléaire de Tchernobyl, SSE Tchernobyl NPP, a déclaré dans un communiqué que les évaluations d’experts ont révélé que le sarcophage avait une probabilité “très élevée” de s’effondrer. Seule la gravité a gardé la structure sur ses blocs de soutien, précise la compagnie.

Ainsi, le 29 juillet, elle a signé un contrat de 78 millions de dollars US avec une entreprise de construction. Le but, démanteler entièrement le sarcophage d’ici 2023.

Schéma montrant le sarcophage en béton et la structure de protection métallique externe, appelée « arche de Tchernobyl ». Au fond, les résidus hautement radioactifs du réacteur 4. Crédits : Thesun.co.uk

À l’aide de grues robotisées, les ouvriers devront renforcer le sarcophage pendant le démontage. Les pièces seront ensuite nettoyées et expédiées pour être recyclées ou éliminées.

« Le retrait de chaque élément augmentera le risque d’effondrement de l’abri, ce qui entraînerait à son tour le rejet de grandes quantités de matières radioactives. », a déclaré la société dans le communiqué.

Mais les radiations qui seraient libérées ne se retrouveraient certainement pas dans l’atmosphère, contrairement à ce qui s’était produit durant la catastrophe en 1986. Au cours des neuf dernières années, le gouvernement a fait construire une arche de 32’000 tonnes autour du sarcophage en béton. Ses pièces ont été assemblées en Italie, puis livrées sur le chantier par 18 navires et 2500 camions.

L’arche, connue sous le nom « d’arche de Tchernobyl » ou plus techniquement de “Nouvelle structure de confinement sécuritaire”, a été amenée, sur roues, à son emplacement final en 2016. À cette date, la structure est devenue le plus grand objet terrestre jamais déplacé par des humains. Elle fait 108 mètres de haut pour une largeur de 162 mètres.

La nouvelle structure de confinement (l’arche de Tchernobyl), placée autour de la zone critique. Crédits : Cleantechnica

Grâce à cette immense structure d’acier, la zone devrait rester confinée pendant un autre siècle, ce qui donnera aux travailleurs suffisamment de temps pour assainir le site. Une fois le sarcophage en béton démantelé, les ouvriers commenceront la tâche gargantuesque visant à nettoyer les déchets radioactifs qui subsistent encore au niveau du réacteur 4.

Le processus consistera à aspirer les particules radioactives et à éliminer le mélange de “lave” qui s’est formé lorsque les travailleurs soviétiques de l’époque ont déversé du sable, du plomb et du bore dans le réacteur en feu.

Ces efforts devraient se poursuivre jusqu’en 2065. D’ici là, les scientifiques estiment que les radiations causées par l’accident auront entraîné plus de 40’000 cas de cancer.

TrustMyScience

Compléments vidéos et sources complémentaires Aphadolie

VINCI Construction

European Bank for Reconstruction and Development

Pour rappel : Tchernobyl, le mensonge au journal TF1 (1986)

Et au cas zou!!!

Si une bombe nucléaire venait à exploser, voici les éléments de survie nécessaires à emporter avec vous !

Tchernobyl : une observation inédite de la Forêt rouge révèle d’importants hotspots radioactifs

L’origine du mystérieux nuage radioactif qui a recouvert l’Europe en 2017 enfin déterminée

Ça s’est passé en février 2019 :

Quelqu’un a déposé des seaux de minerai d’uranium radioactif dans un musée populaire du Grand Canyon

Nous voilà rassurés !!

4 commentaires