Écologisme par Patrick Aulnas : la nouvelle tentation totalitaire. Contrepoints..

Peu de chance que cet article paraisse dans un média subventionné. Alors que les jeunes et moins jeunes prônent la désobéissance face au danger du « réchauffement climatique », d’autres y voient par le biais de l’idéologie écologiste, une menace pire que le marxisme. Qui tire profit de cet engouement pour la protection de la planète, alors que c’était le dernier de leurs soucis dans les années passées ? Proposé par Confucius. Partagez ! Volti

*******

Auteur Patrick Aulnas pour ContrePoints

La campagne pour les élections européennes du 26 mai 2017 en France a déjà commencé et elle offre l’occasion de faire le point sur l’état de la politique. Dans les périodes pré-électorales, les propositions sont en effet formalisées et vulgarisées par les partis de manière à séduire les électeurs. Il s’agit toujours de recueillir des voix pour obtenir des postes en prétendant améliorer le sort du vulgum pecus.

Les médias sont de la partie et organisent des spectacles qualifiés débats où s’affrontent verbalement les candidats. Ceux-ci ont seulement pour mission de s’affirmer en tant que personnalité politique et médiatique. Personne n’apprendra donc rien sur le fond car il s’agit pour les intervenants d’être de bons comédiens possédant leur rôle.

Un seul credo : intervenir davantage…

Au vu des premières escarmouches, le pessimisme s’impose. Les politiciens ou apprentis politiciens veulent tous accroître leur pouvoir dans le futur. De l’extrême-gauche à l’extrême-droite, tout le spectre politique n’envisage qu’un avenir : légiférer, réglementer, fiscaliser. Les objectifs ne sont pas exactement les mêmes, mais les moyens sont ceux… de la politique, c’est-à-dire l’accroissement sans fin de la puissance du pouvoir. On s’en doutait légèrement bien sûr, mais le test grandeur nature, répété à chaque élection, fait toujours naître la stupéfaction, sinon la sidération.

…selon des modalités variables …/…
L’écologie, une opportunité politicienne pour tous …/…
Sous la lourde chape d’un nouveau dogme totalitaire …/…

Lire l’article complet

Source Contrepoints

Voir aussi :

Climat : 22 vérités qui dérangent…

Réflexions hétérodoxes sur le réchauffement climatique

À propos:

Patrick Aulnas
rivagedeboheme.fr
Diplômé d’études supérieures de droit public, ancien professeur agrégé d’économie-gestion, Patrick Aulnas est aujourd’hui blogueur et essayiste.

Un commentaire

  • Avatar sombre

    Bon ben évidemment j’ai lu ce torchon et évidemment je trouve que c’est de la merde. Quelques phrases (mais j’aurais pu citer tout le texte) :

    « le politique doit dominer science et technologie. La liberté de la recherche et de la création n’est plus acceptable. Seuls les politiciens savent ce qu’il convient de laisser émerger de l’intelligence humaine. »

    – Est-ce qu’il laisse sous entendre que l’inverse, la science et la technologie qui domine le politique, serait plus adapté ? Comme le reste de son texte, c’est très flou.
    La liberté de recherche et de création … plus acceptable ? C’est à dire ? Ont peut avoir un exemple ?
    Quand à ce qui convient d’émerger, ce n’est pas tant le politicien que le consommateur qui fait loi – quand ce qui émerge de l’intelligence humaine est monétisable en tout cas.

    « Allons-nous replonger dans l’obscurantisme avec le dogme écologiste ? Avons-nous perdu cette foi en l’Homme et en ses capacités à se dépasser qui a permis à des milliards d’êtres humains de sortir de l’antique fatum qui se matérialisait par la précarité et la pénurie pour l’écrasante majorité de l’espèce humaine ? »

    -Obscurantisme : Attitude de ceux qui s’opposent à la diffusion de l’instruction, de la culture. Donc quel est le putain de rapport ? C’est plus crédible de taxer d’obscurantisme les climato-sceptique, puisqu’ils s’oppose au savoir.
    Quand à l’humain qui aurait perdu ses capacités à bla bla bla … c’est vraiment de la branlette intellectuelle.
    Vu le défi des sociétés à lutter contre la pollution / le changement climatique, les capacités de l’homme à se dépasser seront bien utile. Quand à la précarité et la pénurie, c’est rigolo venant d’un mec qui explique que les écologistes ont peur de la fin du monde … lui peut jouer de l’émotionnel en évoquant la peur de manquer, mais ça serait déplacé venant des écolos ?
    Petit rappel : le changement climatique pourrait engendrer précarité & pénurie alimentaire. Le fonctionnement actuel de nos sociétés les engendres déjà, mais bon le tiers-monde ont s’en bat les couilles ?

    « La politique ne nous promet plus que régression et contraintes nouvelles. Elle ignore pitoyablement l’essentiel. Dans les laboratoires jaillit l’intelligence artificielle, le génie génétique, l’informatique quantique. L’intelligence, singularité de l’espèce humaine, est plus créative que jamais et nous permettra de franchir des étapes nouvelles qui n’intéressent pas les politiciens, emprisonnés dans le court-terme électoral. »

    – Les scientifiques sont les premiers à mettre en garde contre la pollution & le changement climatique. Se référer à leurs intelligences pour se faire passer pour plus malin que ce qu’on est, je trouve ça assez pitoyable. Quand à la l’intelligence, singularité de l’espèce humaine … ? Il est rester bloqué au moyen-âge ? Pour info : l’homme est loin d’être la seul espèce sur terre douée d’intelligence.

    Bref je vais pas copier-coller ici tout son texte mais le reste est du même acabit et pour moi ça vaut peau de balle. Je lui accorde à la limite du crédit avec le fait que les partie politiques font mine d’intégrer la question écologique mais que ça reste un faux semblant, mais même lorsqu’il aborde cela il le fait avec des exemples tellement mal choisis que ça perd tout sens logique.