La Grande-Bretagne se prépare désormais officiellement pour une guerre contre la Russie…

Si nous ne voulons pas finir en chaleur et en lumière, il serait grand temps que les peuples se bougent et signifient à leurs dirigeants, qu’ils en ont ras le bol de leurs conneries. La moitié de la planète crève de faim et de soif, plusieurs pays sont détruits, les pays d’Occident voient la misère enfler, des milliers de migrants dont le pays a été pulvérisé économiquement ou militairement, sont en passe de déstabiliser nos pays, nos services publics sont en voie de disparition au profit du privé, notre patrimoine est bradé au plus offrant, nous sommes étranglés de taxes et impôts et le pompon serait qu’on entre en guerre ? On les savait psychopathes, à présent, ils pensent pouvoir jouer avec la vie de leur peuple quitte à détruire l’humanité. Et comme beaucoup, la France fait partie de l’OTAN, (une entourloupe du sarko) donc.. Continuons à faire la part belle aux dépravés sexuels et à la migration incontrôlable, aux programmes débiles etc.. Pendant ce temps, ils agissent et pas pour notre bien (ni pour le leur, mais l’ego et le pouvoir sont des boosters puissants). Pour l’instant ce ne sont que des mots et des projets, souhaitons que ça ne se transforme pas en maux car, personne ne sera gagnant.

Mercredi 21 février, le ministre britannique de la Défense, le conservateur Gavin Williamson, a annoncé que le Royaume-Uni changeait sa stratégie de défense principale, passant d’une stratégie ciblant les terroristes non gouvernementaux (Al-Qaïda, etc) à une stratégie ciblant trois pays : la Russie, la Chine et la Corée du Nord.

Il a reconnu qu’une augmentation massive des dépenses militaires sera nécessaire à cette fin, et que des « économies » devront être réalisées dans d’autres domaines de dépenses gouvernementales, comme les services de santé, et les dépenses militaires contre le terrorisme.

Le titre du London Times du 22 février était « La Russie est une plus grande menace pour notre sécurité que les terroristes ». Leur rédactrice en chef concernant la Défense, Deborah Haynes, y écrivait que :

« La menace que représentent des États comme la Russie et la Corée du Nord pour la Grande-Bretagne est plus grande que celle que représente le terrorisme, a déclaré hier le secrétaire à la Défense, ce qui marque un changement important dans la politique de sécurité.

Gavin Williamson a laissé entendre aux députés que plus d’argent et un changement dans la structure des forces armées seraient nécessaires dans le cadre d’une révision de la défense pour relever le défi d’un conflit entre États, ce que la Grande-Bretagne n’a pas eu à envisager depuis une génération…

C’est un changement par rapport à la stratégie de sécurité nationale publiée en 2015, qui a d’abord inscrit le terrorisme international sur la liste, et qui s’inscrit dans le droit fil de la décision prise le mois dernier par les États-Unis de déclarer la « concurrence stratégique » de pays comme la Chine et la Russie comme son principal objectif plutôt que de lutter contre le terrorisme…

Il a décrit « l’affirmation accrue » du Kremlin, comme une multiplication par dix de l’activité de ses sous-marins dans l’Atlantique Nord, une présence russe croissante dans la région méditerranéenne et son implication dans la guerre en Syrie. Mais vous voyez alors de nouvelles nations qui commencent à jouer un rôle plus important dans le monde, comme la Chine…

Interrogé sur la question de savoir si M. Williamson admettait que cela aurait un effet indirect sur la façon dont les forces armées britanniques étaient structurées et sur leur état de préparation à la guerre, M. Williamson a répondu « Oui, c’est le cas ». »

Tout comme ce qui s’est passé lorsque le Premier ministre britannique Tony Blair a fait de son pays le chien de garde du président américain George W. Bush lors de l’invasion de l’Irak en 2003, la Première ministre britannique Theresa May a fait de son pays le chien de garde du président américain Donald Trump dans les invasions à venir, de la Corée du Nord, de la Russie et de la Chine.

La presse aux États-Unis et dans les pays alliés (comme le Royaume-Uni) pourrait avoir de la difficulté à convaincre leurs populations que l’augmentation des dépenses militaires afin de conquérir la Russie, la Chine, la Corée du Nord et – comme le président américain Trump souhaite également l’inclure – l’Iran (mais il va probablement utiliser l’allié américain qu’est Israël pour cette partie de l’opération), pourrait être difficile, car, par exemple, le même jour, le 22 février, Gallup a rapporté que 59 % des Américains désapprouvent Trump (et 37 % l’approuvent) sur la question des « relations avec la Russie », et si on revient au 23 mars 2017, Public Integrity titrait « Le public est favorable à la réduction des dépenses de défense, pas d’ajouter des milliards de plus, constate un nouveau sondage » et il y était écrit que :

« Le budget proposé par le président Trump pour 2018 ne suit pas l’opinion publique, selon un nouveau sondage.

Le sondage, réalisé par le Programme de Consultation Publique (PCP) de l’Université du Maryland, a révélé que même si Trump a proposé une augmentation de 54 milliards de dollars des dépenses fédérales pour les forces armées, la majorité des Américains préfèrent une réduction de 41 milliards de dollars. Alors que Trump a proposé une augmentation de 2,8 milliards de dollars pour la sécurité intérieure, une majorité d’Américains est favorable à une réduction de 2 milliards de dollars…

Les propositions de Trump étaient en contradiction avec les préférences des républicains et des démocrates…

La majorité des personnes interrogées au sein du parti républicain ont déclaré qu’elles souhaitaient maintenir le budget de défense dit « de base », ou principal, au niveau actuel, bien qu’elles soient favorables à une réduction de 5 milliards de dollars des dépenses concernant le budget pour les « opérations des contingents à l’étranger », notamment en Afghanistan et en Irak…

Ces résultats, à leur tour, étaient étonnamment semblables aux conclusions d’une enquête menée en 2012 par le Centre pour l’Intégrité Publique, le PCP, et le Centre Stimson, un groupe d’étude à but non lucratif sur les politiques de Washington. Lorsqu’on a demandé aux participants de cette enquête ce qu’ils feraient du budget de la défense de base d’Obama, la majorité des participants étaient favorables à une réduction d’au moins 65 milliards de dollars, passant de 562 à 497 milliards de dollars… »

La situation risque d’être encore plus difficile au Royaume-Uni, où, selon un sondage de Gallup en 2017, comme indiqué dans leur « Classement des Dirigeants Mondiaux : 2018 », les habitants du Royaume-Uni à qui on a demandé « Approuvez-vous ou désapprouvez-vous les performances professionnelles des dirigeants des États-Unis ? » ont été 63 % à désapprouver et 33 % à approuver, et l’approbation nette (-30%) a diminué de 26 % par rapport à la notation du précédent président, Obama (-4%), en 2016.

Par conséquent, pour que les dirigeants y parviennent, il faudra qu’il y ait un divorce total, même de la prétention d’être des « démocraties », car, sur la base d’une décision si importante quant à savoir s’il devrait y avoir ou non une troisième guerre mondiale (et, si c’est le cas, si l’Iran devrait y être une cible), il ne serait possible d’aller à l’encontre de l’écrasante majorité de l’opinion publique que dans ce qui est effectivement une dictature (ce qui a été scientifiquement prouvé pour les États-Unis). Donc : il sera difficile d’y parvenir, mais au moins aux États-Unis – qui est une dictature avérée – c’est possible.

Alors que la presse, à la fois aux États-Unis, et au Royaume-Uni, a délibérément gonflé les mensonges du gouvernement, affirmant que, selon l’AIEA, Saddam Hussein n’était qu’à six mois de posséder des armes nucléaires, ils pourraient ne pas le faire cette fois-ci contre des pays réellement dotés d’armes nucléaires, parce qu’il n’y a probablement pas encore, ni dans un proche avenir, suffisamment de bunkers de milliardaires souterrains profonds – comme ici, et ici, et ici, et ici, et ici, et ici, et ici, et ici, et ici, et ici, et ici – pour les protéger des explosions nucléaires, et encore moins quoi que ce soit pour protéger quiconque contre l’hiver nucléaire et la famine mondiale qui en résulteraient.

Ainsi, peut-être, l’avidité atteindra-t-elle enfin ses limites : l’auto-préservation pure et simple. C’est une chose quand un pays étranger, comme l’Irak – ou la Libye, ou la Syrie, ou le Yémen – est détruit, mais c’en est une autre quand le monde sera lui-même détruit. Le degré de folie que le complexe militaro-industriel suppose aujourd’hui parmi le grand public pourrait tout simplement ne pas exister.

Enfin, les entreprises de fabrication d’armes des gouvernements occidentaux pourraient devoir faire face à la chute brutale de leurs valeurs boursières, que toutes méritent tant, et qui a déjà été retardée pendant des décennies – depuis au moins 1991, quand l’Union soviétique, son communisme et son alliance militaire avec le Pacte de Varsovie ont tous pris fin, et que tout ce qui reste disponible en tant qu’épouvantails qui doivent être tués pour « sauver le monde » c’est : la Russie, la Chine, la Corée du Nord – et peut-être (si les Saoudiens et Israël veulent faire ce qu’ils veulent), l’Iran.

Ce qui n’est pas encore clair c’est quand – si jamais – les pays « démocratiques » occidentaux (les États-Unis et leurs alliés, les milliardaires qui s’y trouvent) atteindront la limite de leur cupidité impériale. Mais si le monde est leur limite, alors il n’y a pas de limite du tout, parce que le monde lui-même prendra fin avant que cette limite soit atteinte. Et maintenant, ce n’est pas seulement Donald Trump qui ouvre la voie, mais Theresa May s’est jointe à sa marche somptueuse vers l’anéantissement mondial.

Eric Zuesse

Note de la traductrice : Je suis personnellement beaucoup moins optimiste que l’auteur concernant la propension des journalistes à ne pas suivre le mouvement par peur de l’anéantissement mondial. Il suffit de repenser à cet article de The Economist qui appelle peu ou prou à déclencher la guerre contre la Russie et la Chine car ces pays contestent l’hégémonie américaine, pour se rendre compte que les journalistes des médias de masse ont perdu tout sens commun, et sont incapables d’appréhender les réelles conséquences de leurs appels à la guerre.

Source : Strategic Culture
Traduction : Christelle Néant pour DoniPress

Suivez DONi Press en français sur Telegram pour être sûr de ne jamais rater d’information.

21 commentaires

  • mirzabad mirzabad

    Salut LME

    Van rensburg… Il s’en passe de plus en plus dans le sens des prédictions qu’il a faites…

    http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/l-homme-spirituel/un-vrai-prophete-le-cas-nicolaas-van-rensburg.html

    • donarmando

      Ha bon ben les anglais ont raison alors de vouloir se protéger des russes non ?

      Quoiqu’il en soit je trouve juste curieux que l’allemagne attende que ces amis voisins se fassent tailler en lambeaux pour sortir du chapeau leur super arme et remettre de l’ordre en europe… Si c’est le cas ne serait-ce pas une façon déguisé de laisser détruire par l’autre ce qu’ils ne peuvent pas faire aux yeux de tous ? …

      Bref entre ca et les prophéties de nostradamus, pauvres français que nous sommes nous allons en baver…

    • Graine de piaf Graine de piaf

      Tu as raison Mirzabad, mais ne dit-on pas « un homme averti en vaut deux » ? seulement qui croit aux prédictions ? pas grand monde, sinon rien n’est jamais fixé dans le béton, on pourrait éviter bien des malheurs et des catastrophes, mais non on fonce dedans tête baissée ne voulant absolument pas tenir compte des avertissements traités comme des fariboles… donc on a ce que l’on mérite ce ne sera plus le temps de pleurer, on aurait pu tout éviter…

  • En parallèle l’Ukraine empêche les journalistes étrangers de faire leur travail.
    Et nous n’entendons pas gémir et pleurer ‘ »eporters sans frontiere. » puisque Soros et la NED ne les ont pas autorisés a sortir les mouchoirs.

    https://translate.google.com/translate?sl=en&tl=fr&js=y&prev=_t&hl=fr&ie=UTF-8&u=https%3A%2F%2Fdnipress.com%2Fen%2Fposts%2Fukraine-hinders-foreign-journalists-work-in-donbass%2F&edit-text=&act=url

    « Le 14 février 2018, au point de contrôle d’Alexandrovka, la partie ukrainienne a interdit aux journalistes du journal autrichien WIENER Zeitung d’entrer sur le territoire de la République populaire de Donetsk. Après de longues vérifications qui ont confirmé la disponibilité de tous les documents nécessaires, les représentants du journal ont été invités à venir le matin. Les citoyens étrangers n’ont pas encore eu l’occasion de traverser la ligne de contact le lendemain. Les raisons du refus n’ont pas été précisées.

    De la part de l’Ukraine ce n’était pas le premier cas d’obstruction délibérée de l’activité journalistique. En septembre 2017, le service de sécurité ukrainien a arrêté des journalistes de l’agence de presse PIK (Bulgarie). Ils ont été humiliés, soumis à la pression et à l’extorsion pendant une journée. Les représentants de l’agence l’ont déclaré dans une lettre officielle adressée au ministère de l’Information du DPR. L’Ukraine craint la vérité et met tout en œuvre pour éloigner les journalistes étrangers du Donbass.

  • Il ne faut pas baisser la garde, et continuer à évoquer toutes les possibilités pour s’y préparer autant que possible.

  • ROY

    La Grande Bretagne se prépare à la guerre contre la Russie ?
    Je crains que ceux qui dirigent actuellement le Royaume Uni sont bons à mettre d’urgence en psychiatrie. Il y va de l’intérêt général à tous.
    Ne portons aucune valeur aux propos tenus par des irresponsables.
    Notre planète est malade de ces guerres qui portent atteintes à l’équilibre environnemental ! Si le temps est de plus en plus détraqué n’allez pas trop loin chercher les coupables.

  • Thibaultraa

    J’ai un compte, je ne l’utilise jamais.

  • Rik22

    Encore un hochet pour tromper les peuples.
    Les grandes mafias occidentales ont asservi leurs pays, seuls de grands pays indépendants leur font encore de l’ombre aujourd’hui et pourraient dénoncer leurs exactions.
    Et une fois encore, tout est réellement parti du 11 septembre où le mensonge d’état fut relayé par tous les médias occidentaux.
    Et aucun grand pays même indépendant n’a osé officiellement dénoncer ce false flag, laissant les usa déclencher des guerres d’usure en direction officiellement des sources de pétrole, mais en réalité en attaquant ces zones, les usa ont affaibli un grand nombre d’organisations en devenir sur la scène internationale, consolidant la position de leurs alliés d’avant 2001 (si on fait le bilan).
    Quelques grands pays seraient en train de s’affranchir du dollar, or la chute des transactions au quotidien ne permettra plus de supporter la dette des usa qui vont éponger dans les dettes de leurs pays vassaux (dont la France déjà bien asservie par ses flamby successifs, n° 3 en course actuellement).
    D’une certaine manière, comme l’avait diagnostiqué E. Chouard, les peuples occidentaux vont payer le fait d’avoir laissé les mafias prendre le pouvoir politique. Les forces de résistance officielles (jadis appelées syndicats) sont aujourd’hui toutes noyautées, et les maquisards auront fort à faire face aux nouvelles technologies.
    Voilà un raisonnement possible devant un tel article « La Grande-Bretagne se prépare désormais officiellement pour une guerre contre la Russie » mais c’est du vent… les armes nucléaires ne permettent plus de confrontations d’envergure, les mafias sont obligées de se partager le gâteau et les troupeaux de peuples.

  • engel

    « On ne pouvait pas savoir… »
    …Tout est déjà écrit, seuls les simplets seront surpris.

  • Balou

    5 pays se seraient accordés sur le recoupage du Proche-Orient lors d’une «réunion secrète»

    Tandis qu’une «réunion secrète» d’un groupe de cinq pays préoccupés par l’avenir de la région proche-orientale a été évoquée par certains médias, l’ex-ambassadeur turc à Paris et Tripoli Uluç Özülker explique dans un entretien à Sputnik que les parties auraient parlé d’un recoupage du Proche-Orient et précise les détails de la rencontre.

    https://fr.sputniknews.com/international/201802281035330055-reunion-secrete-proche-orient/

    • kalon kalon

      De bien belles crapules, tout ces gens qui se préparent à génocider des milliards d’humains et à transformer ceux qui restent en « humanoïdes !
      Mais que reprocher à Bill Gate face au deal qui lui a été proposé ?
      « Soit tu meurs, toi et ta famille, soit on te permet de devenir milliardaire !  »
      Alors, la pilule bleue ou la pilule rouge ? https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

  • kalon kalon

    Erreur : les Anglais ne préparent aucune guerre contre les Russes !
    Ce sont les financiers anglo-sionistes qui préparent le cerveau des Anglais à aller se faire tuer pour défendre leur système financier !
    Cela s’est passé de la même manière en 14-18 et en 40-45
    La nuance est d’importance ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif
    Et comme d’habitude, Washington préfère
    que ce soient les Européens qui aillent au casse pipe à sa place !
    « Les USA préparent les Européens à l’utilisation d’armes nucléaires contre la Russie »
    https://fr.sputniknews.com/russie/201802281035319573-militaires-us-armes-tactiques-europe-russie/

    • engel

      …Et le « libre arbitre » et « l’intelligence » dans tout ça ?

      On est responsable de sa connerie quand d’autres moyens d’informations permettent une autre vision des choses!

      C’est pourquoi cette fois-ci, à contrario des deux GM précédentes, les peuples en porteront AUSSI la responsabilité.

  • .article35. .article35.

    Bonjour à tous.
    Puisqu’on parle de guerre, voilà enfin une bonne nouvelle.
    « Plus de 70 % des Américains en âge pour l’armée inaptes au service en raison de problèmes de santé  »
    http://echelledejacob.blogspot.fr/2018/03/plus-de-70-des-americains-en-age-pour.html#more
    « Et le combat cessa faute de combattants « https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif
    Pour un pays qui a connu 225 années de guerre sur ses 242 d’existence , ça peut pas faire de mal.

    • engel

      Bonjour Article 35,

      C’est une des raisons, voir la raison pour laquelle cette guerre(si elle a lieu) sera OBLIGATOIREMENT nucléaire.

      Faute de quoi, les USA n’ont absolument aucune chance face au rouleau compresseur humain de la Chine, voir même celui de la CdN.
      Sans parler des russes qui eux ont déjà fait leurs preuves dans de telles circonstances.

      …C’est malheureusement évident.
      https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

      • .article35. .article35.

        Salut à toi Engel.
        Je pense aussi que cet état de fait n’est pas étranger au fait que la DARPA est à fond dans la robotique de combat . Après les drones , on verra sans doute des armées de robots télécommandés depuis des caissons en zone sécurisée par de grassouillés post- ados spécialistes de jeux vidéos . Le principe du drone peut s’appliquer à tous les engins motorisés.
        Mais si les progrès sont moins rapides que les évènements j’ai bien peur que tu ais raison sur la probabilité d’un conflit nucléaire . Dans ce cas : TOUS PERDANTS .
        Bonne soirée

  • Flo500

    Ils devraient plutôt entrer en guerre contre ceux qui leur ont déjà déclaré la guerre. A savoir :

    1 – La Communauté européenne qui trouve toutes les subtilités pour empêcher l’Angleterre de sortir de l’Europe, notamment une pénalité de 50 milliards d’euros.

    2 – Georges Soros, qui avait déjà attaqué la banque d’Angleterre lui faisant perdre plusieurs milliards de livres.

    3 – Le même Georges Soros qui finance les extrémistes féministes dont le seul objectif est d’attaquer les hommes de toutes les façons possibles (notamment par des témoignages mensongers) pour les empêcher de lever même les yeux vers une femme… Le but étant qu’ils s’unissent entre hommes et ainsi contribuent à la réduction de la population.

    4 -Le même Georges Soros qui utilise son immense fortune pour forcer les gouvernements à légaliser le cannabis. Lui-même ayant modifié génétiquement les plants de cannabis pour le transformer en drogue dure. Objectif : détruire les générations tout en réalisant d’immense profits.