Krach d’un avion militaire russe en route pour la Syrie, peut-être l’incident de trop en cette fin d’année…

Indéniablement c’est ce qu’on appelle une très triste nouvelle, une catastrophe au vu du nom des victimes. Sur les 92 passagers qui se trouvaient à bord de l’avion Tupolev-154 qui s’est abîmé ce dimanche matin dans la Mer Noire, se trouvaient 60 membres de l’Ensemble Alexandrov qui faisait partie des chœurs de l’armée rouge. Ceux-ci se rendaient en Syrie pour donner un concert à la base aérienne de Lattaquié, mais également pour participer aux fêtes du Nouvel An sur la base aérienne de Hmeimim suivant d’autres sources.

Le chœur de l’armée rouge étaient au fil du temps un symbole de la nation russe qui a su diversifier son répertoire en faisant évoluer le nombre d’oeuvres à plus de 2000 oeuvres, il est composé actuellement de quelque « 200 chanteurs, musiciens et danseurs. avec un répertoire de plus de 2000, allant des chansons folkloriques ou glorifiant l’URSS à la musique sacrée en passant par les plus grands tubes modernes internationaux, qu’ils interprètent avec des voix puissantes, accompagnées de chorégraphies acrobatiques » comme le précise le journal Le Dauphiné.

Mais la perte ne se limite pas uniquement à cela, puisque nous pouvons également déplorer la perte « de 64 membres de l’Ensemble (note de Benji: le coeur de l’armée rouge), huit militaires dont le directeur de l’Ensemble Valéri Khakhilov, huit membres d’équipage, neuf journalistes, deux hauts fonctionnaires civils et la responsable d’une organisation caritative très connue en Russie, Elizavéta Glinka« .

Les journalistes travaillaient pour trois chaînes publiques de télévision: Pervy Kanal, NTV et Zvezda, et pour l’instant, le nombre d’informations disponibles sur les autres victimes est relativement réduis hormis pour Elizaveta Glinka surnommée Docteur Liza, elle aussi devenue au fil du temps un symbole dans son pays:

La responsable de l’organisation «Aide juste», âgée de 54 ans, devait se rendre à Lattaquié afin de remettre des équipements médicaux à un hôpital, selon le Conseil des droits de l’homme.

Sa fondation a en effet précisé que Glinka «devait remettre de l’aide humanitaire à l’hôpital de l’Université de Tishreen à Lattaquié». sic… Elle était un miracle elle-même, un don du ciel, un message de vertu», a dit à Interfax le chef du Conseil présidentiel pour les droits de l’homme Mikhaïl Fedotov.

«Docteur Liza était chère au cœur de tout le monde pour une raison simple. Depuis des années, presque chaque jour, elle dispensait des soins médicaux préventifs, elle donnait des vêtements, un toit et de la nourriture aux sans-abris. Elle évacuait sous une pluie de balles les enfants malades et blessés du Donbass, pour qu’ils puissent recevoir de l’aide dans les meilleurs hôpitaux de Moscou et de Saint-Pétersbourg. Elle a trouvé un hébergement pour les enfants amputés, pour qu’ils puissent continuer de recevoir des soins de rééducation après leur sortie de l’hôpital. Sauver la vie des autres – c’était sa mission partout : en Russie, dans le Donbass, en Syrie…», a ajouté Fedotov.

 

L’année passée, Glinka a organisé l’évacuation des enfants souffrant de maladies cardiaques qui avaient besoin d’aide médicale d’urgence, du Donbass vers des hôpitaux russes. Les parents et les docteurs ont dit à RT que, à cause de la crise humanitaire sur place, il était impossible de les soigner sur place.

Plus tôt dans le mois, le président russe Vladimir Poutine a décerné le prix de l’Etat pour les réalisations exceptionnelles dans le domaine de la bienfaisance et des activités des droits de l’homme. On a accordé le premier prix à Glinka, elle avait alors souligné qu’elle devait se rendre en Syrie prochainement.

Source et article en intégralité sur Russia Today

Si les chances à l’heure actuelle de retrouver des survivants sont nulles, le média Russia Today signale dans son direct « qu’une opération d’envergure de recherche des corps des victimes de l’avion TU-154 est en cours en mer Noire. Plus de 3 000 personnes et 27 navires ont été déployés sur zone pour repérer les restes de l’appareil« .

Ce que nous pouvons apprendre au fil des articles, c’est que le personnel de bord était composés de membres confirmés, un minimum au vu du prestige de certains passagers, que le monde politique présente ses profondes condoléances suite au crash du Tu-154 et que des dirigeants ou représentants de nombreux pays sur la planète se sont exprimé dans ce sens, et que ce Lundi est déclaré jour de deuil national, sachant que le deuil risque de dépasser les frontières cette fois-ci….

Il ne faut pas négliger une chose extrêmement importante, dans cet avion certains passagers étaient devenus des symboles nationaux, et qu’à l’heure actuelle, avec le nombre de tensions géopolitiques et de conflits entre différents blocs, les doutes sur le « simple accident » sont permis, car la liste des victimes russes commence à s’allonger en un très court laps de temps. Il y a 6 jours à peine, l’ambassadeur russe Andreï Karlov était assassiné à Ankara en Turquie par un tueur était tout sauf solitaire suivant les propos du ministre turc de l’Intérieur.

Une enquête criminelle a officiellement été ouverte pour déterminer si des manquements aux règles de sécurité aérienne sont à l’origine de l’accident, et 3 pistes sont privilégiées: « Pour l’heure, l’enquête privilégie trois pistes principales – une défaillance technique, une erreur de pilotage et un attentat. Comme le juge un expert russe, une situation extrémale aurait pu se produire à bord de l’appareil ».

Personnellement, cela m’a étrangement fait penser à un autre krach impliquant un Tupolev, krach dont le Huffingtonpost.fr fait référence dans son article d’ailleurs, sans trop rappeler qu’il fut à l’origine d’une sacrée polémique d’ailleurs…

« Plusieurs Tupolev-154 ont eu des accidents par le passé. En avril 2010, un appareil de ce type transportant 96 personnes dont le président Lech Kaczynski et de hauts responsables polonais s’était écrasé en tentant d’atterrir près de Smolensk (ouest de la Russie), et tous ses occupants avaient été tués ».

 

17 commentaires

Laisser un commentaire