«Julia InsideTV»: Portrait au vitriol du monde de la télévision

Nous le savons, la télévision a un impact négatif sur la société et sur les foules, mais pas que. En effet, ceux comparant l’information à la télévision et celle disponible sur internet ont vite compris la différence, à quel point l’écran nous prend pour des billes, quand elle n’abrutit pas tout simplement avec des programmes plus qu’affligeant. Ceux qui travaillent à la télévision? Juste des illusions payées pour jouer un rôle, pour divertir, faire semblant, et ne surtout pas montrer la réalité qui pourrait entrainer le moindre mouvement de colère des gens, leur rôle est limité, et en cas d’écart, ils finissent au placard, n’ayant généralement pas le droit de parler de la réalité.

Mais voilà, une voix a commencé à expliquer ce qu’il en était réellement, caché par un anonymat protecteur, mais qui met en avant l’envers du décors, toujours intéressant à connaître. Et après tout, ne faut-il pas connaître la télévision pour mieux la combattre?

old-tvs-video-ss-1920-800x450

Bienvenue dans le monde de «l’odieux visuel» avec «Julia Inside TV». Julia, un nom d’emprunt, est journaliste et productrice depuis une quinzaine d’années et tient maintenant un blog sur les dessous de la télévision. Dans ce blog, elle décrit d’une plume acerbe un monde bien éloigné du strass et des paillettes qu’on lui prête en temps normal. En seulement deux mois, elle a fidélisé près de 80 000 personnes à la lecture de son blog. Véritable Virgile, elle guide son lecteur dans «l’enfer du quotidien des travailleurs de la télévision» et devient le porte-parole d’une véritable souffrance au travail.

Paris Match. Comment vous est venue l’idée de lancer «Julia InsideTV»?
Julia: C’est le résultat logique après 15 ans de carrière. J’ai débuté en tant que « casteuse » dans des émissions testimoniales type « Ca se discute », « Confessions Intimes », Tellement vrai« … J’ai vite été confrontée à la réalité du terrain et à ce qu’il pouvait se passer derrière les caméras. Après quelques temps, j’ai réussi à rentrer dans un vrai magazine d’investigation. Je pensais pouvoir enfin exercer mon métier de journaliste comme je l’avais imaginé.

C’est à ce moment que j’ai connu ma plus grosse désillusion, car je devais faire les mêmes choses, casting des témoins, mises en scène, pour répondre aux critères encore plus « trash » des gens de l’info. Tout ce que l’on me demandait était de porter les préjugés du présentateur ou du producteur dans mes sujets. Je ne le supportais plus  et j’ai eu envie de décrire ce milieu abject, du coup je me suis mise à écrire, à raconter mon quotidien, mes histoires et aussi celles de mes confrères. J’ai compilé toutes mes observations dans un manuscrit, encore confidentiel et j’ai décidé de créer ce blog, « Julia InsideTV » pour voir si ce que je racontais pouvait intéresser les gens qu’ils soient du métier ou non. Et apparemment cela marche, au-delà de mes espérances.

sic…

L’omerta pour règle

Quelles seraient les conséquences si votre identité venait à être révélée?
Dans le milieu de la télévision l’omerta est la règle. Si tu l’ouvres, tu peux vite être « grillé », en général tu es « blacklisté » et tu ne travailles plus. De toutes façons, si tu n’es pas content il y en a dix qui attendent derrière, cela n’incite pas à dire ce que l’on pense. Le jour où mon identité sera découverte, c’est sûr que je vais perdre des contrats, mais ce n’est pas grave, je continuerai à travailler avec ceux qui me connaissent bien, reconnaissent mon travail et comprennent ma démarche. Mais, paradoxalement, plusieurs opportunités se sont ouvertes quand j’ai lancé « Julia InsideTV ». Mon côté polémiste m’offre de nouvelles opportunités de carrière. On me propose, par exemple, des chroniques médias et de nombreux éditeurs m’ont approchée pour publier un livre. Le propre d’un journaliste c’est d’avoir des convictions, alors on a quand même le droit de dire ce que l’on pense et notamment faire savoir que, dans nos métiers, le droit du travail n’est pas respecté.

Quelles entorses sont régulièrement faites au droit du travail?
Il y en a beaucoup. La plus connue reste une pratique très répandue dans les boites de production. Elle consiste à déclarer les journalistes sous le statut d’intermittents du spectacle en tant que réalisateurs. Cela permet de ne les déclarer qu’un jour sur deux, alors qu’ils sont à temps plein évidemment. Le reste du salaire est payé par les indemnités Pôle Emploi Spectacle. Pour les jeunes c’est ça ou pas de contrat du tout.C’est honteux car un jeune comédien ou un technicien, lui, a besoin de ce régime spécifique, mais cette pratique vide les caisses. J’ai côtoyé avec une femme qui travaillait depuis 15 ans dans la même boîte sous ce régime illégal et n’avait aucun scrupule. Il y a vraiment un coup de pied à donner dans ce système. Un autre problème concerne le versement de droits d’auteur. Les entreprises déclarent au smic et complètent avec une rémunération en droits d’auteur, pour alléger leurs charges patronales. Sauf que le jour où l’on se retrouve au chômage, c’est sur la base d’un smic que les indemnités sont calculées.

Des chaînes dirigées par des technocrates

Pour vous, quel est le plus gros problème à la télévision?
Le premier dans la forme c’est que les chaînes sont dirigées par des technocrates qui sortent d’HEC. Ces gens ne sont pas journalistes, ils n’ont aucune connaissance du terrain et aucune créativité. Sur le fond, il y a une censure permanente du haut de la tour, des dictats construits sur les préjugés que les décideurs ont sur notre société. Aujourd’hui très peu de journalistes partent sur le terrain sans séquencier. C’est un scénario de tournage comprenant le contenu précis des interviews avant même qu’elles n’aient été réalisées, les commentaires sur image que l’on envisage de faire… Alors qu’en fait on ne sait jamais ce que l’on va réellement trouver sur le terrain. La commande est précise et il faut coller aux attentes, même s’il faut pour cela détourner un peu la réalité. Au-delà de cela, moi, quand j’ai commencé, le journaliste partait avec un caméraman et un preneur de son. De nos jours la mode est au JRI (Journaliste Reporter d’Images) qui doit tout savoir faire tout seul pour des raisons d’économies budgétaires. Gérer à la fois le contenu, l’image et le son est une grosse responsabilité et un travail harassant.

Doit-on conseiller à un étudiant en journalisme de lire «Julia InsideTV»?
Cela ne ferait pas de mal. Il ne faut pas rentrer dans ce métier bercé d’illusions. J’ai enseigné en école de journalisme et je démoralisais un peu mes élèves en faisant des cours sur la création de nouveaux concepts. Je leurs apprenais qu’il ne fallait pas avoir d’idées originales. Même si le projet d’émission était génial il ne passerait pas. Si les gens à la tête des télés étaient des créatifs, cela se saurait. La télévision fonctionne par tendances et il ne faut pas s’en écarter…

C’est un bilan très pessimiste sur le monde de la télévision. Est-il toujours possible selon vous d’exercer ce métier convenablement?
Oui, Il y a encore des producteurs dignes de ce nom et des chaines qui prennent des risques. C’était le cas de Canal+, avant l’affaire Bolloré. Il y avait une vraie liberté de ton. Plus maintenant très clairement. Arte et France 5 sont des chaînes qui ont encore leur espace de liberté malgré tout. Mais c’est un métier très difficile. Il faut laisser derrière soi, son éducation, sa morale, sa déontologie. Honnêtement pour tenir, il faut être insensible ou avoir un pète au casque. Aujourd’hui les jeunes journalistes entre 25 et 35 ans me disent tous qu’ils veulent se reconvertir. Beaucoup se tournent vers internet, mais il ne faut pas avoir peur de mourir de faim, C’est moins bien payé, mais la liberté d’expression est plus grande, c’est une porte de sortie.

http://juliainsidetv.com/

Source et article en intégralité sur Paris-Match

 

10 commentaires

  • le problème c’est pas tant les dessous de la TV que ceux qui regardent sans aucun recul.
    on peut quand même se douter de ce qui se passe si on est pas trop lobotomisé, non ?
    c’est grossier en général les manips. On voit tout de suite dans les interview qu’ils ont bien choisi les bonnes personnes pour faire passer leur message.
    les émissions people ou de variété c’est idem, on voit qu’ils se forcent tous à être joyeux.
    etc…

    suffit juste de regarder ce qu’on a sous les yeux en fait, tout est la, dans les petits détails.

    c’est que les gens ne pratiquent plus la vérité pour eux même alors il ne savent plus la voir.

    assainissez la TV, ça ne changera rien, car les téléspectateur voudront toujours du faux.
    C’est ça le vrai problème.
    Sinon personne ne regarderait ces émissions de merde.

    • Grand marabout Grand marabout

      télé ou spectateur
      ils s’adaptent au niveau de l’un ou de l’autre
      des crétins pour des crétins
      la bêtise augmente comme la taille des tv
      le même système, que les réserves fractionnaires
      mais c’est de la niaiserie en crédit,par contre

  • tiendez :
    http://www.youtube.com/watch?v=S79CyvxdUw8

    il y a déjà presque 30 ans, tout était expliqué … a la TV !!!
    ca n’a rien empếché !

    • Grand marabout Grand marabout

      c’est pour ça que le peuple doit rester crétin,
      les incompétents incapables peuvent proliférer
      pour le bien de tous
      ah aha
      (le probleme et la solution sont bien là:couper le signal)
      plus de télé pendant deux jours,et tout part en sucette!
      garanti…

  • vico

    la plasticité cervelique coagule encore plus ! dans la somnolence abrutir !

  • Trollzilla Trollzilla

    J’en ai croisé deux un jour de ces « producteurs télé » (M6), ça ne faisait que des allers retours aux chiottes pour se remplir les naseaux et pas avec du sucre en poudre…
    http://www.dailymotion.com/video/x3ifuh_tonton-pourquoi-tu-tousses_news

  • Nrico Nrico

    J’ai réussi à passer au travers du zapping de Canal spécial 30 ans (en 2 fois, parce qu’y en a pour 5h30…),il y a quelque pépites qui permettent de comprendre un peu mieux certaines situations actuelles.
    Et si il y a bien une image qui m’a marqué (même si je l’avais déjà vue dans un autre documentaire) c’est la réaction de Pujadas lorsqu’il voit pour la première fois les images du WTC éventré… franchement, à gerber.
    Mais il n’y a évidemment pas que du « dossier sensible », je me suis poilé à quelque reprises (ça fait du bien de rire un peu), souvenirs d’un temps révolu…
    Dans tous les cas, si vous avez encore des doutes sur la véracité des propos tenus par les merdias, il vous faut découvrir ce que vous auriez raté durant ces 30 ans, et vous remémorer ces choses que vous avez déjà vues ou entendues, mais que vous avez oublié avec le temps, à cause (ou grâce) aux flux d’informations quotidiennes qu’ils nous bombardent tout azimut…
    Comme d’hab, faîtes-en votre propre opinion ;)

    Partie 1:
    http://player.canalplus.fr/#/1237814

    Partie 2:
    http://player.canalplus.fr/#/1237813

    Partie 3:
    http://player.canalplus.fr/#/1237678

    Et pour aller plus loin:
    Neuromarketing: Des citoyens sous influence
    https://vimeo.com/65217093

  • Vasavoir

    Un espoir, peut-être, de voir ça se généraliser !

    (….. A la tour TF1 de Boulogne, on n’avait jamais vu ça. En réunissant 20,5% des téléspectateurs en juillet, la première chaîne réalise non seulement l’audience la plus faible de son histoire, mais subit un 11e mois consécutif de baisse, comparé aux mêmes mois de l’année précédente. …..)

    TF1, un leader qui s’essouffle

  • Graine de piaf Graine de piaf

    Pas de problème pour moi, il y a un bail que je ne regarde plus la TV, je n’ai pas voulu me faire lobotomiser.

  • rouletabille rouletabille

    Pourquoi on ne parle pas de la proportion de la catégorie qui est majoritaire à Hollywood aussi ?

    http://www.youtube.com/watch?v=LZ7PvomwAao

    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif