Ukraine : échauffourées à la manif qui rassemble plus de 200 000 personnes

Quelque 200.000 manifestants se sont rassemblés dimanche à Kiev contre les lois répressives. Certains d’entre eux qui tentaient de franchir un cordon de policiers pour se rendre vers le Parlement se sont emparés de fourgons de police.

media_xll_6413404

Des affrontements ont éclaté dimanche à la fin d’une manifestation à Kiev qui a rassemblé près de 200.000 opposants pro-européens venus défier les autorités après l’adoption de nouvelles lois renforçant les sanctions contre les contestataires. Alors que le rassemblement sur la place de l’Indépendance, aussi baptisée Maïdan, touchait à sa fin, certains manifestants ont tenté de franchir un
cordon de policiers pour se rendre vers le Parlement et se sont emparés de fourgons de police qui en bloquaient l’accès. Ils ont mis le feu à l’un d’entre eux. Les forces de l’ordre répondaient par du gaz lacrymogène, des grenades assourdissantes et des coups de matraque. Au moins deux personnes ont été blessées dans les affrontements, selon un correspondant de l’AFP. Le boxeur et leader de l’opposition Vitali Klitschko tentait pour sa part de s’interposer et appelait la foule à ne pas provoquer la police.


Les chefs de file de l’opposition ont appelé à cette manifestation, la huitième depuis le début de la contestation contre le président Viktor Ianoukovitch, malgré un jugement rendu mercredi interdisant toute manifestation dans le centre de Kiev jusqu’au 8 mars. Les nouvelles lois introduisent ou renforcent les sanctions à l’encontre des manifestants et obligent, comme en Russie, les ONG bénéficiant de financements occidentaux à s’enregistrer en tant qu' »agents de l’étranger ». Ce terme, appliqué aux opposants réels ou supposés à l’époque stalinienne, a refait surface dans la législation russe en 2012, après une vague de contestation du pouvoir du président Vladimir Poutine. Les Occidentaux ont mis en garde les autorités ukrainiennes contre ces textes et l’opposante emprisonnée et ex-Premier ministre Ioulia Timochenko a dénoncé l’instauration d’une « néo-dictature ».

Source: Lci.tf1.fr

media_xll_6413448

media_xll_6413447

media_xll_6413449

5 commentaires

  • fou

    en dirais que le peuple commence à se réveiller et comme d’hab que dalle chez nous çà fait du bien tout de même de voir que les gens en on marre

  • Yanne Hamar

    Pourvu qu’ils ne se trompent pas de cible en entamant une guerre civile. Ce n’est pas au voisin qu’il faut s’en prendre mais aux gros bonnets qui tirent les ficelles, font les lois, s’assoient aux tables de négociations.
    Ceux-là méritent la corde.
    J’ai déjà mis en garde contre le risque d’un soulèvement qui tourne de travers mais je récidive car c’est trop lourd de conséquences.