Le Loup de Wall Street, accusé d’être un film « dangereux »

Un article intéressant sur ce blockbuster ayant pour héro principal un de ces financiers de Wall Street qui ne connait aucune limite réelle, avec tous les abus possibles et inimaginables à la clé. Pourtant, ce film est encensé par les critiques et est parmi ceux ayant le plus d’entrées en salle à l’heure actuelle, pourtant, ce n’est pas une référence au niveau moralité… Je préfèrerait vous en conseiller un autre, très bon, voire sacrément meilleur, qui a pourtant été littéralement coulé par les critiques, à se demander pourquoi… ;)

7768090084_le-loup-de-wall-street-dans-les-salles-mercredi-25-decembre

Alors que le nouveau film de Leonardo DiCaprio et Martin Scorsese fait un très bon démarrage, une nouvelle polémique vient entacher Le Loup de Wall Street. Le film est accusé d’être dangereux, car il prend le parti d’un criminel !

Quelques jours après la sortie (française) de Le Loup de Wall Street, le film est au coeur d’une polémique émanant de Christina McDowell, la fille de Tom Prousalis, l’ex associé de Jordan Berlfort (incarné par Leonardo DiCaprio).

A cause des magouilles de son père, qui avait usurpé son identité, Christina McDowell s’était en effet retrouvée avec plus de 100 000 dollars de dettes. Et en tant que victime (elle a changé de nom de famille pour ne plus être associée à son père), la jeune femme a très mal pris le film réalisé par Martin Scorsese. Elle a décidé d’exprimer son mécontentement à l’encontre du biopic dans une lettre ouverte publiée dans LA Weekly

: « Vous êtes dangereux. Votre film prétend que ces histoires sont divertissantes, quand bien même le pays est encore sous le choc d’une autre série de scandales liés à Wall Street. Qu’est-ce qui est censé nous amuser là-dedans ? Les escapades sexuelles de ces faux banquiers et ces crises de boulimie à la coke ? Soyons honnêtes, c’est ce type de comportement qui a mis l’Amérique à genoux ».

Drogue, sexe et billets verts dépensés à tout-va sont en effet particulièrement présents dans le film, qui renvoie donc un message particulièrement choquant selon Christina McDowell qui tacle violemment les deux stars en déclarant : « Vous vous êtes mis du côté d’un criminel, d’un gars qui n’a toujours pas fini de dédommager ses victimes. Vous avez exacerbé notre obsession nationale pour la richesse et le statut social en glorifiant l’avidité et les comportements psychotiques. » McDowell incite également les Américains à ne pas soutenir ce film.

Des accusations qui pourraient bien avoir un impact négatif sur l’accueil du film…

Source+vidéo: Programme-tv.net

Non ce film n’est pas moral, et met en scène des criminels s’étant tout permis sans que pourtant, la moindre peine de prison n’ai été prononcée. Et comme dit plus haut, un autre film est à voir, toujours au sujet de la finance, et plus particulièrement de l’univers de la banque: Le Capital.

Ce film, considéré comme étant mauvais par les critiques, met en avant certaines vérités sur les banquiers et sur le système financier en général, à voir absolument, certaines répliques sont très choc, voire mythiques!

N’oubliez pas que le réalisateur n’est autre que Costa-Gravas, auteur du film Amen que je conseille également, pas un « petit joueur » donc…

Quitte à choisir un film à voir, autant choisir le bon! 

8 commentaires

  • PhildeFer

    J’ai visionné Le Capital et je confirme: c’est un très bon film! A VOIR….

  • walter kurtz walter kurtz

    Salut à tout le monde….2014 NOM II .

  • Je n’ai pas encore vu le Loup de Wall Street mais je connais plutôt bien Scorsese alors je ferai juste les observations suivantes :
    1° Le film de Scorsese n’est pas encensé par la critique. L’accueil a été bon chez la critique cinéma qui juge majoritairement sur les aspects artistiques et cinématographiques. La critique « presse » était nettement plus nuancée car se focalisait plus sur ce qu’on pouvait penser du film.

    2° Il n’y a pas à choisir entre les deux, il y a à voir les deux et à les voir pour des choses différentes.

    3° Je ne crois vraiment pas que le but de Scorsese était de réaliser uniquement un divertissement avec ce film. Chacun y verra ce qu’il veut. Je doute cependant au vu des extraits que j’ai vu qu’il faille résumer le film à un « divertissement » et que tout le monde trouvera super cool d’être courtier à la fin. Je suis plus que sceptique sur ce que la victime a retiré du film. Autant dire que les Affranchis est une apologie du milieu mafieux dans ce cas.

    4° Un film n’a pas à être dans l’air du temps, et en temps que cinéphile je considère que c’est une mauvaise idée de vouloir contraindre les œuvres artistiques à se conformer avec une certaine représentation d’une certaine pensée.

    5° La comparaison n’a que peu de sens avec Le Capital qui essaye de se placer dans un univers financier « français ». Quand on voit la caricature de banquier américain du film on peut comprendre la manière dont Scorsese a réalisé le film. Ce qui n’enlève rien au message derrière mais qui est mal servi par la réalisation.

    6° Dans la réalisation du film Le Capital il y a pas mal à redire… Après si on regarde pour le message, c’est à l’interprétation de chacun.

  • jofunq

    je suis bien d accord avec vous sur la critique émise a propos du film,reste qu il y a un élément qui me perturbe,depuis un certain temps,ce sont toutes ces publicités a saveur économique qui entrecoupe les articles en générale,et en particulier ici,il y en a un qui nous propose d investir dans l uranium…bref cela laisse songeur!

  • leprixdelavie leprixdelavie

    Merci de nous prévenir, encore une vérité que l’on ne nous dira pas ailleur car les médias ont la même mentalité que les escrocs. C’est le fric avant tout.

    Je vais essayer de voir le Film « LE CAPITAL » et surtout pas le film « Le Loup de Wall Street ».

    On peut aussi remercier Madame Christina McDowell pour ses propos que vous rapportez.

    P.S. : Vous me donnerez votre avis sur ce que je pense avoir compris. Pourquoi un célèbre moteur de recherche et d’autres entreprises font de la PUB à la télé alors qu’ils n’en ont pas besoin. Et bien je pense que c’est une sorte de moyen de payer pour que les médias arrêtent de dire du mal d’eux. La technique est simple, ils disent du mal aux infos et après il ne leur reste plus qu’à attendre les contrats publicitaires pour ce taire.

    • Maverick Maverick

      Une marque peut faire de la publicité « grand média » pour des questions d’image, mais aussi de notoriété : Ca aide à empêcher l’apparition de concurrents …