Nouvelles de El Hierro, Canaries

Bonsoir,

Après une forte secousse de 4.0 à 10:11 UTC le 1er juillet, tous pensions qu’au vu des graphiques, nous allions vers un répit et que l’activité en serait considérablement réduite après. Réduite, oui ça elle l’était mais ce fut que d’un peu plus que 24h une nouvelle secousse 3.6 est survenue et fut fortement ressentie. S’en est suivi un chapelet de répliques entrecoupées de nouvelles secousses.

Pendant ce temps, nous collections les données GPS de chacune d’elles et comparions avec celles fournies par l’IGN, le croisement de ces données, montre que visiblement le problème tend à se déplacer vers l’extrémité sud-ouest de l’île et toujours situé à près de 20 km de profondeur. En bas vous disposez d’un tableau  indicatif quant à la couleur des boules. Je porte votre attention sur le chiffre afficher en haut à droite, c’est le nombre d’évènement depuis le 19 juillet 2011.

L’intérêt scientifique que suscite cette île, détourne l’attention qui devrait être vigilante, sur une autre île des Canaries, La Palma. En effet lorsqu’on parcoure les différents tableaux que nous propose l’IGN, on trouve celui des activités sismiques des autres îles et c’est là que mon attention fut attirée. Comme vous pouvez le voir l’activité d’El Hierro déteint sur l’archipel et parasite quelque peu les graphes. Mais celui de La Palma et de La Gomera, présente des signes d’une activité magmatique plus importante, et cela se traduit par un trait plus épais et plus hachuré.Vous disposez de la date de l’enregistrement, en seconde ligne.

Source : IGN.es

A titre indicatif, La Palma représente un risque accru d’explosion pouvant se produire lors d’un fort tremblement de terre ou,  d’une éruption voir les deux, ensemble et ainsi occasionné un méga tsunami tout autour de l’océan Atlantique. Il y a peu, un débat de chercheurs à fait émettre la thèse d’une possible immersion de l’île d’El Hierro, elle semble s’écarter pour le moment.

8 commentaires