Nombre record de faillites pour un mois d’avril en Belgique

Un bon article qui fait « presque » plaisir à lire puisqu’il aborde un sujet délicat qui n’est pas ouvertement abordé en France, les faillites et le chômage, donc de ce côté là, félicitation à la Belgique! Et les chiffres sont tout simplement tragiques et catastrophiques!!! Maintenant, la situation n’est surement pas unique et reflète un souci qui est européen, alors? Quid pour les autres pays?

924 faillites ont été enregistrées le mois dernier dans notre pays ce qui représente une hausse de 22,2% par rapport à avril 2011 et un record pour un mois d’avril, a annoncé mercredi le bureau d’informations Graydon. Le précédent record pour un mois d’avril datait de 2010, avec 805 faillites.

 

Les sociétés qui ont mis la clef sous le paillasson en avril étaient surtout actives dans l’horeca (169, +34,1%) ou dans la construction.

Depuis le début de l’année, 3.624 faillites ont été enregistrées en Belgique qui ont entraîné la perte de 8.505 emplois, ce qui correspond à une augmentation de 8% par rapport à la même période de 2011. C’est aussi la pire performance depuis 2003.

En Région wallonne, où 1.035 faillites ont été recensées depuis le début de l’année, le nombre d’emplois perdus (3.495) est en hausse de 25%, contre 4% en Flandre et même en baisse, de 13% à 1.405 emplois, à Bruxelles. A contrario de la tendance des deux autres Régions, le nombre de faillites prononcées depuis le début 2012 (788) en Région de Bruxelles-Capitale est en baisse.

Source: 7sur7.be
 

13 commentaires

  • enlil

    tous ses chômeurs n’auront plus les moyens de consommés qui dit les entreprises ne vendront plus rien cercle infernale les crédits en faillites etc etc … on n’est pas dans la merde a croire que les irresponsables des pays européens veulent que ça finissent en guerre civile. attention cette fois ci a ne pas se tromper de cible, tapper a la tete pour eviter de se faire mordre comme pour un serpent

  • yael

    ça me déprime…

  • martinb

    Les motifs sont simples :
    regle du bon sens : une entreprise est en difficulté lorsque ses dépenses sont plus fortes que ses recettes. Ca Lapalisse l’aurait dit.

    Revenus : les ventes

    problèmes des revenus, paupérisation generale, et donc suivant les secteurs manque de cash en cause, moins de ventes

    Depenses : achats : marchandises (pour la revente) – frais de fonctionnement (diesel, amortissement des vehicules – assurances – eau – electricite – personnel – chauffage…
    et…………. impots et surtout taxes professionnelles

    problèmes, si le cout des matières premieres augmentent, si les impots ne sont qu’un % pas specialement plus elevés tous les ans, les cotisations pour independants, sont souvent le vrai motif de la faillite, car cette assurance sociale est un forfait pour les petits revenus. si l’entreprise gangne moins de 11000€ par an : 4X+/- 750 a payer

    que l’etat fasse une croix sur la dette des petits indépendants, ils travailleraient mieux, et risqueraient d’augmenter leur CA, donc les impots directs et risqueraient de créer de l’emploi.


    par contre s’ils jettent l »eponge, ils iront frapper dans une caisse X Y Z et couteront a ce moment a l’etat.


    que vaut il mieux? qu’ils travaillent en payant moins de cotisations, voir pas du tout ou qu’ils ne foutent rien et succent l’etat???

    • engel

      Toi tu raisonnes pour sauver un pays.
      Eux ils raisonnent pour couler un pays.

      Ceci, afin qu’ils puissent le mettre en esclavage. Comme ils l’ont toujours fait. Sauf que maintenant, c’est au tours de l’occident**.

      **Karl Marx  » le capital 1840″ le prophètisait comme une évidence certaine…Et sur ce coup là, il avait raison. Pour d’autres choses beaucoup moins…

    • Maverick

      C’est plus compliqué. Une entreprise peut déposer le bilan sans être structurellement déficitaire. Si elle a trop d’impayés d’un coup (faillites en série dans sa clientèle), elle peut se retrouver avec des difficultés de trésorerie insurmontables. Pareil pour une politique commerciale trop laxiste en termes de cash-flow (délais de paiement trop généreux, mauvais recouvrement).
      En plus, les indépendants, autoentrepreneurs et portage salarial c’est bien joli, mais il y a des boîtes qui utilisent ces régimes pour ne pas payer de charges sociales…