Lybie,nettoyage ethnique des Libyens noirs…

Sacrée guerre humanitaire……et pauvres gens sacrifiés sur l’autel du mensonge


Les « rebelles » de Misrata en Libye ont chassé toute la population noire de la ville selon un article du Wall Street Journal d’aujourd’hui intitulé « La ville libyenne déchirée par des luttes tribales » qui fait froid dans le dos.

Les « rebelles » essaient maintenant de prendre la ville de Tawergha située à environ 50 km, et se proposent de la nettoyer de tous les noirs dès qu’ils l’auront conquise. Est-ce que ce n’est pas ce qu’on appelle d’habitude un « génocide » ?

Selon l’article du Journal les « rebelles » se considèrent comme des « brigades dont la mission est de purger le pays des esclaves à la peau noire ». Le Journal cite un commandant rebelle Ibrahim al-Halbous qui aurait dit, en parlant des Libyens noirs : « Il faut qu’ils fassent leurs valises » et aussi  » Tawergha n’existe plus, il ne reste que Misrata. »

Vous ne lirez pas cela dans le New York Times qui est devenu un journal aussi corrompu que la vieille Pravda pendant l’ère soviétique. Depuis le début du conflit libyen, les éditoriaux du Wall Street Journal insistent sur le fait que les « rebelles » sont racistes et se sont servi des allégations comme quoi Mouammar al-Kadhafi avait employé des mercenaires d’autres pays d’Afrique pour massacrer les Libyens noirs.

Les preuves de lynchage public de noirs sont disponibles sur le net en faisant une simple recherche sur Google ou Youtube même si le New York Times a complètement ignoré ce fait capital. Peut-on croire que si des gens d’origine africaine contrôlaient les éditoriaux du New York Times ou même ses pages politiques, une information aussi importante et aussi accablante aurait été passée sous silence ?

Si c’était le contraire et que des Libyens noirs se livraient à un nettoyage ethnique contre des Libyens qui n’étaient pas noirs, les gens qui contrôlent les éditoriaux et les pages d’information du New York Times ignoreraient-ils la nouvelle ? De toute évidence, cela n’ennuie pas tellement les sages du Times que des Libyens noirs soient liquidés à cause de la couleur de leur peau.

Au contraire, comme dans un éditorial récent, le New York Times se vante de soutenir la campagne de bombardements de l’OTAN qui a causé la mort de 20 civils rien que cette semaine. Le Times n’a pas non plus mentionné que le réprésentant Dennis Kucinich (Démocrate – NdR) avait demandé que le tribunal criminel international (ICC) mette en examen des commandants de l’OTAN qui auraient commis des crime de guerre en rapport avec les meurtres de civils.

Le Times ne peut pas parler du nettoyage ethnique des Libyens et des immigrants noirs en provenance d’autres pays d’Afrique parce que cela entacherait la réputation des « rebelles » que le Times soutient inconditionnellement bien que le ICC ait rapporté qu’ils avaient commis des crimes de guerre. Le Times préfère s’en tenir à sa narrative simpliste  » Le méchant al Kadhafi  » et  » Les bons rebelles  » sans se soucier du fait que, toujours selon le Wall Street Journal, les rebelles soient entraînés par d’anciens leaders d’al-Qaeda qui ont été relâchés de la prison de Guantanamo par les USA.

Le Times a aussi complètement passé sous silence le plan de paix de l’Union Africaine qui appelle notamment à un cessez le feu, à des négociations pour une constitution et des élections démocratiques sous le contrôle de la communauté internationale.

Comment doit-on qualifier le refus du Times de parler du nettoyage ethnique des Libyens noirs par les « rebelles » de Misrata avec l’aide de l’OTAN ? Cela fait-il du New York Times le complice du nettoyage ethnique, lui qui non seulement passe délibérément sous silence ces exactions mais décrit mensongèrement les « rebelles » comme les sauveurs de la Libye ?

Téléphonez au New York Times au (212) 556-1234 (et à tous les quotidiens français, se permet d’ajouter le traducteur), demandez à parler au directeur de publication et demandez lui pourquoi son journal ne parle pas du nettoyage ethnique des Libyens noirs.

Black Star News, 26 juin 2011, éditorial

Pour consulter l’original : http://www.blackstarnews.com/news/135/ARTICLE/7478/2011-06-2…

Traduction : Dominique Muselet

source legrandsoir/info

Lybie, Sarkosy a menti selon la cour pénale internationale

« Des milliers et des milliers de morts » ont été évités en Libye grâce à l’intervention militaire selon Nicolas Sarkozy http://www.lexpress.fr/actualite/monde/libye-l-otan-aux-commandes-sarkozy-au-micro_975684.html.

Ces chiffres fantaisistes avaient déjà été démentis par des sources indépendantes qui ont enquêté sur place http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20110617.OBS5317/libye-amnesty-conteste-le-nombre-de-victimes-et-accuse-les-rebelles.html.

De même, les fameux 6000 morts du début de la crise Libyenne, chiffre qui a justifié la résolution 1973, proposée par la France et prise en urgence au Conseil de Sécurité, ne sont que le résultat de la propagande du Conseil National de Transition http://www.algerie-plus.com/actualite/libye-6000-morts-avant-lintervention/, reprise à son compte par la France.

La Cour Pénale Internationale vient elle-aussi de contredire ces chiffres et confirme ainsi le véritable mensonge d’état auquel se sont livrés le président français et son gouvernement pour justifier une intervention dont les résultats s’avèrent maintenant catastrophiques http://www.lalumieredesracailles.net/?p=339.

En se livrant à un inventaire morbide mais nécessaire quand il s’agit de rendre la justice, la CPI a relevé 208 morts a Benghazi et 775 sur l’ensemble de la Libye, imputables aux forces gouvernementales et à la responsabilité de Kadhafi.

C’est énorme, et Kadhafi doit être jugé pour ces crimes, pour autant, on est loin, très loin des massacres annoncés.

Si le mandat d’arrêt lancé hier par la CPI à l’encontre de Kadhafi est indiscutable, l’action de la CPI pose d’autres questions.

En effet, le CPI intervient en Libye dans le cadre de la résolution 1970 du Conseil de Sécurité de l’ONU, qui lui demande d’enquêter sur tous les crimes relevant de sa responsabilité (crimes de guerre et crimes contre l’humanité), quelle que soit la personne coupable de ces crimes.

Or, il semble bien que Luis Moreno-Ocampo, le procureur chargé du dossier, ait préféré limiter son enquêtes aux crimes commis par le camp Kadhafi. Il a bien annoncé que les crimes commis par les rebelles relèvent aussi de son mandat, mais sans lancer de véritable enquête pour l’instant.

De leur côté, Amnesty International et Human Rights Watch, dénoncent les crimes commis par les rebelles, notamment envers les immigrés africains, ainsi que le choix du Conseil National de Transition et de la « coalition » de laisser faire ….

Du côté de l’ONU, Lynn Pascoe, secrétaire général adjoint aux Affaires politiques de l’ONU, en réponse aux critiques des pays africains contre l’intervention de l’OTAN, vient de faire un curieuse déclaration en soulignant que Kadhafi était « responsable de la grande majorité des pertes civiles ».

Comme quoi, on peut être un criminel de guerre, l’important selon l’ONU est de ne pas être le criminel majoritaire.

Au vu des charges qui pèsent contre lui, lancer un mandat d’arrêt contre Kadhafi, oui. Mais il est sûr que si la justice internationale était un peu plus équilibrée, on n’aurait moins l’impression que la décision de la CPI n’est qu’un nouvel élément de propagande pour diaboliser le dirigeant libyen.

Article publié sur « La lumière des racailles dans la nuit des karchers » http://www.lalumieredesracailles.net

source Agoravox

Lire: le compte rendu intégral de la séance au sénat du 22 mars 2011

4 commentaires

  • moutondu22

    comme quoi ya des gentils …mais aussi des méchants et vice versa …

    mais didonc ?? on est gentil, nous, …hein???

  • Babou

    Pourquoi le peuple noir a t’ il toujours été persécuté ? L’histoire du vilain petit canard est toujours d’actualité….. Ce n’est pas dans la peau de Obama que le cygne se réincarnera !
    N’y a t’ il pas un mouton noir dans chaque troupeau ? ……

  • Kikaha

    Alors il faut savoir que, comme chez nous, les « émigrés » font le travail dur (physiquement).

    Cesont eux qui travaillent notemment sur le grand projet de kadafi (en route depuis 30 ans) à savoir le forage de puits… D’eau dans un réservoir d’eau fossile (le plus grand du monde si je ne me trompe).

    Ce projet qui alimentera la Libye et les pays alentour en eau sans problemes jusqu’en 4600 après JC svp, a été financé sans l’aide de la banque mondiale ou du FMI ou de quelque autre organisation « internationnale ».

    Plus que le pétrole (ils-nous- y allons aussi pour ça hein…) c’est la raison pour laquelle les libyeins noirs sont persécutés là-bas.

    j’ai posté un article sur mon facede book (Obic le barbar) à ce sujet (repris sur un blog, l’article lui-même venant d’un journal dont je ne me souviens plus de l’adresse (y a tellement à lire sur le net.)

    Cherchez « Libye, reserve d’eau »…