Japon: 971 séismes et un niveau 7 atteint

Le chiffre est phénoménal!!! 971 secousses sismiques et répliques au Japon depuis le 11 mars!!! 69 rien que pour la dernière semaine, aujourd’hui à 04H12 il y a eu 11 secousses sismiques, à croire que jamais cela ne va s’arrêter. Le lien a déjà été donné sur le blog mais un rappel est toujours utile, vous pouvez retrouver l’historique des secousses sur ce lien: japanquakemap.com.

Quand au niveau d’alerte, il est au maximum: 7, les inquiétudes continuent, la situation est complètement incontrôlable, préparons-nous à assister au pire d’ici peu…

L’agence japonaise nucléaire et industrielle et de la sécurité (CSRN) a finalement décidé d’élever la menace nucléaire au maximum: 7 , le même niveau que Tchernobyl. Nous sommes en territoire inconnu, et alors il est clair pour la plupart des experts scientifiques que nous avons atteint ce niveau il ya deux semaines, les affiliations politiques et les commerçants des organismes officiels impliqués ont empêché d’élever l’alerte à ce niveau redouté.

Pour l’heure, il n’y a aucun mot officiel de l’AIEA sur l’élévation du niveau à sept.

Il est particulièrement inquiétant que le CSRN ait dissimulé les  rapports des divers isotopes radioactifs libérés depuis le 23 mars. Nous n’avons pas non plus officiellement détecté d’isotopes radioactifs autres que les isotopes d’iode et de césium. Nous n’avons pas non plus une bonne idée de la densité radioactive de la zone d’évacuation, mais une analyse effectuée plus tôt par des scientifiques indépendants (qui a été rapporté ici sur le blog), donnent dans plus de détails que les niveaux ont dépassé les niveaux de Tchernobyl jusqu’à quatre fois.

CSRN a publié un document le 11 avril sur les corrections aux lectures lectures de la pression du réacteur # 1 et # 3. S’ils sont corrects, ils sont choquants pour le # 3. Ils sont ce qui indique que le réacteur n ° 3 3 / 13 a atteint un niveau incroyable 7,390 Mégapascals. Ce nombre est impressionnant compte tenu de la pression atmosphérique est de 101 kilopascals. Il n’est pas étonnant que ça ait explosé.

Bien que le gouvernement américain ait déclassé leur zone d’évacuation sanitaire recommandée  de 80 km à 40 km, le gouvernement japonais, étant donné la preuve énorme de rayonnements extrêmes, a finalement augmenté la zone obligatoire évacuation à 30km. L’évacuation est actuellement en cours.

L’eau radioactive continue d’augmenter en volume et en intensité à Fukushima. D’énormes quantités sont produites tous les jours. Les estimations varient, mais nous estimons qu’environ 25.000 tonnes d’eau sont générés chaque jour pour refroidir l’ensemble des réacteurs. Il n’ya tout simplement pas de place pour stocker autant d’eau.

sic….
Où allons-nous partir d’ici? Il est clair donné, il n’existe pas de solutions aux problèmes à Fukushima, et avec les tremblements de terre en cours, nous verrons un niveau huit publié la prochaine fois.

Sources:
http://www3.nhk.or.jp/daily/english/12_05.html
http://search.japantimes.co.jp/cgi-bin/nn20110412a5.html
http://www.nisa.meti.go.jp/english/files/en20110411-3.pdf
http://abcnews.go.com/Health/fukushima-leak-threat-japan-us-world/story?id=13303513
http://www.cnn.com/2011/WORLD/asiapcf/04/11/japan.nuclear.reactors/index.html?hpt=T1

Source: lucaswhitefieldhixson.com

  • mickye

    C’est certain, il va falloir créer un niveau 8 ou plus pour Fukushima !

    C’est Tchernobyl multiplié par 4 ou 6ergeon n’a pas été capable de proposer une solution aux Japonnais ! Pour tout dire, il n’en existe pas.

    Faut être tombé sur la tête pour vendre des centrales nucléaires s’il n’existe pas de solution en cas de problème ! grrrrrr

    Nos zélites sont folles et le monde entier va en subir les conséquences.

    un lien en français :

    http://actu.orange.fr/une/fukushima-le-japon-eleve-au-maximum-de-7-le-niveau-de-l-accident-nucleaire_123714.html

  • Lugo

    « réacteur n ° 3 3 / 13 a atteint un niveau incroyable 7,390 Mégapascals. Ce nombre est impressionnant compte tenu de la pression atmosphérique est de 101 kilopascals. Il n’est pas étonnant que ça ait explosé. »

    En fonctionnement, un circuit primaire de réacteur peut monter à 15,500MPa ?

    • Merci Lugo! serait il possible d’avoir une approche plus « vulgarisée, pour ceux qui n’y comprennent pas grand chose? et j’en fais partie ;)
      Ca pourrait permettre de s’y retrouver dans cette « jungle » de chiffres qui disent tout et n’expliquent pas grand chose, à défaut de rassurer on purrait au moins comprendre…
      Merci pour l’éclairage :D

      • Lugo

        Pour simplifier et de manière très schématique, un réacteur fonctionne un peu comme une « cocotte minute » étanche. En fonctionnement, la pression à l’intérieur est nettement plus élevée qu’à l’extérieur et le réacteur est prévu pour résister à cette pression. (Un pressuriseur augmente la pression dans le circuit primaire du réacteur pour que l’eau reste liquide et ne se transforme pas en vapeur)

  • Tchen

    Je vous soumets donc une solution TRES SERIEUSE pour limiter les effets planétaires de Fukushima, certes surprenante au premier abord, mais qui peut s’avérer totalement efficace. Le principe serait de faire basculer l’ensemble de la centrale nucléaire dans le sous sol marin ( de telle sorte que le les sommets des réacteurs se retrouvent au fond). Dans un second temps il faudra réaliser le sarcophage. Pour y parvenir, on doit pouvoir forer en profondeur (à la manière des station de forage de pétrole en mer, ou comme à Tchernobyl avant d’y couler de béton sous la centrale)) à plusieurs dizaines (ou centaines?) de mètres sous la centrale afin de placer « judicieusement » des charges explosives (un peu comme lorsqu’on démoli des hauts bâtiments, sauf qu’il faudrait ici provoquer un déséquilibre afin que les sommets se retrouvent au fond). On coule le béton éventuellement après par dessus
    L »eau refroidirait complètement les réacteurs, la radioactivité serait enfouie. On doit considérer que le sous sol de la zone (et l’eau des nappes phréatiques nippone) est déjà contaminée pour de nombreuses années, le risque local n’est plus un empêchement puisque la radioactivité est déjà énorme. En revanche on limiterait l’accumulation de radioactivité dans l’atmosphère…
    Bien évidemment des calculs doivent être réalisés pour calculer la profondeur et la disposition des charges de même que la puissance qu’il faudrait utiliser (pour ne pas justement provoquer l’explosion de la centrale elle-même.
    La faisabilité d’une telle procédure ne me paraît pas insurmontable même si celle-ci semble « démesurée ». Le fait est que pour le moment, les taux de radioactivité dans l’atmosphère s’accumulent en retombant sur les sols de chaque partie du globe…

    Mon opinion est que le rapport bénéfice/risque d’une telle procédure est à l’évidence en faveur d’un bénéfice tant local que planétaire.

    TRANSMETTEZ SI VOUS CONNAISSEZ DES GENS « BIEN PLACés »

    Merci pour nous tous

  • Et moi qui pensais que j’étais la seule « dingue »! je pensais que le seul moyen d’arrêter cette horreur serait d’engloutir la centrale…..et tu es de mon avis!
    Reste plus à un « scientifique » spécialisé dans le nucléaire de passer par ici et à soumettre cette « folle idée » (quoi que!!) à qui de droit.
    Mais est ce faisable? :(
    Je viens de soumettre cette question au CEA, on verra bien ce qu’ils vont en penser!
    http://www-cadarache.cea.fr/fr/accueil/confirmation_mail.php

  • Tchen

    Bonjour,
    J’ai déjà proposé ça à un « ami spécialiste » il y a 10 jours et voici ce qu’il m’a répondu… Pour ce que vous en lirez, il était extrêmement « minimaliste » sur les conséquences de Fuku’ et aujourd’hui on est au niveau 7.
    Le réel problème c’est l’opacité totale de Tepco, et même des gouvernements (japonais mais aussi des autres nations…). Ils connaissent la dangerosité et pratiquent un blackout total. S’ils voulaient rassurer, il ferait de la communication. Ils ne le font pas. cqfd (hélas)

    Voici la réponse du « spécialiste » :

    En tant qu’ancien ingénieur ayant travaillé dans les services nucléaires
    d’EDF, et au CEA, je pense pouvoir répondre objectivement. D’autant plus que
    j’ai aussi étudié quelques accidents nucléaires, surtout Three Mile Island
    et Tchernobyl, et co-écrit un livre là-dessus en 1988.

    En ce qui concerne la France, l’accident de Fukushima sera certainement
    beaucoup moins grave que Tchernobyl. En effet, à Tchernobyl, deux fortes
    explosions puis un violent incendie ont propulsé une quantité importante de
    produits radioactifs à plus de 1200 mètres d’altitude, formant un nuage qui
    a largement contaminé certaines parties de l’Europe et du Moyen-Orient. A
    Fukushima, on estime actuellement que l’équivalent de 20% à 60% de la
    radioactivité rejetée à Tchernobyl est sorti de l’ensemble des 4 réacteurs.
    Les petites explosions qui ont eu lieu depuis le début n’ont projeté les
    matériaux radioactifs non gazeux qu’à une centaine de mètres d’altitude, ils
    ne pourront pas se déplacer très loin et la contamination posant un vrai
    problème de santé sera limitée au Japon. Les taux actuellement mesurés en
    Europe sont insignifiants par rapport à l’après-Tchernobyl.

    Dans l’ex-URSS, plus précisément en Biélorussie (la plus touchée), Ukraine
    et Russie d’Europe, les zones encore sérieusement contaminées représentent
    le 1/4 de la superficie de la France. Heureusement la surface totale de ces
    trois pays est très vaste, et ils s’en sont tirés (cependant la situation
    sanitaire en Biélorussie n’est pas bonne). Le Japon est plus petit que la
    France (environ les 3/4); pour eux la situation peut devenir très grave,
    surtout que Tokyo n’est pas très loin de Fukushima. C’est surtout la
    pollution des sols qui est à redouter, non pas la pollution atmosphérique
    qui diminuera progressivement (les produits radioactifs perdent leur
    radioactivité plus ou moins vite) et sera rabattue au sol par les pluies. Le
    Japon risque de perdre une bonne part de ses terres agricoles, et sa
    capitale risque d’être plus ou moins contaminée. Mais pour la planète dans
    son ensemble, et pour la France en particulier, il n’y aura pas de
    catastrophe.

    • Merci, un très grand merci pour cette réponse qui apporte beaucoup de précisions! Un commentaire à diffuser de partout pour bien remettre les choses en place.

  • Merci Tchen, mais ton ami ne répond pas à LA question est il possible d’engloutir la centrale de Fukushima??
    Je connais tout ce qui se dit, et franchement vu le manque de communication de TEPCO, il y a de quoi s’interroger sur le devenir du nucléaire dans ce pays, surtout que ce matin deux autres répliques, dont une de 6.1 ont eu lieu!
    30 ans de faux rapports, de dissimulations http://fukushimaleaks.wordpress.com/
    ça commence à bien faire…..
    Entre les intérêts des uns et la confiance des autres… que deviennent les « cons » qui subissent les « erreurs » à répétition?? en plus c’est surtout l’accumulation des radios-éléments qu’il faut craindre….ton ami dit que ce sera rabattu sur les sols au gré des pluies, bravo!! que ça se dissoudra car «  » »les produits radioactifs perdent leur
    radioactivité plus ou moins vite » » »! non mais!! l’iode 131= 8 jours, le tritium=30 ans pour perdre la MOITIE de sa virulence…quand aux autres de l’ordre de centaines voire de milliers d’années, je n’en parle même pas!
    J’ai l’impression que tout ceux qui travaillent dans le nucléaire son soumit à un droit de réserve, ce qui n’est pas rassurant du tout, quand il n’y a rien à cacher on communique, dans le cas contraire, on aimerai bien savoir à quoi s’attendre!

    • Tchen

      Droit de réserve probablement… Mais nous ne sommes pas complètement décérébrés… hélas, nous n’avons aucun pouvoir réel. « Ma » solution me paraît réellement potentiellement salvatrice mais bon, tant pis… Au lieu de faire ce queje fais, j’aurai peut-être du continuer dans la recherche, lorsque j’avais encore le choix… Mais cela ne m’aurait peut être pas donner plus de poids!

  • Tchen

    Je pense que notre »spécialiste »se trompe, notamment en raison de la totale opacité sur les données de Fukushima tant sur le plan de l’état du combustible que sur les quantités effectivement rejetées depuis le début. Le fait est que depuis 1 mois la mer alentours est contaminées en permanence… Même si l’on s’imagine que les particules les plus lourdes ( les plus toxiques) coulent à pic, la réalité est toute autre puisque l’évaporation et le vents transporteront immanquablement des particules hautement pathogènes… Le temps passe, les rejets aussi, et l’atmosphère circule comme l’eau. Rappelons à notre « spécialiste » que d’indétectable dans les sols et l’eau (aux US, Canada et France), une radioactivité est devenue détectables sous forme de traces… et les taux de « tolérance humaine » relevé par l’UE… OUI, IL FAUT REMETTRE LES CHOSES A LEUR PLACE… Merci aux gouvernants de la planète… de savoir rassurer si effectivement « on » ne risquer rien… et de tout cacher dans le cas contraire… choisissez votre camps. Pourquoi Monsieur Sarkozi n’a fait AUSUNE DECLARATION sur ce qui se passe au Japon (après n’y avoir que posé le pied, peut être même après s’être « chargé » en iode avant d’y aller???)

    • Lugo

      C’est un Français !! Pas un Japonais. (Et on le reconnait même au terrible accent en anglais).
      Contrairement à ce qu’il dit, il y avait du plutonium dans le réacteur de Tchernobyl.(une réaction nucléaire produit du plutonium)

  • ALERTE – SEISME de magnitude 5,9 au Nord de TOKYO.

    TOKYO – Un séisme de magnitude 5,9 s’est produit Samedi matin au Nord de TOKYO, où les immeubles ont fortement tremblé, a rapporté la Télévision publique N.H.K.
    Romandie News.ch – 16 Avril 2011 – 04h27

  • mickye

    Pour lire les mesures de radiations au japon :

    http://japan.failedrobot.com/

    sur Fukushima, la dose est très, très élevée :(