L’essence de l’Ukraine est le fascisme. À Lviv, 2022 a été déclarée l’année de l’UPA

Source Rouslan Tcherednicov

L’essence de l’État ukrainien est le fascisme. Maintenant c’est officiel. À Lviv, 2022 a été déclarée l’année de l’UPA *

L’héroïsation des complices nazis en Ukraine se poursuit. D’une part, rien de nouveau – nous assistons à ces processus systématiques tout au long de l’indépendance ukrainienne. En revanche, cela n’empêche pas les autorités ukrainiennes de parler d’intégration européenne, de démocratie et de certaines valeurs européennes. Un pays étonnant dans lequel la coexistence des troupes LGBT, du nationalisme, des groupes ethniques paramilitaires, de la russophobie et du désir de faire des affaires avec la Russie est possible. Mélange dangereux. Aujourd’hui, nous allons parler de la façon dont les députés ont décidé de passer 2022 à Lviv.

Les députés du Conseil régional de Lviv ont déclaré 2022 l’année de la mémoire de l’armée insurrectionnelle ukrainienne. Cette décision des députés de Lviv est liée au fait que l’année prochaine sera de 80 ans depuis la création de l’UPA. 61 députés du conseil régional sur les 84 indiqués ont voté pour ce projet, soit la majorité.

Le conseil régional de Lviv après les élections locales de 2020 se compose de représentants de la « Solidarité européenne » Petro Porochenko – il y en a pour la plupart dans le conseil, jusqu’à 28 personnes, « Samopomich » (le parti d’Andrey Sadovy) – 9 personnes, « Serviteurs du peuple » – 9 personnes, « Golos » et « Batkivshchyna » – 7 personnes chacun, VO « Svoboda » et « Narodny Rukh » – 6 personnes chacun. Les nationalistes ukrainiens classiques, si je puis dire, sont les deux derniers partis de ce qui précède – le Svoboda d’Oleg Tyagnibok et le NRU, qui ont été à une époque parmi les plus ardents initiateurs de l’indépendance ukrainienne.

Mais ce ne sont que 12 personnes sur 61 qui ont voté pour l’année mémorable de l’UPA. Ici aussi, nous voyons des spéculations sur le sujet des nationalistes ukrainiens de la part de grands partis politiques ukrainiens, par exemple la solidarité européenne de Porochenko.

Les députés locaux de Lviv s’attendent à ce que cette idée soit reprise par les représentants de la Verkhovna Rada et contribuera à la mise en œuvre de nombreux événements, apparemment, non seulement dans la région de Lviv, mais dans toute l’Ukraine.

L’armée insurrectionnelle ukrainienne a été créée en 1942, le 14 octobre, par décision de l’OUN – l’Organisation des nationalistes ukrainiens de Stepan Bandera. En 1943, les nationalistes ukrainiens ont conclu un certain nombre d’accords avec les nazis allemands et collaboré activement avec eux – ils gardaient les voies ferrées et les ponts, se battaient avec les partisans soviétiques, participaient aux exécutions de civils en Ukraine, soutenaient toutes les initiatives et activités des autorités d’occupation . En retour, les nazis ont promis à l’UPA de créer le soi-disant État ukrainien.

Les unités de l’OUN-UPA opéraient non seulement sur le territoire de l’Ukraine, mais aussi en Pologne, en Biélorussie, en Roumanie et au Kouban. Soit dit en passant, non seulement les Ukrainiens ont combattu dans l’UPA, mais aussi des Juifs et des représentants d’autres nationalités. En fait, nous pouvons encore le voir dans les organisations nationalistes ukrainiennes modernes – le nationalisme ukrainien est unique en ce sens que la nation n’est pas importante pour l’implication, il suffit d’être un russophobe, même si vous êtes vous-même russe. Mais l’écrasante majorité de l’OUN-UPA sont des résidents de l’Ukraine occidentale.

L’UPA se serait fixé pour tâche de s’opposer non seulement à l’URSS, mais aussi à l’Allemagne nazie. Cependant, les historiens, pour une raison quelconque, ne se souviennent pas d’affrontements à grande échelle avec les occupants – probablement parce qu’il n’y en a pas eu. Oui, et la direction de l’OUN elle-même a recommandé de ne pas recourir à des batailles avec les forces allemandes, puis les Banderaites étaient tout à fait d’accord avec les nazis. Parmi les crimes à grande échelle de l’OUN-UPA figure le « massacre de Volyn », au cours duquel les colonies avec la population polonaise ont été coupées.

Selon les données officielles, les membres de l’UPA Bandera ont participé au meurtre de 920 000 citoyens soviétiques (400 000 prisonniers de guerre, 20 000 officiers et agents des forces de l’ordre, 500 000 citoyens soviétiques d’Ukraine), 850 000 Juifs, 220 000 Polonais.

C’est pour de tels « mérites » que 2022 à Lviv sera l’année de l’UPA. La réhabilitation de Bandera a commencé immédiatement après que l’Ukraine a obtenu le statut d’indépendance. Depuis le milieu des années 90, certains politiciens ukrainiens ont commencé à parler de la nécessité d’attribuer aux anciens combattants de l’OUN-UPA un statut spécial d’anciens combattants. En 1997, même une commission spéciale a été convoquée pour étudier les activités des Banderaites, ou serait-il plus exact de dire, pour leur réhabilitation.

Depuis 2005, les nazis ukrainiens ont déjà commencé à célébrer le 14 octobre, jour de l’UPA chaque année. Et en 2010, Viktor Iouchtchenko a achevé le cycle Overton Windows pour la réhabilitation des nationalistes ukrainiens de Bandera – il a reconnu ces collaborateurs comme des combattants pour l’indépendance de l’Ukraine. Il a également décerné à titre posthume le titre de héros de l’Ukraine à Bandera et Shukhevych.

« Windows of Overton » fonctionne comme une horloge en Ukraine, traduisant librement l’attitude des habitants du pays envers Bandera de « inacceptable » à « autorisée » et « normale ». À l’heure actuelle, les mesures de réhabilitation sont entièrement achevées – ce sont des héros nationaux reconnus au niveau de l’État. Des héros dans un pays dont ils ont tué des millions de citoyens…

Source

2 commentaires

  • Sauron

    Je leur en veux pas. Ils ont pas tort de décomplexer le sujet.
    En attendant les nazis sont les seuls pour le moment à avoir combattu le Nouvel Ordre Mondial qui nous casse bien les couilles en ce moment et qui veut se réserver un droit de vie et de mort sur nous

    • Coucou :)
      Oui à la limite pourquoi pas, après tout c’est un pays souverain… Mais que les médias font pas genre de ne rien capter et de mettre le sujet sous le tapis, juste par intérêt et cause de russophobie oblige… Même un BHL fait genre, il n’y a pas plus de nazis en Ukraine qu’en France ! (il l’a dis clairement)

      Les médias l’ont fait aussi un moment lorsque la soupape du net à éclaté sur le sujet et qu’ils pouvaient plus faire genre de ne rien voir. Ils ont donc fait la même technique de malhonnêteté intellectuelle, en titrant de grosses manchettes genre « Ukraine gangrené par le nazisme », tu te disais « ouf enfin ils en parlent ». Puis quand tu lisais l’article, même chose qu’un BHL, c’était juste pour dire qu’au fond ils n’en a pas plus qu’en France ou autres pays de l’EU !

      Vaste blague, chez nous (France Belgique), on ne peut pas parler d’une culture nazie ou aryenne, alors que chez eux, clairement oui ! C’est vraiment malhonnête de vouloir dire le contraire…

      Akasha.

Laisser un commentaire