Pour éviter un désastre social, la Maison Blanche stoppe les expulsions jusque fin 2020

Et c’est le Covid19 le seul responsable de tout ce merdier ? La honte ne les étouffe pas tous ces « gestionnaires ». Partagez ! Volti

******

Par Charles Sannat pour Insolentiae

C’est du jamais vu aux Etats-Unis pays libéral s’il en est !

Lorsque vous ne payez pas votre loyer aux Etats-Unis, vous ne pouvez pas compter sur la clémence de la loi qui protégerait les forcément gentils locataires contre les forcément méchants propriétaires comme c’est le cas en France avec un délai d’expulsion moyen de… 2 ans !

Aux Etats-Unis, quand vous ne payez pas votre loyer, vous êtes mis dehors en quelques semaines et c’est la police qui vient vous donner un papier pour dire de partir qui vous laisse x jours puis revient. Gare à vous si vous êtes toujours-là !

Cette réalité américaine, qui avait lors de la dernière crise des subprimes jeté des millions d’Américains sur les trottoirs et dans les rues, semble révolue avec la dernière décision de Donald Trump, le méchant milliardaire sans cœur !

L’administration Trump a annoncé que le CDC (le centre de contrôle des maladies) invoquerait son autorité pour mettre fin aux expulsions jusqu’à la fin de l’année dans le but de ralentir la propagation de la pandémie de coronavirus.

Ce moratoire est la mesure la plus importante prise à ce jour par la Maison Blanche pour repousser ce que les experts annonçaient comme un flot d’expulsions à travers le pays.

C’est du bidouillage juridique pris dans l’urgence et sans l’aval des parlementaires puisqu’il s’agit d’une ordonnance émise par le CDC pour faire cesser temporairement les expulsions résidentielles « pour arrêter la propagation du Covid ».

En effet officiellement, si le gens sont expulsés, alors ils vont se retrouver sans abri et si le nombre de sans abris explose, alors il sera difficile de ralentir la propagation de la pandémie.

Le moratoire – dont un projet a été publié au Federal Register – est la mesure la plus importante prise à ce jour par la Maison Blanche pour repousser ce que les experts prédisent être un flot d’expulsions à travers le pays, après une augmentation de l’aide fédérale au chômage et une le moratoire sur les expulsions a expiré à la fin du mois de juillet.

Les personnes éligibles doivent répondre à des critères supplémentaires avant de présenter à leurs propriétaires une déclaration qui sera disponible sur le site Internet de la CDC. Ils doivent montrer qu’ils ont fait des efforts pour demander l’aide du gouvernement et ne peuvent pas payer leur loyer en raison de l’impact de la pandémie, et ils doivent démontrer qu’ils sont susceptibles de devenir sans-abri ou de déménager dans des logements collectifs s’ils sont expulsés.

Un haut responsable de l’administration a déclaré aux journalistes lors d’un appel mardi soir que le ministère du Logement et du Développement urbain souhaitait que les autorités nationales et locales utilisent certains programmes de subventions globales disponibles pour aider les locataires et les propriétaires qui pourraient ne pas être en mesure de percevoir le loyer de certains locataires pendant des mois.

« Le président Trump s’est engagé à aider les Américains qui travaillent dur à rester chez eux et à lutter contre la propagation du coronavirus», a déclaré Brian Morgenstern, attaché de presse adjoint de la Maison Blanche.

« L’administration a également mis à disposition des fonds fédéraux pour atténuer tout impact économique sur les locataires, les propriétaires et les propriétaires», a déclaré Morgenstern.

De grandes questions demeurent également quant à la faisabilité d’un moratoire aussi large sur les expulsions. Les experts en matière de logement préviennent qu’empêcher les propriétaires d’expulser des locataires en impayé sans les indemniser pourrait avoir un effet déstabilisateur massif, ressenti d’abord sur le marché du logement commercial, puis sur les marchés du crédit, car les propriétaires à grande et à petite échelle font défaut sur les hypothèques ce qui va déstabiliser les banques…

Alors au bout du compte, il se passera deux choses. Soit les banques seront encore sauvées par la FED après s’être saisies des biens immobiliers des propriétaires acculés à la faillite, soit la FED ou le gouvernement fédéral indemniseront les propriétaires sans loyers…

Dans tous les cas, il faudra une nouvelle injection massive d’argent gratuit. La seule question est de savoir quelle poche sera remplie.

Affaire à suivre.

Charles SANNAT

Les commentaires publiés sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

5 commentaires

Laisser un commentaire