TTIP: nouveau round de négociations UE-USA du 13 au 17 juillet

Dans un silence assez affligeant, et avec une couverture médiatique extrêmement réduite, la loi Macron est passée de manière définitive grâce à Manuel Valls et au 49.3 sorti pour la troisième fois. À ce niveau-là, nous avons dépassé le stade de la trahison, et malgré le fait que cette loi aille complètement à l’encontre de la constitution, ce gouvernement reste en place et rien n’est fait, ni même dénoncé par les grands médias. En effet, suivant la constitution de 1958 de la cinquième république (donc la constitution actuellement en place): « Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’État. Il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités« . Au niveau indépendance, un proche conseiller de Hollande est issu de la Bank of America, quand à Macron lui-même, il est issu de la banque Rothschild, et pour ceux qui est du reste, les décisions politiques vont à l’encontre de l’article 3 de la constitution: « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum.  Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice.« . Le pire de tout, cette loi Macron n’est qu’une mise en place d’un accord commercial colossal entre les USA et l’UE, un traité qui ne peut que détruire les pays européens et ce qui leur reste de souveraineté.

Et malgré l’ensemble des accusations possibles envers les Etats-Unis (écoutes généralisées, espionnage, ingérences multiples, menaces, mensonges, conflits, spoliations des pays et de leur or, etc…), rien n’arrête la mise en place du TAFTA.

StopTTIP_large-1000x288

L’UE et les Etats-Unis envisagent d’achever d’ici à la fin de l’année les négociations sur l’accord TTIP qui s’appliquera à près de 60% de l’économie mondiale et créera un « corridor » de libre-échange allant d’Hawaï à la Lituanie

Le dixième round de négociations sur la conclusion d’un accord de partenariat sur le commerce et l’investissement (TTIP) entre l’Union européenne et les Etats-Unis se déroulera du 13 au 17 juillet à Bruxelles, a annoncé vendredi à Sputnik un porte-parole de la Commission européenne.

Le journal en ligne European Gazette a auparavant annoncé que deux millions de signatures avaient déjà été réunies dans 14 pays de l’UE contre la conclusion de cet accord qui, selon certains spécialistes, finira par ruiner un grand nombre de petites et moyennes entreprises.

L’Union européenne et les Etats-Unis envisagent d’achever leurs négociations avant la fin de l’année. Ils affirment que le TTIP sera le plus grand accord commercial de l’histoire, qui touchera environ 60% de la production économique du globe et qui créera un « corridor » de libre-échange s’étendant d’Hawaï à la Lituanie.

Le TTIP est censé réduire les coûts et éliminer les barrières dans les échanges commerciaux entre l’UE et les Etats-Unis, rendant plus ou moins universelles les exigences formulées aux sociétés européennes et américaines.Les adversaires de l’accord le qualifient « d’Otan économique » et affirment qu’il ne reflète que les intérêts des groupes multinationaux intéressés par une réduction des contrôles et un affaiblissement des mesures de régulation économique en Europe.

Des centaines d’actions de protestation contre le TTIP se sont déroulées en Europe durant la préparation de ce document.

Source: Sputniknews