Déchets nucléaires, un cadeau éternel

Excellente compilation sur le nucléaire mise en ligne par le « Kna blog« , je vous conseille tout particulièrement de commencer par le premier de la liste, à voir absolument: la France contaminée. C’est concrètement l’horreur absolue en France dans le silence le plus total, c’est normal, faut pas toucher aux atomes si ceux-ci rapportent des sous!

Nous avons déjà vu dans un documentaire précédent (Uranium, l’origine du mal) que les déchets issus de la filière nucléaire posent déjà de graves problèmes environnementaux et sanitaires dès les toutes premières étapes de cette industrie, c’est à dire l’extraction du minerai.

(1h47’30 », Fr)

Uranium, le scandale de la France contaminée
A part les riverains des anciens sites miniers, qui sait ou se souvient que la France a elle aussi pratiqué l’exploitation minière de l’uranium sur son propre sol, pendant des décennies ?
A voir ou à revoir, cette enquête de « Pièces à conviction » diffusée sur France 3 le 11 Février 2009, et qui dénonce la gestion par Areva de ses anciens sites miniers. En s’appuyant sur les travaux de la CRIIRAD et d’associations locales, elle révèle que depuis 1945, une quantité considérable de déchets issus des anciennes mines d’uranium a été abandonnée sans protection. Disséminés autour des sites, enfouis ou recyclés pour fabriquer des routes ou des remblais, près de 300 000 tonnes de stériles (matériaux trop faible en uranium pour donner lieu à une exploitation) ou de résidus radioactifs continuent, partout en France, à polluer l’environnement. Hélas, c’est aussi le cas des centrales en exploitation, qui génèrent des effluents dangereux lors de leur fonctionnement « normal », lesquels se retrouvent volontairement ou accidentellement dilués dans l’environnement, et des déchets via le combustible nucléaire, une fois qu’il est épuisé et recyclé ou stocké.

(30’49 », En st Fr)

Le nucléaire, 70 ans de secret et de déchets
Le 2 Décembre 2012 a marqué les 70 ans de la première réaction nucléaire en chaîne auto-entretenue, créée par l’homme. Arnie Gundersen de Fairewinds Energy Education nous propose par ce podcast de revenir sur l’évolution du nucléaire depuis ces premiers pas, pour constater que depuis les origines, de nombreux problèmes sociétaux et environnementaux perdurent, et que des solutions fiables, toujours promises pour le lendemain, restent et probablement resteront hors de notre portée. Voilà encore de multiples occasions de constater l’incroyable irresponsabilité de nombre de nos dirigeants, qu’ils soient militaires, scientifiques ou politiques.

(33’37 », En st Fr)

Déchets nucléaires, le cadeau éternel
Les humains peuvent-ils trouver un moyen sûr de stocker les déchets nucléaires ? Arnie Gundersen de Fairewinds et Margaret Harrington de CCTV essayent de répondre à cette question, et discutent du stockage à long terme des déchets nucléaires aux Etats-Unis et dans le monde. Il en ressort que partout dans le monde, le retraitement des combustibles nucléaires usagés s’est surtout révélé être une chimère (malgré les cocoricos mensongers de notre industrie nationale), et qu’il n’y a tout simplement pas de solution sûre pour garder ces matières hors de la biosphère pendant des centaines de milliers d’années. Pourtant, les partisans du nucléaire affirment qu’il est possible de stocker des déchets nucléaires pour toujours, alors que dans le même temps ils prétendent qu’il n’existe aucune technologie pour stocker l’électricité produite à partir d’énergie solaire ou éolienne pendant la nuit, jusqu’au lendemain !
L’exemple du site d’enfouissement de Yucca Mountain dans le Nevada, qui aurait dû recevoir le combustible usagé Américain, et dont le dossier est régulièrement qualifié de « torchon », est un bel exemple de gabegie politico-nucléaire.

(52’50 », Fr)

Nucléaire, un si long silence
Silence et mensonge ont toujours fait partie de la culture du nucléaire. Revenons presque 30 ans en arrière, via cette édition spéciale de l’émission Arrêt sur Images de France 5, diffusée le 25 Avril 1999, qui aborde les nombreux problèmes liés à la gestion des déchets nucléaires, transport et recyclage compris.

Comme on nous le répète depuis 60 ans, il n’y a pas de problèmes, tout va bien. Et si toutefois on voulais se pencher sur quelques problèmes gênants, bah, la solution, dans 100 ans, on l’aura trouvée !

(Partie 1, 9’20 », Fr)
(Partie 2, 8’39 », Fr)
(Partie3, 7’47 », Fr)

C’est pas sorcier, les déchets nucléaires
C’est ce que l’on pourrait en effet penser au vu de cet épisode de Mars 2011 de la célèbre série de  France 3, où Jamy et Fred nous présentent une vision somme toutes bon enfant et rassurante des choses. Mais comme à son habitude, elle a du moins le mérite d’être didactique, abordant au passage des notions de base sur la fission, la radioactivité et ses effets, la durée de vie des matières radioactives, etc.Pourtant…

(1h38’43 », Fr)

Déchets, le cauchemar du nucléaire
Les déchets sont le talon d’Achille du nucléaire, son pire cauchemar. Les populations en ont peur, les scientifiques ne trouvent pas de solution acceptable, les industriels tentent de nous rassurer et les politiques évitent le sujet. Mais qu’en connaissons-nous exactement ? Comment avoir une vision claire d’un domaine couvert depuis toujours par le secret ? Qui décide ? Que ce soit en France, en Allemagne, aux Etats-Unis ou en Russie, cette enquête scientifique et politique de 2009 diffusée par Arte en Mars 2012 aborde le sujet tabou du nucléaire par sa zone la plus sombre. Un documentaire indispensable pour mieux comprendre des choix qui pèsent lourd sur l’avenir de l’humanité.

(21’58 », Fr)

Nucléaire déchets immédiats
Que faire des déchets nucléaires ? C’est la question que pose cette émission de la série « Tell Quel » diffusée le 9 Mai 1978 par la Télévision Suisse Romande, qui enquête sur les politiques pratiquées sur ce point par la République Fédérale Allemande, la Suisse et la France. J’avoue avoir été assez stupéfait d’entendre le directeur d’alors du centre de la Hague présenter ses installations comme un centre de « régénération », et les comparer à une blanchisserie, « qui reçoit un vêtement sale, et doit le rendre propre à son client » !

(6’51 », Fr)

Le nucléaire, une énergie renouvelable et recyclable
D’ailleurs, 30 ans plus tard, AREVA persiste et signe, via ce clip d’Octobre 2009 : « AREVA a fait le choix industriel du recyclage des combustibles nucléaires. Quels en sont les avantages ? Comment ça marche ? »
Comment ça fonctionne ? Très simple, en assenant encore et toujours les mêmes mensonges, « 4% de déchets ultimes, 96% de matières recyclables » ! Jugez par vous-mêmes…

(5’57 », Fr)
(4’39 », Fr)

L’énergie du désespoir…
Mais qu’importe, les ressorts et les leviers pour manipuler la population sont biens connus, et toujours identiques, basés sur les soucis quotidiens de tout un chacun, et la capacité d’oubli extraordinaire du commun des mortels.
Et pour acheter les populations et les consciences, quoi de mieux que de faire miroiter argent et emplois là où une installation nucléaire doit prendre place ? Les supporters y deviendrons souvent légion. Peu importe les conséquences, les dommages collatéraux, le risque encouru. Peu importe le long terme, les générations futures…  Parmi de nombreux autres, voici un exemple au Canada, et un autre en Espagne, de petits villages à l’agonie, dont les édiles et une bonne part de la population rêvent que l’hébergement d’un site de stockage de déchets radioactifs évite à leur communauté de décliner et disparaître. Et bien entendu, on assure à tous ces gens, en plus d’une prospérité retrouvée, que tout cela ne peut présenter aucun risque, en aucun cas…
En tous cas, de l’avis de chômeurs du village Espagnol, « il vaut mieux mourir du nucléaire le ventre plein, que mourir de faim ! »

Quelle sera donc la solution finale, existera-t-elle un jour ?

(1h16′, En st Fr)

Into Eternity – Onkalo
« Au Nord de la Finlande, Onkalo est la première installation de stockage de déchets nucléaires conçue pour durer 100.000 ans. S’adressant aux générations futures, ce documentaire de Michael Madsen en forme de film de science-fiction montre ces travaux gigantesques – cinq kilomètres de galeries plongeant 500 mètres sous terre – et pose la problématique de l’élimination des déchets radioactifs sous l’angle de la temporalité. Impliquant une responsabilité millénaire, celle-ci nous oblige à adopter une autre échelle de durée. »

Mais quel crédit accorder finalement à ces sages paroles, quand on constate que sur tous les continents, tout ce qui importe ce sont le bénéfices immédiats, le rentabilité (quand ce n’est pas la survie) à court terme, et que les problèmes, « il sera bien temps d’y penser dans 100 ans, quand on sera plus intelligents et plus à même de les résoudre » ??

(19’52 », Fr)

Déchets radioactifs : peut-on les stocker sans danger ?
Je vous engage pour terminer cet article à visionner ce reportage de Terre.tv, qui vous propose quelques images sur le site d’enfouissement de Soulaines en France, et surtout à partir de 16’30 » une interview de Michael Madsen, à propos du projet Onkalo.
Écoutez ce qu’il pense finalement de ce projet, s’il fonctionne comme prévu..

Sources de mes traductions :
Nuclear Power’s 70th Anniversary: Then and Now
Nuclear Waste: The Gift That Keeps on Giving..
Can The Humans Find a Way to Store Nuclear Waste?

Source: kna-blog.blogspot.fr

7 commentaires

  • klaus

    Certes, mais nous sommes tous complices… En utilisant en ce moment internet hyperconsommateur d’énergie, cela ne fonctionne pas avec des éoliennes… Il faut savoir ce que l’on veut, toujours le pouvoir du consommateur…

    • .Anakin-Skywalker .Anakin-Skywalker

      Absolument !!! et tout ceux qui disent blablabla pas moi sont des crétins hypocrites en faite les pires de tous qui consomme à mort puisque c’est pas eux .

  • .Anakin-Skywalker .Anakin-Skywalker

    oui la France contaminée !!! grâce à qui ? à nous !!! tous !
    de toute façon au point ou on en est tout est devenue absolument Irréversible …

    combien d’entre nous sont t’ils prêt à ne plus consommer que le minimum du minimum de courant : genre ampoule , petite radio , télé de 36 cm et ainsi de suite ? pas beaucoup alors comme on dit on récolte ce que l’on sème !!!

    bonne cueillette !!!

  • rouletabille rouletabille

    KLAUS et Anakin-Skywalker,bravo,continuez et persévérez,c’est pas mal,vous avez juste oublier de dire que sans Nucléaires il reste la bougie,merci vos sponsors sont fiers de vous.

    • Maverick Maverick

      La bougie ? On peut déjà commencer par un cierge ;-)
      Faudrait demander à Eagleeyes ce qu’il en pense, mais je pense qu’il faudrait chercher un moyen d’utiliser les zones de subduction pour réinjecter ces saletés dans le noyau terrestre. Parce que pour le moment, on n’est pas près de s’en servir comme combustible dans un procédé qui ne génèrerait pas de déchets encore pires.

    • Natacha Natacha

      Et le soleil !

  • vincenzo

    Bonjour,

    J’ai un avis différend, le choix du nucléaire n’a pas été décidé par la population, ni par moi.
    Mais seulement pour approvisionner l’industrie de l’armement nucléaire, qui a besoin des déchets des centrales pour pouvoir fabriquer le plutonium nécessaire à la fabrication de la « Bombe ».
    Ces « follamour » en fabricant leurs bombes, ont découvert dans la chaine du processus de fabrication, l’apparition d’une température élevée. Ceux qui tenaient les cordons de la bourse ont compris qu’en utilisant cette température élevée, pour faire tourner des turbines, pouvaient diminuer le coût de fabrication de la « Bombe », en nous faisant participer via la consommation d’énergie(edf). Ainsi, le peuple heureux d’avoir un coût moindre, ne se poserait pas de question.
    Techniques de ventes, c’est tout ! On ne donne que l’information qui permet de con-vaincre, en taisant les informations contraires.
    A aucun moment, le peuple (nous) n’avons été réellement informé.
    Au Japon, le nucléaire ne représente 25% de la consommation totale. En refusant le nucléaire, ça ne leur coûte que 10€ par mois de plus.
    Où est le problème ? Nos gouvernement successifs nous ont mis dans une impasse, 75% de notre énergie est nucléaire. Pour en sortir, le chemin sera très long, puisque trop dépendant de cette saleté !