Média britannique: les forces britanniques préparent leur fuite d’Ukraine

Par Marco Giannangeli pour Observateur-Continental (Url : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=3442 )

La présence de militaires étrangers en Ukraine n’a pas été un scoop pour les habitants du pays, ils le savaient depuis longtemps. Mais ce qui a troublé les Ukrainiens, c’est qu’elles soient prêtes, « au cas où », à évacuer rapidement, personne n’a l’intention d’aider les militaires ukrainiens. Sachant que les plans d’évacuation ont déjà été élaborés. C’est ce qu’a rapporté le quotidien britannique Daily Express. 

« À l’heure actuelle, plus de 100 Britanniques forment et consultent les troupes ukrainiennes avec des forces polonaises, américaines et canadiennes. Cependant, étant donné que le secrétaire d’État à la Défense Ben Wallace a qualifié de « peu probable » la perspective que les forces britanniques affrontent l’armée russe sur le sol ukrainien, une stratégie est élaborée pour terminer l’opération », stipule l’article publié dans le Daily Express

Qu’est-ce qu’a effrayé les militaires britanniques? 

Le journal se réfère aux images satellites de la société américaine Maxar Technologies. Et d’après ces images, une nouvelle brigade de chars et de matériel blindé a fait son apparition en Crimée. 

Le Royaume-Uni l’a pris pour un signe malsain et a décidé d’assurer ses arrières. Bien que Moscou ait annoncé le retrait de 10.000 hommes sur leurs positions initiales, cela n’a pas rassuré le commandement britannique, car les médias occidentaux écrivaient obstinément au sujet de « centaines de milliers » de militaires à la frontière ukrainienne. 

Le Daily Express note que le commandement britannique a déjà commencé à revoir l’opération Orbital afin d’obtenir des garanties que tout le personnel britannique serait retiré en sécurité du territoire ukrainien si la Russie faisait soudainement entrer ses troupes. Le commandement a déjà préparé le plan d’un retrait rapide d’Ukraine. 

La partie principale des forces britanniques est stationnée à Iavorov (région de Lvov), où se trouve l’un des plus grands terrains d’entrainement ukrainiens, et en cas d’imprévu elles seront toutes évacuées en Pologne. Un groupe d’officiers d’état-major, qui se trouve actuellement à Kiev, se rendra jusqu’à la frontière directement depuis la capitale. 

Les effectifs de la Royal Navy ont eu de la chance: ils sont déjà partis au Royaume-Uni pour célébrer Noël et désormais on ignore s’ils reviendront. 

« La décision d’évacuation sera prise par le commandant des opérations conjointes le général Charlie Strickland. Les collaborateurs de l’état-major interarmées permanent à Northwood, comté de Hertfordshire, resteront en attente pendant la période de Noël et surveilleront « l’atmosphère », alors que le général Strickland recevra des comptes rendus deux fois par jour. Il ne peut pas admettre que des militaires britanniques se retrouvent pris au piège », écrit le Daily Express

Des militaires britanniques ont organisé une brève formation pour l’armée ukrainienne dans le cadre du soutien international après l’agression de 2014. 

Depuis 2015, les forces britanniques ont formé plus de 21.000 soldats ukrainiens dans le domaine de la médecine, de la planification, de la logistique et de l’infanterie. 

En 2019, l’opération a été prolongée jusqu’en 2023 et élargie grâce à la participation de la Royal Navy et des Royal Marines. Ces unités préparaient la flotte ukrainienne à faire face aux défis en mer d’Azov. 

Marco Giannangeli

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Voir aussi :

Le Pentagone place son armada maritime en mer Méditerranée

Un responsable américain de la défense a déclaré mardi que le changement de mission du porte-avions Harry S. Truman, et des cinq navires de guerre américains qui l’accompagnent, reflète la nécessité d’une présence persistante en Europe. C’est nécessaire pour rassurer les alliés et partenaires américains dans la région, a déclaré le responsable qui a requis l’anonymat pour discuter des détails du déploiement militaire.

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

10 commentaires

Laisser un commentaire