VIDÉO. Ce jardinier cultive les plantes en associant celles qui s’entendent bien

Pour oubliez un peu les contraintes, astreintes, obligations, en attendant que « l’affreux virus » soit éradiqué, stoppé, annihilé, par un « bon vaccin ». Si les big pharma se focalisaient sur un vaccin anti-connerie, ils y aurait vite une pénurie. Parlons du jardinage qui fait du bien, avec les associations de plantes qui se protègent entre elles. Partagez ! Volti

******

Par Positivr

« Grâce à la culture associée, Jean-Paul Thorez peut compter sur les interactions des plantes. Bien associées les unes aux autres, elles se font du bien. » Axel Leclercq

Source : France 5

Pour garder les plantes en bonne santé et les préserver des parasites, on peut faire appel aux produits phytosanitaires, avec tous les risques et les doutes que cela implique. Sinon, on peut aussi renouer avec une méthode naturelle et ancestrale qui consiste à associer les plantes entre elles en fonction de leur capacité à vivre et s’épanouir ensemble. Explications.

Depuis 50 ans, note France 5, Jean-Paul Thorez mélange les légumes et les fleurs dans son jardin. Il a déjà testé 300 types d’alliances différentes. Son ambition ? Associer des plantes qui s’entendent bien entre elles pour leur garantir les meilleures conditions de vie possible tout en se passant d’engrais, d’herbicides et autres insecticides.

Cette méthode, Jean-Paul Thorez n’est pas le premier à la mettre en œuvre, loin de là. Les Indiens d’Amérique pratiquaient déjà la culture associée bien avant l’arrivée de Christophe Colomb.

Regardez (un reportage signé France 5) :

En fait, les plantes interagissent entre elles. Le tout est d’observer lesquelles se font du bien et entrent en symbiose et lesquelles, au contraire, ne supportent pas la cohabitation. La culture associée, c’est ça.

Jean-Paul Thorez :

« Certaines plantes aiment bien pousser avec certaines autres. Certaines plantes protègent certaines autres. Certaines plantes poussent plus vite que d’autres et on peut les associer avec des plantes qui poussent lentement du coup on gagne un petit peu de place. »

« Si on fait le calcul de toutes les associations possibles, en fait on n’y arrive pas parce qu’il y en a un nombre quais infini. Tous les ans, on peut donc expérimenter de nouvelles choses. On affine, il y a toujours des choses à inventer. »

Une méthode ancienne promise à un bel avenir.

Positivr

8 commentaires

  • Avatar eponine13

    Merci Volti pour ce sujet apaisant qui nous ramène à certaines vraies valeurs (même si hélas on ne peut pas oublier le reste). L’observation des plantes et essayer de comprendre pourquoi telle ou telle autre prospère mieux à un endroit donné est vraiment intéressant. La culture associée permet de progresser, pour le bien des végétaux et le notre.

    Peut être un peu loufoque pour certains, dans le même esprit, il y a aussi le jardinage en « partenariat » avec les élémentaux et esprits de la nature.
    Lien pour info sur Findhorn et Perelandra en oubliant tout le business qui s’est greffé la dessus https://jardins-cocreatifs.typepad.com/blog/perelandra/

    Pour moi le jardin est essentiel et mon potager un véritable bonheur et un refuge. Tout n’y est pas tiré au cordeau (d’ailleurs je n’en ai pas !) et souvent des graines fugitives (ou des patates oubliées de l’année précédente) s’installent dans les carrés ou rangées voisins. Je ne me plains pas de mes récoltes (même si parfois ça peut être complétement raté !). Il est aussi en principe interdit aux chats qui pourtant adorent paresser sous les plans d’artichauts !

  • La vidéo ne s’affiche pas pour moi.
    C’est un beau travail qu’il a du faire et il a bien raison. De plus, je pense que le bien être des plantes doit leur donner une meilleure énergie, donc nous être davantage bénéfique.
    Oh oui, que le jardin fait du bien… Le mien est en plein soleil alors ça restreint mes heures de présence au matin de bonne heure. Mais c’est si agréable ! Pieds nus dans la rosée matinale…

  • Je garde l’édition 2006 du « Calendrier Lunaire » (Calendrier Lunaire Diffusion) seulement pour consulter la page « Association de plantes ». Je l’ai encore regardée tout à l’heure pour savoir si je pouvais mettre les salades avec les betteraves (oui).
    J’ai aussi « Jardiner avec la lune » de 1997, pour des détails sur les travaux à faire et tout et tout?
    Pour connaitre les cycles de la lune j’imprime le calendrier du mois sur Rustica mais les bouquin de la lune, je n’ai eu à les acheter qu’une fois, hé hé…

  • Oups, blocage sécurité, je ne peux rien ajouter. Cela ne fait rien.
    Je viens de récupérer la vidéo car Tu as eu la bonne idée de mettre le lien, Volti. merci.

  • rouletabille rouletabille

    si pour la médecine on procédait comme ce jardinier….

  • Avatar mianne

    Un vieux jardinier m’avait expliqué qu’il fallait alterner un rang de carottes avec un rang de poireaux etc …car les parasites des carottes ne supportaient pas la proximité des poireaux et inversement .

    • rouletabille rouletabille

      Vous avez raison d’attirer notre attention sur les anciens
      merci
      Perso ,j’ai plus le temps de cultiver..
      Chacun trouve/cherche son bonheur pour savoir s’il existe ?
      Un potager, un chalet isolé pourquoi pas,une salle de billard en Hollande pour moi.

  • Avatar CORELIA

    #forêt #comestible #permaculture

    #167 L’INCROYABLE FORÊT COMESTIBLE aux 1000 plantes et arbres

    https://youtu.be/AMLHgykf_bE

    Revenir à la raison la plus forte, celle de la Nature.

Laisser un commentaire